• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Patients a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Patients Broché – 18 octobre 2012

4.6 étoiles sur 5 214 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 11,90 EUR 1,32

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Patients
  • +
  • Funambule
  • +
  • Enfant de la Ville
Prix total: EUR 39,99
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Sixième sens

La nuit est belle, l'air est chaud et les étoiles nous matent,
Pendant qu'on kiffe et qu'on apprécie nos plus belles vacances,
La vie est calme, il fait beau, il est deux heures du mat,
On est quelques sourires à partager notre insouciance.

C'est ce moment-là, hors du temps, que la réalité a choisi.
Pour montrer qu'elle décide et que si elle veut elle nous malmène,
Elle a injecté dans nos joies comme une anesthésie,
Souviens-toi de ces sourires, ce sera plus jamais les mêmes.

Le temps s'est accéléré d'un coup et c'est tout mon futur qui bascule,
Les envies, les projets, les souvenirs, dans ma tête y'a trop de pensées qui se bousculent,
Le choc n'a duré qu'une seconde mais ses ondes ne laissent personne indifférent,
«Votre fils ne marchera plus», voilà ce qu'ils ont dit à mes parents.

Alors j'ai découvert de l'intérieur un monde parallèle,
Un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion,
Un monde où être autonome devient un objectif irréel,
Un monde qui existait sans que j'y fasse vraiment attention.

Ce monde-là vit à son propre rythme et n'a pas les mêmes préoccupations,
Les soucis ont une autre échelle et un moment banal peut être une très bonne occupation, Ce monde-là respire le même air mais pas tout le temps avec la même facilité,
Il porte un nom qui fait peur ou qui dérange : les handicapés.

On met du temps à accepter ce mot, c'est lui qui finit par s'imposer,
La langue française a choisi ce terme, moi j'ai rien d'autre à proposer,
Rappelle-toi juste que c'est pas une insulte, on avance tous sur le même chemin,
Et tout le monde crie bien fort qu'un handicapé est d'abord un être humain.

Alors pourquoi tant d'embarras face à un mec en fauteuil roulant,
Ou face à une aveugle, vas-y tu peux leur parler normalement,
C'est pas contagieux pourtant avant de refaire mes premiers pas,
Certains savent comme moi qu'y a des regards qu'on oublie pas.

(...)

Présentation de l'éditeur

«J'ai envie de vomir.
J'ai toujours été en galère dans les moyens de transport, quels qu'ils soient. J'ai mal au coeur en bateau, bien sûr, mais aussi en avion, en voiture... Alors là, allongé sur le dos à contresens de la marche, c'est un vrai calvaire.
Nous sommes le 11 août et il doit bien faire 35 degrés dans l'ambulance. Je suis en sueur, mais pas autant que l'ambulancier qui s'affaire au-dessus de moi ; je le vois manipuler des tuyaux, des petites poches et plein d'autres trucs bizarres. Il a de l'eau qui lui glisse sur le visage et qui forme au niveau du menton un petit goutte-à-goutte bien dégueulasse.
Je sors tout juste de l'hôpital où j'étais en réanimation ces dernières semaines. On me conduit aujourd'hui dans un grand centre de rééducation qui regroupe toute la crème du handicap bien lourd : paraplégiques, tétraplégiques, traumatisés crâniens, amputés, grands brûlés...
Bref, je sens qu'on va bien s'amuser.»

À tout juste vingt ans, alors qu'il chahute avec des amis, Fabien heurte le fond d'une piscine et se déplace les vertèbres. Les médecins diagnostiquent une probable paralysie à vie. Il relate ici, dans le style poétique, drôle et incisif qu'on lui connaît, les péripéties truculentes, parfois cocasses, vécues avec ses colocataires d'infortune dans un centre de rééducation pour handicapés. Jonglant entre émotion et dérision, ce récit est aussi celui d'une renaissance.

Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud, est né un 31 juillet 1977, sous le soleil de la Seine-Saint-Denis. Enfant, Fabien veut devenir prof de sport. Mais la vie lui réserve un autre destin. C'est armé d'une béquille et d'un stylo qu'il se lance dans la musique. En 2006, son premier album, Midi 20, se vend à plus de 600 000 exemplaires et l'artiste est primé deux fois aux Victoires de la musique («album révélation» et «révélation scène» de l'année).

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Format Kindle
...pour prendre du recul sur ses petits bobos, et découvrir, sans artifices de style ni pathos larmoyant, la vie quotidienne de ces patients de centres de rééducation. L'auteur nous livre les détails du combat, mais aussi l'humour, la solidarité, et la soif de vivre de tous ces grands ou petits corps malades.
Remarque sur ce commentaire 11 sur 11 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
J'ai d'abord été surprise par le style relativement dépouillé, simple et sobre du récit de Fabien. Un peu déstabilisée même car je m'attendais à ce que ça slame dans tous les sens. C'est au final un récit très touchant, un exercice d'écriture habilement mené, avec la très juste distance entre pudeur et le besoin de dire les choses avec le plus de simplicité possible, le plus de clarté possible. sans choquer mais pour sensibiliser au quotidien des personnes handicapées. Je connaissais vaguement l'histoire d'une chute dans une piscine, d'une carrière de basketteur fauchée. Mais j'ignorais le long chemin de croix enduré par GCM pour retrouver l'usage de ses membres, le long travail d'accompagnement des équipes médicales et le soutien de l'entourage. C'est un récit porteur d'espoir, de tolérance et de respect, davantage sur le registre de l'empathie que sur celui du pathos.
Remarque sur ce commentaire 5 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Debop le 3 novembre 2012
Format: Broché
Je travaille dans un centre spécialisé et j'ai lu beaucoup de livres sur le sujet. Celui-ci est un des mieux écrits et des plus vrais que j'aie lus.
Je savais Fabien poète, mais il est plus...
Remarque sur ce commentaire 13 sur 14 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Format Kindle Achat vérifié
que l'on aime Grand Corps Malade ou pas ce livre est vraiment super et remet bien les pendules a l'heure sans sensiblerie inutile mais avec des mots vrais... ca me donne bien envie de l'offrir a une connaissance en fauteuil et dont le moral n'est pas au top... je suis certaine que ca lui fera du bien... merci donc a Fabien d'avoir livre cette partie de sa vie.... bon ok moi je suis fan du chanteur malgre mes 50 piges... mais promis il n'y a aucun parti pris dans mon commentaire
Remarque sur ce commentaire 4 sur 4 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Le sujet est terrible, la vérité est violente, le sujet est tabou.... mais quelle bonheur de lecture. Pas le temps de commencer le livre qu'il est déjà fini. Dès les premières pages on sait ou l'on va. On decouvre la réalité de la vie dans un centre pour handicapé mais avec une telle ecriture le pire devient le plus drole. Il n'y a pas 5 pages avant un eclat de rire.

On fini la lecture en relativisant les evenements de la vie, avec une nouvelle vision du handicape et une envie de donner ce livre à tous ces amis pour partager la lecture

A lire comme un reportage positif
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Un vrai coup de cœur que ce livre ! comme beaucoup d'entre nous, je ne connaissais de Grand corps malade que cette belle voix grave qui le caractérise et dont il sait bien se servir dans les doublages de dessins animés !
Je ne suis pas fan de slam, donc je ne risquais pas de le connaitre plus en avant.
Et en lisant une critique sur Babélio, j'ai découvert qu'il avait raconté son histoire et son parcours.
Il nous livre son expérience de "malade" et sa vision du monde, celle que l'on a quand on est "assis" et que chaque geste de la vie quotidienne dépend d'autrui. Il nous livre par la même occasion nos travers à nous, involontaires pour la plupart, quand nous croisons le handicap.
Il évoque largement sa vie en centre, celle ou il a eu la chance de "revenir" après beaucoup d'épreuves, la solidarité qui se crée, somme toute, comme en extérieur. Ce livre est d'ailleurs dédié à ses amis d'infortune.
C'est une belle leçon de vie qu'il nous a livre là, une de celle qu'on se doit de lire, le handicap est à nos portes à tous, il peut nous tomber dessus d'ici 10 secondes et changer nos vies ; ce jeune homme a su tirer de sacrées leçons de vie que nous devrions tous et toutes apprendre aussi.
Un beau moment de lecture que je recommande à tous.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Immobilisé, "sans aucun contact" avec l'extérieur pour quelques jours d'hospitalisation, je viens d'en achever la lecture.
Le style tout en phrases concises au sein de courts paragraphes, regroupés eux-mêmes en chapitres de 4 ou 5 pages, rarement plus, est assez percutant. Néanmoins, la langue de facture assez soignée, épurée, entrelardée de mots empruntés au "parler banlieue" ou au verlan, tout à fait incongrus, me semblait un peu artificielle.
Tout au moins dans la première partie du livre.
Connaissant un peu la vie des centres dont parle Fabien (le prénom de Grand Corps Malade) pour avoir fréquenté moi-même ce genre d'établissement à la suite d'un accident de voiture qui m'a amené dans le service « TC » de l'hôpital Hélio-marin de Berck, j'y ai reconnu l'univers dont parle l'auteur, même si ma petite expérience n'a fort heureusement rien à voir avec les cas dramatiques décrits.
Et fort bien décrits d'ailleurs, la vie quotidienne d'un handicapé lourd, des détails les plus triviaux aux moments cocasses.
De l'humanité de beaucoup à la bêtise de certains praticiens.
De l'importance d'un kinė "doux et expérimenté" à l'ingéniosité de l'ergo thérapeute.
On passe très vite (trop vite?) d'un patient à l'autre sans pouvoir s'attarder, s'attacher.
La seconde partie, lorsqu'il abandonne les "relou" "rebeu" et autre "fais chier" (qui semblent insérés un peu par coquetterie identitaire) et qu'on s'attarde sur quelques destins, est nettement plus intéressante, plus sensible, plus émotionnelle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?