Ouragan et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 18,30
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ouragan a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Ouragan (Anglais) Broché – 15 août 2010


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,30
EUR 12,50 EUR 0,01

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Ouragan + La Porte des Enfers + Le soleil des Scorta
Prix pour les trois: EUR 45,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Moi, Joséphine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans, j'ai ouvert la fenêtre ce matin, à l'heure où les autres dorment encore, j'ai humé l'air et j'ai dit : "Ça sent la chienne." Dieu sait que j'en ai vu des petites et des vicieuses, mais celle-là, j'ai dit, elle dépasse toutes les autres, c'est une sacrée garce qui vient et les bayous vont bientôt se mettre à clapoter comme des flaques d'eau à l'approche du train. C'était bien avant qu'ils n'en parlent à la télévision, bien avant que les culs blancs ne s'agitent et ne nous disent à nous, vieilles négresses fatiguées, comment nous devions agir. Alors j'ai fait une vilaine moue avec ma bouche fripée de ne plus avoir embrassé personne depuis longtemps, j'ai regretté que Marley m'ait laissée veuve sans quoi je lui aurais dit de nous servir deux verres de liqueur - tout matin que nous soyons - pour profiter de nos derniers instants avant qu'elle ne soit sur nous. J'ai pensé à mes enfants morts avant moi et je me suis demandé, comme mille fois auparavant, pourquoi le Seigneur ne se lassait pas de me voir traîner ainsi ma carcasse d'un matin à l'autre. J'ai fermé les deux derniers boutons de ma robe et j'ai commencé ma journée, semblable à toutes les autres. Je suis descendue de ma chambre avec lenteur parce que mes foutues jambes sont aussi raides que du vieux bois, je suis sortie sur le perron et j'ai marché jusqu'à l'arrêt du bus. Moi, Joséphine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans, je prends le bus tous les matins et il faudrait une fièvre des marais, une de celles qui vous tordent le ventre et vous font suer jusque dans les plis des fesses, pour m'empêcher de le faire. Je monte d'abord dans celui qui va jusqu'à Canal Street, le bus miteux qui traverse le Lower Ninth Ward, ce quartier où nous nous entassons depuis tant d'années dans des maisons construites avec quatre planches de bois, je monte dans ce bus de rouille et de misère, parce que c'est le seul qui prenne les nègres que nous sommes aux mains usées et au regard fatigué pour les emmener au centre-ville, je monte dans ce bus dont la boîte de vitesses fait un bruit de casserole mais j'en descends le plus vite possible, six stations plus loin. Je pourrais aller jusqu'à Canal Street mais je ne veux pas traverser les beaux quartiers dans ce taudis-là. Je descends dès que les petites baraques du Lower Ninth laissent place aux maisons à deux étages du centre, avec balcon et jardin, je m'arrête et j'attends l'autre bus, celui des rupins. C'est pour être dans celui-là que je me lève le matin.

Revue de presse

Laurent Gaudé a composé une suite avec variations sur le thème de la tempête qui, en 2005, a saccagé la Louisiane et, particulièrement, sa capitale La Nouvelle-Orléans. Thème : l'ouragan, l'inondation. Variations : les humains, chacun avec sa vie, son histoire, les drames et les bonheurs de sa vie antérieure. Ces héros de rien, nés du limon et près d'y retourner quand le ciel leur est tombé sur la tête, sont des modestes, des pauvres, des Noirs. Sauf un, le «Révérend» rendu fou par le vent qui souffle à travers les «bayous»...
Autres personnages : les alligators qui, scène atroce, déchiquètent les humains qui se sont réfugiés dans un cimetière à moitié englouti. Mais ce sont là, finalement, personnages secondaires. Car le héros principal n'est pas même l'ouragan Katrina. Ce héros est La Nouvelle-Orléans. La ville malfaisante. Le décor saccagé. La ville des inégalités, des quartiers séparés, de la domination blanche censément abolie. La ville des descendants d'esclaves. L'ouragan soulève tout, exhume tout, les miasmes, les morts, les vivants. Vengeance du ciel ? Laurent Gaudé ne le dit évidemment pas. L'ouragan souffle dans les têtes...
Désastre, matrice de renaissances. (Bruno Frappat - La Croix du 6 octobre 2010)

Colère, résignation, peur, haine : leurs sentiments lâchent comme les digues alentour. Laurent Gaudé leur donne la parole à tour de rôle en un chant choral habilement orchestré. Mêlant les accents de la tragédie antique aux caractères du drame contemporain, Laurent Gaudé affirme avec Ouragan sa manière très singulière de décrypter la nature humaine. (Françoise Dargent - Le Figaro du 14 octobre 2010)

Chaque livre de Laurent Gaudé confronte des êtres humains que rien ne préparait à cette épreuve à une traversée des enfers : face au chaos du monde, ils se révèlent à eux-mêmes, dans l'affirmation de leur fière liberté, de leur amour et de leur courage restaurés, ou au contraire dans l'emportement de leurs pulsions meurtrières...
En l'absence de tout Dieu, dont le nom n'est ici invoqué qu'à rebours, comme tentative pour justifier d'obscurs désirs de mort, l'homme ne peut compter que sur lui-même pour se racheter et atteindre un apaisement dont Laurent Gaudé persiste à affirmer la possibilité au-delà des catastrophes. (Aliette Armel - Le Magazine Littéraire, octobre 2010)

Quand La Nouvelle-Orléans sombre dans le déluge. Un récit plein de furie et d'espoir. C'est écrit comme dans un souffle, un souffle puissant, envahissant, qui vous emporte, en près de 200 pages, au bout du monde. Ouragan, le dernier roman de Laurent Gaudé, puise sa force dans la folie de la nature mais aussi dans celle des hommes, broie les vies et chante... l'amour, flirte avec l'apocalypse et la rédemption. Ouragan se dévore...
Bientôt, l'eau reflue, les alligators regagnent les bayous, Josephine, mémoire du peuple noir, regarde, dignement, la vie devant elle. Et le lecteur reprend son souffle. (Marianne Payot - L'Express, août 2010)


Détails sur le produit

  • Broché: 188 pages
  • Editeur : Actes Sud (15 août 2010)
  • Collection : Domaine français
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 274279297X
  • ISBN-13: 978-2742792979
  • Dimensions du produit: 11,6 x 1,4 x 22 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (45 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 148.740 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé publie son oeuvre, traduite dans le monde entier, chez Actes Sud. Il est notamment l'auteur de Cris (2001; Babel), La Mort du roi Tsongor (2002, prix Goncourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003; Babel), Le Soleil des Scorta (2004, prix Goncourt 2004, prix Jean-Giono 2004; Babel), Eldorado (2006, Babel), Dans la nuit Mozambique (2007; Babel), La Porte des Enfers (2008; Babel)et de Ouragan (2010).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par cath le 30 août 2010
Format: Broché
J'ai appris à connaître les romans de Laurent Gaudé avec "La Mort du Roi Tsongor". Depuis, j'attends la sortie de ses nouveaux romans avec impatience et ne parviens pas à être déçue. Bien au contraire ! Il réussit toujours à surprendre.
"Ouragan" nous rappelle Katrina, survenu il y a cinq ans en Louisiane.
La peinture des personnages du roman est toujours aussi fine, précise et profondément humaine : chaque individu, au coeur de la catastrophe, est confronté à sa propre existence, son histoire personnelle. Cependant, chacun réagit différemment et le courage ou la lâcheté se distribue entre eux de manière tout à fait inattendue et va à contre-courant des idées pré-conçues que l'on peut avoir en cours de lecture.
Encore une belle et émouvante surprise que ce dernier roman...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
21 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile  Par Paka le 29 août 2010
Format: Broché
Je sors à peine de cette histoire et je suis encore remplie de son émotion.
Quelle plume ! Elle s'affine au fil des oeuvres pour aller à l'essentiel.
La galerie des portraits est très riche, notamment la vieille femme qui ouvre et ferme l'oeuvre.
Le point de vue change à chaque paragraphe, aussi les personnages ne se découvrent-ils qu'au fur et à mesure et Gaudé parvient magistralement à maintenir notre curiosité.
Ce livre nous offre en outre une image très contrastée et colorée de l'Amérique, avec sa magie environnante mais aussi ses nombreuses contradictions.
Je n'en dis pas plus, à chacun de s'en nourrir.
La vie et la mort sont aussi largement abordées, objets de bien de réflexions implicites.
L'ouragan et la proximité de la mort font naître des réactions inattendues chez les protagonistes.
Le courage et la dignité ne sont pas toujours là où on les attend...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par KALIBAN TOP 1000 COMMENTATEURS le 29 novembre 2011
Format: Broché
La Nouvelle Orléans, tragiquement frappée par l'ouragan Katrina en
2005, est coupée du monde. C'est un huis clos tragique... Face au danger
et devant l'imminence de la mort, la vie des hommes prend alors toute
son importance. C'est l'heure des choix vitaux et primordiaux...
Alors qu'il la fuit depuis 6 ans, Keanu Burns décide de revenir sauver Rose, la femme qu'il aime.
Oubliès et livrés à eux mêmes, que vont faire les prisonniers comme Buckeley, Boons ou Tush ? Devenir des pillards sanguinaires dans la ville en chaos ou en profiter pour s'enfuir et repartir de zéro ?
Et il y a aussi la fière et "presque centenaire négresse", Josephine Linc. Steelson, voix incantatoire, témoin du racisme des hommes blancs mais qui garde la foi en son peuple...
Cette tornade est-elle un châtiment divin ou une mise à l'épreuve ? Un révérend devient fou à essayer de comprendre le message de Dieu. Doit il sauver les habitants de la Nouvelle Orléans ou bien continuer à les punir ?
Et il y a les alligators... par dizaines... féroces et affamés... qui envahissent lentement les rues de la ville pour traquer et dévorer les hommes perdus et abandonnés...
Laurent Gaudé nous fait suivre ces quelques personnages dans une ville dévastée. L'écriture est riche et pétrie d'humanité ; le style ample est parfois lyrique mais toujours émouvant. Le lecteur se laisse magnifiquement emporter...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par albigeoise le 28 juin 2011
Format: Broché
Laurent Gaudé a fait d'un fait dIvers un magnifique roman où nous vivons la durée de l'ouragan l'histoire d'une dizaine de personnes à qui cette terrible tempête va être ou non fatale.
joséphine, négresse depuis bientôt cent ans a ouvert sa fenËtre et humé l'air qui sent " la chienne " et elle en a connu des tempêtes depuis qu'elle est sur terre mais celle-ci sera pire que les autres .....
Rose , seule avec son enfant, est loin de se douter que Keanu, l'homme qui l'a quitté va affronter la tourmente pour venir la rejoindre ....
Les neuf prisonniers dont les gardiens ont déserté leur poste vont-ils résister à l'eau qui monte dans les cellules ....
c'est dans le décor d'apocalypse d'une ville abandonnée que Laurent Gaude met en scène des personnages qui se croisent et qui vont chacun à leur manière à la rencontre de leur destin.
un roman que l'on ne peut oublier tant il est fort, puissant ...... comme l'ouragan.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Jean Francois Ponge TOP 500 COMMENTATEURS le 18 septembre 2011
Format: MP3 CD
Au cœur de l'ouragan Katrina, des destins se croisent, des personnages qui n'auraient jamais dû se rencontrer vont se retrouver, se perdre, renaître, ou... mourir. La quête de Keanu, quittant une autre catastrophe (l'explosion d'une plate-forme pétrolière au large du Texas) pour en rejoindre une autre, celle de la Nouvelle-Orléans, est émouvante. Après avoir quitté sa femme Rose et son fils Byron, six ans plus tôt, il revient sur les traces de son passé en quête d'un pardon auquel pourtant il ne croit guère. Va-t-il les retrouver dans ce maelstrom où plus aucun repère ne fonctionne, où les tabous de classe et de sexe se sont brutalement effondrés ? Et Joséphine, la vieille négresse presque centenaire, que va-t-il lui arriver ? Contrainte d'abandonner sa maison, elle va errer dans la ville, sans trop savoir (ou ne sachant que trop !) ce qu'elle trouvera au bout du chemin. Et pourtant, grâce à elle, qui ne croyait plus trop à la vie, plusieurs personnes vont être sauvées. Bien d'autres personnages parcourent cette histoire, merveilleusement racontée selon un procédé narratif (on pourrait parler de "montage" ou de "collage") qui ne laisse jamais l'ennui s'installer. Une très belle écriture, des personnages attachants, au-delà de la notion de bien et de mal, car dans une catastrophe d'une telle ampleur la morale n'a plus cours. Laissez-vous emporter par la vague Gaudé...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?