Paul Bley

Top albums (Voir les 111)


CD: €20.00  |  MP3: €10.49
CD: €7.49  |  MP3: €8.99
CD: €10.98
CD: €9.49  |  MP3: €9.03
CD: €19.00  |  MP3: €10.99
CD: €10.77  |  MP3: €8.99
CD: €13.99  |  MP3: €10.99
CD: €9.99
CD: €27.14  |  MP3: €7.99
Voir les 111 albums de Paul Bley

Paul Bley : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 611
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Paul Bley

Biographie

Le pianiste canadien Hyman Paul Bley est né à Montréal le 10 novembre 1932. Il effectue des études au McGill Conservatorium et participe à la fondation du Jazz WorkShop.

Il étudie à la Julliard School de New York à partir de 1950. Là-bas, il enregistre son premier disque, Introducing Paul Bley (1953), en compagnie de Charles Mingus et Art Blakey. Il accompagne également Charlie Parker, Sonny Rollins, Chet Baker ou Lester Young en tournée.

Installé à Los Angeles en 1957, intéressé par de nouvelles procédures de jeu dans le jazz (l'atonalité, la microtonalité...), il forme un trio avec le ... Lire la suite

Le pianiste canadien Hyman Paul Bley est né à Montréal le 10 novembre 1932. Il effectue des études au McGill Conservatorium et participe à la fondation du Jazz WorkShop.

Il étudie à la Julliard School de New York à partir de 1950. Là-bas, il enregistre son premier disque, Introducing Paul Bley (1953), en compagnie de Charles Mingus et Art Blakey. Il accompagne également Charlie Parker, Sonny Rollins, Chet Baker ou Lester Young en tournée.

Installé à Los Angeles en 1957, intéressé par de nouvelles procédures de jeu dans le jazz (l'atonalité, la microtonalité...), il forme un trio avec le contrebassite Charlie Haden et le batteur Billy Higgins, vite rejoint par Don Cherry à la trompette et Ornette Coleman au saxophone alto. C'est ce dernier qui le fait passer du be bop à l'improvisation libre.

Il épouse la compositrice Karen Borg la même année : Mme Carla Bley deviendra pour longtemps son compositeur de prédilection et leur union perdurera une dizaine d'années.

Rentré à New York en 1959, il travaille et enregistre avec Charles Mingus, George Russell, Sonny Rollins, Don Ellis, Paul Motian ou Gary Peacock. Avant-gardiste, le trio formé avec le contrebassiste Steve Swallow et le clarinettiste Jimmy Giuffre révolutionne le langage du jazz de l'époque, aux premières heures du free jazz.

En 1968, il commence à s'intéresser au synthétiseur Moog, se consacre exclusivement au Synthetiser Show conçu avec la pianiste-chanteuse Annette Peacock qu'il a épousé en 1967.

Après leur séparation, il forme le Paul Bley and Scorpio, avec lequel le bassiste Jaco Pastorius et le guitariste Pat Metheny enregistrent leur premier disque dans le style jazz-rock.

Il retourne ensuite définitivement vers le piano et devient alors un grand spécialiste en solo, avec de célèbres enregistrements comme Open, To Love (1973).

En 1974, il fonde sa propre compagnie, IAI (Improvising Artists Inc.), avec sa future épouse Carol Goss, vidéaste. Il tournent alors de nombreux vidéo clips de concerts ou plus expérimentaux.

Il se produit ensuite avec le batteur Barry Altschul et Gary Peacock, puis Kenny Wheeler, Jon Ballantyne, ou Jane Bunnett. Il retrouve Jimmy Giuffre et Steve Swallow de 1989 à 1995, enregistre pour de nombreux labels européens (en particulier ECM) en solo, en trio ou en compagnie de solistes du vieux continent : Franz Koglmann, Tony Oxley, Evan Parker...

En 2004, Paul Bley publie Nothing to Declare et Circles faits de longues improvisations solitaires.

Paul Bley est fêté par la presse pour la sortie de About Time en 2008, l'une de ses plus belles productions.

Copyright 2014 Music Story Music Story

Le pianiste canadien Hyman Paul Bley est né à Montréal le 10 novembre 1932. Il effectue des études au McGill Conservatorium et participe à la fondation du Jazz WorkShop.

Il étudie à la Julliard School de New York à partir de 1950. Là-bas, il enregistre son premier disque, Introducing Paul Bley (1953), en compagnie de Charles Mingus et Art Blakey. Il accompagne également Charlie Parker, Sonny Rollins, Chet Baker ou Lester Young en tournée.

Installé à Los Angeles en 1957, intéressé par de nouvelles procédures de jeu dans le jazz (l'atonalité, la microtonalité...), il forme un trio avec le contrebassite Charlie Haden et le batteur Billy Higgins, vite rejoint par Don Cherry à la trompette et Ornette Coleman au saxophone alto. C'est ce dernier qui le fait passer du be bop à l'improvisation libre.

Il épouse la compositrice Karen Borg la même année : Mme Carla Bley deviendra pour longtemps son compositeur de prédilection et leur union perdurera une dizaine d'années.

Rentré à New York en 1959, il travaille et enregistre avec Charles Mingus, George Russell, Sonny Rollins, Don Ellis, Paul Motian ou Gary Peacock. Avant-gardiste, le trio formé avec le contrebassiste Steve Swallow et le clarinettiste Jimmy Giuffre révolutionne le langage du jazz de l'époque, aux premières heures du free jazz.

En 1968, il commence à s'intéresser au synthétiseur Moog, se consacre exclusivement au Synthetiser Show conçu avec la pianiste-chanteuse Annette Peacock qu'il a épousé en 1967.

Après leur séparation, il forme le Paul Bley and Scorpio, avec lequel le bassiste Jaco Pastorius et le guitariste Pat Metheny enregistrent leur premier disque dans le style jazz-rock.

Il retourne ensuite définitivement vers le piano et devient alors un grand spécialiste en solo, avec de célèbres enregistrements comme Open, To Love (1973).

En 1974, il fonde sa propre compagnie, IAI (Improvising Artists Inc.), avec sa future épouse Carol Goss, vidéaste. Il tournent alors de nombreux vidéo clips de concerts ou plus expérimentaux.

Il se produit ensuite avec le batteur Barry Altschul et Gary Peacock, puis Kenny Wheeler, Jon Ballantyne, ou Jane Bunnett. Il retrouve Jimmy Giuffre et Steve Swallow de 1989 à 1995, enregistre pour de nombreux labels européens (en particulier ECM) en solo, en trio ou en compagnie de solistes du vieux continent : Franz Koglmann, Tony Oxley, Evan Parker...

En 2004, Paul Bley publie Nothing to Declare et Circles faits de longues improvisations solitaires.

Paul Bley est fêté par la presse pour la sortie de About Time en 2008, l'une de ses plus belles productions.

Copyright 2014 Music Story Music Story

Le pianiste canadien Hyman Paul Bley est né à Montréal le 10 novembre 1932. Il effectue des études au McGill Conservatorium et participe à la fondation du Jazz WorkShop.

Il étudie à la Julliard School de New York à partir de 1950. Là-bas, il enregistre son premier disque, Introducing Paul Bley (1953), en compagnie de Charles Mingus et Art Blakey. Il accompagne également Charlie Parker, Sonny Rollins, Chet Baker ou Lester Young en tournée.

Installé à Los Angeles en 1957, intéressé par de nouvelles procédures de jeu dans le jazz (l'atonalité, la microtonalité...), il forme un trio avec le contrebassite Charlie Haden et le batteur Billy Higgins, vite rejoint par Don Cherry à la trompette et Ornette Coleman au saxophone alto. C'est ce dernier qui le fait passer du be bop à l'improvisation libre.

Il épouse la compositrice Karen Borg la même année : Mme Carla Bley deviendra pour longtemps son compositeur de prédilection et leur union perdurera une dizaine d'années.

Rentré à New York en 1959, il travaille et enregistre avec Charles Mingus, George Russell, Sonny Rollins, Don Ellis, Paul Motian ou Gary Peacock. Avant-gardiste, le trio formé avec le contrebassiste Steve Swallow et le clarinettiste Jimmy Giuffre révolutionne le langage du jazz de l'époque, aux premières heures du free jazz.

En 1968, il commence à s'intéresser au synthétiseur Moog, se consacre exclusivement au Synthetiser Show conçu avec la pianiste-chanteuse Annette Peacock qu'il a épousé en 1967.

Après leur séparation, il forme le Paul Bley and Scorpio, avec lequel le bassiste Jaco Pastorius et le guitariste Pat Metheny enregistrent leur premier disque dans le style jazz-rock.

Il retourne ensuite définitivement vers le piano et devient alors un grand spécialiste en solo, avec de célèbres enregistrements comme Open, To Love (1973).

En 1974, il fonde sa propre compagnie, IAI (Improvising Artists Inc.), avec sa future épouse Carol Goss, vidéaste. Il tournent alors de nombreux vidéo clips de concerts ou plus expérimentaux.

Il se produit ensuite avec le batteur Barry Altschul et Gary Peacock, puis Kenny Wheeler, Jon Ballantyne, ou Jane Bunnett. Il retrouve Jimmy Giuffre et Steve Swallow de 1989 à 1995, enregistre pour de nombreux labels européens (en particulier ECM) en solo, en trio ou en compagnie de solistes du vieux continent : Franz Koglmann, Tony Oxley, Evan Parker...

En 2004, Paul Bley publie Nothing to Declare et Circles faits de longues improvisations solitaires.

Paul Bley est fêté par la presse pour la sortie de About Time en 2008, l'une de ses plus belles productions.

Copyright 2014 Music Story Music Story


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page