Phèdre et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus


ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Commencez à lire Phèdre sur votre Kindle en moins d'une minute.

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Phèdre [Broché]

Jean Racine
4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (33 commentaires client)
Prix : EUR 3,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mardi 23 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

La collection "Retour au texte" entend offrir à des prix attractifs le texte ou la traduction d’oeuvres au programme : présentation claire, appareil critique adapté. Elle met à la disposition des élèves un outil de travail pratique et correspondant à leurs besoins. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Revue de presse

Avec un dossier et des notes réalisés par Ève-Marie Rollinat-Levasseur, agrégée de lettres clkassiques, et une «lecture d'image» par Agnès Verlet, maître de conférence en littérature française à l'université d'Aix-en-Provence (Aix-Marseille-I). Recommandé pour les classes de lycée. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Présentation de l'éditeur

En 1677, Phèdre, la dernière grande tragédie de Racine, met en scène la mythique descente aux enfers d'une incomprise. Vouée au malheur par son hérédité, Phèdre aime sans espoir son beau-fils Hippolyte. Lorsque son mari, Thésée, revient, il envoie injustement son fils à la mort. On assiste alors à l'empoisonnement d'une femme à la fois innocente et coupable. Ironie tragique qui démontre à quel point l'amour peut se vivre comme une malédiction.

Quatrième de couverture

Introduites par une analyse historique précisant leur contexte intellectuel, les oeuvres sont éclairées par un dossier documentaire qui suggère différents prolongements. A l'intérieur de l'ouvrage, plusieurs "pages -fenêtres" balisent le parcours de la lecture, offrant : - des synthèses sur les thèmes et les structures - des études sur les textes, prenant la forme de lectures méthodiques ou de commentaires composés ; - des rapprochements avec d'autres textes littéraires. La découverte de l'oeuvre s'accompagne d'exercices permettant la maîtrise des épreuves du baccalauréat. Chaque volume offre ainsi la matière d'un entraînement méthodologique riche et varié. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Biographie de l'auteur

1639 - 1699. Orphelin, il est recueilli par les religieuses de Port-Royal, où il reçoit une éducation janséniste. Après avoir tenté de concilier ses aspirations littéraires avec la carrière ecclésiastique, il se consacre au théâtre. Il fait jouer la Thébaïde (1664), puis Alexandre le Grand (1665), mais c'est le succès de la tragédie Andromaque (1667) qui assure sa réputation. Il donne ensuite Britannicus (1669), Bérénice (1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie en Aulide (1674), Phèdre (1677). Nommé historiographe du roi, réconcilié avec les jansénistes, il renonce alors au théâtre. Mais, à la demande de Mme de Maintenon, il écrit encore pour les élèves de Saint-Cyr les tragédies bibliques Esther (1689) et Athalie (1691). Le théâtre de Racine peint la passion comme une force fatale, qui détruit celui qui en est possédé. Réalisant l'idéal de la tragédie classique, il présente une action simple, claire, dont les péripéties naissent de la passion même des personnages. Racine a aussi écrit une comédie, les Plaideurs (1668), spirituelle critique des moeurs judiciaires. (Académie française.)

‹  Retourner à l'aperçu du produit