undrgrnd Cliquez ici Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:8,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 22 décembre 2009
Comment rendre le drame de l'esclavage en musique, sans tomber dans le pathos ou la grandiloquence ? Démarche peu facile à laquelle s'est attelé Thierry Pécou, à l'initiative d'Alexandre Tharaud, à l'occasion d'une exposition-installation de Jean-François Boclé. Ce disque représente le résultat musical et c'est tout à fait convaincant. Le compositeur a placé sa reflexion autour de la mémoire et du ressenti intérieur des esclaves, à travers les réminiscences des chants et d'instruments comme les grelots, la limite de la mer et de la forêts comme autant de signes d'oppression et de délivrance, les cérémonies du palo monte.

Musicalement, les compositions sont essentiellement faites pour le piano. Un piano lumineux, sans tension, véloce qui m'a donné l'impression d'une grande fluidité. Autour de cet instrument, on trouve un accompagnement de flûte, de clarinette et de violoncelle avec les membres de l'ensemble Zellig.

De ces différentes pièces alternées, j'ai particulièrement apprécié "Gunga" et "Grands-fonds". Cependant, je retiens surtout la grande pièce centrale, très belle "Traces-mémoires / Effacement 2" qui, en plus de 19 minutes, laisse le temps aux instruments de développer le registre de la douleur de l'esclavage.

Un beau disque.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est le pianiste Alexandre Tharaud qui fut à l'origine de ce projet en proposant à Thierry Pécou de concevoir une oeuvre sur les ravages de trois cents ans d'esclavagisme. Un thème qui ne pouvait pas laisser indifférent le compositeur français d'origine antillaise. Il en a tiré une série de douze pièces très originales mêlant le piano tenu inévitablement par A. Tharaud et la flûte, la clarinette et le violoncelle de l'ensemble Zellig qui s'est spécialisé dans la création et l'interprétation de musiques contemporaines.

Jamais on ne tombe dans le pathos ou le démonstratif. C'est plutôt sur les rythmes et le rappel de la gestuelle africaine faite pour convaincre et souligner ses propos que Thierry Pécou bâtit sa partition. La musique y est évidemment résolument de notre siècle et fut aussi conçue pour accompagner une exposition assez radicale d'un autre Antillais, Jean-François Boclé, dont le livret nous donne à voir les créations souvent éphémères; mais elle se laisse approcher par la variété des rythmes et une couleur si particulière dont Thierry Pécou a souvent le secret en traitant spécifiquement les instruments à vent.

Voici une oeuvre de chambre à découvrir donc, interprétée par de grands artistes français contemporains, au service de l'un des tout meilleurs compositeurs français actuels. Un disque à encourager.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)