undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Album|Modifier
Prix:20,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

On a coutume de dire que ce roman est le plus faible de Chandler. Ma foi, c'est possible. N'empêche que des auteurs de ce "calibre", j'ai tendance à penser que même leurs opus mineurs méritent la plus grande attention. C'est donc d'un oeil éminemment attentif que j'ai lu cette septième et ultime enquête de Philip Marlowe publiée en 1958, soit un an avant la mort de Chandler, et j'ai plaisir à dire que cette lecture m'a emballée.

C'est vrai que l'intrigue est un peu basique, comparée à celles d'Adieu, ma jolie ou du Grand Sommeil, ce qui explique peut-être pourquoi ce livre n'a jamais été adapté au cinéma. Mais la "patte" Chandler, elle, est là et bien là. Dès les premières lignes, le ton est donné, le style posé. Aucun déchet. Aucune fioriture. Chaque phrase est nerveuse, chaque réplique incisive. Dialogues et descriptions claquent avec la même sécheresse teintée de cynisme désabusé.

Ce n'est pas le suspense qui porte le récit et lui confère une telle séduction, c'est la splendeur de son écriture épurée de toute scorie et cependant riche de métaphores souvent inattendues. Une écriture qui ressemble furieusement à Marlowe lui-même: virile, désinvolte et prompte au sarcasme!

Un mets de choix pour gourmets littéraires...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 13 novembre 2015
le style chandler, bien; l'ambiance marlowe, agréable; le plaisir de lecture, pas négligeable !
mais alors, l'histoire, c'est du pauvre et pas bien fameux et une nouvelle de 20 pages aurait permis de régler le problème !!
je ne sais toujours pas qui est ce cyril laumonier qui est venu cafouiller dans les traductions des hommes ? m'enfin, ça nous procure un bon moment puisqu'on apprend que marlowe dispose d'un radiateur à air "propulsé"....ça doit être bien pratique pour ses nombreux déplacements, ça !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus