undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles6
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

La série "Honor Harrington" de David Weber décrit des aventures militaires, dont l'héroïne est la jeune femme qui donne son nom à la série: elle est officier naval commandant un croiseur spatial léger. Elle est un peu tête brûlée, un peu en bisbille avec son commandement, et elle va se trouver prise dans un début de guerre auquel elle devra faire face toute seule parce qu'elle se trouve dans un endroit isolé, une affectation quasi-disciplinaire: Basilisk Station. La jeune femme n'a pas froid aux yeux, elle a du caractère, elle est ingénieuse et intrépide, prompte à bluffer où à jouer sa tactique "à l'intuition" sur des paris plus ou moins réussis. Honor est en outre flanquée d'un chat empathe extra-terrestre à 6 pattes avec des griffes affutées comme des rasoirs et très lié à elle (par un lien empathique et presque télépathique).

David Weber dit avoir été admiratif et inspiré par la série Capitaine Hornblower, tome 1 de CS Forester, un classique de la littérature navale britannique, situé à l'époque de la marine à voile. Il se trouve que je suis également un fan de Hornblower. Je n'ai pas été déçu, David Weber ayant effectivement transposé les aventures de Hornblower dans l'espace avec des contraintes tactiques similaires (mêmes les initiales sont identiques "Horatio Hornblower" = "Honor Harrington" = "HH").

L'auteur invente un "bouclier" de vaisseau cohéorent, dérivé de la propulsion (the impeller). Il explique le bouclier (ou plutôt "the impeller wedge" / "le coin de l'impulseur?" ou le "coin gravitationnel"?) comme une sorte de bouclier gravitationnel dérivant du principe même de la propulsion, et protégeant le ventre de tous les navires en cours d'accélération (le même principe protège à la fois le ventre et le dos des navires militaires à cause d'une version modifiée du principe de base)... Les vaisseaux militaires accélèrent aux alentours de 500G au maximum (côté ventre, ce qui protège en même temps le vaisseau par en dessous), ils compensent 499G à l'intérieur pour éviter de réduire les gens en flaques de pulpe rouge (et même leur assurer un certain confort à 1G) et ils dissipent le reste des forces gravitationnelles sur leur dos, protégeant aussi leur dos des attaques...

Il pose toutes les bases d'une tactique imaginaire permettant une guerre de position, avec le "wedge", les torpilles à énergie, les lasers, la guerre de position, et pourquoi depuis des siècles toutes les batailles entres gros navires finissent par un match nul, suivi (si la retraite est coupée et seulement dans ce cas) d'un blocus et une lente usure du plus faible jusqu'à l'anéantir petit à petit... Donc, il donne toutes les règles tactiques applicables et ensuite il s'en donne à cœur joie à décrire des scènes tactiques intéressantes avec même un bon gros combat de vaisseaux à la fin.

C'est donc à la fois du space opera et de la SF militaire. L'écriture est agréable, fluide et rythmée, mais sans être exceptionnelle. L'auteur est notamment bon pour décrire les scènes d'action et pour toujours donner envie de ce qui se passe dans les pages suivantes, c'est un "page-turner" suivant l'expression américaine. L'ambiance est un space opera de facture relativement classique donc, mais avec une science plutôt cohérente (on est loin du "grand n'importe quoi scientifique" de star trek par exemple). Je ne qualifierai pas ce texte de hard-science parce que toutes les bases techniques et scientifiques ne sont pas de simples extrapolations de théories connues ou entrevues aujourd'hui, mais sans être hard-science donc, les théories sont crédibles et ne contiennent aucune ineptie scientifique manifeste (ce qui est un plaisir rare dans le space op)... Les personnages sont bien campés, on aime détester les méchants, les scènes d'émotion arrachent parfois une petite larme au coin de l'œil. C'est du boulot d'écrivain compétent. Les personnages ne sont pas d'une grande profondeur, mais ils sont mus par des forces intérieures, et sont façonnés par les évènements et ils évoluent au fil de l'histoire (c'est déjà visible dans le premier tome)... Le background militaire, politique et international est bien campé ; il y a pas mal de digressions de background (politique, historique, social, ...) qui font autant de pauses dans l'histoire mais ne sont pas trop intrusives, et sont souvent intéressantes. Les parties tactiques sont bien vues, et les parties militaires sont crédibles. Bref, c'est pas mal du tout...

Honor est un peu trop parfaite, elle comprend toujours tout et toujours avant les autres, c'est un peu trop un officier modèle qui prend toujours toutes les bonnes décisions en acceptant toujours ses responsabilités et les défaillances des autres (alors que Hornblower est bourré de défauts, même si il est rusé et comprend aussi tout avant tout le monde)...

Les références et les parallèles sont donc nombreux avec la série Capitaine Hornblower, tome 1, des clins d'oeils qui font un peu "private joke" pour ceux qui ne connaissent pas les deux séries (mais de toutes façons les fan de l'une deviennent assez facilement des fans de l'autre j'imagine).

Ca n'a pas la qualité d'écriture des grands noms de la SF, mais si vous avez un long voyage en avion ou en train, ou une longue journée de vacances à passer seul, ce livre est le compagnon idéal si vous aimez le space op militaire... Vous ne pourrez pas vous arrêter de tourner les pages avant d'en avoir lu la dernière.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2015
Pendant la dernière guerre Forrester a créé son héros Horatio (comme Nelson) Hornblower , luttant dans la Royal Navy at the age of fighting sail contre l'ennemi juré de l'Angleterre, Bonaparte, the corsican ogre.Les Anglais, comme on le sait ont détesté et détestent Napoléon (pure histoire de jalousie et de lutte pour la suprématie) et voient souvent la Révolution française et l'Empire sous un angle de vision assez délirante mais les aventures et les combats sont admirablement bien conduits chez Forrester. David Weber avec son héroïne Honor Harrington (notez la similitude onomastique)narre des aventures aussi exaltantes ; l'ennemi Hitler lointainement transposé dans l'ogre de Corse (l'Angleterre lutte seule contre l'ennemi, allié au reste du monde) s'est vu remplacé par une République conquérante (la république de Haven, un monde nouveau promis pour demain) vaguement aussi envahissante que l'URSS, l'ennemi juré de la reine Elizabeth III et de l'exmidshipwoman Harrigton. J'ai appris tout le vocabulaire de la marine pour pouvoir lire dans le texte Forrester, O'Brien, Kent,etc..et là j'ai appris sur Internet le vocabulaire nécessaire pour pouvoir lire cette série épique de navigation dans l'espace de la navigation dans l'espace (il y a des voiles aussi, the Warshanski sails inventées par une femme polonaise) de Weber mais ça vaut le coup.J'ai commencé le tome 2 qui se passe sur une planète rétro (genre les Hamish ou les opposants à Darwin, ou les prophètes bizarres) avec une sorte de prophète : la pauvre Honor va découvrir un monde qu'elle croyait disparu où les femmes ne sont pas les égales des hommes : ça promet, mais je lis au moins quatre livres en même temps et ça prend du temps
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juin 2014
Premier tome d'une longue saga, On Basilisk Station fait débuter la carrière d'Honor Harrington à la tête d'un croiseur léger hors d'âge. C'est avec ce vaisseau, un équipage initialement hostile et un manque de moyens criant qu'elle fait face avec brillo a une machination ourdie par la République Populaire de Havre, puissance expansioniste et en partie basée sur l'URSS. Combats spatiaux et "spatio-politique" dans un contexte crédible, autant sur le plan technique que des puissances engagés, le livre est tout simplement indispensable pour tout fan de sci fi militaire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2015
Le mélange réussi de tradition navale et de science fiction, cela se lit très bien, recommandé même si vous n'aimez ni les monarchies ni les militaires.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2014
A very good book with a nice and realistic story. The technologies used in the space battleship are explained.
A great book to start the serie!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2014
basilic et honnor harrington en anglais c'est aussi savoureux qu'en français avec c'est vrai une certaine touche dans les dialogues qui sonnent mieux
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus