Cliquez ici Toys Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes undrgrnd Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles4
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 décembre 2014
Oraisons !

Un mot qui résonne à mes oreilles, telles les cloches sonnant le glas. Un mot qui dans mon esprit installe cette pensée : comme Bossuet, l'auteur a-t-elle voulu faire l'apologie de la mort ?

L'originalité de ce roman, c'est la trame qui mêle à la fois fantasy et intrigues façon thriller, mais pas uniquement ! Oraisons, c'est un monde, une histoire travaillée dans laquelle on va de révélations en rebondissements.

L'univers est un monde a mi-chemin entre le médiéval et l'ère victorienne, les mentalités sont clairement archaïques, mais quelques inventions montrent un certain progrès. On entre sans aucune difficulté dans un univers d'une richesse et d'une profondeur assez incroyables, les spécificités de chaque peuple, chaque caste, ou population étant évoquées.

C'est dense, incroyablement intéressant et, comble du bonheur, jamais pesant.

On engrange une multitude de petites informations au fur et à mesure de la progression de l'intrigue, qui nous permettent d'avoir une vue plus globale sur le conflit en cours, l'univers, ou la personnalité des protagonistes.

Le lecteur débarque dans un monde où il existe des tensions entre trois royaumes. On suit plusieurs points de vue qui nous en apprennent beaucoup sur les différents pays de cet univers riche et complexe, mis en place par Samantha Bailly, mais également sur la religion en place, l'Oraison... L'ambiance se rapproche d' »A la Croisée des Mondes », on y retrouve un peu le même concept de « contes de fées pour les grands » et, le même type d'ambiance magique, même si l'univers est ici plus sombre. Un univers où la magie est très présente, mêlant chamanisme et rites religieux traditionnels ; elle se manifeste par l'utilisation d'objets magiques plutôt que par des sorts ou des invocations, tout en gardant une part de mystère...

Les héroïnes sont les filles d'une famille riche et puissante chargée des Oraisons, cérémonies funéraires extrêmement importantes culturellement et économiquement. Un postulat de départ qui peut paraître rebutant, mais qui n'occupe qu'une place secondaire dans le roman, une sorte d'arrière plan flouté. A partir de la mort de l'une d'elles, ses sœurs vont tout faire pour élucider son meurtre, découvrant petit à petit l'envers du décor de leur vie bien rangée...
Oraisons, c'est aussi une construction très minutieuse ; chaque chapitre s'ouvre sur un extrait de texte : œuvre d'un scientifique, d'un dirigeant, d'un artiste, ou journal intime de l'un des personnages, qui éclaire systématiquement un pan de l'intrigue abordé dans le chapitre en cours. Ainsi, le lecteur est comme enveloppé dans un cocon d'informations, disséminées peu à peu, qui lui donne l'agréable impression d'avoir une vision exhaustive de l'univers, tout en sentant qu'il ne fait que toucher du doigt un tout beaucoup plus vaste et plus complexe qu'il n'y paraît. le contexte est énorme, bien pensé, et extrêmement bien amené.

On entre dans l'histoire par une succession de scènes, découpées en chapitres assez courts, qui rendent dès le départ une impression d'intrigue complexe, de rapidité d'action, mais aussi d'une lente et précise mise en place. Pourtant, certains détails arrivent un peu trop rapidement ou facilement, et on a parfois l'impression que le suspens n'est plus au rendez-vous. Tous les thèmes sont traités avec finesse, mais le thème de la mort est particulièrement bien loti, bien qu'il soit très loin d'être au centre des préoccupations.

L'originalité du roman est de mêler fantasy et enquête policière ce qui donne un rythme enlevé au roman. L'auteur sait également préserver une part de secret jusqu'aux dernières pages alors qu'on s'imaginait que tous les points avaient été réglés et donc parvient a surprendre son lectorat. Malgré quelques tâtonnements stylistiques et scénaristiques Oraisons nous offre des thèmes intelligemment traités, une richesse des personnages ainsi qu'une intrigue complexe.

La plume de Samantha Bailly est déjà très assurée pour un premier roman : c'est fluide, entraînant, des chapitres plutôt courts rendant la lecture aisée et les pages se tournent toutes seules.

Oraisons est un coup d'essai qui se révèle un coup de maître et qui permet de découvrir une auteure à l'imagination débordante, qui a fait siens les codes de la fantasy mais qui ne s'est pas arrêté à la facilité.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
[...]

Ce livre, je l'ai depuis le salon du livre de Paris 2013. Donc, un peu plus d'un an. Je dois bien avouer que quand j'ai vu la couverture affichée, j'ai complètement flashé dessus. Elle est sobre, élégante et dégage quelque chose d’intrigant. Et l'artefact prend tout son sens lors de la lecture. Je pense que cette intégrale et l'histoire qu'elle renferme, auraient pu être un gros coup de cœur, si la taille de la police n'était pas aussi petite. Car oui, j'ai adoré cette lecture, oui cette chronique sera positive, et oui, la taille de la police m'a gâché un peu la lecture. Mais j'y reviendrai plus tard.

En Helderion, la mort peut rapporter gros à certains. Mais lorsque cette dernière s'abat sur la famille la plus « huppée », les événements s'enchaînent, les trahisons avec, et les secrets (parfois inavouables) éclatent. Lorsque la plus jeune de la famille des Manérian est retrouvée assassinée dans une ruelle sordide, la famille éclate en mille morceaux.

Le roman est coupé en deux parties, je dirais.

La première concerne la première des filles de la famille Manérian : Noony, une oraisonnière. Sa vie est consacrée au temple et aux oraisons qu'elle fait sur les morts. C'est à dire qu'à chaque mort, une initiation (je ne trouve pas le mot que je veux...) est faite pour que l'esprit de la personne décédée aille en paix. Mais au fur et à mesure que l'on avance dans ce roman, la jeune fille se rendra vite compte que quelque chose de grave se trame, ce qui remettra en doute ses projets et ses décisions. J'ai beaucoup aimé ce personnage, parce qu'on le voit grandir petit à petit. D'une jeune fille qui suit les directives de son père à la lettre, on la retrouve complètement reine de ses choix et de ses actes. Elle devient de plus en plus forte, et malgré tous les malheurs qui se passent autour d'elle, elle garde la tête haute dans toutes circonstances. À chaque fin de chapitre, j'avais hâte que le suivant arrive pour voir ce qu'elle ferait.

La seconde partie, est plus centrée sur sa jeune sœur, Aileen. Elle, est plu guerrière que Noony, plus décidée à venger la mort de leur sœur, même s'il faut tuer. J'ai beaucoup aimé aussi ce personnage, même si Noony m'a plus touchée par son côté douceur. Aileen est forte dès le début et n'hésite pas à contester les ordres de son père, ce que ce dernier n'accepte pas du tout. Malgré le fait qu'elle prenne un certain grade tout le long du récit, elle reste humble et forte dans ses convictions. Elle ne profite pas de son statut pour asseoir une certaine autorité, bien au contraire. Et je crois que c'est exactement ça qui m'a plu chez elle : elle reste fidèle à elle-même.

Une chose que j'ai beaucoup aimé dans le livre, c'est que l'auteure intègre entre chaque chapitre un interlude, nous permettant de suivre d'autres personnages sur à peine deux pages. Cependant, ces passages sont très bien dosés à tel point qu'on en arrive à s'attacher un tant soit peu à eux. Un autre gros point positif, ce sont les petits textes qui se trouvent à chaque début de chapitre. C'est à ce moment-là qu'on se rend compte que l'auteure maîtrise parfaitement son sujet, et que l'univers est très complet. J'en suis totalement admirative. Mais en plus de voir que le sujet est maîtrisé, il nous permet à nous, lecteurs, d'en apprendre plus en quelques lignes seulement.

Donc comme je le disais plus haut, le seul point négatif qui m'a fait tiquer et pas profiter pleinement de ma lecture, c'est la taille de la police qui est vraiment trop petite. Au bout de seulement 20 pages, j'avais les yeux rouges, et j'étais fatiguée. Ce qui est vraiment dommage, parce que le pire dans tout ça, c'est que l'univers me plaisait tant, que j'aurais aimé pouvoir dévorer ce livre comme il se le devait et je suis sûre que sans ça, ce livre serait un coup de cœur. Mais bon, malgré cette police trop petite, je recommande ce livre qui a été une vraie belle découverte pour moi !

Et la fin... Waouh, je ne pensais pas que je l'aimerais autant. J'avais peur que tout aille trop vite, que l'auteure choisisse une fin facile. Mais non, j'ai pleuré et j'ai détesté l'auteure au même moment. C'était tellement soudain que je ne m'y attendais vraiment pas. Et lorsque j'ai fini le livre, ma réaction a été : « Quoi, déjà ? Non mais c'est pas possible, j'en veux plus ! » Du coup, je suis frustrée parce que je sais qu'il n'y aura pas de suite et que malgré tout, la fin se suffit à elle-même.

En résumé, un univers parfaitement maîtrisé, des personnages attachants, attendrissants, forts, humbles et qui restent naturels. Des complots, des vérités qui blessent, des retournements de situation qui nous font ouvrir grand les yeux et la bouche. Une plume vraiment très agréable qui pousse à continuer notre lecture sans s'arrêter. Des interludes qui nous permettent de connaître et de suivre les personnages secondaires. En bref, un univers que je conseille pour ceux qui aiment la fantasy. Dommage toutefois que la police soit aussi petite.

Justine P.

« Le mutisme et le silence sont deux mots aux significations très différentes. Le silence ouvre le passage à la révélation tandis que le mutisme le coupe. Le silence enveloppe les grands événements, le mutisme les cache. L'un marque le progrès, l'autre une régression. »

« Ce serait pourtant mentir que dire que je me suis remise. Je repense tellement à ce jour-là, et j'ai encore l'impression que c'était hier. Il y a des souvenirs qui ne vous abandonnent jamais, qui vous poursuivent malgré vous. Quand j'étais jeune, j'avais des larmes sans chagrin. À présent, j'ai un chagrin sans larmes. »
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Elle est jeune "il est vrai, mais aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années". Empruntée à Dom Rodrigue dans le Cid, cette citation me semble parfaitement convenir à cette auteur. Quand on sait qu'elle a commencé à écrire ce roman pendant son année de terminale, on est littéralement bluffés. Car elle nous offre là tout un monde, construit, cohérent, avec toutes ses composantes : politique, sociologique, économique, religieuse et une histoire qui soulève bien des questions sur la vie, la mort, les fidélités, les manipulations génétiques, la religion, bref un niveau de réflexion déjà élevé...

La construction du roman est aussi très intéressante. On suit tour à tour le parcours des deux soeurs Aileen et Noony et l'auteur jette ses filets en Thyrane, en Rouge Terre, avant de tout rassembler en Heldérion, à Abranelle précisément, où on obtient le fin mot de ce qui a été esquissé tout au long du roman. Les chapitres, qui commencent par une définition, un article d'encyclopédie, une régle de jeu ou une précision sur un personnage, sont entrecoupés d'interludes qui font avancer l'histoire de manière habile. L'écriture est fluide, maîtrisée, agréable à lire, et le texte est émaillé de poèmes, extraits d'une pièce de théâtre, paroles de chansons, tous inventés pour ce monde-là, ce qui montre que l'auteur s'est essayée à plusieurs genres avec succès.

La palette de personnages est riche, très riche, tant de personnages principaux que secondaires, les caractères bien travaillés et bien rendus, avec quelques chouchous pour ma part : Noony, Heptiel, Orius et Shala. On peut saluer aussi la création des animaux : trois-larmes, chawins, unis et autre sang-de-lune.

C'est donc au final un roman magnifique, foisonnant (sans qu'on s'y perde), dans lequel on aime à s'immerger jusqu'à oublier le monde alentour, les pages tournent et on en sort à regret, en se disant que l'auteur nous a offert là un bien joli moment de lecture, digne des grands noms de la fantasy.

Un vrai grand coup de coeur pour moi !!
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 septembre 2013
J'ai tellement attendu d'avoir ce livre que lorsque je l'ai eu entre les mains, je n'y arrivai toujours pas a y croire ! Je n'ai lu que le synopsis pour l'instant car je lis actuellement déjà un autre livre mais je vais tout faire pour vite le lire. Je le recommande à tout le monde !
11 commentaire1 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,49 €