Ozzy Osbourne

Les clients ont également acheté des articles de

Black Sabbath
Dio
Deep Purple
Judas Priest
Rainbow
Megadeth
Motörhead
Blackmore's Rainbow

Top albums (Voir les 76)


Voir les 76 albums de Ozzy Osbourne

Ozzy Osbourne : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 438
Titre Album  

Image de Ozzy Osbourne
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Années de Sabbat

John Michael Osbourne, alias Ozzy Osbourne, est né le 3 décembre 1948 à Aston, Birmingham. Il commence à chanter dès le secondaire, à l'école, en reprenant des pièces d'Otis Redding avec son groupe, The Approach. Il fait ensuite partie de Rare Bread en compagnie de Geezer Butler, et tous deux rejoignent Tony Iommi et Bill Ward dans Polka Tulk, qui devient Earth puis adopte le patronyme de Black Sabbath.

Ozzy Osbourne sera le chanteur attitré de Black Sabbath durant près d'une décennie fondatrice pour le hard rock. Lorsqu'il est congédié par le groupe en 1979 à cause de ... Lire la suite

Années de Sabbat

John Michael Osbourne, alias Ozzy Osbourne, est né le 3 décembre 1948 à Aston, Birmingham. Il commence à chanter dès le secondaire, à l'école, en reprenant des pièces d'Otis Redding avec son groupe, The Approach. Il fait ensuite partie de Rare Bread en compagnie de Geezer Butler, et tous deux rejoignent Tony Iommi et Bill Ward dans Polka Tulk, qui devient Earth puis adopte le patronyme de Black Sabbath.

Ozzy Osbourne sera le chanteur attitré de Black Sabbath durant près d'une décennie fondatrice pour le hard rock. Lorsqu'il est congédié par le groupe en 1979 à cause de son goût trop prononcé pour l'alcool et les drogues, il ne participe plus qu'aux enregistrements, ayant à peine un droit de regard sur les versions finales des morceaux. S'il n'écrit pas les plus grands succès de Black Sabbath, le groupe restera marqué par l'aura du personnage, génie malgré lui du mélange de la faiblesse et du satanisme, à la voix aigrelette et si particulière.

Avec les dents

Lorsque Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath, il sombre encore davantage : soutenue par Sharon (la fille du manager de Black Sabbath qui deviendra sa femme), il se rend chez CBS Records où, devant les yeux des producteurs médusés, il remet en liberté deux colombes, arrache la tête avec les dents de celle qui revient (...). C'est ce genre d'anecdote qui va construire la légende : il fera de même plus tard avec une chauve-souris lors d'un concert à Des Moines, Iowa, - même s'il déclara qu'il avait pris l'animal pour un jouet en plastique, il dût se faire vacciner contre la rage.

Ozzy Osbourne se remet tout de même à l'ouvrage, entouré de musiciens chevronnés. Ses chansons correspondent assez à l'esthétique de Black Sabbath, avec des textes centrés sur l'occultisme et des guitares très lourdes, notamment sur le premier album Blizzard of Ozz (1980). Cet album impressionne par les talents de Randy Rhoads (de Quiet Riot, guitare), Bob Daisley (de Rainbow, basse), et Lee Kerslake (ex-Uriah Heep, batterie). 

Voix du Diable

En 1982 la tournée du groupe est bouleversée par l'accident d'avion qui coûte la vie à Randy Rhoads, alors agé de 25 ans. Il est remplacé par Brad Gillis. A la fin de l'année, Ozzy Osbourne sort un double album live, Speak of the Devil, contenant de grands classiques de Black Sabbath. Les années 1980 sont assez actives pour l'ex-chanteur de Black Sabbath : les albums se suivent (Bark at The Moon, 1983 ; The ultimate Sin, 1986 ; Tribute, 1987 ; No Rest for the Wicked, 1988) et les musiciens se succèdent (les guitaristes Jake E. Lee puis Zakk Wylde, Bob Daisley, Carmine Appice, Randy Castillo, Phil Soussan, Mike Moran, John Sinclair et bien d'autres) pour des productions de qualité décroissante.

Outre la gestion de cette grande famille musicale, les problèmes sont nombreux s'accumulent pour le « mad man » : il est poursuivi pour être indirectement responsable de la mort d'un jeune américain qui s'est suicidé à l'écoute de « Suicide Solution » (de l'album The Blizzard of Ozz). Ce titre, Ozzy Osbourne l'a avant tout écrit pour évacuer sa peine due à la mort de Bon Scott, le chanteur d'AC/DC. Cette histoire sera traînée devant les tribunaux jusqu'en 1992, mais Ozzy obtient finalement gain de cause. Début 84 lors de la tournée américaine de Bark at The Moon, il a l'outrecuidance de se soulager contre la façade de la forteresse d'Alamo à San Antonio, lieu hautement sacré pour les Texans. Il y est depuis interdit de séjour ! Il s'éloigne peu à peu de la musique pour essayer de faire face à ses problèmes récurrents : entre autres déboires il essaye de tuer sa femme après quelques verres de vodka, ce qui lui vaut d'être une nouvelle fois conduit en cure de désintoxication.

Ozzfest

Après un album live, Just say Ozzy, publié en 1990, Ozzy Osbourne et ses musiciens font un retour flamboyant avec l'album No More Tears (1991) ; le chanteur semble avoir réglé ses problèmes de drogue et d'alcool. Une tournée et quelques années plus tard, il livre l'un de ses meilleurs albums, Ozzmosis (1995), en compagnie de Geezer Butler (basse), Rick Wakeman (claviers), Zakk Wylde digne remplaçant de Rhoads  à la guitare, et Dem Castronovo (batterie). Lemmy Kilmister et Steve Vai étant même invités à jouer et composer plusieurs titres (« See You on the Other Side », « My Little Man »). A cette même époque, Ozzy Osbourne crée la Ozzfest, un festival où il se produit sur scène ainsi que d'autres artistes du métal.

En 1997, il sort un best-of intitulé The Ozzman Cometh, avec quelques inédits, notamment de la période Black Sabbath. Il s'agit en fait d'une introduction à la re-formation du groupe légendaire pour une nouvelle tournée ; un album live paraît d'ailleurs bientôt sous le nom de Reunion.

MTV

En 2001, Ozzy Osbourne publie Down To Earth, qui devient vite un succès grâce au single « Gets Me Through ». Cette même année, il défraye la chronique sur MTV, qui diffuse une série sur sa vie et celle de sa famille suivie en permanence par une équipe de tournage, format « reality show ». The Osbournes devient ainsi l'un des plus gros succès de la chaîne et pousse d'autres artistes sur cette voie mais sans le même succès (n'est pas Ozzy qui veut).

Les années suivantes, Ozzy Osbourne consacre son temps à la réalisation d'un album live Live at Budapest (2002), puis de The Essential Ozzy Osbourne (2003), qui reprend ses plus grands succès, et concocte un coffret rétrospectif de sa carrière, Prince Of Darkness  (2005). En 2007, il revient avec un nouvel album, Black Rain, riche en émotions et classé troisième au Billboard. Une nouveauté à signaler pour cet album : l'artiste avoue avoir travaillé dans la sobriété absolue.

Trois ans après Black Rain, Ozzy Osbourne est de retour avec Scream,album de remise en forme magnifié par l'apport de la jeune recrue GusG. (Firewind et ex-Dream Evil et Arch Enemy) et de Rob « Blasko »Nicholson (basse), Tommy Clufetos (batterie) et Adam Wakeman(claviers). Produit par Ozzy Osbourne et Kevin Churko dans le studio de Los Angeles du chanteur, Scream est précédé du single « Let Me Hear You Scream » sorti fin avril.

The « Mad Man », alias Ozzy Osbourne est un personnage unique tantôt lunaire, écorché vif, tantôt business man avisé de l'entertainment.  Toujours à la limite du mélange entre vie publique et vie privée. S'il semble s'être assagi (ce qui est tout relatif au regard de la descendance Osbourne, elle aussi assez turbulante), il n'en reste pas moins une des plus grandes figures historiques du heavy metal et du rock'n'roll. Copyright 2014 Music Story Angélique Fouret

Années de Sabbat

John Michael Osbourne, alias Ozzy Osbourne, est né le 3 décembre 1948 à Aston, Birmingham. Il commence à chanter dès le secondaire, à l'école, en reprenant des pièces d'Otis Redding avec son groupe, The Approach. Il fait ensuite partie de Rare Bread en compagnie de Geezer Butler, et tous deux rejoignent Tony Iommi et Bill Ward dans Polka Tulk, qui devient Earth puis adopte le patronyme de Black Sabbath.

Ozzy Osbourne sera le chanteur attitré de Black Sabbath durant près d'une décennie fondatrice pour le hard rock. Lorsqu'il est congédié par le groupe en 1979 à cause de son goût trop prononcé pour l'alcool et les drogues, il ne participe plus qu'aux enregistrements, ayant à peine un droit de regard sur les versions finales des morceaux. S'il n'écrit pas les plus grands succès de Black Sabbath, le groupe restera marqué par l'aura du personnage, génie malgré lui du mélange de la faiblesse et du satanisme, à la voix aigrelette et si particulière.

Avec les dents

Lorsque Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath, il sombre encore davantage : soutenue par Sharon (la fille du manager de Black Sabbath qui deviendra sa femme), il se rend chez CBS Records où, devant les yeux des producteurs médusés, il remet en liberté deux colombes, arrache la tête avec les dents de celle qui revient (...). C'est ce genre d'anecdote qui va construire la légende : il fera de même plus tard avec une chauve-souris lors d'un concert à Des Moines, Iowa, - même s'il déclara qu'il avait pris l'animal pour un jouet en plastique, il dût se faire vacciner contre la rage.

Ozzy Osbourne se remet tout de même à l'ouvrage, entouré de musiciens chevronnés. Ses chansons correspondent assez à l'esthétique de Black Sabbath, avec des textes centrés sur l'occultisme et des guitares très lourdes, notamment sur le premier album Blizzard of Ozz (1980). Cet album impressionne par les talents de Randy Rhoads (de Quiet Riot, guitare), Bob Daisley (de Rainbow, basse), et Lee Kerslake (ex-Uriah Heep, batterie). 

Voix du Diable

En 1982 la tournée du groupe est bouleversée par l'accident d'avion qui coûte la vie à Randy Rhoads, alors agé de 25 ans. Il est remplacé par Brad Gillis. A la fin de l'année, Ozzy Osbourne sort un double album live, Speak of the Devil, contenant de grands classiques de Black Sabbath. Les années 1980 sont assez actives pour l'ex-chanteur de Black Sabbath : les albums se suivent (Bark at The Moon, 1983 ; The ultimate Sin, 1986 ; Tribute, 1987 ; No Rest for the Wicked, 1988) et les musiciens se succèdent (les guitaristes Jake E. Lee puis Zakk Wylde, Bob Daisley, Carmine Appice, Randy Castillo, Phil Soussan, Mike Moran, John Sinclair et bien d'autres) pour des productions de qualité décroissante.

Outre la gestion de cette grande famille musicale, les problèmes sont nombreux s'accumulent pour le « mad man » : il est poursuivi pour être indirectement responsable de la mort d'un jeune américain qui s'est suicidé à l'écoute de « Suicide Solution » (de l'album The Blizzard of Ozz). Ce titre, Ozzy Osbourne l'a avant tout écrit pour évacuer sa peine due à la mort de Bon Scott, le chanteur d'AC/DC. Cette histoire sera traînée devant les tribunaux jusqu'en 1992, mais Ozzy obtient finalement gain de cause. Début 84 lors de la tournée américaine de Bark at The Moon, il a l'outrecuidance de se soulager contre la façade de la forteresse d'Alamo à San Antonio, lieu hautement sacré pour les Texans. Il y est depuis interdit de séjour ! Il s'éloigne peu à peu de la musique pour essayer de faire face à ses problèmes récurrents : entre autres déboires il essaye de tuer sa femme après quelques verres de vodka, ce qui lui vaut d'être une nouvelle fois conduit en cure de désintoxication.

Ozzfest

Après un album live, Just say Ozzy, publié en 1990, Ozzy Osbourne et ses musiciens font un retour flamboyant avec l'album No More Tears (1991) ; le chanteur semble avoir réglé ses problèmes de drogue et d'alcool. Une tournée et quelques années plus tard, il livre l'un de ses meilleurs albums, Ozzmosis (1995), en compagnie de Geezer Butler (basse), Rick Wakeman (claviers), Zakk Wylde digne remplaçant de Rhoads  à la guitare, et Dem Castronovo (batterie). Lemmy Kilmister et Steve Vai étant même invités à jouer et composer plusieurs titres (« See You on the Other Side », « My Little Man »). A cette même époque, Ozzy Osbourne crée la Ozzfest, un festival où il se produit sur scène ainsi que d'autres artistes du métal.

En 1997, il sort un best-of intitulé The Ozzman Cometh, avec quelques inédits, notamment de la période Black Sabbath. Il s'agit en fait d'une introduction à la re-formation du groupe légendaire pour une nouvelle tournée ; un album live paraît d'ailleurs bientôt sous le nom de Reunion.

MTV

En 2001, Ozzy Osbourne publie Down To Earth, qui devient vite un succès grâce au single « Gets Me Through ». Cette même année, il défraye la chronique sur MTV, qui diffuse une série sur sa vie et celle de sa famille suivie en permanence par une équipe de tournage, format « reality show ». The Osbournes devient ainsi l'un des plus gros succès de la chaîne et pousse d'autres artistes sur cette voie mais sans le même succès (n'est pas Ozzy qui veut).

Les années suivantes, Ozzy Osbourne consacre son temps à la réalisation d'un album live Live at Budapest (2002), puis de The Essential Ozzy Osbourne (2003), qui reprend ses plus grands succès, et concocte un coffret rétrospectif de sa carrière, Prince Of Darkness  (2005). En 2007, il revient avec un nouvel album, Black Rain, riche en émotions et classé troisième au Billboard. Une nouveauté à signaler pour cet album : l'artiste avoue avoir travaillé dans la sobriété absolue.

Trois ans après Black Rain, Ozzy Osbourne est de retour avec Scream,album de remise en forme magnifié par l'apport de la jeune recrue GusG. (Firewind et ex-Dream Evil et Arch Enemy) et de Rob « Blasko »Nicholson (basse), Tommy Clufetos (batterie) et Adam Wakeman(claviers). Produit par Ozzy Osbourne et Kevin Churko dans le studio de Los Angeles du chanteur, Scream est précédé du single « Let Me Hear You Scream » sorti fin avril.

The « Mad Man », alias Ozzy Osbourne est un personnage unique tantôt lunaire, écorché vif, tantôt business man avisé de l'entertainment.  Toujours à la limite du mélange entre vie publique et vie privée. S'il semble s'être assagi (ce qui est tout relatif au regard de la descendance Osbourne, elle aussi assez turbulante), il n'en reste pas moins une des plus grandes figures historiques du heavy metal et du rock'n'roll. Copyright 2014 Music Story Angélique Fouret

Années de Sabbat

John Michael Osbourne, alias Ozzy Osbourne, est né le 3 décembre 1948 à Aston, Birmingham. Il commence à chanter dès le secondaire, à l'école, en reprenant des pièces d'Otis Redding avec son groupe, The Approach. Il fait ensuite partie de Rare Bread en compagnie de Geezer Butler, et tous deux rejoignent Tony Iommi et Bill Ward dans Polka Tulk, qui devient Earth puis adopte le patronyme de Black Sabbath.

Ozzy Osbourne sera le chanteur attitré de Black Sabbath durant près d'une décennie fondatrice pour le hard rock. Lorsqu'il est congédié par le groupe en 1979 à cause de son goût trop prononcé pour l'alcool et les drogues, il ne participe plus qu'aux enregistrements, ayant à peine un droit de regard sur les versions finales des morceaux. S'il n'écrit pas les plus grands succès de Black Sabbath, le groupe restera marqué par l'aura du personnage, génie malgré lui du mélange de la faiblesse et du satanisme, à la voix aigrelette et si particulière.

Avec les dents

Lorsque Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath, il sombre encore davantage : soutenue par Sharon (la fille du manager de Black Sabbath qui deviendra sa femme), il se rend chez CBS Records où, devant les yeux des producteurs médusés, il remet en liberté deux colombes, arrache la tête avec les dents de celle qui revient (...). C'est ce genre d'anecdote qui va construire la légende : il fera de même plus tard avec une chauve-souris lors d'un concert à Des Moines, Iowa, - même s'il déclara qu'il avait pris l'animal pour un jouet en plastique, il dût se faire vacciner contre la rage.

Ozzy Osbourne se remet tout de même à l'ouvrage, entouré de musiciens chevronnés. Ses chansons correspondent assez à l'esthétique de Black Sabbath, avec des textes centrés sur l'occultisme et des guitares très lourdes, notamment sur le premier album Blizzard of Ozz (1980). Cet album impressionne par les talents de Randy Rhoads (de Quiet Riot, guitare), Bob Daisley (de Rainbow, basse), et Lee Kerslake (ex-Uriah Heep, batterie). 

Voix du Diable

En 1982 la tournée du groupe est bouleversée par l'accident d'avion qui coûte la vie à Randy Rhoads, alors agé de 25 ans. Il est remplacé par Brad Gillis. A la fin de l'année, Ozzy Osbourne sort un double album live, Speak of the Devil, contenant de grands classiques de Black Sabbath. Les années 1980 sont assez actives pour l'ex-chanteur de Black Sabbath : les albums se suivent (Bark at The Moon, 1983 ; The ultimate Sin, 1986 ; Tribute, 1987 ; No Rest for the Wicked, 1988) et les musiciens se succèdent (les guitaristes Jake E. Lee puis Zakk Wylde, Bob Daisley, Carmine Appice, Randy Castillo, Phil Soussan, Mike Moran, John Sinclair et bien d'autres) pour des productions de qualité décroissante.

Outre la gestion de cette grande famille musicale, les problèmes sont nombreux s'accumulent pour le « mad man » : il est poursuivi pour être indirectement responsable de la mort d'un jeune américain qui s'est suicidé à l'écoute de « Suicide Solution » (de l'album The Blizzard of Ozz). Ce titre, Ozzy Osbourne l'a avant tout écrit pour évacuer sa peine due à la mort de Bon Scott, le chanteur d'AC/DC. Cette histoire sera traînée devant les tribunaux jusqu'en 1992, mais Ozzy obtient finalement gain de cause. Début 84 lors de la tournée américaine de Bark at The Moon, il a l'outrecuidance de se soulager contre la façade de la forteresse d'Alamo à San Antonio, lieu hautement sacré pour les Texans. Il y est depuis interdit de séjour ! Il s'éloigne peu à peu de la musique pour essayer de faire face à ses problèmes récurrents : entre autres déboires il essaye de tuer sa femme après quelques verres de vodka, ce qui lui vaut d'être une nouvelle fois conduit en cure de désintoxication.

Ozzfest

Après un album live, Just say Ozzy, publié en 1990, Ozzy Osbourne et ses musiciens font un retour flamboyant avec l'album No More Tears (1991) ; le chanteur semble avoir réglé ses problèmes de drogue et d'alcool. Une tournée et quelques années plus tard, il livre l'un de ses meilleurs albums, Ozzmosis (1995), en compagnie de Geezer Butler (basse), Rick Wakeman (claviers), Zakk Wylde digne remplaçant de Rhoads  à la guitare, et Dem Castronovo (batterie). Lemmy Kilmister et Steve Vai étant même invités à jouer et composer plusieurs titres (« See You on the Other Side », « My Little Man »). A cette même époque, Ozzy Osbourne crée la Ozzfest, un festival où il se produit sur scène ainsi que d'autres artistes du métal.

En 1997, il sort un best-of intitulé The Ozzman Cometh, avec quelques inédits, notamment de la période Black Sabbath. Il s'agit en fait d'une introduction à la re-formation du groupe légendaire pour une nouvelle tournée ; un album live paraît d'ailleurs bientôt sous le nom de Reunion.

MTV

En 2001, Ozzy Osbourne publie Down To Earth, qui devient vite un succès grâce au single « Gets Me Through ». Cette même année, il défraye la chronique sur MTV, qui diffuse une série sur sa vie et celle de sa famille suivie en permanence par une équipe de tournage, format « reality show ». The Osbournes devient ainsi l'un des plus gros succès de la chaîne et pousse d'autres artistes sur cette voie mais sans le même succès (n'est pas Ozzy qui veut).

Les années suivantes, Ozzy Osbourne consacre son temps à la réalisation d'un album live Live at Budapest (2002), puis de The Essential Ozzy Osbourne (2003), qui reprend ses plus grands succès, et concocte un coffret rétrospectif de sa carrière, Prince Of Darkness  (2005). En 2007, il revient avec un nouvel album, Black Rain, riche en émotions et classé troisième au Billboard. Une nouveauté à signaler pour cet album : l'artiste avoue avoir travaillé dans la sobriété absolue.

Trois ans après Black Rain, Ozzy Osbourne est de retour avec Scream,album de remise en forme magnifié par l'apport de la jeune recrue GusG. (Firewind et ex-Dream Evil et Arch Enemy) et de Rob « Blasko »Nicholson (basse), Tommy Clufetos (batterie) et Adam Wakeman(claviers). Produit par Ozzy Osbourne et Kevin Churko dans le studio de Los Angeles du chanteur, Scream est précédé du single « Let Me Hear You Scream » sorti fin avril.

The « Mad Man », alias Ozzy Osbourne est un personnage unique tantôt lunaire, écorché vif, tantôt business man avisé de l'entertainment.  Toujours à la limite du mélange entre vie publique et vie privée. S'il semble s'être assagi (ce qui est tout relatif au regard de la descendance Osbourne, elle aussi assez turbulante), il n'en reste pas moins une des plus grandes figures historiques du heavy metal et du rock'n'roll. Copyright 2014 Music Story Angélique Fouret


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page