EUR 21,85
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Purge - PRIX FEMINA ETRANGER 2010 (Anglais) Broché – 25 août 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 25 août 2010
"Veuillez réessayer"
EUR 21,85
EUR 6,00 EUR 0,53

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

« Un vrai chef-d’oeuvre. Une merveille. 
J’espère que tous les lecteurs du monde, les vrais, liront Purge. »
 Nancy Huston

En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. 
Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix. 
Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ? Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ? 
Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.

Biographie de l'auteur

Sofi Oksanen est née en Finlande en 1977, d’une mère estonienne et d’un père finlandais. Elle est devenue en trois romans et quelques pièces de théâtre un personnage incontournable de la scène littéraire finlandaise. Purge a marqué la consécration de l’auteur, qui a reçu en 2008 l’ensemble des prix littéraires du pays, mais le roman a également enrichi le débat historiographique sur cette période de l’occupation soviétique. Elle a reçu en 2010 plusieurs prix littéraires en France : le prix Femina ainsi que le prix Fnac. Elle a également été récompensée par le prix du roman européen et le prix des lecteurs du Livre de Poche en 2012.



Détails sur le produit

  • Broché: 408 pages
  • Editeur : Stock; Édition : Stock (25 août 2010)
  • Collection : La cosmopolite
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2234062403
  • ISBN-13: 978-2234062405
  • Dimensions du produit: 14,2 x 2,2 x 20 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (52 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 45.271 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

79 internautes sur 82 ont trouvé ce commentaire utile  Par L'encreuse sur 30 septembre 2010
Format: Broché
Estonie, 1992. Lorsque qu'Aliide Truu découvre une jeune femme dans la cour de sa ferme, elle se méfie. Qui est cette Zara ? Qui l'envoie ? Son histoire de mari auquel elle tente d'échapper est-elle vraie ? La vieille Aliide a connu la guerre, l'invasion allemande, celle des Russes, les trahisons, les tortures et la collaboration. Alors elle a surtout appris à se méfier de tout et de tous.

Pas facile de résumer ce roman dense sans en dévoiler les secrets et les non-dits qui en font la trame. La construction adoptée par Sofi Oksanen est habile et efficace et couvre plus de cinquante ans de vie et d'histoire. Car ici les vies sont étroitement liées à l'histoire d'un pays et à celle plus large d'une partie de l'Europe. Portraits sensibles et terribles de femmes, Purge visite également les années de nazisme puis de joug communisme des pays de l'Est. Une histoire finalement pas si lointaine à laquelle nous avons souvent assisté en spectateurs lointains : l'URSS, Tchernobyl, l'éclatement de l'empire soviétique. Pour autant, Purge n'est pas un roman historique mais la chronique magistralement maîtrisée d'une famille broyée par la guerre et l'impérialisme, par la jalousie et les amours déçues et par l'Histoire. Un roman riche et intense, terriblement humain qui m'a tenu en haleine et que j'ai lâché presque à regret, avec dans la tête cette impression : il n'est pas si commun et bien agréable (!) de croiser un tel livre dans une vie de lecteur.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
70 internautes sur 74 ont trouvé ce commentaire utile  Par traversay TOP 50 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 4 septembre 2010
Format: Broché
Purge est un livre qu'on ne peut commenter en quelques lignes. En même temps, en dire trop et déflorer le récit, c'est vraiment dommage. Pour être honnête, le début du livre est ardu. La mise en place est minutieuse à l'envi, gorgée de détails, avec cette rencontre entre Zara la jeune et Aliide, la vieille. Elles se reniflent comme deux chiens, méfiantes, on sent qu'il y a un lourd passé derrière elles, des secrets inavouables, un lien entre elles, peut-être. L'atmosphère est pesante et ces prémices sous forme de huis clos sont étouffantes, quasi théâtrales (normal, le récit vient de la pièce écrite auparavant par Oksanen). La suite est prodigieuse et nous balade d'une époque à une autre, dans plusieurs lieux distincts (Vladivostok, Berlin et toujours l'ouest de l'Estonie). Pas besoin de GPS, cependant, chaque chapitre indique dates et endroits où se déroule l'action. Il faut juste se souvenir de points de repères essentiels : 1920, constitution de la République d'Estonie ; 1941 : occupation par l'Allemagne ; 1944 : L'armée rouge prend le contrôle avant que l'Estonie ne soit intégrée à l'Union Soviétique ; 1991 : l'indépendance est rétablie. Le lecteur passe sans transition d'une époque à une autre, sans jamais perdre le fil. Au fur et à mesure, la pelote de laine se dévide, les secrets se révèlent. Tout devient clair. La confrontation de ces deux femmes estoniennes (l'une ne l'est pas stricto sensu, certes, mais bon) est au coeur du roman.Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Mélopée TOP 500 COMMENTATEURS sur 7 octobre 2011
Format: Broché
Je dois bien l'avouer, mon opinion va à contrecourant de ce que j'entends communément autour de moi. Je me suis sentie à maintes reprises perdue dans les évènements politiques, dans les flash-backs entre 1940 et 1990. La trame a beau être incroyablement bien étudiée et l'engrenage bien ficelé, ces deux femmes qui sont les personnages centraux, ont été pour moi sans réels reliefs. Aliide, la vieille femme quelque part un peu punie de ces agissements en période trouble, a été le point culminant de mon antipathie. Car on est dans le descriptif et Aliide agit froidement, égoïstement et sans scrupules. Malgré la vieillesse, on a du mal à se l'imaginer affaiblie et bienveillante. Quant à Zara, elle est le trait d'union qui relie le passé russe à la petite Estonie. Est-ce la lueur d'espoir? Le renouveau? On en doute car elle aussi a trinqué en étant faite le parfait objet des Russes qui la poursuivent.

C'est un roman où on se sent quelque part un peu découragé et fataliste car les deux femmes ont perdu beaucoup, vivent dans la peur et n'ont presque plus confiance au genre humain.
Peut-être que l'Estonie et son Histoire me sont trop méconnues et éloignées pour que j'aie un quelconque attachement à ce roman alambiqué. C'est un livre qui sort de l'ordinaire et m'a amené dans mes retranchements, c'est certain. J'ai dû insister pour le finir, garder le fil conducteur... et j'en sors bien perplexe !
Il va falloir que je réessaie la littérature balte pour me départir de cet avis plutôt négatif.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?