undrgrnd Cliquez ici Toys Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Orca
  • Commentaires client

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles28
4,6 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:8,79 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 février 2002
Comme il est spécifié à côté du titre, c'est un film inspiré des "dents de la mer". Bien sûr on y retrouve tout le suspense déjà existant dans le film culte mais je trouve que "Orca" apporte une dimension supplémentaire. Nous voici retrouvé à la place de l'animal, ici un formidable épaulard de près de 10 m. Nous souffrons avec lui du malheur qu'il est en train de vivre (sa femelle et son bébé tués par un pêcheur). La vengeance que l'Epaulard organise contre ce pêcheur est magistrale et tout paraît réaliste, les scènes filmées de l'animal en train de massacrer un requin blanc ou bien hâpant un matelot sur le pont du bâteau. Bref, connaissant mal cet animal réputé particulièrement intelligent, on pourrait tout à fait croire qu'il soit capable de tels actes dans sa situation dramatique. Le réalisme des "dents de la mer" était déjà moins évident (le requin machine et son statut de mangeur d'hommes à la chaîne) alors que les films sont de la même époque....En bref, un hommage musclé, EMOUVANT et inspiré au plus puissant animal de la planète.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2003
Contrairement à ce qui a été dit ce film n'est pas un "remake" des dents de la mer, mais un film portant sur le thème de la vengeance entre un orque et un pêcheur. La musique d'ennio morricone est formidable, les 2 acteurs principaux sont très convaincant et l'histoire magnifique. A ne pas rater ou a revoir en DVD.
11 commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Grâce au DVD et Amazon, j'ai enfin réalisé un souhait de son enfance : voir Orca. C'est un beau film à mi-chemin entre Les Dents de la mer et Moby Dick, malgré un anthropomorphisme un peu trop poussé, mais probablement voulu. Les belles images (malgré quelques passages maladroitement montés) sont admirablement servies par le regretté Richard Harris (Terreur sur le Britannic, Dumbledore dans Harry Potter à l'école des sorciers et HP et la Chambre des Secrets) et la superbe Charlotte Rampling (Angel heart,Swimming pool,Lemming). Sans oublier la musique tristement envoûtante d'Ennio Morricone. Le film a plutôt correctement vieilli, et l'ambiance surréaliste des décors finaux est absolument magique.

Recommandé !!
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2012
Orca, de Michael Anderson, sort en 1977. Produit par l'avisé Dino De Laurentiis, qui veut surfer sur la vague du film d'animal meurtrier initiée pas Les dents de la mer en 1975, il fait partie de la cohorte de films du même genre sortis à la même époque (Grizzly en 1976, Tentacules en 1977, ou encore Piranhas en 1978). Et pourtant, à l'instar du film de Joe Dante, il se démarque du lot.

L'idée de base, pourtant, n'est pas foncièrement éloignée des Dents de la Mer : un pêcheur est poursuivi par un épaulard, nous amenant à un combat à mort entre l'Homme et l'Animal. Là où Orca se distingue, c'est par le traitement accordé à l'orque par un scénario à l'opposé du long-métrage de Spielberg. Dans le film de ce dernier, le requin est un monstre marin s'attaquant à d'innocentes victimes, ennemi sans pitié qui ne mérite que la mort. Ici, l'épaulard est considéré comme un animal à l'origine bon (superbe scène d'introduction, montrant le couple de cétacés nageant de conserve), mais exprimant des sentiments bien humains de tristesse puis de vengeance lorsque l'on porte atteinte à sa famille. L'animal est donc présenté comme une victime de l'homme, et non l'inverse, statut encore rehaussé par la somptueuse partition d'Ennio Morricone. Dés lors, comment ne pas prendre partie pour celui que l'on considérait à tort, à voir l'affiche du film, comme une bête sans âme ?

Face à l'orque, Richard Harris campe le pêcheur meurtrier, qui, sous une apparence sale et inculte, se révélera déchiré par un passé qui le lie intimement à l'animal. Dans Orca, humains et épaulards sont donc placés sur pied d'égalité. Pourtant, Michael Anderson nous amène à éprouver empathie pour l'orque, mais mépris pour le pêcheur assassin et lâche. Un mépris qui ne disparaîtra qu'aux trois quarts du film, lorsque Richard Harris embrassera enfin son destin, faisant transparaître sous sa couche de crasse morale une âme grande et noble. Et, lors d'un final grandiose se déroulant dans un cirque d'icebergs, l'on ne peut qu'éprouver de la peine à la fois pour Harris et l'animal, en un retournement de sentiments difficile à quitter lorsque surgit le générique final.

Réalisé pratiquement sans maquettes (la plupart des scènes sont tournées avec de vrais épaulards), doté de superbes paysages (le bateau suivant lentement l'aileron fatal en pleine mer et sur fond de soleil levant), d'un scénario plus fouillé qu'il n'y paraît (excepté pour le personnage de Charlotte Rampling, monochromatique), d'une partition sublime et d'un final valant à lui seul le détour, Orca est une vraie curiosité, à découvrir d'urgence !
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2007
Attention, il s'agit là d'une véritable petite merveille.

Il est d'ailleurs surprenant que ce film ne soit pas aussi connu que celui auquel il fut trop souvent, et à tort, comparé à savoir "les dents de la mer". Non, "Orca" n'est certainement pas un remake des fameuses dents de crocodile..pardon, de requin. Du reste une scène du début montre bien un épaulard "foutre en l'air" (vous me passerez l'expression) un requin menaçant un nageur. J'y vois une façon de dire "dégage, ce film est le mien, toi t'as eu ta part", en quelque sorte un message aux télespectateurs de la part du réalisateur pour chasser toute ambiguïté.

"Orca", c'est la dramatique histoire d'un homme foncièrement bon, Nolan (formidable Richard Harris), victime de son ignorance sur les cétacés. C'est l'incroyable vengeance d'un épaulard aux sentiments quasi humain face au massacre de sa femelle et la perte de son petit.

C'est la fantastique beauté glaciale des régions polaires, et enfin, le clou de ce drame digne de Shakespeare, la mise à mort (je ne dirai pas de qui, je vous laisse le suspens) organisé comme un rituel sacré.

Les séquences sous-marines superbes (étonnante procession d'orcs) et les effets spéciaux atteignent à la perfection. Pour couronner le tout, sur une prodigieuse composition de monsieur Morricone.

Une perle (sous-marine).
0Commentaire|20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2002
Comment réagiriez vous si votre compagne et votre enfant se faisaient massacrer devant vos yeux? Ce film propose un élément de réponse saisissant en mettant en scène de façon magistrale un mammifère redoutable, encore méconnu... l'orque! Prédateur incontesté de tous les océans où il vit, ce mammifère est aussi celui qui possède le cerveau le plus developpé.. . loin devant l'homme. A travers le film se pose la question de savoir qui de l'homme ou de l'orque est le plus humain? qui est le plus animal? Une histoire qui pousse à réfléchir quant aux dangers que l'homme fait courir à la flore mais aussi à la faune terrestre. Un film bouleversant à voir ABSOLUMENT!!!
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2010
Ce film, jugé à tord comme une énieme version d'un "Jaw", bouleverse et prends aux tripes le spectateur dés les premières scènes. L'orque et le pêcheur "Nolan" (magnifiquemet campé par Harris) sont inextricablement lié par le crime commi par celui-ci.
C'est un ballet macabre et mortel qui entrainera les deux protagonistes dans une lutte acharnée.
Nolan nie tout d'abord son crime, comme il refuse de considérer l'animal en tant qu'espece "consciente" puis sous les assaults incessants de l'orque, il va affronter la réaliter et réaliser que ce "monstre" est aussi "sensible" que lui.
Nolan reconnaissait lors d'une scéne clef du film, que le "poisson" est peut-être même plus "humain" que lui.
Une oeuvre qui pour moi devrait être élevé au rang de "classique" tant la cause que le film défends est juste et avant-gardiste pour l'époque.
Une ode aux respect du Vivant, une oeuvre sombre et glacé, qui nous plongent dans les noirceurs de l'âme humaine comme dans les profondeurs de l'ocean.
L'orque (re)devient une sorte d'"esprit" shamanique, et hante le territoire des hommes pour réclamer vengeance.
Un film unique pour moi avec une des plus magnifique composition d'Ennio Morriconne.
La musique vous bouleverse et viens renforcer le côté mystique, dramatique du film.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Orca se distingue par un sujet plutôt insolite, la vengeance d'un Orca envers un pêcheur qui a tué sa femelle et le petit qu'elle portait. Le film est sans doute une critique des méfaits de l'homme sur l'environnement (ici des pêches non maitrisées) et une histoire de vengeance. L'oeuvre est à la fois émouvante et "brute" lors de la confrontation entre l'orca et l'homme. Un film au discours écologique et une belle histoire d'amour et de vengeance.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2012
De la Bible au Punisher , de Shakespeare à Sophocle l'histoire des hommes est parsemée de vengeance d'honneur souillé et de famille déchiré .
Ennio Morricone , le compositeur qui révolutionna la musique de film ( essayez de voir Il était une fois dans l'Ouest sans l'OST ...) était l'homme idéal pour mettre en son "Orca" .
Orca , un film dont je ne me suis jamais remis . Un pêcheur un peu bourru mais avec un bon fond tue par accident une Orque et son enfant . Les sentiments des épaulards étant similaires aux sentiments humain , le mâle , ive de douleur va persécuter un village sur pilori jusqu'à ce que notre marin ( incarné par le formidable Richard Harris , véritable clone de Marlon Brando dans ce film ) se décide à l'affronter au large de l'Antarctique .
Loin du ridicule des dents de la mer 4 ou le requin suivait la famille Brody ou de l'horreur du chef d'oeuvre de Spielberg , Orca est un film qui mise sur l'émotion et la poésie . Une véritable tragédie sur mer rappelant les contes antiques .
le capitaine Nolan a commis involontairement l'irréparable en massacrant deux innocents au nom de l'appât du gain et cherche la rédemption . Orca est un père meurtri , un Achab inversé version cétacé qui traquerait sans pitié son tueur de baleine à travers les océans . Et Malgré leurs erreurs , leurs crimes respectifs et leur soif de vengeance ,le spectateur assiste médusé (sic) a cet affrontement marin où ces deux force de la nature ont une raison légitime de vouloir anéantir l'autre . L'épaulard est un mammifère muet impitoyable mais majestueux et dont la douleur transparaît dans chaque scène. Richard Harris est noble, loyal courageux .
Dans un final bouleversant la mort fauchera l'un de ces deux personnages pour qui le spectateur va ressentir un vrai conflit d'intérêt: Qui mérite de vivre , qui mérite de mourir ?

A l'opposé de John Williams avec Jaws - Les Dents de la mer, Morricone prend le pari de baitir un score sensible , sans effets spectaculaires où les cordes se font volontiers lyriques .
Le thème principal commence comme un requiem poignant porté par des cordes et un hautbois empleins d'élégance et de tristesse . Puis arrive un piano , et la mélodie devient lyrique , fluide . Fermez les yeux et vous êtes sur l'ocean , l'air marin vous fouette le visage , la houle fouette la proue de votre bateau un bref moment vous êtes Nolan , ivre de liberté . A cet instant , la mélodie de Morricone ressemble au travail de Rosennman sur East of Eden / Rebel with a Cause Avant que la mélodie revienne à son Coda ,à cette tristesse insondable qui va pousser le mammifère à exiger le prix du sang .
"Early ices" , sa flute et ses violons rappelle pour le coup le John Williams de "Star Wars" tandis que les violons sur fond de basse lugubre de "Intermezzo" ravira les admirateurs du travail de Bernard Hermann de Psychose .
" Arrival at The Pole" voit le thème principal augmenté par les fameuses voix féminines chères au Maestro . Comme dans il était une fois , cette voix de femme introduit un peu de beauté dans ce monde sanguinaire . Légèrement mixée en écho , elle représente à la fois la Mer et ses sirènes et le souvenir de la famille décédée qui viennent hanter notre baleine".
Le Final mixe tous ces thèmes et achèvera vos glandes lacrymales mises à rudes épreuves par tant de beauté .
Comme pour le Parrain et Star Wars Il m'est impossible de dissocier le travail du réalisateur du compositeur . En voyant le film , je suis porté par la musique . En écoutant le disque , je revois mentalement le film .
C'est pourquoi je poste cet avis à la fois pour le film et l'OST , à mon sens l'une des plus belle du maître et qui gagnerait à être d'avantage reconnue .

Un grand film , un grand disque , un grand bonhomme .
55 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juillet 2010
Très bon film avec l'excellent Richard Harris en vieux baroudeur, la talentueuse Charlotte Rampling et la très jeune et belle Bo Derek. La vengeance d'une orque mâle qui par la stupidité d'un pêcheur tue accidentellement une orque et le bébé qu'elle portait. Il devra faire face à l'implacable vengeance du mâle. Attention, certaines scènes peuvent heurter les plus jeunes.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,25 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)