La princesse de Clèves et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 2,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Princesse de Clè... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Princesse de Clèves Poche – 14 juillet 2003


Voir les 68 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 3,89
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 10,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 2,00
EUR 1,89 EUR 2,00
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 41,90 EUR 14,87
Cartonné
"Veuillez réessayer"
EUR 10,50

Boutique Littérature Boutique Littérature


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Princesse de Clèves + Manon Lescaut
Prix pour les deux : EUR 4,00

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Madame de Clèves, jeune beauté parfaite en tout point, fait des débuts remarqués à la cour de la reine dauphine, belle-fille d'Henri II. Pour ce modèle de vertu, l'image de Diane de Poitiers plane tout au long du roman comme le contre-exemple absolu. Mais sous des dehors innocents, la Princesse de Clèves, par sa faculté à analyser et à maîtriser ses sentiments, fait preuve d'une personnalité étonnante et rarement exposée avec tant de justesse auparavant. Car, si l'amour courtois trouve ici d'indéniables échos, cet ouvrage paru en 1678, souvent considéré comme le premier roman de la littérature française, est indéniablement un pas énorme vers le roman tel qu'on le connaît aujourd'hui. La galerie de portraits dressée par Madame de Lafayette peut s'avérer un peu rébarbative pour le lecteur moderne, de même que sa langue est un peu austère. Néanmoins, l'analyse psychologique est d'une vraisemblance résolument novatrice et rachète l'invraisemblance de certaines scènes. En outre, l'exploit de faire naître tout un roman d'une intrigue aussi ténue, pratiquement sans action, fait de La Princesse de Clèves un ouvrage d'autant plus pathétique que les personnages laissent peu d'emprise aux événements extérieurs et se condamnent eux-mêmes. --Sana Tang-Léopold Wauters --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Revue de presse

Avec un dossier réalisé par Dorian Astor et une «lecture d'image» par Valérie Lagier. Recommandé pour les classes de lycées. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .


LA LISTE DE LA RENTRÉE SCOLAIRE
Retrouvez les fournitures essentielles pour la rentrée des classes dans LES ESSENTIELS DE LA LISTE. Découvrez l'ensemble des fournitures scolaires dans LA BOUTIQUE RENRÉE SCOLAIRE.

Détails sur le produit

  • Poche: 164 pages
  • Editeur : Editions 84 (14 juillet 2003)
  • Collection : Librio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2290336661
  • ISBN-13: 978-2290336663
  • Dimensions du produit: 20,3 x 13 x 1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (56 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.142 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?



Dans ce livre

(En savoir plus)
Parcourir et rechercher une autre édition de ce livre.
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait | Index
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

22 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile  Par David W.J. TOP 500 COMMENTATEURS le 11 octobre 2008
Format: Poche
Ce roman en 4 parties mérite qu'on fasse l'effort de poursuivre la lecture malgré la première partie où sont nommés une multitude de personnages parmi lesquels on se perd, peut-être faut-il avoir une édition commentée avec généalogies et portraits.
Au milieu des intrigues amoureuses à la cour d'Henri II, une passion se tisse entre Melle de de Chartres -qui épouse M. de Clèves- et monsieur de Nemours. Il est alors difficile de lâcher ce livre qui explore avec finesse les troubles, espérances et souffrances de ces trois personnages. Amours secrets, jalousies, galanteries, apparences, aveux, non-dits, suppositions fausses, confiance, loyauté,... la richesse des thèmes soulevés en fait aussi un livre idéal à étudier.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jack Leron TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 mai 2014
Format: Poche
Les deux textes dans la page ci-dessus, la présentation et la "description du produit", sont deux authentiques catastrophes, l'un révélant les trois-quarts de l'intrigue, et l'autre confondant l'austérité et la retenue. Je vous conseille donc fortement de ne pas les lire, sous peine d'être détourné de ce sublime roman écrit dans une langue toute de finesse et de subtilité, qui expose une intrigue certes plutôt simple mais racontée avec tellement d'élégance, de délicatesse et d'émotion que cela compense largement l'aspect un peu ténu de l'histoire.
On suit pas à pas la destinée du trio amoureux formé par la très belle Princesse de Clèves, son mari malheureux et le très séduisant Duc de Nemours, qui veut posséder celle dont il occupe déjà les pensées.
Comme beaucoup d'histoires d'amour, celle-ci finira mal, dans le chagrin et le renoncement. Mais avant le dénouement, Madame de La Fayette nous expose une très riche palette de sentiments et de rebondissements, dans le style incomparable qui a fait sa renommée.
Écrit en 1678, "La Princesse de Clèves" passe pour être le premier grand roman français, et ce titre n'est absolument pas usurpé. C'est une lecture qui vous comblera et vous consolera des vulgarités de notre temps.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mike Hortus le 27 août 2013
Format: Format Kindle Achat vérifié
J'ai été intéressé par un chapitre du livre très récent d'Alain Finkielkraut : "L'amour peut-il durer ?", livre dans lequel il prend plusieurs exemples littéraires. Dans La Princesse de Clèves, l'héroïne révèle à son mari l'inclination très forte qu'elle éprouve pour le duc de Nemours, mais ne succombe pas aux avances de ce dernier. Le mari meurt (de jalousie sans doute). Devenue libre, sa jeune veuve va-t-elle accepter d'épouser Nemours ? Eh bien non ! Elle refuse et entre au couvent ... Par dignité d'abord (c'est à cause de cette histoire qu'elle est devenue libre) mais aussi, et c'est ce qui intéresse Fink, parce qu'elle pense qu'une fois mariée, l'amour ne durera pas, que Nemours la trompera, et qu'elle souffrira ...
Le livre est conforme à cette analyse de Finkielkraut, mais ce qui m'a fortement frappé, c'est l'extrême liberté sentimentale et sexuelle de tous les courtisans de la cour de Henri II (vers 1560-70), où l'action se situe !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Poucette TOP 100 COMMENTATEURS le 26 avril 2015
Format: Poche
Mme Marie-Madeleine de La Fayette publie ce roman en 1678. La période de narration s'étale de 1558 à 1560, sous le règne et à la cour du roi Henri II. La princesse de Clèves, son mari, ainsi que le duc de Nemours, sont des personnages inventés, mais s'inspirant probablement de figures historiques ayant déjà existé (Élisabeth d'Autriche pour la Princesse de Clèves). La première partie m'a parue ardue, tant l'auteure s'attache à décrire la cour et ses intrigues, ses ducs, ses duchesses, ses princes et princesses, vicomtes, roi, reine, reine dauphine... On s'y perd. Mais cela vaut le coup de s'accrocher car la suite est bien plus facile et plus intéressante, malgré des tournures de phrases souvent inhabituelles, voire compliquées (style dit "précieux " au XVIIème siècle , mais c'est ce qui en fait tout le charme plus de 300 ans après).

Mme de La Fayette nous conte donc "l'inclination violente" (la passion) entre le Duc de Nemours et la Princesse de Clèves, cette dernière étant mariée au Prince de Clèves qu'elle apprécie et respecte, mais sans l'aimer véritablement. Il semblerait d'ailleurs que tout le monde à la cour soit marié à quelqu'un qu'il ou elle n'aime pas vraiment, pour aller ensuite trouver l'amour dans d'autres bras en catimini (ou ouvertement). Le hic ici, c'est que la princesse est d'une vertu sans borne et sans égal. Mme de La Fayette décrit admirablement les émois, tourments et passions des personnages, et son livre a même été qualifié de pionnier en matière de littérature psychologique.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?