Acheter d'occasion
EUR 4,24
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Pays perdu Broché – 18 août 2003


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 42,00 EUR 10,00
Broché, 18 août 2003
EUR 4,24

Il y a une édition plus récente de cet article:


Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

Voir les offres de ces vendeurs.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

" "C'est un pays perdu" dit-on : pas d'expression plus juste. On n'y arrive qu'en s'égarant. Rien à y faire, rien à y voir. Perdu depuis le début peut-être, tellement perdu avant d'avoir été que cette perte n'est que la forme de son existence. Et moi, stupidement, depuis l'origine, je cherche à le garder. Je voudrais qu'il soit lui-même, immobilisé dans sa propre perfection, et qu'à chaque instant on puisse s'en emplir.
Deux frères, qui habitent en ville, possèdent dans un hameau isolé une maison de famille. L'un d'eux vient d'hériter d'un cousin qui vivait en sauvage dans sa ferme. À leur arrivée, ils apprennent la mort d'une jeune fille du village. Les obsèques ont lieu le lendemain. Comme dans les anciennes tragédies, l'action se déroule sur deux journées d'hiver, au cœur de montagnes désertes. Les dieux qui la régissent sont à la fois grotesques et terrifiants. On les nomme Alcool, Hiver, Merde, Solitude. Ils n'empêchent pas, cependant, que ceux qu'ils soumettent à leurs caprices fassent preuve d'une véritable grandeur. Ce que l'on enterre, dans ce roman, ce sont les derniers paysans. C'est aussi la beauté, dont on ne parvient jamais à faire son deuil

Biographie de l'auteur

Né à Créteil en 1955, Pierre Jourde est professeur à l'université de Grenoble III. Il a publié une quinzaine d'ouvrages - fictions, essais et critiques - dont La Littérature sans estomac (L'Esprit des Péninsules, 2002), un vigoureux pamphlet couronné par le Prix de la critique de l'Académie Française


Détails sur le produit

  • Broché: 166 pages
  • Editeur : L'Esprit des Péninsules (18 août 2003)
  • Collection : Esprit des Peni
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2846360464
  • ISBN-13: 978-2846360463
  • Dimensions du produit: 21 x 13,5 x 1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 356.250 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par HJ TOP 1000 COMMENTATEURS le 9 mai 2011
Format: Poche
Ce roman est beau et dur comme un diamant brut. Beau car chaque phrase est travaillée, ciselée, rythmée. Dur comme la réalité que nous rappelle Pierre Jourde, celle des campagnes pauvres de la France profonde, à une époque indéterminée mais pas si lointaine. Comme dans les anciennes tragédies, l'action se situe sur deux journées d'hiver, mais en quelques pages tout est dit. Dès le départ, le ton est donné car on arrive dans ce pays perdu au terme d'un itinéraire torturé qui n'en finit pas, au rythme des phrases longues mais limpides. Pierre Jourde nous dit le travail acharné de ces hommes et de ces femmes, par tous les temps, "le travail comme une foi", qui laisse des traces indélébiles et creuse ses blessures sur les faces et les mains torturées. Il nous dit aussi l'hospitalité cordiale et généreuse de ces gens qui savent transformer un simple repas improvisé en "agapes merveilleuses des légendes médiévales"et leur dignité dans les pires moments, à l'instar de François et Marie-Claude qui viennent de perdre leur enfant, admirables dans leur chagrin pudiquement contenu.
Je comprends que ce roman ait déchaîné une polémique, mais je ne pense pas que l'auteur soit méprisant ou simplement méchant.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par D. Cohen TOP 500 COMMENTATEURS le 18 mars 2014
Format: Poche
Rentrant avec son frère dans le Cantal de ses origines, l'auteur nous fait plonger dans la vie de ces villageois aux mains épaisses aux fermes noires de crasse et aux murs crépis de bouse de vaches. Le style est absolument magnifique. Lui seul aurait mérité largement les cinq étoiles mais j'aime bien que l'on me raconte une histoire avec un début et une fin et ici on est plutôt confronté à une plongée dans un arbre généalogique entre alcoolisme, crasse et m***. Cette campagne de brigands est décrite comme un monde dur et taiseux mais non sans une certaine tendresse. Il y a de l'empathie chez l'auteur pour ce monde silencieux dont il s'est extrait et qui colle à ses chaussures comme la glaise des origines.

Alors d'où vient le malaise ? Peut-être du trop c'est trop. Pas une seule maison sans son tas de chiffons graisseux, ses animaux morts, ses tas de fumier pestilentiel, ses demeurés rongés par la bêtise et l'alcoolisme. Je ne connais pas cette région mais je connais les Alpes du Nord. Il y a des ressemblances mais par moments, je ne peux m'empêcher de me dire que l'auteur se complait un peu dans la bauge crasseuse de ses origines. Qu'il règle un vieux compte. Peut-être une forme d'exorcisme des origines. Le besoin d'un intellectuel de tirer un trait sur ce passé qui coule dans son sang. Un chamanisme de la plume.

Il n'en demeure pas moins que le talent est là, comme une pierre brute taillée dans le basalte de ce Cantal des origines et que peu de régions ont eu un tel talent pour parler d'elles.
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par P. Marc le 19 juillet 2007
Format: Poche
Ce texte très riche dit l'alcoolisme, la merde, la crasse et la mort tels que vécus dans un département français, avec une impression persistante d'intemporalité. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire, mais il le faut. Encore faut-il être à même de les lire, et de les admettre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par La revue littéraire des copines le 14 juin 2012
Format: Poche
PAYS PERDU ' DE PIERRE JOURDE

Alors que j'étais en vacances dans le Cantal, dans une librairie très sympathique, on m'a recommandé ce livre. On m'a dit qu'il donnait une image assez réaliste de ce que sont devenus tous ces petits villages et hameaux paysans' ce qui d'ailleurs a valu à l'auteur de se faire caillasser sa voiture à chaque passage dans son village natal.

L'histoire, si tant est qu'il y en ait une, est celle de deux frères qui arrivent dans leur village natal un soir de février. Ils sont venus pour recevoir l'héritage d'un vieux cousin décédé en hermite dans sa maison. Ils arrivent alors que la fille d'un de leurs voisins vient de décéder, ils assistent donc à la veillée funèbre et le lendemain à l'enterrement. Chaque visite, chaque visage croisé donne lieu à une description de ce qu'est devenue la vie dans ce pays oublié : cette vie est crasseuse, imbibée d'alcool et sans espoir.

L'écriture de ce livre est très belle et effectivement, lorsque l'on s'est promené dans ce fantastique pays, on n'a pas pu s'empêcher de se demander qui vit là et que font les gens qui vivent là ? Ce que nous décrit Pierre Jourde est tout à fait crédible, mais de grâce, ne lisez pas ce livre si vous n'avez pas encore visité cette belle région, lisez le après !

Lecture optionnelle.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?