La Vie passera comme un rêve et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
Acheter d'occasion
EUR 1,26
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par -betterworldbooks-
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedier des Etats-Unis. Distribution privu en 2-3 semaines. Nous proposons la communication par e-mail en francais. Le dos et les coins peuvent montrer des signes d'usure. Les pages peuvent inclure des notes et quelques signes de feutre. Sous garantie de remboursement complet. Plus de plus d'un million clients satisfaits! Votre alphabétisation dans le monde achat avantages!
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Vie Passera Comme un Rêve (avec cahiers photos) Broché – 5 mars 2009


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00 EUR 1,26

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Après une khâgne au lycée Louis-le-Grand, Gilles Jacob fonde la revue de cinéma, Raccords, puis reprend à Courbevoie l'entreprise familiale d'instruments de pesage qu'il dirigera jusqu'en 1975. Parallèlement, il est critique de cinéma pour Cinéma 64, Les Nouvelles littéraires, L'Express, et coproducteur et animateur du Masque et la Plume (cinéma) avec François-Régis Bastide. En 1976, il est appelé par le Festival de Cannes : d'abord délégué général adjoint, il est nommé délégué général en 1978, développe Cannes sur la scène internationale en fondant la Caméra d'or, Un certain regard, la Cinéfondation et les Leçons de cinéma, puis est élu président du Festival, fonction qu'il occupe depuis juillet 2000. Auteur d'un essai, Le cinéma moderne et d'un roman, Un jour, une mouette (Grasset, 1964), il a publié Les Visiteurs de Cannes (1992) et édité (avec Claude de Givray) la correspondance de François Truffaut (1988). En tant que réalisateur, il s'est spécialisé dans le documentaire de fiction et a produit Chacun son cinéma, film du 60ème anniversaire du festival réalisé par trente-cinq réalisateurs internationaux.


Détails sur le produit

  • Broché: 400 pages
  • Editeur : ROBERT LAFFONT (5 mars 2009)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2221087399
  • ISBN-13: 978-2221087398
  • Dimensions du produit: 24 x 3,4 x 15,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 1.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 140.058 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

1.8 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
3
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Format: Broché
Le titre de mon commentaire peut sembler insolent à la première lecture. Mais pour moi, sous-titrer une autobiographie par les termes « Citizen Cannes», dont j'ignore si c'est par décision de Gilles Jacob ou de son éditeur, me semble une idée très complaisante et pompeuse. Surtout quand le contenu du livre ne m'a pas trop impressionné.

Dans cette autobiographie, nous avons affaire à un livre rempli de potins si inintéressants que je n'ai pas envie de les énumérer. Mais de façon générale, soit ces potins concernent des soirées-réceptions mettant en valeur les artistes, les politiciens présents et du coup l'image de Monsieur Jacob et du festival (Chaplin, Hitchcock, Jeanne Moreau, Koffi Annan, Jacques Chirac, etc.), soit ils concernent des artistes qui ont visité le festival. Pour ce deuxième point, Monsieur Jacob s'y met à coeur joie. Si, d'un côté, il les rabaisse ou leur balance des reproches pour diverses raisons professionnelles qui ne valorisaient pas le festival et Gilles Jacob (Isabella Rossellini, Isabelle Adjani, Jean Cocteau, Françoise Sagan, Roberto Benigni, Gérard Depardieu, Roman Polanski, Patrice Chéreau), il en profite aussi pour en louanger d'autres pour leurs films, leur charme et leur personnalité (Isabelle Huppert, Lars Von Trier, Clint Eastwood, Emir Kusturica, etc.). Bien entendu, je ne nie pas que quelques-unes de ces personnalités ont des égos parfois déplacés qui ont bien dû tirer les cheveux de Gilles Jacob.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jacques Frey le 4 juin 2009
Format: Broché
Je me suis précipité pour acheter ce livre espérant trouver une histoire vécue du Festival de Cannes. Je n'ai trouvé qu'un amoncellement d'épisodes qu'on dirait au cinéma : mal montés. C'est prétentieux et pédant par un auteur autosatisfait. L'écriture est pleine de clichés dont un modèle du genre est le chapitre consacré à la rencontre avec Woody Allen. A la rigueur on peut parcourir le livre en prenant soin de sauter tout ce qui concerne la biographie de Gilles Jacob et il ne reste pas grand chose.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par torollo le 7 juillet 2010
Format: Broché Achat vérifié
franchement, je me suis laissé envouté par les commentaires élogieux d'un Denisot et consort...mal inspiré! pour ceux qui aiment le cinéma, mais pas forcément les coulisses où on nous monte en épingles n'importe quel déjeuner échangé avec tel ou tel acteur, actrice, réalisateur, comme une page d'anthologie, et dont on ferait tellement mieux ne rien savoir (insipide, pitoyable, sans aucun intérêt), le livre va vite vous tomber des mains!
c'est ce qui m'est arrivé...très, très rapidement!

et la vie passera (mieux) sans ce livre...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 19 mai 2009
Format: Broché
Commandeur de la Légion d'honneur, Commandeur de l'ordre national du Mérite, Commandeur des Arts et des Lettres, Grand officier de l'ordre du Mérite de la République italienne et Médaille d'or du Mérite européen décernée par l'Union européenne, c'est peu de dire que Gilles Jacob est un homme reconnu mais qui a su rester humble et surtout très secret.

La parution de ses mémoires en est d'autant plus un événement tant l'homme rechigne à se confier et a se raconter d'ordinaire. Les amateurs du 7ieme art, que l'on sait sombreux, se régaleront d'anectodes plus ou moins connues et tourneront, avec lui, les histoires et les images du plus glamour des festival de cinéma qui soit, le bien nommé festival de cannes.

En tant que délégué artistique dans un premier temps, il transforme le festival, en mettant en scène une manifestation médiatique et internationale, qui devient l'un des plus gros événement artistique mondial. Il fera bâtir un nouveau palais des festivals critiqué, surnommé « le Bunker », favorisera la présence des médias et négociera la diffusion des cérémonies par Canal +.

Derrière la fête médiatique, il en fait aussi un rendez-vous économique incontournable du secteur avec le développement du marché du film. À partir du début des années 2000, il organise également des hommages et rétrospectives.

A noter que l'auteur s'amuse aussi à rapeller qu'il joue également son propre rôle dans les films Grosse Fatigue de Michel Blanc en 1994, et Femme fatale de Brian de Palma en 2002.

CREW.KOOS
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?