EUR 27,95 + EUR 2,49 Livraison
En stock. Vendu par EliteDigital FR
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 6,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • Pink Flag
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

Pink Flag CD, Enregistrement original remasterisé, Import


Prix : EUR 27,95
Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par EliteDigital FR.
12 d'occasion à partir de EUR 4,87

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Wire

Discographie

Image de l'album de Wire

Photos

Image de Wire

Biographie

C'est dans le brouillard et le froid londonien du mois d'octobre 1976 (et au sein du collège d'art de Watford) que le batteur Robert Grey dit Gotobed (né le 21 avril 1951 à Marefield), le bassiste et chanteur Edward Graham Lewis (né le 22 février 1953 à Grantham), Bruce Clifford Gilbert (né le 18 mai 1946 à Watford) à ... Plus de détails sur la Page Artiste Wire

Visitez la Page Artiste Wire
57 albums, 5 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Pink Flag + Chairs Missing + 154
Prix pour les trois: EUR 61,98

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (16 janvier 1997)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : CD, Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: EMI
  • ASIN : B000024E05
  • Autres versions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 259.769 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


1. Reuters
2. Field Day For The Sundays
3. Three Girl Rhumba
4. Ex Lion Tamer
5. Lowdown
6. Start To Move
7. Brazil
8. It's So Obvious
9. Surgeon's Girl
10. Pink Flag
11. The Commercial
12. Straight Line
13. 106 Beats That
14. Mr Suit
15. Strange
16. Fragile
17. Mannequin
18. Different To Me
19. Champs
20. Feeling Called Love
Voir les 23 titres de ce disque

Descriptions du produit

Critique

En à peine plus d’une demie-heure, Wire s’impose comme l’un des groupes majeurs de la scène punk britannique, et on rarement pu entendre un premier effort aussi riche de réalisations, et de promesses : on suppose déjà que le quatuor évitera les pièges de redite de cette dernière, et on a raison.

Constitué comme un collage, voire une percussion de thèmes et de climats, le programme du disque applique aux principes élémentaires du punk (énergie et instantanéité) l’approche intellectuelle que peuvent en avoir des étudiants en art (ce que sont Colin Newman et le reste de la bande, en fait). Malgré les formats inhabituels, et des structures qui interdisent la répétition (usage bien commode dans son confort pour l’ensemble de la musique populaire), ce premier album capte l’attention de l’auditeur sans jamais desserrer son étreinte.

Les vingt-et une chansons du programme (mais « Field Day for the Sundays » ne dépasse pas les vingt-huit secondes !) auront, tordant le cou au classicisme rock dans leurs (dé)constructions ironiques, et parfois proches de l’hystérie électrique, une profonde influence sur une foultitude de jeunes groupes de par le monde. Ainsi, R.E.M., Henry Rollins ou Therapy? s’attacheront à faire revivre certaines de ces vignettes dans leurs propres disques.

Malgré des critiques partagées entre le dithyrambique et l’extatique, Pink Flag n’obtiendra qu’un modeste succès commercial. Mais, indubitablement, ici est né un grand groupe.



Christian Larrède - Copyright 2015 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.9 étoiles sur 5
5 étoiles
7
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 8 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par L. Rossi le 27 mai 2005
Format: CD
Vous étes fans de Sonic Youth, Bauhaus reste une de vos références clés, Pavement a changé votre vie, les Pixies vous ont aidé à passer le cap difficile de l'adolescence, les Undertones vous ont donné le sens de la révolte et Syd Barrett celui de la profondeur d'âme... Mais malgrè tout Wire reste une inconnue pour vous.
Corrigez vite le tir. Wire est un groupe essentiel, fondateur, à l'instar de Mission Of Burma ou de Hüsker Dü. Un groupe sans qui rien des oeuvres précitées n'auraient jamais existé. Et "Pink Flag" en est définitivement la quintessence. On appuie sur "ajouter au panier", et on attent gentiment la livraison pour se prendre la claque de sa vie. Maintenant, et c'est un ordre !
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile  Par Darko TOP 50 COMMENTATEURS le 16 juillet 2011
Format: CD
Si l'on devait organiser un concours pour récompenser le plus punk de tous les hits punks, on trouverait certainement parmi les postulants : "anarchy in the UK" des Pistols, "New Rose" des Damned, "London's Burning" des Clash, "Fast Cars" des Buzzcocks, "Blitzkrieg Bop" des Ramones, "Sonic Reducer" des Dead Boys, "Chinese Rock" des Heartbreakers, "I'm Stranded" des Saints et....quelques autres...

Mais hélas, tous perdraient car le plus grand morceau punk de tous les temps a été écrit et enregistré par.....Wire ! Il s'agit du magnifique et méconnu "1 2 X U" (prononcé "one two ix you" ), figurant sur le non moins génial "Pink Flag". Un gros son saturé, des guitares sauvages, des paroles vindicatives, le tout bouclé en 1:55 mn chrono ! Chapeau bas les artistes pour ce concentré de fureur communicative, on n'a jamais fait mieux depuis !... sauf peut-être chez les Minutemen (leur version de "ain't talking about love" de Van Halen Duck & Cover est extraordinaire de tension et de brièveté, mais ce n'est pas du punk...ouf !).

La performance est d'autant plus curieuse que le morceau n'est absolument pas représentatif de l'album, au demeurant excellent, mais pour l'essentiel composé de mid tempo, réhaussés d'un chant minimaliste et de guitares roboratives, le tout exécuté sans violence excessive. Le contraste est encore accentué par la place du morceau qui intervient en dernière position (sur la version sans bonus) et auquel on ne s'attend pas du tout !
Lire la suite ›
8 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par M. Cyrille VOIX VINE le 6 décembre 2011
Format: CD Achat vérifié
Punk. Ce mot merveilleux, dont la paternité reviendrait à Lester Bangs, ne semble être né que pour être déformé, tordu. Il est un réceptacle perpétuellement ouvert. Sa brièveté, après une décennie de délires flûtistes hippies, de rock progressif ampoulé, de jazz libre, de blues usés et de funks (tiens ?) interminables, coupe toute velléité pour foncer sur l''essentiel (dunk ! nan je déconne).

Pink. Le rose, couleur de toutes les transgressions, montée fièrement en drapeau sur la pochette (aussi froide que la musique qu'elle recouvre), annonce un punk arty. Ici, les onetwofreefour popularisés par Joey Ramone sont scandés en français, les refrains disparaissent, les titres peuvent descendre sous la minute, c'est comme ça, on a une idée, on va pas la faire durer sur quarante-huit mesures, punkt.

Arty (ou intello, ou avant-gardiste, c'est selon) n'est, ici, pas un vain mot. En bons Anglais élevés aux Beatles, Wire tire des mélodies imparables (Fragile ou Ex Lion Tamer), mais pas que. Ils inventent la noisy (Pink Flag), invitent Television et le Velvet Underground (Strange), précèdent la cold-wave (Lowdown), multiplient les riffs parfaits (Three Girl Rhumba).

Mais comme tous les grands disques, il ne se délivre pas à la première écoute. Même si ils ne s'étendent que sur trente-cinq minutes, les vingt-et-un moments (peut-on parler de « chanson » ou de « morceau » lorsqu'une intro puis qu'un couplet forment un titre ?) qui fondent ce premier album demandent à être compris avant d'être chéris. Ni vraiment punk, ni vraiment pop, l'expérimentation de Pink Flag ouvre des brèches. Ce disque est donc essentiel. Point.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par zybine, amateur éclairé TOP 100 COMMENTATEURS le 9 janvier 2011
Format: CD
Evidemment, les Sex Pistols sont le groupe originel et fondateur du punk; sans doute que The Clash a eu la carrière la plus brillante et la plus diverse ; bien sûr que le premier Buzzcocks, Singles Going Steady, est le vrai "pur" album punk le plus réussi. Reste que celui vers lequel on revient toujours est ce premier et mémorable album de WIRE, qui aligne les classiques qui seront sans vergogne pompés et imités tant par la brit-pop des années 1990 que par le revival post-punk des années 2000.
A priori, on reste dans l'épure punk : instruments limités à basse/batterie/guitare, morceaux n'excédant pas les deux minutes, et de l'énergie, de l'énergie, de l'énergie. Mais le duo Lewis/Newman sait varier ses effets et rejette l'influence glam/hard rock qui transparaît encore chez les Pistols pour, au contraire, retrouver les vertus primitives du blues et de ses rythmes. A la réécoute, c'est donc sans surprise l'album punk qui a le moins vieilli, celui dont on retrouvera à plaisir les échos chez MGMT (pour l'aspect toujours surprenant des enchaînements) comme chez les White Stripes (pour l'art de rénovation du vieux blues), celui qui inspira tant aussi la génération suivante des Pixies ou de REM (qui fit une version de Strange, aujourd'hui plus connue que l'originale de WIRE).
Par la suite, WIRE devait produire deux autres albums marquants, plus expérimentaux, à la limite de l'ambient ou de l'électro. De vraies têtes chercheuses que ces garçons; assurément un des groupes majeurs de l'admirable lustre 1978-1983 du rock anglais
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?