undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
25
3,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:12,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 3 décembre 2010
La lecture de ce livre est instructive, mais on peut sentir dans les paroles de Godin un certain parti pris en fonction de certains courants de pensée, qu'il n'hésite pas à qualifier d'absurdes, par exemple, l'idéalisme. Je trouve que cette démarche ne correspond pas à la volonté initiale d'écrire un livre censé présenter la philosophie. Pour continuer avec cet exemple, l'idéalisme est présenté comme une façon très niaise de voir le monde : un idéaliste ne croirait pas à l'existence des choses en dehors de sa perception ! De plus, il oppose cet idéalisme naïf au « réalisme »... Comme si nous, pauvres humains que nous sommes, étions capables à l'heure actuelle de savoir ce qu'est la réalité ou non, et donc de penser que notre idéologie puisse être nommée « réaliste »...

Ce livre est bon pour avoir un aperçu de ce que les philosophes ont bien pu être, mais Godin n'étant pas neutre, il faut tout de même bien admettre que ce n'est pas l'introduction parfaite à la philosophie, qui ne saurait être accompagnée d'une quelconque préconception, car elle devrait laisser libre court au lecteur de forger sa propre pensée sans que l'auteur ne le dirige vers la sienne.
0Commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2006
Ce livre est très agréable à lire, très intéressant et enrichissant, notamment la présentation des philosophes et des contextes dans lesquels ils ont philosophé, ce livre nous éclaire sur la manière de penser "à l'époque" (pour éviter les lectures anachroniques). Mais je trouve tout de même certaines parties assez difficiles à comprendre pour un "nul" (qui dit "nul" dit "ne connaît absolument rien"), certaines "notes techniques", certains mots de vocabulaire philosophique sont trop vite présentés. L'auteur aurait dû peut-être passé un peu plus de temps à trouver des mots "simples" pour bien expliquer le vocabulaire philosophique (Etre, non-Etre, idéalisme, matérialisme, etc.).
0Commentaire| 51 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2009
J'avais entrepris de lire les livres de Michel Onfray, un homme que j'aime beaucoup mais hélas dès que j'ai abordé ses textes philosophiques n'ayant jamais fait de philo j'ai déchanté et me suis dirigée vers ce livre de philosophie pour la nulle que je suis. Je suis facilement entrée dans ce livre que je trouve clair, précis, très agréable à lire, truffé d'anecdotes et j'ai hâte de me replonger dans la bibliothéque "Onfray" avec cet outil là, très précieux.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2011
Ce "survol" de la philosophie par Christian Godin (probablement un auteur marxiste, mais ce n'est pas dans ma bouche un reproche, trop souvent nos contemporains jetent le bébé avec l'eau du bain par l'effet d'une sorte de "paresse mentale") est asez colosssal, en tout cas dans son ambition, car il tente de résumer les systèmes philosophiques de tous horizons et de toutes époques (Antiquité occidentale mais aussi monde arabe, philosophie juive, etc. )
Du coup, traiter de tous ces sujets passionnants en quelques pages, même si elles sont nombreuses, revient facilement à faire de la vulgarisation à outrance. La collection "Pour les nuls" est certes faite pour cela, mais la philosophie se vulgarise t-elle vraiment ? Si la vulgarisation scientifique suscite des vocations chez les jeunes, on se demande comment une vulgarisation des différents systèmes philosophiques pourrait avoir autant d'avantages que d'inconvénients. Mieux aurait valu, selon moi, un ouvrage en plusieurs volumes, n'utilisant d'ailleurs pas forcément un langage plus complexe, mais au moins ne déformant pas quelque peu certains systèmes philosophiques. Pour ne donner qu'un seul exemple illustrant mon propos, j'évoquerai un aspect de la philosophie d'Aristote : pour le Stagirite, la vertu est une "médiété relative", comme le disait si justement Jean Brun, elle est "un juste milieu par rapport à nous" ("manger avec excès" n'a pas le même sens pour un homme fort de 80 kg et pour un homme petit de 60 kg). La vertu selon Aristote n'est donc pas simplement un "juste milieu", mais il est vrai qu'une telle somme, si elle veut satisfaire son ambition, doit passer à côté de ces petits détails, quitte à trop simplifier parfois, en déformant fatalement quelque peu. De plus, il m'est impossible de passer sous silence, à propos de cet ouvrage, quelques erreurs grossières qui n'ont pas été corrigées dans cette édition revue et augmentée d'une centaine de pages : il est faux de dire que l'islam n'a retenu le nom d'aucune sainte musulmane, elles sont au contraire assez nombreuses, et nous pous citer au moins Rabia bint Ismaïl, la sainte égyptienne, ainsi que Lala Manoubiyah, la sainte de la ville de Tunis. De même, la citation du prophète de l'islam concernant les enfants qui naîtraient tous musulmans est inexacte, car ce n'est pas le terme "musulman" qui est employé dans le hadith, il est dit en fait que les enfants naissent, "selon la saine nature" (sous-entendu : originelle), et que les parents en font des juifs, des chéritens ou des zoroastriens. En effet, l'auteur traite brièvement des philosophies islamique et juive, ce qui, étant donnée l'ampleur des sujets et la limitation nécessaire de l'ouvrage, le conduit à ne leur accorder qu'une place très marginale et encore plus tronquée. Je possède ce livre et il s'agit d'un bon aide mémoire, mais je recommande plutôt l'ouvrage de Roger-Paul Droit : "Une brève histoire de la philosophie" chez Flammarion, que l'on complètera au besoin par les tomes de la série "Philosophies d'ailleurs" (sous la direction de Roger-Pol Droit), volume 1 : Les pensées indiennes, chinoises et tibétaines, volume 2 : Les pensées hébraïques, arabes, persanes et égyptiennes, Éditions Hermann, 2009.
Dans le livre de Christian Godin, "La philosophie pour les nuls", le chapitre sur la pensée de Nietzsche est, je trouve, fort juste et pertinent. Mais cela suffit-il à dresser un portrait de la philosophie d'Occident et d'ailleurs à traits si grands qu'on a parfois du mal à bien en distinguer les caractérisitiques qui, bien souvent, sont loin d'avoir une importance secondaire ?
11 commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2009
Je ne souhaite pas prendre spécialement le contre-pied des avis négatifs. Mes années lycée sont assez loin derrière et les cours de philo ne me passionnaient guère, seulement, me considérant donc profane, je trouve que cet ouvrage est particulièrement réussi. (Presque) tous les courants et penseurs sont abordés de façon équilibrée (en tout cas eu égard à leur notoriété), claire et vraiment accessible. Les phrases sont simples et ne manquent pas d'élégance. Les termes sont usuels sinon expliqués lorsqu'ils sont spécialisés. L'ensemble ne manque pas d'humour (voir notamment les paradoxes à la fin de l'ouvrage avec l'histoire du car infini qui débarque dans l'hôtel infini, c'est à se tordre), un humour parfois égrillard, mais le philosophe n'en est pas moins homme... On peut seulement regretter que plus de textes n'aient pas été cités ainsi que quelques coquilles ou inexactitudes : effectivement la série des inverses de la puissance de 2 ne vaut pas pi/4 mais l'intérêt n'est pas tant dans la valeur exacte de la série que dans le fait qu'en tant que somme infinie de termes, elle soit de valeur finie. L'auteur philosophe aura eu le mérite de se "frotter" (certes pas longtemps) aux sciences physiques et aux mathématiques pour donner un éclairage supplémentaire à son exposé, la démarche inverse est si rare... Preuve en est que si un collège universitaire matheux avait lu l'ouvrage avant sa publication, il n'y figurerait pas l'erreur en question. Et pour ceux qui considèrent que le livre est trop compliqué, allez donc ouvrir quelques pages du "Bréhier", vous ne serez pas déçus...
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 septembre 2014
Pourtant lecteur de philosophie, j'ai trouvé cet ouvrage très confus et peu clair: certaines notions sont évoquées sans jamais être expliquées, on s'attarde sur des anecdotes fort peu instructives, le rythme est inégal: bien trop confus pour le profane, inutile pour le connaisseur, cet ouvrage ne rend service à personne.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2016
Excellent survol des plus grands philosophes depuis l'antiquité. Clair, sans vocabulaire de spécialiste et insistant sur les idées nouvelles apportées par chaque auteur. En plus beaucoup d'humour, ce qui est rare chez les philosophes. Chaudement recommandé à tous les esprits curieux qui veulent se cultiver agréablement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2011
LA PHILOSOPHIE POUR LES NULS !? Enfin un titre qui résume objectivement le contenu d'1 bouquin. L'ennui c'est que les acheteurs prennent ça pour de l'antiphrase. Si vous décidez d'aborder cette matière (ne serait-ce que pour tromper l'ennui de vacances pluvieuses) vous prendrez vous vraiment pour un nul ? Bien sûr que non, l'Ego en souffrirait trop...
Pourtant il s'agit bien de philo étalée par un Nul à l'usage des Nuls. L'auteur ne s'en cache même pas, il se déclare (p.12) adepte de la "philo de café". (J'utilise à dessein l'apocope car il ne s'agit là aucunement de Philosophie au sens noble du terme.) Croyez vous qu'un constructeur auto, pour vanter les mérites mécaniques, électroniques,ergonomiques de son dernier modèle, aurait l'idée de le présenter au public sous forme d'un gros cube de métal torturé vômi par une presse hydraulique ? C'est pourtant ce que fait C.Godin en comprimant au marteau-pilon plus de 20 siècles de philo de tous les pays, sachant bien qu'il y aura tjrs des snobs et des imbéciles pour hisser ce genre de monstruosité au rang d'œuvre d'art. Les amateurs de publications du genre "Le mystère du triangle des Bermudes" ou "Apprenez le Chinois en 10 jours" y trouveront leur compte. Il est évident que le but inavoué de ce genre de littérature c'est d'engranger un max de fric en exploitant jusqu'au trognon la c...,pardon, la crédulité humaine. Or chacun sait que le fric pourrit tout... Pour piéger les gogos l'auteur et l'éditeur -fins complices- exploitent une recette bien rodée :
1°) On flatte le lecteur (page 1) -démagogie oblige- en lui faisant croire qu'il sait tout. (Platon l'a dit, c'est imparable)
Et de tte façon tout peut s'apprendre en 1/4 d'heure. (Leibnitz l'a dit, c'est irréfutable. Voltaire aurait même
ajouté qu'en ce qui concerne la pensée de ce dernier 5 minutes suffiraient amplement)
2°) Ensuite on dénigre les vrais philosophes (p.1) en les traitant d'ayatollahs de la pensée. Ce genre de coup-bas est
redoutablement efficace car un "Nul" frustré de culture, a forcément- un compte à régler avec l'école qui l'a
humilié. Nul doute que Godin a lui même mal digéré certaines vexations : "... l'idée de les exaspérer a suscité en moi
une réelle délectation" (sic) Noircir 300 p. dans l'espoir de faire enrager des collègues c'est bien là un programme
noble et enrichissant !!!
3°) Maintenant vient le plus dur, il va falloir faire avaler au lecteur une foule de poncifs, de clichés, de lieux-communs
glanés ça et là dans de vieux manuels de philo. Autrefois les épices servaient à masquer le goût des viandes un peu
trop faisandées. Godin y a pensé. Donc il va utiliser un peu d'argot pour faire branché (ex: p.43,86), un zeste
d'humour de potache (ex: p.6,7), pour les anecdotes il va chercher Diogène Laërce. (Ce dernier est à la philosophie
ce que P.Bouvard est à l'Histoire, si vous voyez ce que je veux dire...) et pour "achever" le tableau il va plaquer à
la fin des chapitres qques citations qui n'ont rien à voir avec le contexte. A défaut de philo il faut admettre que
c'est du grand art falsificateur.
4°) La touche finale : La France étant devenue un pays cosmopolite, multiculturel, il faut racoler large si l'on veut
vendre et pour ça tous les moyens sont bons : Aucune vile flatterie, aucune argutie, aucune ineptie ne nous sera
épargnée. Afin de ne pas faire de jaloux Godin n'hésite pas à faire l'amalgame entre philosophie et religions
dogmatiques. Ainsi si la Bible n'est pas notre livre de chevet c'est qu'on est "raciste" (p.5) Certes il faut en priorité
flagorner ceux qui monopolisent la publication et les médias et pour se laver de tout soupçon on poussera la vilenie
jusqu'à calomnier Voltaire (p.278) et on conclut avec "l'argument qui tue" en classant ex-æquo le "miracle grec" et
les tribus nomades d'Israël ! On admet toutefois 4 pages plus loin : "...il n'y pas eu réellement de science juive",
mais on n'en est plus à une contradiction près...
Et comme si ce qui précède ne suffisait pas, on trouve encore dans ce bouquin les inepties les plus abjectes : Le mythe de l'Atlantide promu "vérité historique" sans l'ombre d'une preuve. (p.90) Par contre (p.15) on pérennise de vieux préjugés envers les animaux que l'éthologie moderne a pourtant rendu caducs. (documents filmés à l'appui)
Les hellénistes apprécieront aussi l'affirmation selon laquelle la notion d'art aurait échappé aux Anciens.(p.17)
Godin est vraiment bien placé pour parler "Art" lui qui (p.283) qualifie de "musique magnifique" les immondes cacophonies de Schönberg !
Conclusion : Certes la tolérance est une vertu, mais faut-il pour autant tolérer qu'un universitaire se laisse corrompre
au point de s'acoquiner avec une entreprise de désinformation, de décervelage ? Plus qu'une entorse au code de déontologie, cet infâme grimoire est un délit contre le droit au vrai savoir.On avait fait boire la ciguë à Socrate pour bien moins que ça...
22 commentaires| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2010
Vraiment pour les nuls?
Je partage le commentaire d'Eric, j'essaie moi même de me "remettre" à la philo, notamment pour essayer de comprendre ce que font mes enfants lycéens; cet ouvrage ne m'a pas permis d'appréhender les concepts et les idées à part peut être les chapitres consacrés à Auguste Comte (habillé pour plusieurs hivers car décrit comme un illuminé) et Freud.
Quand on pense à l'exposition marketing du bouquin on est plus que déçu. N'hésitez pas à suggérer des alternatives.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2012
Ce livre se lit bien, mais il manque de fond, les auteurs sont survolés, il y a des anecdotes qui ne servent à rien.

Si vous voulez lire une histoire de la philo, il y a Histoire raisonnée de la philosophie morale et politique : Tome 1, De l'Antiquité aux Lumières, ainsi que Histoire de la philosophie politique.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus