• Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Purgatoire des innocents a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Purgatoire des innocents Poche – 15 mai 2014

4.2 étoiles sur 5 242 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,10
EUR 8,10 EUR 3,47

Boutique Pocket

Marc Levy en poche
Découvrez enfin la version poche de "Elle et Lui"

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Purgatoire des innocents
  • +
  • Meurtres pour rédemption
  • +
  • Les morsures de l'ombre
Prix total: EUR 24,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

15 h 00 - Paris, place Vendôme.

- Collier en platine, incrusté d'un diamant blanc en poire de huit carats, de deux diamants jaunes de sept et cinq carats et de deux diamants roses de deux carats chacun.
Il a psalmodié avec élégance et distinction. Presque à voix basse, tellement c'est indécent.
Il scrute désormais le visage de la jeune femme, sûr de son effet. Elle a des yeux étonnants, qui le mettent légèrement mal à l'aise. Le gauche est bleu, irisé d'un soupçon de vert. Le droit est marron foncé. Deux bijoux sertis dans un visage délicat à la peau mate. D'ailleurs, elle n'est pas maquillée. Ses yeux n'ont vraiment besoin d'aucun artifice.
Ce collier lui irait à merveille. Toutes les femmes ne sont pas faites pour porter trois millions d'euros autour du cou.
Elle, si.
Maintien de reine, élégance naturelle. Pourtant, elle ne doit pas nager dans le luxe depuis très longtemps. Ça aussi, le bijoutier le sent. Ayant l'habitude de voir défiler les clientes richissimes au milieu de ses vitrines, il distingue bien vite celles qui sont nées dans l'opulence de celles qui viennent d'y accéder.
Cette femme a quelque chose de rebelle dans l'attitude comme dans le regard. Quelque chose de dangereux, de sauvage. D'animal.
Le quadragénaire qui l'accompagne ne correspond pas non plus au portrait type du milliardaire. Malgré son costume Armani, l'Audemars Piguet qui orne son poignet, il ressemble à un voyou. Une vieille cicatrice barrant sa joue droite lui confère un air de truand. Il n'a pas dû tendre la gauche, c'est évident. Encore un nouveau riche... ou un mafieux. Qui lève les yeux vers le vendeur ; regard froid et direct.
- Il est magnifique, dit-il.
- Magnifique en effet, confirme le bijoutier.
Un troisième client entre dans la bijouterie, jeune homme élégant que l'assistante prend instantanément en charge. Le bijoutier l'observe à la dérobée puis se focalise à nouveau sur ses acheteurs potentiels. S'il vend ce collier aujourd'hui, cette pièce exceptionnelle...
La femme aux yeux vairons ne dit rien. Elle contemple le bijou, parfaitement immobile. Puis elle regarde son mari - ou son amant - et un sourire la transfigure.
- Je le veux, dit-elle.
- Il est à toi... Tout ce qui se trouve ici est à toi, ajoute l'homme. N'est-ce pas monsieur ?
Les lèvres du bijoutier se crispent, sa gorge devient curieusement sèche.
- N'est-ce pas ? répète le client.
- Monsieur est généreux, hasarde le bijoutier. Ou éperdument amoureux !
- Ni l'un ni l'autre, répond l'homme en écartant le pan de sa veste. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Le soleil du Var a-t-il grillé tout sentiment de compassion chez Karine Giebel ? Question raisonnable tant l'auteure prend plaisir à faire de nous les otages d'un cauchemar où l'on ressent chaque torture physique et mentale infligée aux malheureux héros...
Giebel cherche, et trouve, l'efficacité maximale. Difficile pour le lecteur d'échapper à son emprise au coeur d'un huis-clos horrifique où l'enfer, c'est vraiment les autres. (François Lestavel - Paris-Match, juin 2013) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Karine Giébel a été deux fois lauréate du Prix Marseillais du Polar : en 2005 pour son premier roman Terminus Elicius et en 2012 pour son sixième livre Juste une ombre, également Prix Polar francophone à Cognac. Les Morsures de l'ombre, son troisième roman, a reçu le Prix Intramuros, le Prix Polar SNCF et le Prix Derrière les murs. Meurtres pour rédemption est considéré comme un chef-d'œuvre du roman noir. Ses livres sont traduits dans plusieurs pays, et pour certains, en cours d'adaptation audiovisuelle.
Satan était un ange est son huitième roman.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Nolwennsarah TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE le 7 juin 2015
Format: Poche
J'ai acheté ce livre en suivant les conseils des lecteurs souvent élogieux, sans tenir compte de ceux qui l'étaient moins. J'ai eu du mal à accrocher dès le départ l'écriture un peu particulière. J'ai tendance à aimer les images, une écriture plus évocatrice. Mais au fil de la lecture, j'ai réussi à apprécier le côté cash, très brut et direct du phrasé.

Au départ, l'histoire de ce braquage qui tourne mal et l'arrivée des braqueurs chez la gentille vétérinaire me laissait supposer que ça allait se retourner au fur et à mesure et ça a mis un certain temps mais oui, ça se retourne. Mais du coup la première partie semble un prétexte à la seconde et rien ne sera épargné aux personnages.

Alors je n'ai pas réussi à aller au bout parce que ça me gonfle le sadisme gratuit et là on est dans du sadisme gratuit. Si vous aimez les intrigues travaillées avec des rebondissements, alors ce n'est pas le bon livre. Par contre si vous aimez aller au fond de la noirceur de l'âme humaine, et lire toute les horreurs qu'on peut faire subir à quelqu'un alors là c'est bon vous allez vous faire plaisir. De mon côté, ça me laisse déçue et comme c'est mon premier livre de cette auteure, eh bien pas sûre d'y revenir. Enfin je lui donnerai sans doute sa chance parce que l'écriture est assez efficace. Lisant dans les commentaires qu'on monte toujours dans l'horreur, je me suis arrêtée à la cigarette dans l'oeil d'un des personnages.

Par comparaison, pour le sadisme, Chevy Stevens dans son livre "Séquestrée" offre un peu le même genre de relation bourreau/victime mais c'est plus léché et on n'a pas envie d'arrêter juste pour s'épargner.
Remarque sur ce commentaire 9 sur 9 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Ce n est de toute évidence pas un roman à l eau de rose.
C est noir, très noir, dur, éprouvant, par moments à la limite du soutenable, mais dès le prologue vous êtes dedans et l auteure ne vous lâchera plus jusqu à la fin et même et surtout jusqu à la dernière ligne qui vous laissera larmoyant et ko debout.
Alors oui, très dur, très noir, très éprouvant parce que réalité oblige, violent, effroyable par moments mais hélas tellement réel.
Une écriture bouleversante, percutante, insoutenable quelques fois, mais tellement précise et à la hauteur de ce que peut être la cruauté humaine.
Aucun personnage ne vous laissera indifférent, tous vous toucheront et c est tout l art de Karine Giebel qui dans un style éblouissant vous entraînera au plus profond de l âbime humain.
Certains vont trouver ce roman trop dur et pourtant ce serait dommage de passer à côté de cet authentique chef d oeuvre, tout comme d ailleurs ces derniers romans.
Bien supérieur à certains auteurs vedettes que je ne nommerai pas, vous ne trouverez aucune fioriture ou description totalement inutiles sauf à remplir des pages.
Le style est précis dur et percutant, même si on aurait par moments besoin de quelques pauses, mais vous n en aurez pas.
N hésitez pas dévorez ce roman noir, même si comme moi il vous faudra un certain temps avant de vous remettre à lire un livre afin de digérer celui ci.
Mme Giebel je n ai qu un reproche à vous faire, c est qu il va falloir attendre un an avant de dévorer votre prochain roman.
Vous êtes de très loin mon auteure préféré avec peut être Patrick Senecal.
2 commentaires 58 sur 64 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Après "Meurtres pour rédemption" je me suis dis, voilà, ce livre sera son meilleur, impossible de faire mieux. Effectivement, "Juste une ombre" m'avait un peu déçue --meme si c'est un excellent thriller--- car, de mon avis, il n'avait pas la force de "Meurtres...".
Et puis là...... avec ce Purgatoire des Innocents je dois avouer que je suis restée clouée? transfixée? Bref, commencé ce matin avant d'aller travailler, et terminé dans la soirée. Encore plus prenant que mon favori de Karine Giebel, encore plus puissant, encore plus addictif..... je ne trouve pas d'adjectifs assez forts pour le décrire. Je ne peux vous dire qu'une chose : achetez le! télechargez le! piquez le à votre meilleur ami! Mais surtout lisez le vite! Il est impossible que vous le regrettiez.
Madame Giebel, vous êtes un Maitre. Un très grand Maitre. Je crois qu'il est temps que les auteurs anglo-saxons de thrillers fassent très attention.......
Je n'ai qu'un regret : l'avoir lu si vite et ne plus avoir la chance d'en découvrir les premières pages.
8 commentaires 64 sur 71 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Je viens de finir "Purgatoire des Innocents" de Karine Giebel (jamais lu 600 pages en si peu de temps), je dois dire que même Maxime Chattam ne m'a jamais fait ressentir autant de choses en lisant (au niveau de la sensibilité et de la peur j'entends).
Dans un sens cela me rassure, cela veut dire que même en ne lisant quasiment exclusivement que des romans noirs et des thrillers très durs, je ne suis pas immunisé et suis toujours finalement sensible à la violence.
Car c'est bien de violence dont il s'agit dans ce roman, dont la lecture, lors de certains passages, est vraiment éprouvante tant la violence et la peur ressentie par les personnages est bien retranscrite. C'est un livre très immersif, que je ne recommanderai pas aux âmes sensibles. Il m'en faut beaucoup pour me choquer, et je dois bien avouer qu'à certains passages j'ai éprouvé presque du dégoût. On se demande où l'auteure a pu aller chercher tout ça!
En tout il se lit très bien, c'est très bien écrit avec des courts chapitres entrecoupés de petits passages de flashbacks.
Méfiez vous des apparences...
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?