undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles5
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:22,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 mars 2015
Ce livre ouvre notre regard. En phase avec le tournant des sciences humaines qui découvrent en l’homme un potentiel positif , dans une période où un changement profond intervient dans les mentalités, où la prégnance des enfermements du passé est en voie de décrue, Lytta Basset prend appui sur son expérience spirituelle et sur une lecture renouvelée des textes bibliques pour mettre en valeur la bienveillance, une manière d’être, de sentir et d’agir, qui a toujours existé, mais qui, aujourd’hui, répond à une aspiration nouvelle telle qu’on peut l’entendre aujourd’hui dans des expressions de convivialité ou des démarches collaboratives .
Il y a aussi aujourd’hui une quête spirituelle de plus en plus répandue . En regard, le livre aborde très concrètement des questions existentielles majeures. La réponse se situe dans une approche relationnelle. « Ce qui concerne par dessus tout les auteurs bibliques, c’est d’être en lien avec le Vivant, de l’écouter et de l’entendre pour s’orienter dans la vie » (p 230). La relation avec Dieu va de pair avec la relation avec les humains. Le mal se trouve là où la relation est en péril ou interrompue, dans des situations énoncées par Lytta Basset en terme « d’enfermement, d’errance, d’aveuglement, de maladie, de division, d’exclusion, d’idolâtrie, de dette.. ». L’exigence, c’est de « ne pas nous couper les uns des autres » (p258).
Ce livre embrasse un champ très vaste. L’auteur a donc effectué un grand travail de documentation et de synthèse. Certains points peuvent parfois être discutés, mais ce qui compte ici, c’est le mouvement et l’état d’esprit. Et en élargissant notre vision, il nous libère de nos limites et de nos enfermements. C’est une ressource dans laquelle on peut venir et revenir puiser.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2014
bon livre à lire avec patience et prenant son temps
sujet interessant mais besoin constant de se documenter bon sujet
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2014
Excellent livre et pour une fois j'avais la facture avec ce qui m'a bien facilité la tache merci
Avec Lytta arrêtons de faire croire à nos enfants à de fausses croyances comme le péché originel , croire en un Dieu d'amour c'est bien autre chose ......
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2014
A lire par tout croyant en recherche d'air spirituel frais ! A lire par tout non-croyant en recherche d'humanité !
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 juin 2014
Qui croit encore au péché originel ? Moi j’y crois et je regrette que Madame Basset n'y croit pas. Son livre est intelligent et bien écrit mais je ne peux m’empêcher de rester rêveur devant la totale cécité d’une personne prétendument “chrétienne” devant la réalité du péché. Le grand auteur catholique anglais G.K. Chesterton (1874-1936) avait dit “le péché originel est la seule doctrine chrétienne qui soit empiriquement démontrable: il suffit de sortir dans la rue et de regarder autour de soi.” Madame Basset (Protestante libérale), elle ne voit la réalité du péché originel ni dans la Bible ni en elle-même ni autour d’elle (elle ne regarde pas le JT !) Elle ne semble pas avoir le sens de son indignité devant Dieu.

Ainsi donc, la Bible ne dit jamais que l’homme est mauvais; Jésus dit simplement qu’il est malheureux et c’est Augustin qui a inventé cette doctrine à lui tout seul. Nous ne devons pas lire la même Bible. Personnellement, il me semble qu'Augustin (comme d'autres avant lui, Irenee de Lyon, Tertullien etc.) a vu clairement que l'apôtre Paul affirme la réalité du péché du premier homme transmis à la race humaine. Je ne vois pas comment le 5e chapitre de la lettre aux Romains peut avoir un sens sans l’idée de péché originel. Enfin...

Quand aux consequences néfastes de cette doctrine et les terribles sens de culpabilité qu’elle entraînerait, j’observerais simplement que les plus grandes atrocités dans le monde on toujours été commises précisément par des personnes qui n’avaient plus aucun sens de culpabilité. Le siècle passé a vu à la fois la conscience du péché diminuer et les atrocités augmenter dans notre civilisation. Ce n’est pas un hasard.

Pour moi, la doctrine du péché originel est une doctrine merveilleuse et pleine d’encouragement car elle nous met tous au même niveau. Personne n’est meilleur que l’autre. De plus, elle signifie que bien que tout en moi soit corrompu, j’ai l’espérence de la rédemption et du salut grace au sacrifice du Fils de Dieu qui a expié mes péchés en les portant sur la croix et en me réconciliant avec le Père. En effet, si le péché originel n’existe pas, nous n’avons pas besoin de sauveur et la mort du Christ n’a aucun sens. D’ailleurs, Madame Basset parle du Christ comme si c’était simplement un maître de sagesse, pas comme son sauveur, hélas.
22 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)