La Philosophie pour les Nuls et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 7 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Philosophie Poche Pour le... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par LesLivresDeGoonies
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Couverture et tranche un peu marquées, intérieur en excellent état. Envoi rapide et soigné
Amazon rachète votre
article EUR 3,08 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Philosophie Poche Pour les nuls Tome 2 Broché – 11 septembre 2008


Voir les 5 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 12,50
EUR 12,50 EUR 5,99

Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook Rentrée Littéraire 2015 : découvrez toutes les nouveautés de la rentrée en livre et ebook


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Philosophie Poche Pour les nuls Tome 2 + Philosophie Poche Pour les Nuls Tome 1 + La psychologie pour les nuls
Prix pour les trois: EUR 37,50

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Imaginons un homme assis à la table d'un restaurant. On lui présente la carte. Il commence par remarquer à la ligne «bavette» qu'il y a une faute d'orthographe à «échalote» écrite avec deux t, puis observe attentivement l'écriture et l'encre, plonge sa cervelle, qu'il croit innocente comme celle d'un agneau, dans la magie des termes qui, comme en amour, fait venir l'eau à la bouche, rêve sur le beau mot équivoque de «Menu» gravé sur la couverture en similicuir. Lorsque le serveur vient prendre la commande, notre penseur reste muet, parce que le langage lui a tenu lieu de réalité et que, en spéculant sur la matérialité et le symbole du texte, il en a oublié de manger.

N'allons pas croire que cet étrange client est un cas unique de son espèce. Il ressemble à tant de nos professeurs en philosophie qui n'aiment rien tant que d'oublier et de faire oublier la chose au profit de ses conditions. C'est peu de dire que ceux-là restent sur leur faim et nous laissent sur la nôtre (certains croient s'en tirer en nous soûlant...). Le grand public des curieux a une faim de philosophie que les exégètes du même nom n'ont pas rassasiée.

Platon pensait que l'esprit de n'importe qui, fût-il esclave, contenait déjà tout le savoir possible, le travail du dialogue consistant dès lors à le mettre au jour. Descartes écrivit son Discours de la méthode en français, et non en latin, la langue savante de l'époque, de manière à être compris même des femmes. Leibniz, qui fut avec Newton le cerveau le plus productif de son temps, se faisait fort d'expliquer les grandes lignes de sa pensée (pourtant complexe) à n'importe quel honnête homme de son temps en un quart d'heure.

Le siècle écoulé aura eu tendance à oublier cette leçon : une pensée n'existe vraiment que si elle est comprise. Dépouillée petit à petit par la science des secteurs du savoir qui faisaient d'elle depuis les Grecs la connaissance par excellence, la philosophie a souvent eu pour réaction de se réfugier dans les ténèbres de ses abstractions. Elle cultiva avec un soin tout particulier la manie du négatif; l'impossible sous toutes ses formes G'incompréhensible, l'incommunicable, l'intraduisible...) devint son maître mot, le fin fond de sa pensée.

Contre ce préjugé de l'impossible, qui agit comme la plus impitoyable des censures, car dans le totalitarisme aussi, la pensée franche est impossible, il faut dire et répéter que la philosophie est, comme la musique et comme l'amour avec lesquels elle a tant de points communs, l'affaire de tous. La connaissance, le plaisir, le sens de la vie, la communauté politique, la beauté des êtres, l'inattendu des événements, la faute, la mort, l'espoir : il n'est pas absolument indispensable d'avoir fait dix ans d'études, ni de connaître le grec et l'allemand, pour avoir une idée de ce qu'ont pu en dire les plus grands philosophes de l'histoire.

L'univers de la philosophie, dont le big-bang eut lieu presque en même temps en Grèce, en Inde et en Chine, il y a vingt-cinq siècles, est loin de constituer une unité homogène. S'il partage avec l'univers physique cette caractéristique d'être en expansion, il se disperse rapidement en lieux qui n'ont pratiquement pas de relations d'échange entre eux. Les hommes, les doctrines font bien davantage que différer : ils se contredisent. Qui dira jamais la vérité sur l'art, le sentiment, le gouvernement des hommes ou la croyance religieuse ? Des questions que l'homme ne peut pas s'empêcher de poser tout en étant dans l'incapacité de les résoudre de manière définitive - voilà l'espace symbolique dans lequel se déploie le monde de la philosophie.

À propos de ce livre

C'est à cette formidable aventure, qui pour une bonne part a constitué l'histoire, que le lecteur est convié. Ce livre n'a pas la prétention de présenter une vision personnelle ou originale de la philosophie et de son histoire. Bien des ouvrages, rédigés par des spécialistes reconnus, remplissent avec plus ou moins de bonheur cette fonction.

La Philosophie pour les Nuls a pour ambition d'offrir dans une langue accessible à tous une approche de la philosophie à travers son histoire. Elle possède, du moins je l'espère, les qualités du panorama (la vision large et le plaisir de l'instant), mais aussi ses limites : la généralité des grandes lignes qui estompent les détails.

Nous allons ainsi parcourir vingt-cinq siècles d'histoire de la pensée philosophique, non pas à la façon des collectifs de chercheurs spécialistes, chacun attaché à un auteur et assez indifférent à ceux qui le précèdent et qui le suivent; non pas à la manière de ceux qui ne se déplacent plus qu'à la vitesse de la lumière et prétendent faire le tour de toutes les questions avec seulement quelques flashes d'informations. Nous allons plutôt tâcher de caractériser le plus simplement mais aussi le plus fidèlement possible les grandes philosophies dans leur originalité propre. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Présentation de l'éditeur

Cet ouvrage a pour ambition d'offrir dans une langue accessible à tous une approche de la philosophie à travers son histoire. Nous allons ainsi parcourir quatre siècles d'histoire de la pensée philosophique. L'âge classique (XVIIe-XVIIIe siècles) Trois hommes marquent l'entrée de la philosophie dans la période moderne qui met fin à la Renaissance – un Français, Descartes, et deux Anglais, Francis Bacon et Thomas Hobbes. Cet âge classique, que l'on associe un peu vite à l'ordre immuable des châteaux et jardins royaux, est aussi celui des révolutions en tous les domaines : scientifique, moral, politique. Ce n'est pas un hasard si les révolutionnaires de 1793 reconnaîtront en Descartes et en Bacon des frères. La philosophie moderne (XIXe siècle) Génial XIX e siècle ! Il va de Hegel à Nietzsche en passant par Auguste Comte, Kierkegaard, Marx et Schopenhauer. Ces penseurs ont évidemment marqué notre temps de manière plus directe que leurs prédécesseurs. En fait, si l'on y regarde bien, aucun philosophe du XXe siècle n'a eu un impact aussi grand qu'Auguste Comte, Marx ou Nietzsche. La philosophie contemporaine (XXe-XXIe siècles) S'il est encore trop tôt pour faire le bilan du terrible XXe siècle, du moins est-il possible de donner un aperçu des idées qui ont animé des philosophes tels que Bergson, Husserl, Sartre, Merleau-Ponty ou Derrida. Notre histoire débouchera non sur une lumière mais sur une interrogation : le temps est-il encore à la philosophie ? Cette aventure commencée avec les sages de la Grèce, de l'Inde, de la Chine et de la Palestine est-elle à lire comme une histoire déjà finie, à admirer comme un musée, un patrimoine, ou bien peut-elle continuer de vivre en nous, et surtout par nous ? Au lecteur de trancher (en prenant garde de ne pas se couper).


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,08
Vendez Philosophie Poche Pour les nuls Tome 2 contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,08, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 441 pages
  • Editeur : First (11 septembre 2008)
  • Collection : Pour les Nuls
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2754007970
  • ISBN-13: 978-2754007979
  • Dimensions du produit: 19 x 2,5 x 13 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 59.841 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre

(En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Index
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

24 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par KiLVaiDeN le 3 décembre 2010
Format: Broché
La lecture de ce livre est instructive, mais on peut sentir dans les paroles de Godin un certain parti pris en fonction de certains courants de pensée, qu'il n'hésite pas à qualifier d'absurdes, par exemple, l'idéalisme. Je trouve que cette démarche ne correspond pas à la volonté initiale d'écrire un livre censé présenter la philosophie. Pour continuer avec cet exemple, l'idéalisme est présenté comme une façon très niaise de voir le monde : un idéaliste ne croirait pas à l'existence des choses en dehors de sa perception ! De plus, il oppose cet idéalisme naïf au « réalisme »... Comme si nous, pauvres humains que nous sommes, étions capables à l'heure actuelle de savoir ce qu'est la réalité ou non, et donc de penser que notre idéologie puisse être nommée « réaliste »...

Ce livre est bon pour avoir un aperçu de ce que les philosophes ont bien pu être, mais Godin n'étant pas neutre, il faut tout de même bien admettre que ce n'est pas l'introduction parfaite à la philosophie, qui ne saurait être accompagnée d'une quelconque préconception, car elle devrait laisser libre court au lecteur de forger sa propre pensée sans que l'auteur ne le dirige vers la sienne.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
48 internautes sur 53 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jan ou Yann le 13 mars 2006
Format: Broché
Ce livre est très agréable à lire, très intéressant et enrichissant, notamment la présentation des philosophes et des contextes dans lesquels ils ont philosophé, ce livre nous éclaire sur la manière de penser "à l'époque" (pour éviter les lectures anachroniques). Mais je trouve tout de même certaines parties assez difficiles à comprendre pour un "nul" (qui dit "nul" dit "ne connaît absolument rien"), certaines "notes techniques", certains mots de vocabulaire philosophique sont trop vite présentés. L'auteur aurait dû peut-être passé un peu plus de temps à trouver des mots "simples" pour bien expliquer le vocabulaire philosophique (Etre, non-Etre, idéalisme, matérialisme, etc.).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par H. Fiori le 3 février 2011
Format: Broché
Ce "survol" de la philosophie par Christian Godin (probablement un auteur marxiste, mais ce n'est pas dans ma bouche un reproche, trop souvent nos contemporains jetent le bébé avec l'eau du bain par l'effet d'une sorte de "paresse mentale") est asez colosssal, en tout cas dans son ambition, car il tente de résumer les systèmes philosophiques de tous horizons et de toutes époques (Antiquité occidentale mais aussi monde arabe, philosophie juive, etc. )
Du coup, traiter de tous ces sujets passionnants en quelques pages, même si elles sont nombreuses, revient facilement à faire de la vulgarisation à outrance. La collection "Pour les nuls" est certes faite pour cela, mais la philosophie se vulgarise t-elle vraiment ? Si la vulgarisation scientifique suscite des vocations chez les jeunes, on se demande comment une vulgarisation des différents systèmes philosophiques pourrait avoir autant d'avantages que d'inconvénients. Mieux aurait valu, selon moi, un ouvrage en plusieurs volumes, n'utilisant d'ailleurs pas forcément un langage plus complexe, mais au moins ne déformant pas quelque peu certains systèmes philosophiques. Pour ne donner qu'un seul exemple illustrant mon propos, j'évoquerai un aspect de la philosophie d'Aristote : pour le Stagirite, la vertu est une "médiété relative", comme le disait si justement Jean Brun, elle est "un juste milieu par rapport à nous" ("manger avec excès" n'a pas le même sens pour un homme fort de 80 kg et pour un homme petit de 60 kg).
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par herpea le 4 février 2009
Format: Broché
Je ne souhaite pas prendre spécialement le contre-pied des avis négatifs. Mes années lycée sont assez loin derrière et les cours de philo ne me passionnaient guère, seulement, me considérant donc profane, je trouve que cet ouvrage est particulièrement réussi. (Presque) tous les courants et penseurs sont abordés de façon équilibrée (en tout cas eu égard à leur notoriété), claire et vraiment accessible. Les phrases sont simples et ne manquent pas d'élégance. Les termes sont usuels sinon expliqués lorsqu'ils sont spécialisés. L'ensemble ne manque pas d'humour (voir notamment les paradoxes à la fin de l'ouvrage avec l'histoire du car infini qui débarque dans l'hôtel infini, c'est à se tordre), un humour parfois égrillard, mais le philosophe n'en est pas moins homme... On peut seulement regretter que plus de textes n'aient pas été cités ainsi que quelques coquilles ou inexactitudes : effectivement la série des inverses de la puissance de 2 ne vaut pas pi/4 mais l'intérêt n'est pas tant dans la valeur exacte de la série que dans le fait qu'en tant que somme infinie de termes, elle soit de valeur finie. L'auteur philosophe aura eu le mérite de se "frotter" (certes pas longtemps) aux sciences physiques et aux mathématiques pour donner un éclairage supplémentaire à son exposé, la démarche inverse est si rare... Preuve en est que si un collège universitaire matheux avait lu l'ouvrage avant sa publication, il n'y figurerait pas l'erreur en question. Et pour ceux qui considèrent que le livre est trop compliqué, allez donc ouvrir quelques pages du "Bréhier", vous ne serez pas déçus...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?