Paul Rodgers


Paul Rodgers : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 105
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Paul Rodgers
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Né le 17 septembre 1949 à Middlesborough, Paul Rodgers n'attend pas le nombre des années pour prouver sa valeur. Après des débuts dans un groupe local, il crée Free à 18 ans. C'est ainsi qu'à 20 ans il est la voix d'un classique tel « All Right Now ».

Libre

La fin de Free en 1973 confirme son statut de superstar lorsqu'il forme Bad Company. Immédiatement signé sur le label de Led Zeppelin, Bad Company livre deux premiers albums qui sont des monuments et d'énormes succès internationaux. Paul Rodgers sort en 1983 Cut Loose, un album solo qu'il réalise entièrement. Habitué à collaborer avec ... Lire la suite

Né le 17 septembre 1949 à Middlesborough, Paul Rodgers n'attend pas le nombre des années pour prouver sa valeur. Après des débuts dans un groupe local, il crée Free à 18 ans. C'est ainsi qu'à 20 ans il est la voix d'un classique tel « All Right Now ».

Libre

La fin de Free en 1973 confirme son statut de superstar lorsqu'il forme Bad Company. Immédiatement signé sur le label de Led Zeppelin, Bad Company livre deux premiers albums qui sont des monuments et d'énormes succès internationaux. Paul Rodgers sort en 1983 Cut Loose, un album solo qu'il réalise entièrement. Habitué à collaborer avec des guitaristes de la trempe de Paul Kossoff et Mick Ralphs, Paul Rodgers se trouve démuni pour composer seul. L'album est un échec commercial et artistique.

Entreprise malheureuse

Cet habitué du haut des hit parades, pense retrouver avec Jimmy Page le complice qui lui fait défaut. Les deux monstres sacrés forment le prometteur The Firm. Malheureusement leur deux styles ne s'accordent pas, malgré l'estime que se portent les deux hommes; les compositions sont faiblardes, l'attente est déçue. La voix magnifique de Paul Rodgers ne peut se suffire à elle même. Avec The Law en 1991, Paul Rodgers semble s'enfoncer irrémédiablement vers la zone grise des gloires évanouies. Ce groupe formé avec le batteur Kenney Jones renferme certainement le pire de ses réalisations.

Blues, blues, blues

L'éblouissant hommage à Muddy Waters en 1993, Muddy Waters Blues, avec rien moins que Brian May, Gary Moore, David Gilmour, Jeff Beck, Steve Miller, Buddy Guy, Richie Sambora, Brian Setzer, Slash, se relayant à la guitare, replace Paul Rodgers en haut de l'affiche. Maitre d'?uvre du projet, il le survole d'une voix intacte et anime chacun des morceaux du maître d'une âme de vrai bluesman. Requinqué, il forme The Paul Rodgers Band et sort en 1997, Now un album parfaitement estimable avec « Soul of Love ». Le temps d'une tournée américaine le Bad Company original est reformé en 1999. L'infatigable voix sort Electric en 2000 et tourne de nouveau avec Bad Company en 2001.

Voix du cosmos

Enfin 2004 voit la formation d'un étrange attelage, Queen + Paul Rodgers ou comment un groupe de rock progressif orphelin de son chanteur s'allie au plus grand des chanteurs blues rock. Le groupe hybride n'hésite d'ailleurs pas à proposer un répertoire mêlant effectivement ceux de Queen et de Paul Rodgers. L'album Cosmos Rocks en 2008 montre les limites de ce collage, le résultat est décevant malgré un Paul Rodgers en grande forme. Le blues rock est à jamais personnifié par une voix, son propriétaire à pour nom Paul Rodgers.

Influencé par la soul et le rhythm 'n' blues comme la majorité des chanteurs de sa génération, Paul Rodgers fait les choses bien au moment de rendre hommage à ces styles. C'est à Memphis dans les légendaires studios du producteur Willie Mitchell qu'il enregistre The Royal Sessions qui sort en janvier 2014. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Né le 17 septembre 1949 à Middlesborough, Paul Rodgers n'attend pas le nombre des années pour prouver sa valeur. Après des débuts dans un groupe local, il crée Free à 18 ans. C'est ainsi qu'à 20 ans il est la voix d'un classique tel « All Right Now ».

Libre

La fin de Free en 1973 confirme son statut de superstar lorsqu'il forme Bad Company. Immédiatement signé sur le label de Led Zeppelin, Bad Company livre deux premiers albums qui sont des monuments et d'énormes succès internationaux. Paul Rodgers sort en 1983 Cut Loose, un album solo qu'il réalise entièrement. Habitué à collaborer avec des guitaristes de la trempe de Paul Kossoff et Mick Ralphs, Paul Rodgers se trouve démuni pour composer seul. L'album est un échec commercial et artistique.

Entreprise malheureuse

Cet habitué du haut des hit parades, pense retrouver avec Jimmy Page le complice qui lui fait défaut. Les deux monstres sacrés forment le prometteur The Firm. Malheureusement leur deux styles ne s'accordent pas, malgré l'estime que se portent les deux hommes; les compositions sont faiblardes, l'attente est déçue. La voix magnifique de Paul Rodgers ne peut se suffire à elle même. Avec The Law en 1991, Paul Rodgers semble s'enfoncer irrémédiablement vers la zone grise des gloires évanouies. Ce groupe formé avec le batteur Kenney Jones renferme certainement le pire de ses réalisations.

Blues, blues, blues

L'éblouissant hommage à Muddy Waters en 1993, Muddy Waters Blues, avec rien moins que Brian May, Gary Moore, David Gilmour, Jeff Beck, Steve Miller, Buddy Guy, Richie Sambora, Brian Setzer, Slash, se relayant à la guitare, replace Paul Rodgers en haut de l'affiche. Maitre d'?uvre du projet, il le survole d'une voix intacte et anime chacun des morceaux du maître d'une âme de vrai bluesman. Requinqué, il forme The Paul Rodgers Band et sort en 1997, Now un album parfaitement estimable avec « Soul of Love ». Le temps d'une tournée américaine le Bad Company original est reformé en 1999. L'infatigable voix sort Electric en 2000 et tourne de nouveau avec Bad Company en 2001.

Voix du cosmos

Enfin 2004 voit la formation d'un étrange attelage, Queen + Paul Rodgers ou comment un groupe de rock progressif orphelin de son chanteur s'allie au plus grand des chanteurs blues rock. Le groupe hybride n'hésite d'ailleurs pas à proposer un répertoire mêlant effectivement ceux de Queen et de Paul Rodgers. L'album Cosmos Rocks en 2008 montre les limites de ce collage, le résultat est décevant malgré un Paul Rodgers en grande forme. Le blues rock est à jamais personnifié par une voix, son propriétaire à pour nom Paul Rodgers.

Influencé par la soul et le rhythm 'n' blues comme la majorité des chanteurs de sa génération, Paul Rodgers fait les choses bien au moment de rendre hommage à ces styles. C'est à Memphis dans les légendaires studios du producteur Willie Mitchell qu'il enregistre The Royal Sessions qui sort en janvier 2014. Copyright 2014 Music Story François Alvarez

Né le 17 septembre 1949 à Middlesborough, Paul Rodgers n'attend pas le nombre des années pour prouver sa valeur. Après des débuts dans un groupe local, il crée Free à 18 ans. C'est ainsi qu'à 20 ans il est la voix d'un classique tel « All Right Now ».

Libre

La fin de Free en 1973 confirme son statut de superstar lorsqu'il forme Bad Company. Immédiatement signé sur le label de Led Zeppelin, Bad Company livre deux premiers albums qui sont des monuments et d'énormes succès internationaux. Paul Rodgers sort en 1983 Cut Loose, un album solo qu'il réalise entièrement. Habitué à collaborer avec des guitaristes de la trempe de Paul Kossoff et Mick Ralphs, Paul Rodgers se trouve démuni pour composer seul. L'album est un échec commercial et artistique.

Entreprise malheureuse

Cet habitué du haut des hit parades, pense retrouver avec Jimmy Page le complice qui lui fait défaut. Les deux monstres sacrés forment le prometteur The Firm. Malheureusement leur deux styles ne s'accordent pas, malgré l'estime que se portent les deux hommes; les compositions sont faiblardes, l'attente est déçue. La voix magnifique de Paul Rodgers ne peut se suffire à elle même. Avec The Law en 1991, Paul Rodgers semble s'enfoncer irrémédiablement vers la zone grise des gloires évanouies. Ce groupe formé avec le batteur Kenney Jones renferme certainement le pire de ses réalisations.

Blues, blues, blues

L'éblouissant hommage à Muddy Waters en 1993, Muddy Waters Blues, avec rien moins que Brian May, Gary Moore, David Gilmour, Jeff Beck, Steve Miller, Buddy Guy, Richie Sambora, Brian Setzer, Slash, se relayant à la guitare, replace Paul Rodgers en haut de l'affiche. Maitre d'?uvre du projet, il le survole d'une voix intacte et anime chacun des morceaux du maître d'une âme de vrai bluesman. Requinqué, il forme The Paul Rodgers Band et sort en 1997, Now un album parfaitement estimable avec « Soul of Love ». Le temps d'une tournée américaine le Bad Company original est reformé en 1999. L'infatigable voix sort Electric en 2000 et tourne de nouveau avec Bad Company en 2001.

Voix du cosmos

Enfin 2004 voit la formation d'un étrange attelage, Queen + Paul Rodgers ou comment un groupe de rock progressif orphelin de son chanteur s'allie au plus grand des chanteurs blues rock. Le groupe hybride n'hésite d'ailleurs pas à proposer un répertoire mêlant effectivement ceux de Queen et de Paul Rodgers. L'album Cosmos Rocks en 2008 montre les limites de ce collage, le résultat est décevant malgré un Paul Rodgers en grande forme. Le blues rock est à jamais personnifié par une voix, son propriétaire à pour nom Paul Rodgers.

Influencé par la soul et le rhythm 'n' blues comme la majorité des chanteurs de sa génération, Paul Rodgers fait les choses bien au moment de rendre hommage à ces styles. C'est à Memphis dans les légendaires studios du producteur Willie Mitchell qu'il enregistre The Royal Sessions qui sort en janvier 2014. Copyright 2014 Music Story François Alvarez


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page