• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 8 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Poésies, une saiso... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Amazon rachète votre
article EUR 0,44 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Poésies, une saison en enfer, illumination, Préface de René Char. Édition établie par Louis Forestier. Seconde édition revue. Poche – février 1973


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,10
EUR 6,65 EUR 0,24
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,00

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Poésies, une saison en enfer, illumination, Préface de René Char. Édition établie par Louis Forestier. Seconde édition revue. + Le Malaise dans la civilisation + L'avenir d'une illusion
Prix pour les trois: EUR 20,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Le désordre somptueux d'une passion exotique, éclat d'un météore, selon Mallarmé ; un ange en exil aux yeux d'un bleu pâle inquiétant, pour Verlaine. Un «éveil génial», et c'est Le Bateau ivre, une «puberté perverse et superbe», puis un jeune homme brièvement «ravagé par la littérature», le maître d'une «expression intense» aux sujets inouïs - tout cela dans un mince volume, dû au poète touché, puis déserté, par le génie, "aventure unique dans l'histoire de l'art".

Quatrième de couverture

Le désordre somptueux d'une passion exotique, éclat d'un météore, selon Mallarmé ; un ange en exil aux yeux d'un bleu pâle inquiétant, pour Verlaine. Un «éveil génial», et c'est Le Bateau ivre, une «puberté perverse et superbe», puis un jeune homme brièvement «ravagé par la littérature», le maître d'une «expression intense» aux sujets inouïs - tout cela dans un mince volume, dû au poète touché, puis déserté, par le génie, «aventure unique dans l'histoire de l'art».


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 0,44
Vendez Poésies, une saison en enfer, illumination, Préface de René Char. Édition établie par Louis Forestier. Seconde édition revue. contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 0,44, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Poche: 304 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : 2e éd. rev (février 1973)
  • Collection : Poésie/Gallimard
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070319555
  • ISBN-13: 978-2070319558
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 39.235 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Joseph Fouché TOP 100 COMMENTATEURS le 18 août 2011
Format: Poche
Dans mon Panthéon des poètes français, je vois Musset, je vois Hugo, je vois Baudelaire et je vois Rimbaud !

"Le mystique à l'état sauvage", qu'écrivait le très chrétien Paul Claudel en parlant d'Arthur Rimbaud, est un génie par sa fulgurance, ses poèmes tranchants, parfois amoureux ou nostalgiques (ceux des "Cahier de Douai").

A coté de la déflagration que seront "les Illuminations" et "Une saison en enfer", je dois dire que j'affectionne particulièrement les poèmes de jeunesse de Rimbaud, tel "Rage des Césars", "Le dormeur du val", "Le mal" et le magnifique poème autobiographique "Le poète de sept ans".
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Raphaël Bouchez le 4 décembre 2013
Format: Poche Achat vérifié
Que dire ... c'est parfait ! Simplement parfait, indispensable à toute bibliothèque ! Indispensable à tout amoureux des Arts, avec un très grand "A" !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Atmeh le 5 novembre 2010
Format: Poche
Peut-on, à dix-sept ans, ne pas aimer Rimbaud ?
Peut-on ne pas l'aimer, vraiment ?

Quelles qu'en soient les raisons, bonnes ou mauvaises, l'aimer pour sa précocité ou pour son abandon, l'aimer pour son enfance parmi les bourgeois de Charleville, pour ses années au désert, l'aimer pour ce front d'enfant buté ou pour sa beauté du diable, l'aimer pour ses visions ou pour le bleu de son regard, l'aimer pour sa cruauté, ses folies, sa lucidité, ses espoirs toujours renouvelés, l'aimer pour l'ampleur de son être, la dérisoire ironie de sa vie, l'aimer quand il est impitoyable ou quand il est enthousiaste, quand il s'envole ou quand il est "rendu au sol".

A dix-sept ans, ne nous sommes-nous pas tous "rêvés mages ou anges", pour mieux retomber ensuite sur la terre avec nos mains de paysans et nos rêves de poètes ?

A dix-sept, peut-on ne pas rêver d'amours interdites, de révolutions, de "grands déplacements de races et de continents", de réussir enfin l'alchimie que tous nos prédécesseurs ont cherchée en vain, de créer une langue nouvelle, de donner à voir tous les enchantements ?
Ne voit-on pas, à dix-sept ans, tout "ce que l'Homme a cru voir" et qui n'en finit pas de lui échapper ?

Et à dix-huit ans, ou à vingt, ou à trente, rendus au sol, ne choisissons-nous pas l'exil et l'auto-dérision plutôt que l'amertume ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?