Pablo Casals

Top albums (Voir les 50)


Voir les 50 albums de Pablo Casals

Pablo Casals : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 1408
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30


Biographie

Né dans une famille de musiciens le 29 décembre 1876 à El Vendrell, en Catalogne (Espagne), Pau Casals i Defilló apprend à jouer durant son enfance de plusieurs instruments, notamment du violon et de l'orgue. Son père Carles Casals Riba et sa mère Pilar Defilló, Catalane originaire de Porto-Rico, s'installent à Barcelone et l'inscrivent en 1888 au conservatoire de la ville où il choisit d'étudier le violoncelle. La découverte des Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach encouragent le jeune musicien qui se voit offrir son propre instrument par son père.

Le violoncelliste voyageur

... Lire la suite

Né dans une famille de musiciens le 29 décembre 1876 à El Vendrell, en Catalogne (Espagne), Pau Casals i Defilló apprend à jouer durant son enfance de plusieurs instruments, notamment du violon et de l'orgue. Son père Carles Casals Riba et sa mère Pilar Defilló, Catalane originaire de Porto-Rico, s'installent à Barcelone et l'inscrivent en 1888 au conservatoire de la ville où il choisit d'étudier le violoncelle. La découverte des Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach encouragent le jeune musicien qui se voit offrir son propre instrument par son père.

Le violoncelliste voyageur

En 1889, Pablo Casals joue chaque nuit au café Tost de Barcelone et travaille son instrument. Deux ans plus tard, il fait la connaissance du compositeur Enrique Granados avec qui il se lie d'amitié. En 1893, son examen à l'École municipale de Barcelone réussi, le violoncelliste s'installe avec sa mère et ses frères à Madrid où il étudie au conservatoire la composition et la déclamation sous l'oeil de Tomas Breton.

En 1895, c'est au conservatoire de Bruxelles que Pablo Casals se dirige afin de perfectionner sa technique ; pris en grippe par le professeur, il retourne la situation en sa faveur dès les premières mesures. Son refus devant les excuses du professeur lui vaut de se faire retirer la bourse d'études attribuée par la reine Maria Cristina. Casals part alors à Paris où, outre un engagement aux Folies-Mariginy, il ne parvient pas à s'imposer puis revient dans l'année à Barcelone.

Ascension internationale

Une nouvelle vie commence alors pour l'enfant du pays qui, retourné sur sa terre de Catalogne, gravit les marches du succès : nomination au poste de professeur à l'École municipale de musique en mai 1896 puis en novembre, admission au poste de professeur de violoncelle au conservatoire de Liceu et enfin, l'engagement au sein du Grand Orchestre du Théâtre de Liceu comme violoncelliste principal. L'année suivante, Pablo Casals forme le Quatuor Crickboom avec le violoniste belge Mathieu Crickboom (1871-1947), disciple d'Eugène Ysaÿe, Josep Rocabruna (second violon) et Rafal Galvez (alto). Accompagné de Mathieu Crickboom, le violoncellistie suit le compositeur Enrique Granados en tournée espagnole et la reine Maria Cristina, reconnaissante, lui offre un violoncelle de prestige, un Gagliano.

Pablo Casals est reconnu comme un éminent soliste qui ne va pas tarder à marquer son temps. En 1899, il s'installe à Paris pour une longue période de sa vie. Accueilli par la cantatrice américaine Emma Nevada qui l'héberge, le musicien franchit la Manche pour donner le 20 mai un récital au Crystal Palace de Londres où, devant la reine Victoria, il exécute le Concerto pour violoncelle d'Edouard Lalo. La capitale française l'accueille officiellement le 17 décembre pour une première soirée de gala. En 1901, Pablo Casals effectue sa première tournée aux États-Unis puis l'année qui suit en Amérique du Sud en compagnie du pianiste Harold Bauer et du violoniste Moreira de Sa. En 1904, il parcourt seul les plus grandes salles américaines et le 15 janvier, est invité à jouer à la Maison-Blanche devant le président Theodore Roosevelt. Il officialise ensuite sa relation avec la violoncelliste portugaise Guilhermina Suggia.

Trois maîtres

L'année 1905 voit la formation de l'un des plus importants ensembles de l'époque : le trio Cortot-Thibaud-Casals formé avec le pianiste français Alfred Cortot et son compatriote, le violoniste Jacques Thibaud, lui aussi disciple d'Eugène Ysaÿe. Le trio célèbre de par le monde est réputé pour ses interprétations de musique de chambre, notamment les oeuvres de Mozart et traverse la Grande Guerre pour ne cesser son activité qu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Cette longévité a permis la transmission d'enregistrements aussi rares que précieux. Entre temps, les trois musiciens jouent un rôle décisif en matière de pédagogie musicale par la la création en 1920 de l'École normale de musique de Paris où ils donnent chaque été des cours d'interprétation.

Parallèlement, Pablo Casals poursuit sa carrière de professeur (il donne des leçons au jeune Gaspar Cassado) et de soliste en Russie où il se produit au Salon de la noblesse à Saint-Pétersbourg. De retour à Moscou et à Saint-Pétersbourg en 1912, il interprète le Double concerto de Brahms avec le grand violoniste belge Eugène Ysaÿe (1858-1931). Le duo passe également par le Musikverein de Vienne. Le 13 février de la même année, c'est en compagnie du compositeur et violoniste roumain Georges Enesco (1881-1955) et l'altiste américain Francis Donald Tovey qu'il joue le Triple concerto de Beethoven.

Sa relation avec Guilhermina Suggia se termine quand en commence une autre avec la soprano américaine Susan Metcalfe qu'il épouse le 4 avril 1914 à New Rochelle, dans l'état de New York (États-Unis). Ce mariage est l'occasion d'une tournée en duo. Le 13 décembre, Pablo Casals donne son premier récital au Metropolitan Opera de New York : il interprète le Concerto de Saint-Saëns et Kol Nidrei de Max Bruch. L'année suivante, la Columbia Gramophone Company l'invite à effectuer ses premiers enregistrements. Alors que le monde change pendant la « drôle de guerre » et que la Russie fait sa Révolution d'octobre, le violoncelliste décide de ne plus s'y produire.

Casals l'humaniste

Une nouvelle page de la vie de Casals se tourne avec son retour à Barcelone en 1919. Le virtuose de réputation internationale, célébré dans son pays, se met au service de l'Ochestre Pau Casals comprenant son frère Enric Casals au premier violon, Enric Ainaud au second violon et Bonaventura Dini au premier violoncelle. L'ensemble connaît un succès fulgurant jusqu'en 1936 quand le pays entre en guerre civile. Pablo Casals l'humaniste s'oppose vertement à la dictature instaurée par Franco et trouve refuge dans le village catalan de Prades. Durant la Seconde Guerre mondiale qui voit la dissolution de son association avec Alfred Cortot et Jacques Thibaud, le maître du violoncelle se refuse à jouer en signe de protestation contre Franco, resté au pouvoir en pleine tourmente. Il revient à la scène en 1950 quand, pour marquer le bicentenaire de la mort de Bach, il crée le Festival annuel de Prades. Une nouvelle période marquée par de nombreux concerts, tournées et enregistrements commence. Casals distille également son enseignement à la jeune violoncelliste anglaise Jacqueline du Pré.

En 1956, Pablo Casals s'installe à Porto Rico, terre d'adoption de sa mère qui deviendra sa seconde patrie. Il y fonde l'année suivante un nouveau festival qui portera son nom. Âgé de 85 ans en 1962, Pablo Casals voit défiler les récompenses et les honneurs avec la plus grande sagesse qui lui fait dire « La vie d'un enfant est plus importante que toute mon oeuvre ». Nommé docteur honoris causa de plusieurs universités, Grand Officier de la Légion d'honneur depuis 1946, nominé au Prix Nobel de la Paix en 1958, il milite pour la paix autour du monde et se lance dans une tournée pour diriger l'oratorio de sa composition El Pesebre ( La Crèche ).

Le 24 octobre 1963, il reçoit des mains du président américain John F. Kennedy la prestigieuse Médaille de la Liberté. À cette occasion, il interprète un air populaire catalan intitulé Le Chant des oiseaux . Et le 24 octobre 1971, c'est le secrétaire birman des Nations Unies U Thant qui lui remet la Médaille de la Paix. Pablo Casals continue à se produire jusqu'à la fin de sa vie, en 1973. Le 22 octobre, il s'éteint à l'âge vénérable de 96 ans dans sa terre d'accueil à San Juan (Porto Rico).

L'héritage musical de Pablo Casals est fondamental, tant pour ses enregistrements que pour le violoncelle auquel il a donné ses lettres de noblesse à une époque où le répertoire de l'instrument était négligé voire inexistant. Il a ainsi contribué à la redécouvertre de nombreuses oeuvres du domaine classique comme les Sonates et le Triple concerto de Beethoven, le Concerto et les trios de Schumann, les concertos de Brahms et de Dvorak et les Suites de Bach dont il demeure la référence absolue. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né dans une famille de musiciens le 29 décembre 1876 à El Vendrell, en Catalogne (Espagne), Pau Casals i Defilló apprend à jouer durant son enfance de plusieurs instruments, notamment du violon et de l'orgue. Son père Carles Casals Riba et sa mère Pilar Defilló, Catalane originaire de Porto-Rico, s'installent à Barcelone et l'inscrivent en 1888 au conservatoire de la ville où il choisit d'étudier le violoncelle. La découverte des Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach encouragent le jeune musicien qui se voit offrir son propre instrument par son père.

Le violoncelliste voyageur

En 1889, Pablo Casals joue chaque nuit au café Tost de Barcelone et travaille son instrument. Deux ans plus tard, il fait la connaissance du compositeur Enrique Granados avec qui il se lie d'amitié. En 1893, son examen à l'École municipale de Barcelone réussi, le violoncelliste s'installe avec sa mère et ses frères à Madrid où il étudie au conservatoire la composition et la déclamation sous l'oeil de Tomas Breton.

En 1895, c'est au conservatoire de Bruxelles que Pablo Casals se dirige afin de perfectionner sa technique ; pris en grippe par le professeur, il retourne la situation en sa faveur dès les premières mesures. Son refus devant les excuses du professeur lui vaut de se faire retirer la bourse d'études attribuée par la reine Maria Cristina. Casals part alors à Paris où, outre un engagement aux Folies-Mariginy, il ne parvient pas à s'imposer puis revient dans l'année à Barcelone.

Ascension internationale

Une nouvelle vie commence alors pour l'enfant du pays qui, retourné sur sa terre de Catalogne, gravit les marches du succès : nomination au poste de professeur à l'École municipale de musique en mai 1896 puis en novembre, admission au poste de professeur de violoncelle au conservatoire de Liceu et enfin, l'engagement au sein du Grand Orchestre du Théâtre de Liceu comme violoncelliste principal. L'année suivante, Pablo Casals forme le Quatuor Crickboom avec le violoniste belge Mathieu Crickboom (1871-1947), disciple d'Eugène Ysaÿe, Josep Rocabruna (second violon) et Rafal Galvez (alto). Accompagné de Mathieu Crickboom, le violoncellistie suit le compositeur Enrique Granados en tournée espagnole et la reine Maria Cristina, reconnaissante, lui offre un violoncelle de prestige, un Gagliano.

Pablo Casals est reconnu comme un éminent soliste qui ne va pas tarder à marquer son temps. En 1899, il s'installe à Paris pour une longue période de sa vie. Accueilli par la cantatrice américaine Emma Nevada qui l'héberge, le musicien franchit la Manche pour donner le 20 mai un récital au Crystal Palace de Londres où, devant la reine Victoria, il exécute le Concerto pour violoncelle d'Edouard Lalo. La capitale française l'accueille officiellement le 17 décembre pour une première soirée de gala. En 1901, Pablo Casals effectue sa première tournée aux États-Unis puis l'année qui suit en Amérique du Sud en compagnie du pianiste Harold Bauer et du violoniste Moreira de Sa. En 1904, il parcourt seul les plus grandes salles américaines et le 15 janvier, est invité à jouer à la Maison-Blanche devant le président Theodore Roosevelt. Il officialise ensuite sa relation avec la violoncelliste portugaise Guilhermina Suggia.

Trois maîtres

L'année 1905 voit la formation de l'un des plus importants ensembles de l'époque : le trio Cortot-Thibaud-Casals formé avec le pianiste français Alfred Cortot et son compatriote, le violoniste Jacques Thibaud, lui aussi disciple d'Eugène Ysaÿe. Le trio célèbre de par le monde est réputé pour ses interprétations de musique de chambre, notamment les oeuvres de Mozart et traverse la Grande Guerre pour ne cesser son activité qu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Cette longévité a permis la transmission d'enregistrements aussi rares que précieux. Entre temps, les trois musiciens jouent un rôle décisif en matière de pédagogie musicale par la la création en 1920 de l'École normale de musique de Paris où ils donnent chaque été des cours d'interprétation.

Parallèlement, Pablo Casals poursuit sa carrière de professeur (il donne des leçons au jeune Gaspar Cassado) et de soliste en Russie où il se produit au Salon de la noblesse à Saint-Pétersbourg. De retour à Moscou et à Saint-Pétersbourg en 1912, il interprète le Double concerto de Brahms avec le grand violoniste belge Eugène Ysaÿe (1858-1931). Le duo passe également par le Musikverein de Vienne. Le 13 février de la même année, c'est en compagnie du compositeur et violoniste roumain Georges Enesco (1881-1955) et l'altiste américain Francis Donald Tovey qu'il joue le Triple concerto de Beethoven.

Sa relation avec Guilhermina Suggia se termine quand en commence une autre avec la soprano américaine Susan Metcalfe qu'il épouse le 4 avril 1914 à New Rochelle, dans l'état de New York (États-Unis). Ce mariage est l'occasion d'une tournée en duo. Le 13 décembre, Pablo Casals donne son premier récital au Metropolitan Opera de New York : il interprète le Concerto de Saint-Saëns et Kol Nidrei de Max Bruch. L'année suivante, la Columbia Gramophone Company l'invite à effectuer ses premiers enregistrements. Alors que le monde change pendant la « drôle de guerre » et que la Russie fait sa Révolution d'octobre, le violoncelliste décide de ne plus s'y produire.

Casals l'humaniste

Une nouvelle page de la vie de Casals se tourne avec son retour à Barcelone en 1919. Le virtuose de réputation internationale, célébré dans son pays, se met au service de l'Ochestre Pau Casals comprenant son frère Enric Casals au premier violon, Enric Ainaud au second violon et Bonaventura Dini au premier violoncelle. L'ensemble connaît un succès fulgurant jusqu'en 1936 quand le pays entre en guerre civile. Pablo Casals l'humaniste s'oppose vertement à la dictature instaurée par Franco et trouve refuge dans le village catalan de Prades. Durant la Seconde Guerre mondiale qui voit la dissolution de son association avec Alfred Cortot et Jacques Thibaud, le maître du violoncelle se refuse à jouer en signe de protestation contre Franco, resté au pouvoir en pleine tourmente. Il revient à la scène en 1950 quand, pour marquer le bicentenaire de la mort de Bach, il crée le Festival annuel de Prades. Une nouvelle période marquée par de nombreux concerts, tournées et enregistrements commence. Casals distille également son enseignement à la jeune violoncelliste anglaise Jacqueline du Pré.

En 1956, Pablo Casals s'installe à Porto Rico, terre d'adoption de sa mère qui deviendra sa seconde patrie. Il y fonde l'année suivante un nouveau festival qui portera son nom. Âgé de 85 ans en 1962, Pablo Casals voit défiler les récompenses et les honneurs avec la plus grande sagesse qui lui fait dire « La vie d'un enfant est plus importante que toute mon oeuvre ». Nommé docteur honoris causa de plusieurs universités, Grand Officier de la Légion d'honneur depuis 1946, nominé au Prix Nobel de la Paix en 1958, il milite pour la paix autour du monde et se lance dans une tournée pour diriger l'oratorio de sa composition El Pesebre ( La Crèche ).

Le 24 octobre 1963, il reçoit des mains du président américain John F. Kennedy la prestigieuse Médaille de la Liberté. À cette occasion, il interprète un air populaire catalan intitulé Le Chant des oiseaux . Et le 24 octobre 1971, c'est le secrétaire birman des Nations Unies U Thant qui lui remet la Médaille de la Paix. Pablo Casals continue à se produire jusqu'à la fin de sa vie, en 1973. Le 22 octobre, il s'éteint à l'âge vénérable de 96 ans dans sa terre d'accueil à San Juan (Porto Rico).

L'héritage musical de Pablo Casals est fondamental, tant pour ses enregistrements que pour le violoncelle auquel il a donné ses lettres de noblesse à une époque où le répertoire de l'instrument était négligé voire inexistant. Il a ainsi contribué à la redécouvertre de nombreuses oeuvres du domaine classique comme les Sonates et le Triple concerto de Beethoven, le Concerto et les trios de Schumann, les concertos de Brahms et de Dvorak et les Suites de Bach dont il demeure la référence absolue. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Né dans une famille de musiciens le 29 décembre 1876 à El Vendrell, en Catalogne (Espagne), Pau Casals i Defilló apprend à jouer durant son enfance de plusieurs instruments, notamment du violon et de l'orgue. Son père Carles Casals Riba et sa mère Pilar Defilló, Catalane originaire de Porto-Rico, s'installent à Barcelone et l'inscrivent en 1888 au conservatoire de la ville où il choisit d'étudier le violoncelle. La découverte des Suites pour violoncelle de Jean-Sébastien Bach encouragent le jeune musicien qui se voit offrir son propre instrument par son père.

Le violoncelliste voyageur

En 1889, Pablo Casals joue chaque nuit au café Tost de Barcelone et travaille son instrument. Deux ans plus tard, il fait la connaissance du compositeur Enrique Granados avec qui il se lie d'amitié. En 1893, son examen à l'École municipale de Barcelone réussi, le violoncelliste s'installe avec sa mère et ses frères à Madrid où il étudie au conservatoire la composition et la déclamation sous l'oeil de Tomas Breton.

En 1895, c'est au conservatoire de Bruxelles que Pablo Casals se dirige afin de perfectionner sa technique ; pris en grippe par le professeur, il retourne la situation en sa faveur dès les premières mesures. Son refus devant les excuses du professeur lui vaut de se faire retirer la bourse d'études attribuée par la reine Maria Cristina. Casals part alors à Paris où, outre un engagement aux Folies-Mariginy, il ne parvient pas à s'imposer puis revient dans l'année à Barcelone.

Ascension internationale

Une nouvelle vie commence alors pour l'enfant du pays qui, retourné sur sa terre de Catalogne, gravit les marches du succès : nomination au poste de professeur à l'École municipale de musique en mai 1896 puis en novembre, admission au poste de professeur de violoncelle au conservatoire de Liceu et enfin, l'engagement au sein du Grand Orchestre du Théâtre de Liceu comme violoncelliste principal. L'année suivante, Pablo Casals forme le Quatuor Crickboom avec le violoniste belge Mathieu Crickboom (1871-1947), disciple d'Eugène Ysaÿe, Josep Rocabruna (second violon) et Rafal Galvez (alto). Accompagné de Mathieu Crickboom, le violoncellistie suit le compositeur Enrique Granados en tournée espagnole et la reine Maria Cristina, reconnaissante, lui offre un violoncelle de prestige, un Gagliano.

Pablo Casals est reconnu comme un éminent soliste qui ne va pas tarder à marquer son temps. En 1899, il s'installe à Paris pour une longue période de sa vie. Accueilli par la cantatrice américaine Emma Nevada qui l'héberge, le musicien franchit la Manche pour donner le 20 mai un récital au Crystal Palace de Londres où, devant la reine Victoria, il exécute le Concerto pour violoncelle d'Edouard Lalo. La capitale française l'accueille officiellement le 17 décembre pour une première soirée de gala. En 1901, Pablo Casals effectue sa première tournée aux États-Unis puis l'année qui suit en Amérique du Sud en compagnie du pianiste Harold Bauer et du violoniste Moreira de Sa. En 1904, il parcourt seul les plus grandes salles américaines et le 15 janvier, est invité à jouer à la Maison-Blanche devant le président Theodore Roosevelt. Il officialise ensuite sa relation avec la violoncelliste portugaise Guilhermina Suggia.

Trois maîtres

L'année 1905 voit la formation de l'un des plus importants ensembles de l'époque : le trio Cortot-Thibaud-Casals formé avec le pianiste français Alfred Cortot et son compatriote, le violoniste Jacques Thibaud, lui aussi disciple d'Eugène Ysaÿe. Le trio célèbre de par le monde est réputé pour ses interprétations de musique de chambre, notamment les oeuvres de Mozart et traverse la Grande Guerre pour ne cesser son activité qu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Cette longévité a permis la transmission d'enregistrements aussi rares que précieux. Entre temps, les trois musiciens jouent un rôle décisif en matière de pédagogie musicale par la la création en 1920 de l'École normale de musique de Paris où ils donnent chaque été des cours d'interprétation.

Parallèlement, Pablo Casals poursuit sa carrière de professeur (il donne des leçons au jeune Gaspar Cassado) et de soliste en Russie où il se produit au Salon de la noblesse à Saint-Pétersbourg. De retour à Moscou et à Saint-Pétersbourg en 1912, il interprète le Double concerto de Brahms avec le grand violoniste belge Eugène Ysaÿe (1858-1931). Le duo passe également par le Musikverein de Vienne. Le 13 février de la même année, c'est en compagnie du compositeur et violoniste roumain Georges Enesco (1881-1955) et l'altiste américain Francis Donald Tovey qu'il joue le Triple concerto de Beethoven.

Sa relation avec Guilhermina Suggia se termine quand en commence une autre avec la soprano américaine Susan Metcalfe qu'il épouse le 4 avril 1914 à New Rochelle, dans l'état de New York (États-Unis). Ce mariage est l'occasion d'une tournée en duo. Le 13 décembre, Pablo Casals donne son premier récital au Metropolitan Opera de New York : il interprète le Concerto de Saint-Saëns et Kol Nidrei de Max Bruch. L'année suivante, la Columbia Gramophone Company l'invite à effectuer ses premiers enregistrements. Alors que le monde change pendant la « drôle de guerre » et que la Russie fait sa Révolution d'octobre, le violoncelliste décide de ne plus s'y produire.

Casals l'humaniste

Une nouvelle page de la vie de Casals se tourne avec son retour à Barcelone en 1919. Le virtuose de réputation internationale, célébré dans son pays, se met au service de l'Ochestre Pau Casals comprenant son frère Enric Casals au premier violon, Enric Ainaud au second violon et Bonaventura Dini au premier violoncelle. L'ensemble connaît un succès fulgurant jusqu'en 1936 quand le pays entre en guerre civile. Pablo Casals l'humaniste s'oppose vertement à la dictature instaurée par Franco et trouve refuge dans le village catalan de Prades. Durant la Seconde Guerre mondiale qui voit la dissolution de son association avec Alfred Cortot et Jacques Thibaud, le maître du violoncelle se refuse à jouer en signe de protestation contre Franco, resté au pouvoir en pleine tourmente. Il revient à la scène en 1950 quand, pour marquer le bicentenaire de la mort de Bach, il crée le Festival annuel de Prades. Une nouvelle période marquée par de nombreux concerts, tournées et enregistrements commence. Casals distille également son enseignement à la jeune violoncelliste anglaise Jacqueline du Pré.

En 1956, Pablo Casals s'installe à Porto Rico, terre d'adoption de sa mère qui deviendra sa seconde patrie. Il y fonde l'année suivante un nouveau festival qui portera son nom. Âgé de 85 ans en 1962, Pablo Casals voit défiler les récompenses et les honneurs avec la plus grande sagesse qui lui fait dire « La vie d'un enfant est plus importante que toute mon oeuvre ». Nommé docteur honoris causa de plusieurs universités, Grand Officier de la Légion d'honneur depuis 1946, nominé au Prix Nobel de la Paix en 1958, il milite pour la paix autour du monde et se lance dans une tournée pour diriger l'oratorio de sa composition El Pesebre ( La Crèche ).

Le 24 octobre 1963, il reçoit des mains du président américain John F. Kennedy la prestigieuse Médaille de la Liberté. À cette occasion, il interprète un air populaire catalan intitulé Le Chant des oiseaux . Et le 24 octobre 1971, c'est le secrétaire birman des Nations Unies U Thant qui lui remet la Médaille de la Paix. Pablo Casals continue à se produire jusqu'à la fin de sa vie, en 1973. Le 22 octobre, il s'éteint à l'âge vénérable de 96 ans dans sa terre d'accueil à San Juan (Porto Rico).

L'héritage musical de Pablo Casals est fondamental, tant pour ses enregistrements que pour le violoncelle auquel il a donné ses lettres de noblesse à une époque où le répertoire de l'instrument était négligé voire inexistant. Il a ainsi contribué à la redécouvertre de nombreuses oeuvres du domaine classique comme les Sonates et le Triple concerto de Beethoven, le Concerto et les trios de Schumann, les concertos de Brahms et de Dvorak et les Suites de Bach dont il demeure la référence absolue. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page