• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Partages a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Partages Poche – 21 août 2013


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 6,90
EUR 6,90 EUR 0,01

Fête des Mères Fête des Mères


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Partages + ELOGE DE LA FAIBLESSE
Prix pour les deux : EUR 10,89

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Jérusalem, rue al-Silsila

Au début, je n'allais pas au-delà du Mur. Je ne m'en approchais pas. Je le regardais de haut, depuis la petite place de Misgav Ladah, dans un éblouissement de pierre et de lumière. Une lumière inhumaine, calcaire, de canyon, de désert, répercutée par les arches blanches, les drapeaux étoiles, l'or du Dôme du Rocher. Le Mur, lui, absorbe tout, le grand éclat et les ombres des fidèles, les larmes et les noms sacrés, les prières de papier glissées dans ses fentes. Ce n'est pas cela qu'il faut faire, je le sais. Peu de temps après notre arrivée, j'y suis allée seule, sans le dire à ma mère. Il y avait foule, ce jour-là. Deux garçons joufflus, gauches et fiers, célébraient leur bar-mitzvah. De l'autre côté de la barrière, mères, soeurs, tantes montaient tour à tour sur des chaises pour les regarder. Je me suis assise près d'elles, du côté des femmes, surprise d'accepter ça, pourtant je n'étais pas comme elles ni comme les autres, en foulard et jupe longue, serrées sur les bancs, leur bébé sur les genoux ou dans des poussettes, et qui, face au Mur, attendaient, patientes, silencieuses, captives d'une scène où rien ne se jouait qu'encore et toujours l'attente mais moi, songeais-je en les regardant, moi je n'attends pas, je suis trop jeune pour cela, à dix-sept ans je les veux maintenant les règnes, les justices, les pardons, tsedek, mehila, ces mots-là me traversaient que jamais dans ma langue je n'aurais prononcés, voilà le pays qui me monte à la tête à la bouche me suis-je dit, je ferais mieux de rejoindre les touristes derrière leurs caméras, de rire de tout cela, mon frère m'a raconté que c'est ici qu'il a demandé Yaël en mariage mais comment ont-ils fait, étaient-ils chacun d'un côté de la barrière, elle perchée sur une chaise - quand tout à coup j'ai remarqué une fille debout derrière un parasol replié. Elle était plus jeune que moi, vêtue d'une blouse et d'une jupe noire qui tombait sur des bas de laine blanche et des vieilles baskets. Cachée derrière le parasol, loin du Mur mais tournée vers lui, elle priait, les yeux clos, en oscillant doucement, le visage enfoui dans les Tehilim comme des larmes dans une main. Sous son foulard on distinguait des mèches blondes, un front haut et pâle, le teint clair des filles de l'Est - peut-être une Polonaise, comme Perla, comme la grand-mère aussi que je n'ai pas connue et dont je porte le prénom mais qui m'a légué sa peau mate, ses cheveux noirs (tu n'auras pas de problèmes, à Jérusalem, disaient David et Yaël pour me taquiner, on pourrait te prendre pour une Arabe). Alors je ne sais pas pourquoi, je me suis levée, je me suis approchée du Mur, collée à lui les yeux fermés, les mains posées sur les pierres tièdes où poussent des herbes folles. Un instant j'ai eu l'impression qu'il me portait comme une terre. Je n'entendais plus rien, j'étais ailleurs et en même temps arrivée. Je me suis souvenu de ce que disait mon grand-père quand j'étais enfant : Dieu est partout, Sarah, comme la mer qui remplit une grotte sans en être diminuée, regarde-toi dans ce miroir (le bras passé sur mes épaules il me conduisait devant le grand miroir posé sur la commode dans la chambre obscure de son appartement de Brooklyn), et maintenant dans celui-ci (il me tendait le petit face-à-main de Perla) : c'est bien toi qui es là, tu le vois, à peine plus grosse qu'une noix ou grande comme tu l'es déjà, alors si tu peux être dans deux miroirs à la fois, petite Sarah, songe à ce que peut Dieu. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Après le magnifique «Personne», prix Femina 2009, Gwenaëlle Aubry donne la parole à deux adolescentes, l'une arabe et l'autre juive, dans la Jérusalem d'aujourd'hui...
En 2002, à Jérusalem, deux jeunes filles du même âge - dix-sept ans seulement -, qui ne se connaissent pas, vivent séparées par quelques centaines de mètres, séparées surtout par tout ce que l'histoire de cette terre - leur terre - fait supporter à leur jeune âge...
Gwenaëlle Aubry fait entendre, dès les premiers mots de leurs monologues, le retentissement de blessures très anciennes. Le poids des traumatismes subis par les parents et les ancêtres rend impossibles tout rapprochement entre elles, entre les deux communautés, et la vie à la fois paisible et ardente dont elles rêvent. Elles se croisent dans leurs déambulations à travers la ville, il leur arrive même de se voir, à côté l'une de l'autre, dans un miroir, expérience d'une inquiétante étrangeté où l'inconnue, l'espace d'un instant, devient un double. (Francine de Martinoir - La Croix du 29 août 2012)

Leïla, Palestinienne, et Sarah, Israélienne, sont unies et séparées par la même violence. Avec Gwenaëlle Aubry, la littérature donne rendez-vous à l'histoire...
Gwenaëlle Aubry donne avec Partages un roman précis et documenté, très ancré dans la réalité contemporaine, ses fondements historiques et les discours qui en émanent et structurent les postures des acteurs. Mais, plus impressionnant encore est sa pénétration, sa capacité de se couler dans l'expérience sensible des deux personnages qu'elle construit, pour en faire surgir cette tragique gémellité. (Alain Nicolas - L'Humanité du 13 septembre 2012)

A Jérusalem, en 2002, deux adolescentes, l'une arabe, l'autre juive, tentent, sans succès, d'échapper à leur destin. Partages, ou le grand miroir brisé de Gwenaëlle Aubry. Elles s'appellent Leïla et Sarah, ont 17 ans toutes les deux, pourraient être amies ou même jumelles... Mais c'est à Jérusalem que vivent les deux brunettes : Leïla, la Palestinienne musulmane, est confinée dans un camp depuis que le village familial a été vidé de sa population ; Sarah la juive, petite-fille de Polonais exterminés par les nazis, a fui New York au lendemain du 11 Septembre avec sa mère traumatisée. Ce sont ces deux voix, ces deux images en négatif d'une même tragédie, que Gwenaëlle Aubry, Prix Femina 2009 pour Personne, orchestre magistralement dans Partages, opéra sanglant qui ne connaît ni mièvrerie ni dogmatisme. (Marianne Payot - L'Express, octobre 2012) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Poche: 192 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (21 août 2013)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253174858
  • ISBN-13: 978-2253174851
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 199.701 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Macail TOP 1000 COMMENTATEURS le 19 septembre 2012
Format: Broché
Partages est un roman tragique et dur. Ce sont les voix emmêlées de Sarah et Leïla, deux jeunes adolescentes de 17 ans. Sarah, juive d'origine polonaise a quitté les États Unis avec sa mère, après les attentats du 11 septembre, pour rejoindre Israël. Leïla est une jeune palestinienne élevée dans un camp en Cisjordanie.
Elles se partagent la narration au cœur des chapitres de la première partie puis elles évoquent leur famille chacune dans un chapitre et dans une construction originale, la troisième partie mêle chaque récit.
Elles s'opposent par leur culture. L'une se définit par une phrase du Coran, l'autre par une phrase de la Torah. Mais elles vivent les mêmes choses, leurs livres d'histoire sont différemment présentés mais parlent des mêmes émeutes, des mêmes guerres.
Elles se ressemblent par la terre, la peur et le souvenir des morts.
Le style de l'auteur est très maîtrisé avec des phrases très longues qui laissent couler les émotions, les sentiments des jeunes filles. L'auteur parle en images et en mots. Dans la première partie, il est parfois difficile de savoir quelle jeune fille s'exprime car elles ressentent les mêmes choses dans leur vie quotidienne.
Les personnages sont très complets, ils s'inscrivent dans un passé et un présent. Les descriptions de lieux sont évocatrices.
L'auteur n'a pas souhaité s'alourdir sur le conflit israëlo-palestinien mais bien montrer, par ces rappels obsédants aux morts que chaque jeune fille porte sa culture et son destin avec la même conscience tragique.
J'avais beaucoup aimé aussi la poésie et le style du précédent roman de l'auteur, Personne qui a reçu le Prix Femina en 2009.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par maheva le 29 août 2014
Format: Poche
Après les attentats du 11 Septembre, Sarah, 17 ans , jeune juive neworkaise quitte les States avec sa mère pour rejoindre Israël.Leïla, jeune palestinienne du même âge est élevée dans un camp en Cisjordanie . Tout les oppose et tout les lient :la terre d'abord, mais aussi l'Histoire, la guerre, les attentats, la peur, les suspicions, le souvenir des morts. L'une lit la Torah, l'Utre le Coran. Leurs mondes ne sont pas si éloignés l'un de l'autre .Mais l'éternel conflit israëlo-palestinien règle leurs vies au jour le jour; elles se rencontreront pourtant...Le style est précis et poétique à la fois. L'alternance des chapitres qui relatent tour à tour la vie des jeunes filles et de leur famille ajoute à l'intérêt du roman, et la dernière phase comporte un véritable suspense avec une issue inévitable. Vraiment captivant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par GAUBERT le 16 novembre 2013
Format: Poche Achat vérifié
J'ai bien apprécié cette analyse impartiale et véridique sur les raisons profondes de l'antagonisme local et les responsabilités réciproques.
De plus, l'écriture est parfaite, mais c'est un constat,lequel - volontairement ou non - fait l'impasse sur les extremistes des deux bords(haredim et djihadistes) qui exaspèrent leur communautés et sont opposés à tout processus de paix.
René GAUBERT

J"ai bien apprécié cette analyse véridique et impartiale des raisons de l'antagonisme local et les responsabilités réciproques.
De plus, l'écriture est parfaite, mais c'est un constat lequel - volontairement on non - fait l'impasse sur les extrêmistes des 2 bords (haredim et djihadistes) qui exaspèrent leur communautés et sont opposés à tout processus de paix.

René GAUBERT
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Colette Mestres VOIX VINE le 13 septembre 2014
Format: Poche
Dix sept ans toutes deux ! l'âge de tous les espoirs ! Sarah, l'israélienne de retour au pays; Laïla, la palestinienne élevée dans les camps.

Elles vivent, avec leurs cultures propres, les mêmes angoisses, souffrent des mêmes traumatismes, en butte à une guerre permanente.

Leur rencontre se fera, à quel prix ? Récits alternés, puis mêlés empreints d'une grande poésie.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par mona le 26 mai 2013
Format: Broché Achat vérifié
rien de plus que ca continuerien de plus que ca continuerien de plus que ca continuerien de plus que ca continue
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?