Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Ajoutez à votre liste d'envies
OK Computer [Collector's Edition]
 
Agrandissez cette image
 

OK Computer [Collector's Edition]

23 mars 2009 | Format : MP3

EUR 9,49 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 21,07 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:44
30
2
6:23
30
3
4:27
30
4
4:24
30
5
4:59
30
6
4:21
30
7
1:57
30
8
3:50
30
9
4:45
30
10
3:48
30
11
4:19
30
12
5:26
Disc 2
30
1
4:23
30
2
3:37
30
3
3:53
30
4
2:09
30
5
3:09
30
6
2:29
30
7
5:19
30
8
6:25
30
9
3:44
30
10
3:09
30
11
4:49
30
12
4:36
30
13
4:20
30
14
4:35
30
15
3:58

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 24 mars 2009
  • Date de sortie: 23 mars 2009
  • Nombre de disques: 2
  • Label: EMI UK
  • Copyright: 2009 Parlophone Records Ltd. This label copy information is the subject of copyright protection. All rights reserved. (C) 2009 Parlophone Records Ltd
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:53:58
  • Genres:
  • ASIN: B0025JJGEA
  • Moyenne des commentaires client : 4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (62 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 25.296 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne 

4.7 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

23 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean-Baptiste H. sur 20 mars 2006
Format: CD
OK Computer tisse une toile sublime de mélodies et d’instrumentations, qui donne parfois le frisson. De cascades de notes échevelées en plaintes quasiment gutturales, la voix de Thom Yorke tout en maîtrise, est magnifique de bout en bout. Il emmène ce disque à des altitudes inédites tout en sérénité.
Entre psychédélisme tempéré et guitare tranchantes, la troisième voie inaugurée par cet album est lumineuse et mélancolique. Le chant se dissout joliment dans les instruments, il emprunte parfois des accents mystiques. Au rock traditionnel, viennent se greffer des sons synthétiques surprenants sur certains morceaux, dont la fameuse voix d’androïde utilisée au cours de l’album, qui coupe le disque nettement en deux moitiés égales. Deux faces d’un même joyau rock des années 90.
Mon conseil : ne passez pas à côté de ce disque, il est exceptionnel.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
27 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par Julien Theys sur 16 décembre 2004
Format: CD
On se souviendra de cette époque. On se souviendra des premiers riffs de 'Airbag' qui entament l'album, et qui font savoir que cet album n'est pas comme les autres. Un peu plus de 40 minutes plus tard. quand la dernière cloche de "the tourist" raisonne, c'est la fin d'un tour dans des montagnes Russes qui épatent ou désespèrent, mais qui en tout cas ne laissent pas indifférentes.
Dans 20 ans, nous n'aurez pas à expliquer à vos enfants qui est Radiohead. Ils sauront.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Coke_Babies sur 29 novembre 2008
Format: CD
Il pleut, j'ai du temps devant moi et peu de choses à faire... L'idée de lâcher quelques mots sur un album vient comme ça, et je me retrouve sur ok computer. Hasard ? Je calcule : 2008-1997, plus de 10 ans déjà que je mangeais une claque phénoménale, avec une poignée de potes du lycée. On peut pas dire qu'on était en avance, mais vint un temps où écluser les morceaux des 70's (sans rien enlever de leur valeur) s'est révélé un peu routinier. Soif de quelque chose d'autre, quelque chose qui aurait été "à nous"...

J'ai, comme beaucoup certainement, tant de souvenirs sur ok computer. Je suis heureux d'avoir été son contemporain. Et là est la première difficulté que l'on peut éprouver quand on veut partager son enthousiasme : je ne saurai jamais ce que peuvent procurer les premières écoutes de cet album en le sortant de son contexte. Car ok computer, c'est une alchimie trop rare pour qu'on ne l'estime pas : celle d'une lucidité avec son époque. Comment une sensibilité isolée (celle de Yorke) peut trouver un écho si phénoménal, une aventure musicale parler si profondément à tant de gens ? Ne serait-ce que passer des heures sur la pochette en écoutant l'album (ah ! la pochette d'ok computer...), et déjà il semble que tout l'ensemble a une cohérence trop grande, que tout se répond trop facilement : nous, le disque, le groupe, la musique... Qui fait quoi et qui parle à qui ?

Premier intérêt de ces 10 ans de distance : constater que l'enthousiasme autour d'ok computer ne s'est jamais démenti.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
34 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fab Free sur 22 octobre 2010
Format: CD
Dans un premier temps je n'écoutais ni ne jouais plus de rock. Je ne composais plus de chansons. Retraite. Fin de party ? La musique classique était un puit sans fond. Debussy, Schubert, Poulenc, Purcell, Schumann, Britten, Stravinsky, Reich, Dutilleux, Boulez, Varèse, Bach, Haendel, Schütz... Le jazz un grand espace vierge peuplé peu à peu de pianistes drogués et fous. Forever Monk... Me parvenaient encore quelques échos. J'avais écouté les Strokes. Les avais trouvé intéressants mais peu inspirés. Et puis j'étais tombé par hasard sur le classement des cent meilleurs disques rock établi par les lecteurs du NME. « Revolver » était, naturellement, classé numéro un. Mais il partageait la plus haute marche avec une autre galette. Cela s'appelait « OK Computer », par un groupe nommé « Radiohead ». Je l'avais acheté. Je me souviens très bien de la première écoute. Je conduisais, vitres ouvertes. J'avais trouvé cette musique plutôt laide, au mieux prétentieuse, au pire fade et inhabitée. Je crois bien que je roulais vers Saucats. J'avais réitéré l'expérience plusieurs fois, sur notre chaîne. Mais l'impression initiale demeurait. « Paranoïd Android » me paraissait particulièrement vaniteux. Je ne supportais pas « Airbag » et n'aimais pas ces arpèges de guitare évanescents, façon « Durity Column ». Tout juste mon oreille avait-elle accroché à ce beau morceau, au milieu du disque, « Karma Police », ainsi qu'à une autre plage (mais laquelle était-ce, la 7ème, la 9ème, la 11ème ?).Lire la suite ›
82 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique