undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
On ne badine pas avec l'amour et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
On ne badine pas avec l'a... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

On ne badine pas avec l'amour Poche – 23 juin 2005


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 1,55
EUR 1,46 EUR 0,01
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 100,35 EUR 100,36

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

On ne badine pas avec l'amour + Le Vicomte pourfendu
Prix pour les deux : EUR 6,75

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Comédie (XIX --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

On siffle sa première pièce ? Musset s'en moque, il publiera les autres pour son seul plaisir, insouciant d'aucune règle, sauf celle de ses caprices et de sa fantaisie douloureuse et si légère. Ce sera son " spectacle dans un fauteuil ". C'est pourquoi on ne cessera jamais de jouer ses comédies et proverbes. Dans quel rêve, quel château, quel parc mélancolique sommes-nous ? Le jeune seigneur Perdican devrait y épouser sa cousine Camille, mais en un instant, il décide d'aimer une jeune bergère. Soudain dédaignée, Camille, qui ne croyait pas à l'amour, connaît le dépit, la jalousie, l'égoïsme de la passion. Autour d'eux, s'agitent des personnages fantoches d'une cocasserie irrésistible. Dans ce théâtre féerique, on se croise, on se déchire, on s'ennuie, on croit que tout est vain, on triche, on se désire, on souffre jusqu'à en mourir. Comme dans la vie.



Détails sur le produit

  • Poche: 96 pages
  • Editeur : Pocket (23 juin 2005)
  • Collection : Classiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266152238
  • ISBN-13: 978-2266152235
  • Dimensions du produit: 18 x 0,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (30 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.216 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Agnes5 le 13 août 2009
Format: Poche
Après ses études, le jeune Perdican retourne chez son baron de père pour y épouser sa jeune cousine Camille. Mais les retrouvailles sont pour le moins glaciales : Camille, qui revient du couvent où elle a reçu une éducation pieuse et austère prônant le retrait du monde et le rejet des passions amoureuses, refuse sèchement l'amour de son cousin.
Celui-ci, piqué dans sa fierté, séduit alors une jeune bergère, Rosette, la soeur de lait de Camille, provoquant alors l'orgueilleuse jalousie de Camille qui, jusqu'au bout, tentera de contenir ses élans passionnés par crainte de souffrir.
Autour de cette intrigue, se croisent des personnages éminemment sentimentaux (le trio Perdican/Camille/Rosette propose trois attitudes, trois visions de l'amour) dont le langage lyrique, proche de celui des héros de tragédie, est contrebalancé par les propos comiques voire cocasses des personnages secondaires (la baron, Maître Blazius, Maître Bridaine et Dame Puche).
Une tonalité en contraste donc, oscillant entre légèreté et gravité, balançant le spectateur entre rire et pitié, pour une pièce qui reste foncièrement romantique et dont il faut souligner la richesse et la précision du vocabulaire malgré une intrigue assez simple, somme toute, concentrée sur trois jours autour desquels le destin de trois protagonistes bascule.
Restent des répliques savoureuses, notamment dans la scène d'affrontement des deux amoureux (la tirade de Pedrican est la plus célèbre) mais entre jalousie, dépit, indifférence feinte, mensonges et tromperies, l'orgueil des deux cousins aura finalement raison de leur bonheur car... on ne badine pas avec l'amour.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Etatcritique TOP 500 COMMENTATEURS le 2 janvier 2015
Format: Poche
Un baron agélaste (le social) veut marier son fils, brillant dans le profane, avec sa cousine, pointue dans le religieux. Autour de trois personnages secondaires risibles (sans intériorité), va alors se dérouler la trame d’un drame entre les trois personnages principaux.
En raison des conceptions de son mental «…la tête à la place du cœur… », elle refuse tout mariage ; en raison de l’orgueil de son mental, il refuse son refus.
Il instrumentalise alors la sœur de lait qui, elle, n’est pas dans le mental mais dans le cœur « …tu ne comprends même pas le sens des paroles que tu répètes, quand tu t’agenouilles au pied de ton lit ; mais tu comprends bien que tu pries, et c’est tout ce qu’il faut à Dieu ».
Entre l’amour-passion dans le monde et l’amour-mental dans la religion, reste l’amour du cœur qui peut trouver à s’exercer aussi bien dans la vie civile que dans la vie religieuse… à condition de ne pas être sabordé par le mental, le sien et, parfois, celui des autres : « Hélas ! Cette vie est elle-même un si pénible rêve ; pourquoi encore y mêler les nôtres ? »
Au fond, « …le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. »
« …J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j’ai aimé… »
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sly le 19 mars 2012
Format: Poche
Il ne faut pas jouer avec les sentiments d'autrui. C'est la leçon qui nous ait donné ici.
J'ai bien aimé suivre ce duel entre deux personnages qui s'aiment et qui malgré tous ne veulent pas perdre la face. Quelqu'un finira par en payer le prix. Malgré le côté tragique de cette pièce et ne peut s'empêcher d'y trouver quelques scènes comiques entre le curé et le gouverneur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sophie A. VOIX VINE le 31 décembre 2005
Format: Poche
Cette courte pièce de théâtre romantique plaira aux amateurs de théâtre et à ceux que le théâtre classique a pu rebuter. Ici, la langue est accessible même pour des collégiens, le triangle amoureux constitué par Camille, Perdican et Rosette sonne vrai, le ton oscillant entre le sublime et le grotesque est agréable et rend compte de la complexité de l'homme, comme le voulaient les dramaturges romantiques. Une très belle oeuvre à la fois comique et tragique!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Toupin Sandy le 10 novembre 2005
Format: Poche
Dans ses oeuvres, Alfred De Musset privillegie l’émotion, s’attachant à décrire la variété et la complexité des sentiments qui accompagnent la passion amoureuse.
Il ne cherche pas a accomplir une mission sociale en parlant des prejugés sociaux ou autres comme le font beaucoup d'auteurs tels que Marivaux, Beaumarchais, etc...
Il prefere parler de l'amour et ses crimes notament en s'inspirant de sa malheureuse experience avec Georges Sand: elle aurait pu etre la femme de sa vie mais au bout d'un an, elle a commencé une liaison avec le medecin de Musset ce qui a evidemment nuit a leur relation jusqu'a la detruire completement..
Avec "On ne badine pas avec l'amour", on n'echappe pas a la regle: Musset nous transporte dans un monde où l'amour, aussi complexe soit-il, peut faire bien des ravages...
Cette piece est loin de finir bien, on peut meme dire qu'elle finit carrement mal. En effet, pas de fin heureuse mais plutot une fin tragique, une fin qui nous fait comprendre qu'il ne faut pas jouer avec les sentiments...
Malgrés son coté tragique, cette piece a aussi un petit coté comique avec la relation critique entre Le Maitre Bridaine & Maitre Blazius ou encore avec le desarroi du Baron qui prete plus a rire qu'a pleurer.
En fait, tandis que les personnages principaux rendent la piece tragique pour nous emouvoir, les personnages secondaires rendent la pieces plus legere pour nous faire rires : ce sont des personnages tres caricaturaux comparés aux autres et qui mettent du coup un peu de gaieté dans l'histoire.
Par consequent, je recommande evidemment ce livre a ceux qui aime les pieces de theatres.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?