undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

53
3,8 sur 5 étoiles
Purge - PRIX FEMINA ETRANGER 2010
Format: BrochéModifier
Prix:21,85 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

79 sur 82 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 septembre 2010
Estonie, 1992. Lorsque qu'Aliide Truu découvre une jeune femme dans la cour de sa ferme, elle se méfie. Qui est cette Zara ? Qui l'envoie ? Son histoire de mari auquel elle tente d'échapper est-elle vraie ? La vieille Aliide a connu la guerre, l'invasion allemande, celle des Russes, les trahisons, les tortures et la collaboration. Alors elle a surtout appris à se méfier de tout et de tous.

Pas facile de résumer ce roman dense sans en dévoiler les secrets et les non-dits qui en font la trame. La construction adoptée par Sofi Oksanen est habile et efficace et couvre plus de cinquante ans de vie et d'histoire. Car ici les vies sont étroitement liées à l'histoire d'un pays et à celle plus large d'une partie de l'Europe. Portraits sensibles et terribles de femmes, Purge visite également les années de nazisme puis de joug communisme des pays de l'Est. Une histoire finalement pas si lointaine à laquelle nous avons souvent assisté en spectateurs lointains : l'URSS, Tchernobyl, l'éclatement de l'empire soviétique. Pour autant, Purge n'est pas un roman historique mais la chronique magistralement maîtrisée d'une famille broyée par la guerre et l'impérialisme, par la jalousie et les amours déçues et par l'Histoire. Un roman riche et intense, terriblement humain qui m'a tenu en haleine et que j'ai lâché presque à regret, avec dans la tête cette impression : il n'est pas si commun et bien agréable (!) de croiser un tel livre dans une vie de lecteur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Je dois bien l'avouer, mon opinion va à contrecourant de ce que j'entends communément autour de moi. Je me suis sentie à maintes reprises perdue dans les évènements politiques, dans les flash-backs entre 1940 et 1990. La trame a beau être incroyablement bien étudiée et l'engrenage bien ficelé, ces deux femmes qui sont les personnages centraux, ont été pour moi sans réels reliefs. Aliide, la vieille femme quelque part un peu punie de ces agissements en période trouble, a été le point culminant de mon antipathie. Car on est dans le descriptif et Aliide agit froidement, égoïstement et sans scrupules. Malgré la vieillesse, on a du mal à se l'imaginer affaiblie et bienveillante. Quant à Zara, elle est le trait d'union qui relie le passé russe à la petite Estonie. Est-ce la lueur d'espoir? Le renouveau? On en doute car elle aussi a trinqué en étant faite le parfait objet des Russes qui la poursuivent.

C'est un roman où on se sent quelque part un peu découragé et fataliste car les deux femmes ont perdu beaucoup, vivent dans la peur et n'ont presque plus confiance au genre humain.
Peut-être que l'Estonie et son Histoire me sont trop méconnues et éloignées pour que j'aie un quelconque attachement à ce roman alambiqué. C'est un livre qui sort de l'ordinaire et m'a amené dans mes retranchements, c'est certain. J'ai dû insister pour le finir, garder le fil conducteur... et j'en sors bien perplexe !
Il va falloir que je réessaie la littérature balte pour me départir de cet avis plutôt négatif.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
69 sur 73 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Purge est un livre qu'on ne peut commenter en quelques lignes. En même temps, en dire trop et déflorer le récit, c'est vraiment dommage. Pour être honnête, le début du livre est ardu. La mise en place est minutieuse à l'envi, gorgée de détails, avec cette rencontre entre Zara la jeune et Aliide, la vieille. Elles se reniflent comme deux chiens, méfiantes, on sent qu'il y a un lourd passé derrière elles, des secrets inavouables, un lien entre elles, peut-être. L'atmosphère est pesante et ces prémices sous forme de huis clos sont étouffantes, quasi théâtrales (normal, le récit vient de la pièce écrite auparavant par Oksanen). La suite est prodigieuse et nous balade d'une époque à une autre, dans plusieurs lieux distincts (Vladivostok, Berlin et toujours l'ouest de l'Estonie). Pas besoin de GPS, cependant, chaque chapitre indique dates et endroits où se déroule l'action. Il faut juste se souvenir de points de repères essentiels : 1920, constitution de la République d'Estonie ; 1941 : occupation par l'Allemagne ; 1944 : L'armée rouge prend le contrôle avant que l'Estonie ne soit intégrée à l'Union Soviétique ; 1991 : l'indépendance est rétablie. Le lecteur passe sans transition d'une époque à une autre, sans jamais perdre le fil. Au fur et à mesure, la pelote de laine se dévide, les secrets se révèlent. Tout devient clair. La confrontation de ces deux femmes estoniennes (l'une ne l'est pas stricto sensu, certes, mais bon) est au coeur du roman. Oksanen y revient toujours parce que c'est le point de convergence de l'histoire d'un pays ballotté par des vents contraires et qui a connu trop longtemps la soumission forcée. Courageuses, ces femmes ? Cela va bien au-delà et c'est restrictif. Ce qui fait la force de Purge, outre son style, qui peut être tour à tour rageur, choquant, pornographique, délicat et élégiaque, c'est l'incroyable finesse et complexité psychologique de ses héroïnes. Courageuses, oui, surtout parce qu'elles ont la volonté d'écrire leur destin, mais aussi jalouses, haineuses, lâches, faibles, soumises etc. Ici ou là, on lit que Zara serait une victime et Liide un bourreau. Ce n'est évidemment pas aussi simple que cela. Le génie d'Oksanen est de nous rendre ces caractères proches et immédiatement compréhensibles, tout en gardant une part de mystère. Il faudrait aussi parler de la vie de prostituée de Zara, sous emprise mafieuse, d'Ingel et de Hans, personnages essentiels, de la notion de collaboration et de résistance ... Tellement dense, ce roman. Purge est-il un chef d'oeuvre ? Ce qui est certain, c'est qu'on en ressort essoré et pantelant. Ca fait mal, et tellement de bien.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 novembre 2010
c'est un livre que l'on est heureux d'avoir lu lorsqu'on le referme; qui rend respectueux de L'OEUVRE
l'écriture est superbe ( je l'ai lu en français c'est dire la qualité de la traduction)
la trame semble descriptive, pointilliste, impressioniste mais elle est au fond historique .
il y a dans cette histoire familiale ce que la guerre peut engendrer de haine , de monstruosité et de dépassement passionnel.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 janvier 2011
La jeune Zara trouve refuge dans la ferme d'une vieille femme, Allide, dans l'Estonie des années 1990, alors que l'Union soviétique s'effondre.
Au travers de l'histoire de chacune de ses 2 femmes, un lien indéfectible, issu d'un lourd secret de famille, va se révéler.
C'est un roman annoncé comme un chef d'oeuvre.. et il est sûr qu'il ne peut laisser indifférent.
C'est tout d'abord un livre au suspense haletant, lié à l'histoire en elle-même (ce qui relie les 2 protagonistes, ce qui leur est arrivé, ce qui va se passer...), qui s'appuie sur une construction narrative parfaitement orchestrée au travers d'allers-retours entre le présent (les 2 femmes dans la ferme) et le passé (ce qui est arrivé à chacune d'entre elles).

Ensuite, l'intérêt repose sur un roman foisonnant, et il est possible que chacun y trouvera des thèmes qui l'intéresseront, parmi tous les thèmes abordés : le bloc de l'Est et ses incroyables histoires nationales et internationales (le communisme, les purges, et ses incidences sur le quotidien des peuples,), le trafic d'être humains et la prostitution, l'amour passionnel et la jalousie....

Pour ma part, j'en retiendrais une évocation implacable de la violence faite aux femmes, dans notre dur monde (eh oui, on ne se refait pas)....que ce soit en temps de conflit ou en temps de paix, les femmes, se retrouvent parfois à la merci d'hommes qui exercent alors sur elles un pouvoir sans faille, s'appuyant sur une violence psychologique et physique qui annihile toute volonté, ou détruit jusqu'à la personnalité de leurs victimes.
Le roman décrit avec une précision glaçante plusieurs situations, et notamment celles des tortures infligées aux femmes aux moment des purges communistes, et celle de la prostitution des femmes de l'Est. On assiste à la fois à l'avilissement de ces femmes, mais aussi aux conséquences de ce qui leur arrive sur la suite de leur existence : une panique intérieure permanente, la quasi perte d'humanité et l'oubli des autres, et de soi-même.

Ajoutons que c'est un roman finlandais, ce qui assez rare pour le souligner et y ajouter une élément de curiosité, sur ce qui se passe de ce côté-là de l'Europe, et que le roman est très très bien écrit (et traduit apparemment).

C'est un livre qu'il est difficile de lâcher en cours de route, même si la complexité de l'histoire et la violence et la dureté de certains passages appellent des pauses salutaires pour reprendre ses esprits.
Lu quasiment en une traite, ce livre continue de me hanter, quelques jours après en avoir lu les dernières pages.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
30 sur 32 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Que ce roman est beau! Et comme les romans franco-français de la rentrée que j'ai lus me semblent tout à coup dérisoires et superflus! C'est que dans Purge nous sommes dans la tragédie, simple et impitoyable: il suffit d'un regard entre une jeune fille et un jeune homme sous un saule pleureur pour que la machine se mette en marche. Amour, haine, envie, trahison, hypocrisie, innocence bafouée, folie: tout y est! Et les personnages ne peuvent échapper à leur destin. Il faut dire que l'Histoire s'en mêle pour fabriquer des monstres et les bouleversements que l'Estonie a connus au cours du XX°siècle se prêtent à tous les crimes. D'où le titre: Purge comme purges staliniennes ou purgation des passions , c'est à dire catharsis, car les cadavres sortiront des placards de famille et tout sera dit, mais aussi catharsis pour le spectateur qui sort de ce récit complètement épuisé et vidé.
De plus on ne s'ennuie pas une seule seconde. Certes l'écriture est exigeante, âpre, sensuelle et parfois d'une violence et d'une crudité extrêmes. La traduction est magnifique et sert une langue souvent poétique. La psychologie des deux femmes, Aliide, la vieille paysanne estonienne terrée dans sa ferme, et Zara, la jeune prostituée russe qui tente desespérément d'échapper à ses boureaux, est fouillée à l'extrême, chaque geste, soupir, frisson est analysé, disséqué. Mais la construction en flash backs successifs crée un suspense haletant comme dans un véritable thriller et ce n'est qu'à la fin que toutes les pièces du puzzle se mettront en place.
Purge est un livre fort et rare, de ceux qu'on n'oublie pas!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 décembre 2010
Passionnant, terrible et réaliste : un très beau roman sur les réalités d'une Europe de l'est aux prises avec la mafia. Le style de Sofi Oksanen a cette particulière touche des nordiques : subtil, cruel et étrangement calme. Un très beau livre (et il y en a peu parmi les écrivains contemporains !)
Attention, cela n'a rien de scandinave : l'Estonie et la Finlande sont plutôt à part !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
42 sur 46 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 septembre 2010
Purge est un livre à mettre entre toutes les mains, et surtout celles des curieux qui éprouveront un plaisir extrême à découvrir un univers inconnu, des pays et des gens aux noms étranges, et à se rendre compte qu'ils leur ressemblent fort. C'est cela qui touche le lecteur, cette distance supprimée, autant que et ce va-et-vient passionnant entre les époques, et les sentiments, universels. Les échos avec notre histoire résonnent bien fort depuis l'Estonie. Il faut dire et redire que le texte en est merveilleusement traduit du finnois par Sébastien Cagnoli : trop souvent les traducteurs ne sont même pas mentionnés.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 4 octobre 2010
L'auteur a voulu mettre en parallèle le destin de deux femmes, toutes deux ont vécu des expériences violentes et elles en gardent une peur ancrée au plus profond d'elles-même. La couverture du livre montre une main tremblante, crochue, mais coquette et symbolise bien l'état d'Aliide, meurtrie mais toujours vigilante.

Sur deux générations, l'auteur témoigne ainsi du joug de la Russie sur l'Estonie. A la suite de la seconde guerre mondiale, les communistes russes font régner la terreur sur ce pays et dans les années 90, la maffia russe profite des jeunes estoniennes.

J'ai beaucoup aimé cette façon de retracer l'histoire d'un pays par le ressenti des femmes. Plus que les actes, ce sont les sentiments qui témoignent. L'auteur a mis en annexe les chronologies historiques, les témoignages, les rapports pour se centrer sur les sentiments d'Aliide et de Zara.

C'est une très belle rencontre qui permettra aux deux femmes d'avoir une chance de se racheter et de retrouver l'espoir.

C'est aussi une réflexion sur les limites de l'amour, sur les liens familiaux, le sentiment (ou plutôt l'absence de sentiment) de trahison. Les personnages sont remarquablement analysés, disséqués mais jamais jugés.

L'ambiance du livre est enrichi par l'environnement de la campagne, avec la vie des paysans, la force des croyances et de remèdes, ce qui donne une dimension complémentaire au roman.

Un très beau témoignage qui me donne envie de découvrir d'autres romans de cet auteur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Un roman mêlant plusieurs époques, des lieux et l'histoire d'un pays l'Estonie, que je ne connaissais pas du tout.
Il n'en fallait pas plus pour me plaire. Les destins croisés de deux femmes qui malgré les apparences ont un fort point commun.
Deux histoires de souffrance, chacune à son époque, deux résignations, dans des existences où le moindre faux pas peut vous coûter la vie.
La rencontre de deux femmes, l'une vieille, pauvre, proche de la nature n'attendant plus rien de la vie, l'autre jeune, meurtrie, aux abois tentant sa dernière chance.
Comment à travers le temps, les destins de ces deux femmes se rejoignent ? c'est ce que l'auteur nous propose de découvrir à travers ce roman construit par tranches des années 40 aux années 90, avec des allers retours dans le temps et l'alternance des points de vue des deux protagonistes.
peu à peu, leur histoire, leurs secrets se dévoilent et l'on se passionne tout en découvrant un pan entier de l'histoire de l'Estonie.
Seule la fin m'a un peu déçue, les dernières pages ne m'ont pas convaincue.

Excellent livre malgré tout
Ma note : 4,5/5
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Purge
Purge de Sofi Oksanen (Broché - 1 février 2012)
EUR 7,60

Quand les colombes disparurent
Quand les colombes disparurent de Sofi Oksanen (Broché - 15 mai 2013)
EUR 21,50

Les Vaches de Staline
Les Vaches de Staline de Sofi Oksanen (Broché - 17 avril 2013)
EUR 7,90