Les poules préfèrent les cages et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus

Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 6,89

ou
 
   
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Commencez à lire Les poules préfèrent les cages sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

LES POULES PREFERENT LES CAGES. Quand la science et l'industrie nous font croire n'importe quoi [Broché]

Armand Farrachi
5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 4,99  
Broché EUR 10,00  
Broché, 5 janvier 2000 --  

Description de l'ouvrage

5 janvier 2000 Sciences frontières
Pour la science, pour l'économie, nous n'avons plus à définir notre bien-être en fonction de nos besoins ou de nos rêves, mais selon les nécessités de l'industrie et des marchés.

Une étude «scientifique» sur le comportement des poules élevées en batterie a conclu qu'elles n'étaient pas gênées par leur cage, mais s'y trouvaient au contraire plus en sécurité qu'ailleurs. De là à prétendre que les poules préfèrent les cages, il n'y a qu'un pas. Pourquoi ne pas dire alors que les veaux préfèrent l'obscurité, les otaries les cirques, les Indiens les réserves, ou que les humains se plaisent dans un environnement dévasté ?

La science n'a plus pour but de comprendre le monde physique ou d'en maîtriser le fonctionnement, mais cherche désormais à justifier l'enfermement, la violence ou l'oppression. Ce livre dénonce la déshumanisation de notre société par l'industrie et les technologies.

Après l'avoir lu, on ne pourra plus dire : «je ne savais pas». Son ironie cinglante s'inscrit dans la tradition polémique des siècles passés.

«Si les poules préfèrent les cages (on ne le soulignera jamais assez), on ne voit pas pourquoi les humains ne préféreraient pas les conditions qui leur sont faites, aussi pénibles, aussi outrageantes soient-elles, à une liberté dont ils ne sauraient faire bon usage et qu'ils retourneraient contre eux-mêmes.»

Armand Farrachi est écrivain, engagé dans l'écologie radicale. Il a publié des textes littéraires (Sermons aux pourceaux, Ed. Zulma ; Bach, Dernière fugue et Michel-Ange face aux murs, Ed. Gallimard) aussi bien que des essais polémiques dans le domaine de l'écologie politique (Petit lexique d'optimisme officiel, Ed. Fayard ; La Société cancérigène, avec Geneviève Barbier, Ed. Seuil).
--Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

Les poules préfèrent les cages

Chaque fois que le coeur ou la raison poussent à s'indigner des cruautés infligées à des êtres sensibles pour des motifs qui les dépassent, économiques, scientifiques ou politiques, il est heureux qu'un spécialiste se dresse quelque part pour rétablir la vérité contre les préjugés. Faute de travaux approfondis ou d'études poussées, les ignorants, les imbéciles ou les naïfs ont tendance à croire spontanément, par exemple, qu'une poule, une simple poule, préfère courir au soleil, gratter la terre, battre des ailes et se percher plutôt que de piétiner dans une cage de fer où le jour ne s'aventure jamais. Par bonheur, les savants, ou plutôt, ainsi qu'ils aiment à se présenter eux-mêmes, «les membres de la communauté scientifique», qui se sont penchés sur la question avec des instruments adéquats et des méthodes éprouvées, sont là pour les détromper.

Après avoir étudié «de longues années, et, (selon l'expression du magazine professionnel La France agricole) de façon «relativement sophistiquée», le comportement de «plusieurs groupes de poules», des membres de cette communauté scientifique ont constaté qu'elles manifestaient en semi-liberté une tendance à l'agressivité et au cannibalisme, alors qu'en cage elles se contentaient de s'arracher leurs propres plumes. Les chercheurs, qui n'auront donc jamais trouvé de poules qu'en situation de conflit et en état de stress, en viendraient vite à éliminer d'office le facteur liberté pour se demander si elles n'éprouveraient pas un plus grand «bien-être» en captivité. Dans leur langage, il faut le savoir, «le bien-être d'un animal est jugé satisfaisant s'il se sent en sécurité, n'éprouve pas de douleur, ne présente pas de symptôme d'ennui ou de frustration».

La comparaison impose l'évidence : les poules préfèrent les cages.

En exagérant à peine, la question ne serait donc même pas de se demander comment une poule parvient à survivre en si dure captivité, mais bien de prouver scientifiquement qu'entre la basse-cour et la batterie industrielle, la poule préfère la cage. Il n'y aura bientôt plus lieu de s'étonner qu'à l'aube du XXIe siècle, dans une société «avancée», de haut niveau culturel, scientifique et technique, on se propose de prouver et d'imprimer, en toutes lettres, noir sur blanc, dans des publications officielles destinées à informer ou à convaincre, qu'un être à qui la nature a donné des membres pour courir, des ailes pour voler, un bec pour picorer, lorsqu'il a le choix entre la liberté et la détention préfère être incarcéré. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Décapant !
Le titre de ce livre éveille la curiosité ! Pourtant, ce n'est que le froid résumé des conclusions d'une étude menée il y a quelques années par des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique sur le comportement des poules élevées en batterie : non seulement celles-ci ne sont pas gênées par leur cage, mais elles s'y trouvent au contraire plus en sécurité qu'ailleurs. La science et l'industrie ne seraient--elles pas en train de nous faire croire n'importe quoi ?, s'insurge l'auteur. Comment en effet ne pas être ébranlé lorsque l'on sait que l'étude citée a été produite au moment même où la législation européenne s'apprêtait à imposer des cages de plus grande dimension aux éleveurs de poules ? Et si l'on peut prouver scientifiquement que les poules préfèrent les cages, ne va-t--on pas demain nous dire que les Indiens préfèrent les réserves et les esclaves leurs chaînes ?
Avec un style corrosif et véhément, Armand Farrachi dénonce la logique de destruction du productivisme et s'interroge sur le devenir d'une société qui n'hésite pas à soumettre le bien-être de l'homme et l'équilibre de la planète aux besoins de l'économie. Ce pamphlet, c'est l'écueil du genre, n'évite pas les approximations. Mais il fait rire souvent, et surtout réfléchir. --Dominique Sicot-- -- L'Entreprise

Détails sur le produit

  • Broché: 138 pages
  • Editeur : Editions Albin Michel (5 janvier 2000)
  • Collection : Sciences frontières
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2226113886
  • ISBN-13: 978-2226113887
  • Dimensions du produit: 19,8 x 13 x 1,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 613.014 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
5.0 étoiles sur 5
5.0 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Du grand Farrachi 8 avril 2012
Par Megasouk
Format:Broché
Comme toujours, Farrachi écrit de façon précise et juste. Cet ouvrage met en lumière pas mal d'absurdités défendues par la communauté scientifique et ouvre la voie à de nouvelles façons de penser les problématiques industrielles actuelles. Riche et clair, lu d'une traite !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
Format:Broché
Ce livre, initialement écrit en 2000 et rafraîchi pour l'édition 2012, étant chaudement recommandé par l'économiste de Charlie Hebdo (Bernard Maris), j'y suis allé voir.
C'est vraiment un plaisir de lecture, une leçon de morale comme je n'en avais plus eu depuis l'école primaire (ça date), et un texte enrichissant à tous points de vue.
Bien qu'inclinant du côté de la cause animale depuis longtemps, et estimant que la nature a des droits, je n'avais jamais aussi clairement qu'ici compris le rapport intime entre ces causes et celles de nous autres, pauvres humains.
Du coup, bien que l'auteur ne cache pas sa sympathie et compassion pour les poules, canards, cochons et autres, ce livre n'est pas absolument pas réservé aux adhérents de la SPA, et justifie tout à fait son sous-titre.
Il est d'une grande éloquence, et fourmille d'indications amusantes et assez documentées, comme par exemple le post-scriptum sur la gloutonnerie naturelle des canards qui, selon une étude achetée à l'INRA par le syndicat du foie gras, disqualifie les critiques du gavage...
L'auteur a un talent particulier, comme un fabuliste, pour donner une portée universelle aux faits particuliers qu'il relate et commente.
Son livre pourrait bien devenir un jour un classique de la littérature d'avertissement.
---
De plus, sa maison d'édition, Yves Michel, a l'air bien sympathique et mérite d'être soutenue.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?