Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Plan Itinéraire de Paris par arrondissements en 1850 Broché – 21 mai 2007

1 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"

nouveautés livres nouveautés livres


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction :

Paris sera toujours Paris, dit le proverbe. En fait non, Paris n'a pas toujours été Paris. La ville s'est élargie progressivement. Ses contours et ses arrondissements actuels, elle ne les gagne qu'en 1860. Haussmann n'éventre les quartiers du Moyen Âge pour percer ses grandes artères que sous le second Empire. Aussi, pour le curieux, l'historien ou le généalogiste, le Paris de 1850 constitue un tout autre monde - un univers qui est le reflet, sans trop de bouleversements, du Paris des siècles passés mais qui va basculer, peu d'années après, dans les temps modernes.

Le monde d'avant Haussmann

Napoléon Ier, qui avait lancé la construction de l'Arc de Triomphe et de la Madeleine, Louis-Philippe qui avait aménagé les rues et l'éclairage public, Louis XVIII qui avait fait construire Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Vincent-de-Paul, l'École des beaux-arts et construit des ponts nouveaux, n'avaient fait qu'embellir Paris. Napoléon III voulait quant à lui le transformer pour en faire la plus belle capitale du monde. Le préfet Haussmann va l'y aider, en éventrant Paris pour y construire de larges artères en ligne droite et en construisant des quartiers neufs.
Il y a bien sûr les nostalgiques ou les opposants... «Comme on l'aimait, ce Paris qui s'éclairait, s'aérait, sans perdre encore la chaleur intime des anciennes étroites cités ! regrette Ludovic Halévy. Les portes de la ville étaient vraiment des portes : trois guinguettes, cinq bicoques, et puis l'herbe, les vergers. La campagne commençait sur les pentes de Montmartre, de la plaine Monceau ; dès qu'on avait dépassé la place de la Concorde, on respirait l'odeur des forêts.»
«Ces grandes rues, ces grands quais, ces grands édifices, ces grands égouts, ajoutent Louis Veuillot, leur physionomie mal copiée ou mal rêvée, gardent je ne sais quoi qui sent la fortune soudaine et irrégulière. Ils exhalent l'ennui.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

1.0 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
1
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
Contenu leger, pas d'itineraires, grosses étiquettes masquant une partie des plans et un prix bien élevé pour si peu
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?