undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_Hercules Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles
5
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:20,82 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Enregistrée au fil des années 1990, la collaboration entre Seiji Ozawa et la Philharmonie de Berlin nous a ici offert ce que l'on peut considérer comme la meilleure intégrale des symphonies de Prokofiev -la plus équilibrée, la plus nourricière.
Même si la perfection technique s'avère parfois impersonnelle, ces interprétations demeurent plus investies que celles de Weller ou Rostropovitch, et aussi moins caustiques mais plus peaufinées que celles de Rojdestvenski.

Et surtout avec d'authentiques sommets qui ont marqué la discographie : la parution du premier volume, qui réunissait les 2 ème et 7 ème, fut ainsi un vrai coup de maître.
Chauffés à blanc, les instrumentistes berlinois font des étincelles dans l'opus le plus futuriste écrit par le compositeur. Et la 7 ème trouve une incarnation très émouvante grace aux splendides pupitres de cordes. Et quel scherzo diabolique !

Les autres étapes demeurent d'un très haut niveau mais sans toujours trouver le coeur expressif des oeuvres, notamment dans une 5 ème échevelée mais excessivememt sérieuse, ou dans une 6 ème massive mais qui manque de profondeur.

En tout cas, l'orchestre est fidèle à sa réputation, le chef nippon semble à son meilleur, les prises de son sont magnifiques.

Tout concourt à livrer un témoignage qui fera de l'usage pour ceux qui aiment ces symphonies ou pour ceux qui veulent les découvrir.
11 commentaire| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si je devais établir un classement des intégrales des symphonies de Prokofiev, exercice très personnel et un peu vain, ce serait celui-ci:
1/ Jean Martinon et l'orchestre de l'ORTF (1974) une première et une 5eme insurpassées un son exceptionnel,
2/ Rozhdenzvensky avec sa fougue slave malgré un son pas toujours au rendez vous
3/ Ozawa
La présente version d'Ozawa pêche dans une première un peu loupée, un son un peu fouilli, et une 5 eme pas forcément réussie.
Pour le reste, une violence et un mordant assez unique, un Philarmonique de Berlin métamorphosé et complètement maîtrisé par Ozawa (nous sommes en 1993, juste après l'ère Karajan ce qui en dit long sur le mérite du nippon), une seconde qui sort vraiment du lot et se place en tête toute catégories, une version de la quatrième qui aurait put effectivement choisir celle de 1930 et non de 1947 mais ne boudons pas notre plaisir au vu de la qualité de cette interprétation.
Ozawa aime le velouté, la beauté du son, on est loin de Kondrachin ou de Gergiev beaucoup plus slaves et incisifs.
Ce parti pris est ici très réussi, les amateurs de beauté seront comblés. Notons aussi que Prokofiev, comme beaucoup d'artistes russes de cette époque, éprouvait une fascination pour la France et sa culture et que les tenants des interprétations "slaves" de ses symphonies oublient un peu que notre compositeur s'est nourri avec délectation de la clarté et de l'élégance caractéristiques de la musique française des Debussy ou Ravel. Ozawa pour le coup est un chef idoine puisqu'il fait son bonheur de la musique française et de la musique russe.
En bref, ce coffret mérite sa place dans toute bonne discothèque et les amoureux de Prokofiev en feront leur miel a coup sur (comme moi).
66 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2008
Oeuvres enregistrées à Berlin entre 1989 et 1992 avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin sous la direction de Seiji Ozawa.

Ozawa arrive à un équilibre parfait entre les cordes et les cuivres, en imprimant une puissance que j'avais rarement entendu avant. Les bois se montrent très virtuoses dans de nombreux passages. L'agressivité des cuivres typique des oeuvres de Prokofiev est compensée par une phrasée d'une clarté exceptionnelle.

Les qualités techniques de ce coffret, le son, la puissance et l'équilibre font de ce coffret l'une des meilleures intégrales que je connais.
11 commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2010
Certes oui Ozawa nous offre là une des meilleures interprétations de l'ensemble des symphonies de Prokofiev; MAIS si je ne donne que 4 étoiles c'est que, outre le mouvement un peu trop lent à mon goût de la première symphonie, ce qui est plus que regrettable, IMPARDONNABLE c'est de ne pas avoir enregistré la version originale de la 4éme qui est bien supérieure au regonflage pompeusement stalinien de la deuxième version. Où est passé le raffinement plein de subtilité de la version parisienne ? Quel dommage comme j'aurais apprécié d'écouter le geste précis d'Ozawa dans cette oeuvre, bien trop négligée.
22 commentaires| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 28 février 2015
Cette intégrale est souvent citée comme la référence. Elle dispose d'une très belle palette de couleurs grâce au Philarmonique de Berlin. Elle manque un peu de vivacité ou de mordant dans certaines oeuvres mais c'est compensé par la richesse des textures orchestrales. Le mérited'une intégrale est de découvrir des oeuvres exceptionnelles et de ne pas se cantonner à la symphonie classique ou la 5ème. La 2ème et la 6ème sont ainsi des chefs d'oeuvre bien peu fréquentés. Le prix du coffret ne doit pas faire hésiter.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)