EUR 7,60
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Parti tôt, pris mon... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 0,25 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Parti tôt, pris mon chien Broché – 1 février 2012


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 7,60
EUR 6,50 EUR 0,26

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Parti tôt, pris mon chien + Les choses s'arrangent mais ça ne va pas mieux + A quand les bonnes nouvelles ?
Prix pour les trois: EUR 21,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Extrait

9 avril 1975

Leeds : «La ville autoroute des années 70.» Un slogan ambitieux. Aucune intention ironique. Éclairage au gaz vacillant dans certaines rues. La vie dans une ville du nord.
Les Bay City Rollers sont en tête du hit-parade. Des bombes de l'IRA éclatent partout dans le pays. Margaret Thatcher est le nouveau leader du parti conservateur. Au début du mois, à Albuquerque, Bill Gates fonde ce qui deviendra Microsoft. A la fin du mois, Saigon tombe aux mains de l'armée nord-vietnamienne. Les clichés racistes ont encore droit de cité à la télévision. John Poulson est toujours en prison. Bye Bye Baby, Baby Goodbye. Tout ça n'empêchait pas Tracy Waterhouse d'avoir pour seul et unique souci son collant troué aux orteils. Le trou s'agrandissait à chaque pas. Un collant neuf en plus.
On leur avait dit que ça se trouvait au quinzième étage de l'immeuble de Lovell Park et - quelle poisse - les ascenseurs étaient en panne. Ils grimpèrent les marches en soufflant et ahanant. Ne tardèrent pas à s'arrêter à chaque palier. L'agente Tracy Waterhouse, une grosse fille sans grâce qui venait de finir son année probatoire, et l'agent Ken Arkwright, un natif du Yorkshire blanc et corpulent avec un coeur de lard. Escaladant l'Everest.
Ils verraient tous les deux le début de l'orgie meurtrière de l'Éventreur du Yorkshire, mais Arkwright serait à la retraite bien avant la fin. Donald Neilson, la Panthère noire de Bradford, n'avait pas encore été arrêté et Harold Shipman avait probablement déjà commencé à tuer les patients qui avaient eu le malheur d'être confiés à ses soins au Pontefract General Infirmary. En 1975, le West Yorkshire grouillait de tueurs en série.
Même si elle refusait de l'admettre, Tracy Waterhouse manquait d'expérience. Ken Arkwright avait vu plus d'horreurs que la plupart des gens, mais restait paterne et optimiste. C'était un bon flic. Être prise sous son aile n'était pas ce qui pouvait arriver de pire à une novice. Il y avait des brebis galeuses dans le troupeau - le nuage noir de la mort de David Oluwale continuait à peser sur la police du West Riding, mais pas sur Arkwright. Il pouvait se montrer violent quand c'était nécessaire et parfois quand ça ne l'était pas, mais lorsqu'il s'agissait de récompenser et punir, il ne tenait aucun compte de la couleur. Les femmes étaient des garces et des putes, mais il avait filé des clopes et du fric à quelques prostituées et il aimait sa femme et ses filles. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

« Un des auteurs de romans policiers les plus excentriques, le plus sain d esprit peut-être.Tout le monde devrait la lire. » --The Telegraph

« En devenant auteur de romans policiers d une façon dont d autres romanciers littéraires pourraient s inspirer , elle est devenue un écrivain littéraire meilleur que jamais : drôle, d une intelligence tonifiante. » --The Guardian

« Défie les catégories… contient des moments de vérité saisissants et ses aperçus de la nature humaine sont tout simplement superbes. » --Sunday Times --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,25
Vendez Parti tôt, pris mon chien contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,25, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 504 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (1 février 2012)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253161837
  • ISBN-13: 978-2253161837
  • Dimensions du produit: 17,8 x 2,1 x 11,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (17 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 147.000 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par cathulu TOP 100 COMMENTATEURS sur 12 novembre 2010
Format: Broché
Mères assassinées, mères sans coeur qui au contraire s'acharnent à ne pas mourir, enfants enlevés mais qui font preuve comme souvent chez Kate Atkinson d'une résilience sans ostentation, policiers véreux et au milieu de ce maelström vertigineux orchestré de main de maître par l'auteure, notre détective privé préféré, Jackson Brodie.
Jackson qui n'est nommé qu'à la page 50 et manque parfois se faire voler la vedette à la fois par le chien du titre et surtout par une nouvelle venue, Tracy Waterhouse , formidable personnage de policière capable tout à la fois d'estourbir un malfrat d'un coup de sac à main (dûment lesté d'une torche de police il est vrai) que d'effectuer un bien curieux achat.
Kate Atkinson nous balade (dans tous les sens du terme !) entre 1975 et notre époque dans un Yorshire où plane l'ombre d'un tueur en série et où ses personnages se déplacent sans cesse pour revenir à leur point de départ : Leeds.
Une fois de plus l'auteure se révèle la reine de la frustration, jouant avec virtuosité de l'attente du lecteur et de toutes les possibilités de manipulation que lui offre l'écriture. Péripéties, fausses pistes, le lecteur ne sent pourtant jamais perdu car Kate Atkinson excelle à se glisser aussi bien dans la peau d'une vieille actrice qui perd à la fois son porte-monnaie et ses mots , que dans celle d'un vieux policier tenaillé par l'idée de vengeance.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Humbert TOP 500 COMMENTATEURS sur 14 février 2011
Format: Broché
Quel magnifique hiver : sont parus le dernier K. Atkinson, le dernier J. Coe, et le dernier J. Irving, sans parler du dernier Indridason. Mes auteurs préférés modernes !!!
C'est dire avec quelle impatience, avec quelle envie j'ai lu 'Parti tôt, pris mon chien'.
Mais j'ai un problème. Je ne l'ai pas adoré. Non qu'il soit mauvais, ben non évidemment : c'est la géniale Kate Atkinson, quand même.
Mais peut-être est-ce une certaine usure : le 4ème consécutif dans le même style avec J. Brodie, ou alors c'est la faute une intrigue tout à la fois convenue, mollassonne et intéressante, ou c'est Kate qui se laisse un peu aller...
Il y a évidement une construction excellente comme d'habitude, un quiproquo très finaud, on retrouve avec grand plaisir des moments que seule elle sait décrire, comme la rencontre avec le chien, l' "achat" par la 'vigile' en chef, ...
Mais tout ceci est un peu trop nonchalant, il ne se passe finalement pas grand chose.
Le style rattrape l'intrigue en quelque sorte.
Ah oui une chose m'a vraiment insupporté : les dizaines de citations littéraires, pas toujours à propos, alourdissent le texte et franchement (au moins pour moi) n'apportent pas grand chose.

En un mot comme en cent, ceci est un excellent roman, intelligent, drôle, mais qui déçoit quelque peu parce qu'il vient après trois authentiques sublimes romans.
Donc lisez les 4 dans l'ordre, et vous jugerez par vous-même.
PS : on m'a dit qu'en le relisant une 2ème fois, on l'apprécie davantage (eh oui je connais des aficionadas -sans faute- qui l'ont déjà lu 2 fois !) Donc
c'est ce que je vais faire et je vous tiendrai au courant.
PS 2 : la traduction d'Isabelle Caron ma parait absolument extra.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Grand ourse sur 2 janvier 2011
Format: Broché
Un nouveau roman dans lequel on retrouve Jackson Brodie et son passé. de nouveaux personnages attachants et surprenants, une histoire pleine de rebondissements. Il est difficile de lâcher ce livre, on ne voudrait jamais le terminer ! Cela m'a donné envie de lire les premiers romans dans lesquels Jackson Brodie apparaît !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vanhooland Xavier sur 19 mai 2012
Format: Broché
A vrai dire, le titre m'a donné l'envie de le lire. Je l'ai commencé il y a quelques mois. Chose rare, au bout d'une quarantaine de pages, je l'ai abandonné: manque d'intérêt, peut-être aussi un manque de disponibilité de ma part. Surtout, une profusion de personnages qui m'égaraient.
Je l'ai repris, l'ai recommencé au début et me suis forcé à le lire. Mais sans conviction aucune. Pourtant, c'est bien écrit, la traduction est excellente tant au niveau du vocabulaire que de la syntaxe; le sujet pourrait être passionnant; mais il manque quelque chose qui suscite l'envie de dévorer ce roman. Panne d'inspiration de l'auteur? Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu (...)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marion sur 23 avril 2011
Format: Broché
Kate Atkinson nous pose un lapin. Au rendez-vous, pas de couple glamour détective/commissaire. Jackson Brodie n'est même pas le héros de cette aventure. Il apparaît incognito et sa future moitié, Louise Monroe, est absente du livre jusqu'à la dernière demi-page.
Un mauvais tour? Oui et non. Le lecteur, frusté de ne pas lire les aventures de son couple-vedette se voit dans l'obligation d'investir sentimentalement dans le trio féminin qui lui est proposé : une commissaire obèse à la retraite, une vieille actrice, éternelle jeune fille devenue Alzheimer, et une petite fille de quatre ans au passé énigmatique. Nous voilà amoureux de ces trois grâces, petits bijoux de littérature, qui nous plongent dans la Grande-Bretagne d'aujourd'hui.

L'intrigue policière s'efface au profit des aventures des trois héroïnes. Le couple inattendu Tracey/Courtney, très réussi, donne lieu à d'innombrables drôleries : leur escapade à Disney Land Paris restera sans aucun doute dans les annales du genre. Tilly quant à elle est l'un des seconds rôles dans la composition desquels Kate Atkinson excelle.

Jackson Brodie, autant le dire, ne tient pas le devant de la scène. Il n'est pas au mieux de sa forme, ni Julia, ni leur fils Nathan, ne parviennent à lui donner de la consistance. C'est par le truchement d'un "toutou à sa mémère" nommé "L'Ambassadeur" que le héros se raccroche à la vie et à l'affection de ses admirateurs.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?