• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ajouter au panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Ajouter au panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus

Partir Broché – 19 janvier 2006


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 17,75
EUR 12,00 EUR 0,25

Offres spéciales et liens associés



NO_CONTENT_IN_FEATURE

Détails sur le produit

  • Broché: 272 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Gallimard (19 janvier 2006)
  • Collection : Blanche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070776476
  • ISBN-13: 978-2070776474
  • Dimensions du produit: 21,8 x 15,4 x 2,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 402.707 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Tahar Ben Jelloun est né à Fès en 1944. Il a obtenu le prix Goncourt en 1987 pour "La nuit sacrée". Il est l'auteur aux Éditions Gallimard de romans -- parmi lesquels "Partir", "Sur ma mère" et "Au pays" -- de récits -- Jean Genet, menteur sublime et Par le feu -- et d'un recueil de poèmes : "Que la blessure se ferme".



© C.Hélie Gallimard

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne 

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

28 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile  Par Shagyam on 7 février 2006
Format: Broché
"Partir"; partir où? Pourquoi? Les personnages ne le savent pas eux-mêmes. L'exil n'est pas un but en soi, il n'est qu'une fuite; mais la fuite de quoi? La fuite de soi!
L'exil n'est pas bon ou mauvais; il n'est qu'un miroir. A travers lui, les personnages découvrent leurs failles, leurs souffrances, leurs névroses. Les liens qui les unissent se brisent et ils perçoivent la réalité brute de leurs rêves, tissés d'infantilisme et d'incohérence.
"Partir": un roman d'aventure, de voyage. Mais le voyage n'est pas extérieur; l'aventure la plus périlleuse est celle qui nous amène à faire face à nous-même...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par P. Emmanuelle on 1 février 2006
Format: Broché
Quelques pointes d'humour sur un triste fonds de réalité, TBJ nous enchante une fois de plus, une fois commencé hors de question de poser ce livre, personnages.. situations.. émotion .. quelle alchimie ! quant à la fin de ce roman on reconnait sans aucun doute le génie littéraire habituel de l'Ecrivain.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cetalir TOP 100 COMMENTATEURS on 4 octobre 2011
Format: Broché
« Partir » n'est certainement pas le meilleur roman de Tahar Ben Jelloum, écrivain contemporain d'expression francophone majeur et prolifique.

C'est cependant un livre attachant et douloureux, d'une brûlante actualité, et comme toujours avec Ben Jelloum, superbement écrit. Le titre provient de cette pulsion que tout marocain, surtout s'il est jeune et diplômé, ressent. Celle de quitter le pays faute de travail en « brûlant la mer » c'est-à-dire en s'embarquant, au péril de sa vie, pour rejoindre l'Espagne, promesse de vie meilleure et de boulots lucratifs.

Après s'y être essayé vainement, un frère et une saeur vont employer des moyens plus légaux pour y parvenir, jusqu'à y perdre totalement ou partiellement leur âme.

Le frère, beau comme un dieu et aimant les femmes, séduira malgré lui un riche Espagnol qui lui procurera le sésame, sous la forme d'un contrat de travail, pour émigrer. Mais le prix à payer est de devenir son amant. Or le jeune homme n'a aucun penchant homosexuel. Cette liaison va finir par le détruire psychologiquement, en le faisant douter de sa sexualité malgré deux maîtresses entretenues en parallèle, à la grande fureur de son maître et amant. Il finira certes par se faire éjecter de son rôle de gigolo mais en ayant perdu son âme, son honneur et en se vendant au diable pour survivre en tant que clandestin. C'est une fin tragique, dans l'anonymat et l'oubli, déraciné et exclu, qui l'attend au bout de l'aventure.

La saeur quant à elle épousera l'amant de son frère qui pour cela devra se convertir à l'Islam.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fred0873 on 9 avril 2009
Format: Broché
Après avoir fait des études, notre héros ne trouve pas de travail. Il va tout faire pour quitter le Maroc et essayer de se reconstruire ailleurs. Mais est-ce la meilleure solution? Un très beau livre sur l'exil et ses différentes conséquences. J'ai beaucoup aimé le destin des différents personnages du roman. Une histoire qui montre l'obstination des jeunes à vouloir quitter la misère pour une vie soit-disant meilleure. Un livre dans l'ère du temps même si le Maroc n'est pas le premier pays qui nous vient en tête lorsque l'on parle de clandestins. Juste un petit bémol pour la fin que je trouve un peu trop onirique à mon gout.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?