undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Pas d'inquiétude (La Bleue) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Pas d'inquiétude a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Pas d'inquiétude Poche – 17 août 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,60
EUR 6,87 EUR 0,30

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Pas d'inquiétude + L'amour est très surestimé
Prix pour les deux : EUR 12,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Mehdi est tombé malade quand nous avons emménagé dans la nouvelle maison. C'est moi qui avais relevé la boîte aux lettres ce jour-là, c'était un samedi matin. J'avais entre les mains l'enveloppe blanche petit format qui contenait des résultats d'analyses que nous ne saurions pas interpréter et qui allaient changer notre vie. Je marchais sur une planche de bois parce que le passage dans le jardin n'était pas encore fait et que le sol regorgeait d'eau. J'avançais et tentais de conserver l'équilibre. Il avait plu nuit et jour pendant près d'une semaine, la rivière à l'arrière du terrain menaçait de déborder, et je n'avais pu me consacrer, comme je l'avais prévu, à aménager les abords de la maison. Le constructeur nous l'avait livrée à l'état brut et, pour faire des économies, nous avions décidé de nous charger nous-mêmes des finitions. Je reconnais aujourd'hui que nous étions optimistes. Nous étions encore des gens normaux. Nous n'imaginions pas que Mehdi deviendrait notre principale préoccupation et que le terrain n'aurait jamais de clôture, ni même un arbre planté dans le sol. Nous ignorions qu'il faut une foi inébranlable pour poncer, clouer, peindre, monter à l'échelle ou pousser une brouette. Le seul élan qui nous avait traversés avait été de semer du gazon, un après-midi d'éclaircie, alors que tout le monde avait déserté le lotissement, c'était un jour au milieu de la semaine, un de ces moments lisses et effrayants. C'est moi qui avais proposé à Mehdi : Ça te dirait de planter de la pelouse ? Mehdi m'avait regardé sans trop savoir que penser. Nous étions allés chercher les sacs que je stockais depuis quelque temps au garage, nous avions lu le mode d'emploi, et même s'il aurait fallu que je retourne la terre, que je bêche, puis aplanisse pour préparer l'opération, j'avais prétendu qu'on pouvait semer comme ça, à notre façon. J'avais simplement enlevé le gros des mauvaises herbes et passé un coup de râteau, je voulais occuper Mehdi et profiter de l'extérieur, justifier le fait que nous habitions dans une maison. Je voulais qu'enfin le petit terrain nous donne quelque chose, de l'herbe, ce serait déjà bien. J'avais souri en voyant les pieds de Mehdi dans des chaussures de jardin trop grandes. Il avançait pas à pas, le visage concentré, je savais qu'il se fatiguerait vite. Mais le soleil lui faisait du bien et il semblait content de s'appliquer à la tâche. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Un roman sur le don, la générosité, la survie ; un ­roman où l'essentiel est ce qu'il faut de tendre pour que la vie se surpasse, même quand tout désespère. (Yves Simon - Paris-Match du 25 août 2011)

Cent soixante-dix jours de repos, c'est ce que les salariés des établissements B. ont offert anonymement à un collègue, père d'un petit garçon gravement malade" : l'information est tombée, entre deux drames internationaux, au journal télévisé du 30 mars 2010. Brigitte Giraud, grande spécialiste des huis clos familiaux, en a fait son miel. Elle imagine tout, reconstitue, délicatement, la vie chamboulée d'un couple de Français moyens aux prises avec la maladie d'un préadolescent et nous livre, avec Pas d'inquiétude, un récit subtil, d'autant plus implacable qu'exempt de toute effusion. (Marianne Payot - L'Express, septembre 2011)

Malgré le caractère faussement rassurant du titre, un sentiment d'intranquillité va demeurer tout au long de ce roman grave et poignant, baigné d'une lumière douce, mélancolique. Un roman inspiré d'une histoire vraie, qui traite moins de la maladie d'un enfant que des désordres intimes que celle-ci peut engendrer au sein d'une famille...
Brigitte Giraud, avec cette sensibilité et justesse de ton qui la caractérisent, cette manière subtile d'entrechoquer l'intime et le social, sonde les élans du coeur dans ce qu'ils ont de plus équivoque. (Christine Rousseau - Le Monde du 22 septembre 2011)

Tout comme cette rivière qui gonfle et gronde en contrebas du jardin, la maladie déploie une ombre menaçante sur le récit. Elle s'immisce peu à peu dans le quotidien de cette famille ordinaire et habite le texte en souterrain. Comme toujours, chez Brigitte Giraud, l'écriture, d'une apparente simplicité, révèle une densité profonde et touche avec une grande justesse au coeur d'une multitude d'enjeux. La maladie redéfinit le fonctionnement de la famille où chacun doit retrouver sa place. L'auteur a choisi le point de vue du père, qui arrête de travailler pour rester au chevet de son fils. Elle le conjugue et l'analyse avec une remarquable finesse psychologique...
Le sujet de Pas d'inquiétude est extrêmement sensible, donc périlleux, mais, jusqu'à une dernière page sublime de maîtrise, Brigitte Giraud se tient à son exigence de pudeur et de sobriété. Subtile et authentique, l'émotion qui en émane n'en est que plus forte. (Marie-Valentine Chaudon - La Croix du 9 novembre 2011)

L'auteure s'est inspirée d'une histoire vraie pour écrire ce roman qui s'interroge sur la place des parents et leur peur d'être au mauvais endroit, au mauvais moment. Subtilement, elle décrit le sentiment de double peine : devoir justifier sans cesse la bonne attitude, être mis à l'écart de la société. Dans tous ses livres, Brigitte Giraud évoque le déséquilibre, celui de l'amour, de l'enfance, du travail. Cette fois, avec intelligence et délicatesse, elle réfléchit sur la griserie du don qui peut se transformer en exclusion. Un piège moral vertigineux. (Christine Ferniot - Télérama du 31 août 2011) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .



Détails sur le produit

  • Poche: 223 pages
  • Editeur : Editions 84 (17 août 2013)
  • Collection : LITTERATURE GEN
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290041904
  • ISBN-13: 978-2290041901
  • Dimensions du produit: 10,8 x 1,5 x 17,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 199.272 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE le 26 septembre 2011
Format: Broché
Le thème de Pas d'inquiétude, de Brigitte Giraud, n'est pas sans rappeler celui de La guerre est déclarée : un couple face à la maladie, très grave, de leur enfant. Dans le roman, le narrateur est le père, qui témoigne au jour le jour de son impuissance, de son incapacité à agir, de l'aigreur qui l'absorbe jusqu'à rendre son fils coupable de l'empêcher de vivre "normalement". Sur le ton, rien de commun donc avec le film de Valérie Donzelli : le couple de Pas d'inquiétude n'est pas armé pour se défendre, les rapports entre les deux parents se lézardent, chacun vivant son rapport au monde du travail de façon très différente. Ce portrait de père à la dérive, sans solutions, est ce qu'il y a de plus touchant dans le livre. Mais à l'inverse d'Une année étrangère, son roman précédent, l'auteure a choisi d'être directe et son style s'en ressent. La situation est claire d'emblée, la dégradation psychologique de son personnage principal lente et inéluctable. Ainsi, Pas d'inquiétude est moins émouvant qu'il aurait pu être, assez monocorde, ne lâchant pas d'une semelle ce père sans repères, démuni et presque pathétique. Il en résulte une tristesse apathique qui, hélas, finit par nous être étrangère. Et on le regrette sincèrement.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par HJ TOP 1000 COMMENTATEURS le 16 octobre 2011
Format: Broché
Brigite Giraud écrit bien, avec un grand souci de la précision et du détail réaliste, mais aussi avec beaucoup de finesse. Il lui fallait ce talent pour mettre des mots sur l'innommable: la maladie d'un enfant. Pour éviter tout pathos, elle choisit de faire entendre la voix du père dans un récit a posteriori, presque au jour le jour. De l'hôpital, des soins que reçoit Medhi, de l'angoisse et des peurs de celui-ci, le lecteur ne saura rien. Mais il assistera au desarroi d'un homme qui verra la maladie s'immiscer dans la vie quotidienne de sa famille, modifier ses relations avec sa femme et avec sa fille adolescente, avec ses amis et ses collègues ... désarroi d'un père obligé de rester à la maison avec un fils de 10 ans qu'il connaît mal et qu'il apprendra à découvrir peu à peu. Malgré la révolte , le découragement, les tentations de fuite, le récit est traversé par des moments lumineux où père et fils apprennent à se découvrir et où l'enfant précocement mûri par la maladie regarde avec indulgence ce père si maladroit. C'est aussi un roman social, le monde du travail est très présent car le narrateur et sa femme appartiennent à la classe des travailleurs et Brigitte Giraud n'esquive pas la question: comment trouver le temps d'accompagner son enfant malade quand le monde du travail est inhumain?
Je dois avouer que j'ai commencé la lecture de ce roman avec réticence car je redoutais un mélo! au contraire je l'ai dévoré,parce que l'écriture tient à distance l'émotion, mais aussi car j'étais talonnée par le désir de connaître le dénouement dont je ne dirais rien. A mon avis, c'est là qu'est le point faible du récit!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Le lent combat tenace et quotidien d'un couple et même plus singulièrement d'un homme ayant bénéficié d'un arrêt maladie prolongé, afin de pouvoir se consacrer corps et âme à la soudaine maladie imprévisible de son tout jeune fils. Si le précepte et la continuité de la forme d'écriture sont quelque peu décliqueter d'embardes dans une périssoire en mots stylés qui pourrait éblouir la plupart des lignes, paradoxalement, la sincérité des sentiments couchée dans une déclinaison phrasé des plus simples et courantes demeure absorbement confondante. Le narrateur de l'histoire qui est au coeur de cet équinoxe tragique et tant inquiétante érode au plus fort de ses pensées toutes les étapes successives vécues et endurées, d'un bruissement de découragement qui peut guetter à tout instant, jusqu'à la lassitude pendante et tenue, en passant par la légitime et inévitable peur intense attenante. Puis un certain soulagement également, au devant de la remission bienveillante d'une douleur qui se disloque et s'éloigne, du bien souvent à la simple joie béate qui soulage dans un splendide écappatoire cérébral et exprimable. Tout le quotidien de l'enfant dans son évolution latente et incertaine nous est ainsi précisé dans les détails les plus appropriés, décuplé en retenu, pudeur, dignité, mais sans pour autant escamoter les travers et revers des faiblesses psychiques et humaines. Ceci afin de nous rapprocher au plus près en vérité de l'apprêté de la traversée.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Colette Mestres VOIX VINE le 24 octobre 2011
Format: Broché
L'auteur(e) de l'excellent "Marée noire" nous évoque le formidable traumatisme causé par l'arrivée subite de la maladie grâve d'un enfant, vue par le père.

Depuis l'annonce à laquelle il ne peut, ou ne veut pas croire tout de suite, à la difficulté de communiquer avec ce fils, sans le blesser ni le rabaisser; jusqu'à l'éloignement de la mère dont c'est la façon de se protéger.

Beaucoup de pudeur masculine transparait dans ce roman qui jamais ne tombe dans le mélo.

A rapprocher aussi de "Le fils" de Michel Rostain (mais là c'est le fils qui raconte post mortem).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?