Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Egalement disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 6,49
 
 
 
 
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Pornography

The Cure CD
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
Prix : EUR 10,99 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 25 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 6,49.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste The Cure

Discographie

Image de l'album de The Cure

Photos

Image de The Cure

Biographie

Né le 21 avril 1959, le jeune guitariste Robert Smith forme Malice en 1976 à Crawley, dans le Sussex, avec ses copains d'école Lawrence « Lol » Tolhurst (batterie), Michael Dempsey (basse), Paul « Porl » Thompson (guitare), et un certain Peter O'Toole, parti en 1977.

Leader naturel du groupe, il en devient ... Plus de détails sur la Page Artiste The Cure

Visitez la Page Artiste The Cure
133 albums, 28 photos, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

Pornography + Faith + Seventeen Seconds
Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Faith EUR 12,00
  • Seventeen Seconds EUR 9,99

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD (23 janvier 2009)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Fiction
  • ASIN : B000AKSSFE
  • Autres versions : Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (8 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.105 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Écouter des extraits et acheter des MP3

Les titres de cet album peuvent être achetés en MP3. Cliquez sur « Ajouter » ou voir l'album MP3.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Echantillons
Titre Durée Prix
Écouter  1. One Hundred Years 6:41EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  2. A Short Term Effect 4:17EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  3. The Hanging Garden 4:34EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  4. Siamese Twins 5:27EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  5. The Figurehead 6:15EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  6. A Strange Day 5:04EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  7. Cold 4:21EUR 1,29  Acheter le titre 
Écouter  8. Pornography 6:27EUR 1,29  Acheter le titre 


Descriptions du produit

Critique

Mal accueilli par la critique mais élevé au statut d’album culte par les fans, Pornography achève dans les ténèbres la boucle entamée par Seventeen Seconds.

Son extrême noirceur est accentuée par une texture sonore ayant gagné en amplitude (grâce à la production de Phil Thornalley, habitué à travailler avec des groupes pop nettement moins austères), écrasée par la batterie de Lol Tolhurst et la voix presque suppliante de Robert Smith.

La basse perce à peine, battement de cœur étouffé dans des flots de synthés (« Cold »), les guitares, douloureuses et stridentes (« One Hundred Years », « Strange Days »), résonnent comme un cauchemar schizophrène d’une effroyable beauté qui se désintègre dans un hallucinant magma sonore, « Pornography », et une promesse de renaissance (« I must fight this sickness, find a cure » : je dois combattre cette maladie, trouver un remède) qui enverra The Cure vers les sommets des charts, trois ans plus tard, avec The Head On The Door.



Stan Cuesta - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

CD

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.5 étoiles sur 5
4.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Album le plus dépressif des Cure 10 avril 2010
Par Dunkoslap
Format:CD
Album marquant la fin d'une période de destruction des Cure et cette-ci est la meilleure.
Suite à 17 Second puis Faith, déjà pas joyeux aux ambiances déprimantes, Pornography est l'album du suicide donc à éviter pour les plus dépressifs.
Plus sérieusement, c'est le meilleur cd qu'ils aient fait avec, un degré moindre, Faith, 17 Second et Disintégration. C'est dark, trash, bref, la musique de l'enfer...
Ecoutez donc Cold ou Pornography...c'est l'ambiance du groupe à cette époque. Et puis Figurehead, Siamese Twins, 100 years, Hanging Garden, que du bon !!!!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'album élevé au statut de culte. 19 août 2014
Par Fardel
Format:CD
Je raffole moins de cet album même si j'en reconnais volontiers sa valeur.

Selon la légende, il fut accouché dans la douleur (alcoolisme, drogue et violence). Smith, maniaque, se coupe de son ami Gallup. Le groupe implose. Fasciné par son propre son de guitare, Robert s'enferme dans une névrose artificielle et défriche des terrains vierges dans le petit monde de la cold wave. Il crée l'album du mal être et de la frustration éternelle ; soit l'album du malin. Bref, il crée l'enfer transposé en new wave et devient, même s'il n'y capte rien, le gourou d'un comité de fanatiques vampiriques, pour les carricaturer, des ancètres de tout ce qu'on nomme aujourd'hui le culture corbeau-doom machin chose.

Les premiers fans de The Cure lâchent le groupe à ce moment là. Robert s'est piégé lui-même. Tout cela devient trop sérieux selon lui ; et quand une fille décède lors d'un concert, il prend la décision de foutre en l'air The Cure, au terme de prestations décadentes, tendues au possible.

"Pornography" a beaucoup de gueule, cela on ne peut pas le nier, mais ce disque a aussi de la profondeur. Et sans doute une beauté littéraire, des références qui m'échappent. La réceptivité est affaire de chacun... Alors tout le monde a récupéré le culte. C'est vrai que quand on balance la première fois "The figurehead", ça fait mal. Et plus ça fait mal, plus c'est bon. Un trip malade, masochiste, hédoniste jusqu'au boutiste.

Les 8 titres sont plus qu'excellents, l'oeuvre d'un artiste hyper talentueux.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
39 internautes sur 47 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 le disque le plus moderne de The Cure 27 août 2006
Par earthlingonfire TOP 500 COMMENTATEURS VOIX VINE
Format:CD
Que dire de neuf sur Pornography ? Peut-être vaut-il mieux tenter de cerner la singularité de ce disque dans la carrière de The Cure que d'aborder les éternelles controverses : Pornography est-il triste ? pessimiste ? mélancolique ? désespéré ? dépressif ? L'est-il plus ou moins que Faith ? Ni plus ni moins sans doute, car ces deux disques, indéniablement si parents, sont en même temps si dissemblables par leur geste artistique. Il a toujours été tentant d'appréhender Pornography dans la continuité de Faith, alors que ces deux disques ne se situent pas sur le même plan horizontal mais à des niveaux différents. Il suffit d'écouter Seventeen Seconds, Faith et Pornography pour entendre qu'il y a beaucoup moins de continuité entre les deux derniers qu'entre les deux premiers. L'abandon du logo de The Cure qui figurait sur les disques précédents du groupe est sans doute symbolique de la rupture opérée sur Pornography.
Rupture sonore, d'abord. Alors que Seventeen Seconds et Faith créaient des atmosphères, dimension encore approfondie avec Splintered in Her Head (en face B de Charlotte Sometimes, apparemment lourdement influencé par le Pink Floyd d'A Saucerful of Secrets) tel n'est pas le cas sur Pornography où le son, artificiel, compact, aveugle, ne se donne pas comme un milieu, comme un climat mais plutôt comme une matière amalgamant presque sans effet stéréophonique tous les instruments. De ce point de vue, Pornography n'est pas plus un aboutissement qu'une transition mais plutôt un îlot dans la discographie du groupe.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Diamant noir 28 avril 2009
Par Touzot
Format:CD
Cet album est apparu comme un monstre sorti d'un puit.

Les chroniqueurs l'inclut à tord dans une espèce de trilogie comprenant Faith et Seventeen second.
Les deux précédents avaient des points communs, une ambiance, une atmosphère qui font de ces deux albums, un ensemble, une description d'un monde blanc et gris, froid et cotonneux où des nappes de brouillard altèrent toute rationalité.
Pornography, c'est encore un autre monde. C'est peut être une fenêtre sur l'enfer. Brügel, Goya, Bacon... Ici, c'est noir et rouge. Là où les contours semblaient floutés et incertains dans les deux précédents albums, avec celui-ci, tout est précis, tracé et appuyé. Les morceaux vous prennent par les bras et vous enfonce dans une sorte de matière dure et chaude à la fois.
Même si l'on compare cet opus à ce que Joy Division avait conçu de plus Urbain, de plus désespéré et blafard, jamais on avait entendu cette symphonie de hululement et de matière sonore qui pourrait illustré les pires cauchemars de Lovecraft.
The Cure n'a fait qu'un album comme celui-là. Il n'en existe qu'un seul de ce genre.
Plus tard à l'orée des années 90, le groupe My Bloody valentine proposera quelque chose qui rappellera le goût et l'aspect de Pornography mais jamais son indicible noirceur.
Pure joyau à l'éclat sombre qu'est cet album. Etendard pour toute une génération qui se rêvait en créature maléfique et triste arborant le noir comme luxe de son mal de vivre.
Et dire qu'on trouve encore les années 80 si peu intéressante musicalement.
Chaque décennie à son chef d'oeuvre. Ici, s'il devait en rester qu'un, ce serait Pornography des Cure.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?