Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Prix Kindle : EUR 6,99
TVA incluse

Ces promotions seront appliquées à cet article :

Certaines promotions sont cumulables avec d'autres offres promotionnelles, d'autres non. Pour en savoir plus, veuillez vous référer aux conditions générales de ces promotions.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Narration Audible Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de la narration Audible pour ce livre Kindle.
En savoir plus

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants Format Kindle

3.6 étoiles sur 5 59 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
EUR 6,99

Longueur : 149 pages Composition améliorée: Activé

Ponts de mai 2016 Promo Ponts de mai 2016


Descriptions du produit

Revue de presse

« Un conte où se croisent la satire politique et l’irrévérence religieuse, où l’histoire et l’imagination flirtent avec finesse, poussées par une langue inventive comme il est rare d’en découvrir » Maud Vergnol – L’Humanité Dimanche


« C’est un voyage merveilleux auquel nous convie l’auteur, rythmé par les clameurs et les chuchotements, baigné de couleurs et de parfums. » Gilles Heuré - TELERAMA

Présentation de l'éditeur

13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.
Par l'auteur du très remarqué "Zone" (prix Décembre 2008 et prix du livre Inter 2009).

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 980 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 149 pages
  • Pagination - ISBN de l'édition imprimée de référence : 2330037422
  • Editeur : Éditions Actes Sud (10 octobre 2011)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B0062M9H7W
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 3.6 étoiles sur 5 59 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°19.181 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Voulez-vous faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur ?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Patrick Gdt TOP 500 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 17 novembre 2010
Format: Broché Achat vérifié
Voici l'histoire réelle d'un Michelange révolté contre le pape Jules II, qui fuit l'Italie en répondant à l'invitation du sultan Bajazet à Istanbul.
Le but de l'invitation : obtenir de MichelAnge qu'il accepte de construire un pont sur le Bosphore.
Si l'argument est simple et authentique, le roman qu'en a tiré Mathias Enard est une grande réussite littéraire. La forme d'abord, en pages courtes, synthétiques, qui scandent merveilleusement bien les situations. Les personnages ensuite, très crédibles, dont la psychologie est assurément complexe, même si elle est à peine ébauchée.
Ce roman est un très beau roman sur la vie, sur les rêves, sur les impossibilités, sur le pouvoir et la faiblesse humaine.
Les plus : la forme très agréable, le style de l'auteur mélange suave de sophistication et de simplicité, l'évocation de Constantinople par les yeux d'un occidental, le personnage de la danseuse andalouse, métaphore de la ville ou de cette culture que Michelange ne parvient pas à comprendre?
En moins : que ce livre se lit vite, on en aurait aimé davantage.
2 commentaires 36 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par CéCédille TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 septembre 2010
Format: Broché
Au début du XVIème siècle, Michel Ange, en mission à Istanbul, dans l'emploi inattendu d'architecte pour la construction d'un pont. Un récit (un rêve ?) reconstruit à partir de quelques éléments historiques. Dans un style élégant et concis, une rapide et forte évocation des affres de la création chez un génie, rendu familier par l'esquisse de ses humeurs, de ses intrigues, de ses amitiés et de ses amours. En toile de fond, le contexte politique Orient-Occident, si complexe. Une complète réussite, dans l'esprit de ces objets précieux de la Renaissance et de l'empire de la Sublime Porte, comme la dague de damas noir rehaussé d'or dont il est question dans ce beau texte qui lui fait écrin.
Remarque sur ce commentaire 25 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par traversay TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 31 octobre 2010
Format: Broché
Un pont entre deux rives. Tel est le projet pour lequel Michel-Ange est appelé à Constantinople, en l'an 1406, par le sultan Bajazet. L'on sait peut de choses de ce séjour et Mathias Enard en fait son miel, dans Parle-leur de batailles, de roi et d'éléphants, pour laisser courir son imagination.
Réalité ou fantasme, peu importe. L'Orient agit sur Michel-Ange comme un sortilège et il se retrouve dans un univers parfumé et enivrant qui chamboule ses sens. D'abord "Lost in translation", il n'aura d'autre choix que de succomber.
Le roman de Mathias Enard peut se lire de mille et une façons. Comme un portrait du génial sculpteur de David, qui n'est pas encore au faîte de sa gloire, lui qui s'évalue d'abord en fonction de Vinci, son aîné abhorré. Comme la découverte d'un monde nouveau, qui change et élargit son regard sur l'art, en général, et la vie, en particulier. Comme une initiation amoureuse, entre homo et hétérosexualité, ente chasteté et luxure. Les rapports ambigus qu'il entretient avec le poète Mesihi, donnent l'occasion au romancier d'écrire ses plus belles pages, celles de la frustration et du désir amoureux.
Une danseuse andalouse, à l'instar de Shéhérazade, s'immisce dans le récit, narrant à Michel-Ange contes et légendes, lovée contre son corps endormi. Enard maîtrise ainsi, avec bonheur, réalisme, onirisme, fantasmagories.
Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants nous fait la courte échelle entre deux civilisations, entre ce qui a été et ce qui aurait pu être. Comme un pont entre deux rives.
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par FINET Franck TOP 500 COMMENTATEURS le 20 mai 2013
Format: Poche
Ecrivain et traducteur français né en 1972, Mathias Énard a étudié le persan et l’arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient. Il vit aujourd'hui à Barcelone.
Son roman "Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants" a reçu le prix Goncourt des Lycéens 2010 et le prix du Livre en Poitou-Charentes 2011.

Un roman qui traite d'un épisode peu connu de la vie de Michel-Ange. Celui de son séjour à Constantinople (Istanbul) à l'invitation du Sultan Bajazet qui lui propose de concevoir un pont sur la Corne d'Or.
Un pont au milieu du port d'Istanbul, un ouvrage de plus de 900 pieds de long. Un pont qui fabriquera une ville immense.
Un pont militaire, commercial, religieux, politique...un morceau d'urbanité !
Un pont loin des prouesses techniques de Vinci, des courbes régulières de l'ancien viaduc de Constantin.
Bref, donner au monde un monument sans pareil à l'égal de son David ou de la Pietà.
Un ouvrage qui nous promène dans le Constantinople du XVI ième siècle ou Michel-Ange se sent à l'aise.
Il aime s'y promener et engranger des images, des visages et des couleurs. Cette ville ressemble à la Sérénissime (Venise) mais dans des proportions fabuleuses.
Son regard sera à jamais transformé par cette ville. A y regarder de plus près, il y a quelque chose de Sainte-Sophie dans la basilique Saint-Marc.
Un court roman qui nous fait mieux comprendre les raisons pour lesquelles l'Art, la Beauté et le Génie sont associés à Michel-Ange.

Vous l'avez compris, j'ai pris un immense plaisir à la lecture de cette douce sucrerie.
De courts chapitres comme autant de contes, d'instants volés à la vie du Génie .
Un incroyable moment le lecture .
2 commentaires 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients


Rechercher des articles similaires par rubrique