• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Quai d'Orsay, tome 2 : ch... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Quai d'Orsay, tome 2 : chroniques diplomatiques Album – 2 décembre 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 16,95
EUR 16,95 EUR 11,93

Boutique BD Boutique BD


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Quai d'Orsay, tome 2 : chroniques diplomatiques + Quai d'Orsay, tome 1 :  Chroniques diplomatiques + de Gaulle à la plage
Prix pour les trois: EUR 45,39

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Arthur Vlaminck, le conseiller du ministre des Affaires étrangères en charge du langage, doit préparer les nouveaux discours du ministre. La crise du Lousdem est au coeur des préoccupations : les Américains menacent de déclencher une guerre à laquelle s opposerait le gouvernement français. Le ministre, Taillard de Worms, s apprête justement à prendre la parole à ce sujet au siège de l'ONU, à New York. Mais toute cette agitation ne semble guère perturber un nouvel hôte du Quai d'Orsay : un chat qui s'est pris d affection pour le directeur de cabinet !

Biographie de l'auteur

Christophe Blain est dessinateur et scénariste de bandes dessinées. Prolifique, il a à son actif de nombreuses séries, telles que "Gus", "Socrate le demi-chien" ou le très célèbre "Quai d'Orsay". Il a également reçu de nombreux prix, dont, en 2002, celui du meilleur album du festival d'Angoulême, pour le premier tome d'"Isaac le pirate" (Dargaud, collection "Poisson Pilote"). Christophe Blain naît en 1970 et se met à dessiner très vite. Mais pas de BD : pour les cases et les bulles, il a la flemme. Et il ne compte pas en faire un métier : "J'ai toujours dessiné, mais ça me semblait inaccessible. Les choses que j'aimais, j'imaginais à peine qu'elles étaient faites par des êtres humains." Donc, il essaie d'autres voies. Par exemple, trois semaines en fac de droit. Ça lui apprend au moins une chose : c'est "trop chiant", et le dessin est décidément la belle solution. Mais toujours pas la BD. À 17 ans, après avoir passé son enfance à potasser "Lucky Luke" et "Tintin", il se détourne de la BD pour s'intéresser à la peinture. En 1989, il entre dans une école genre "arts appliqués". À l'époque, c'est très chic d'être directeur artistique dans la pub. Lui, il veut être dessinateur dans la presse et l'édition. Son prof lui demande : "Et tu veux faire barman le jour ou la nuit ?" Bref, il se fait virer. Puis, il passe un an aux Beaux-Arts de Cherbourg, immergé dans l'art contemporain "méchant", les sculptures conceptuelles et les mémoires sur Andy Warhol ou Christian Boltanski. Lui, ceux qu'il aime, c'est Pablo Picasso, Henri de Toulouse-Lautrec, Pierre Bonnard, Valentin Serov, Ilya Repine, Gustave Doré et Honoré Daumier. En 1991, il part à l'armée avec l'idée d'en tirer un carnet de voyage sur la vie des troufions. Il se retrouve matelot. Comme Guibert dans "Le Réducteur de vitesse" (Dupuis, 1999), il est tout le temps malade et, comme Isaac sur son bateau pirate, il dessine tout ce qu'il voit. Il en ressort avec "Carnet d'un matelot" (Albin Michel, 1994). (Le musée de la Marine est son musée préféré.) En 1997, il part sur une base scientifique au pôle Sud, en terre Adélie. Il y vit un rêve de gosse : des camions, un hélicoptère et des manchots partout, comme des poules dans une basse-cour. Il en revient avec "Carnet polaire" (Casterman, 2005). Entre-temps, sa rencontre avec Joann Sfar, Lewis Trondheim, David B. et Émile Bravo à l'atelier des Vosges, lui a (enfin) donné envie de faire de la BD. Ils ont la même manière d'envisager le récit : l'intimisme et les complexités humaines glissés dans un cadre épique – ça devient presque une école. En 1999, après avoir dessiné sur les scénarios des mêmes David B., Sfar et Trondheim, il se met à écrire des histoires ― l'une de ses préoccupations majeures étant : "Qu'est-ce que c'est, un mec bien ?" Et il a le sens de l'émotion : à la fin du tome 2 d'"Isaac le pirate", il tue Henri, son personnage préféré. "Il le fallait parce que si on tue quelqu'un dont on se fout, tout le monde s'en fout." Pour la suite de l'histoire, il hésite. "Quand j'ai commencé, je savais qu'Isaac allait revenir. Maintenant, je ne sais plus. Je veux qu'il continue le voyage, c'est tout." Et tout ça lui réussit : il récolte le prix du meilleur album d'Angoulême en 2002, pour le premier tome d'"Isaac le pirate", justement. Ainsi, Blain continue de voyager pour recevoir les nombreux prix qu'on lui décerne partout dans le monde, à Montreuil, à Brive, à Genève, à Angoulême, à Saint-Étienne, à Vincennes, etc. Il poursuit "Isaac le pirate" (Dargaud, "Poisson Pilote", cinq tomes à ce jour et envisage d'autres carnets de voyage. Dans la collection "Poisson Pilote" paraissent également les trois premiers tomes de la série "Socrate le demi-chien" et de "Gus", son autre série. Un quatrième tome est prévu pour 2015. En 2008, Blain s'essaie à la réalisation avec le clip vidéo du single "Comme un Manouche sans guitare", de l'album éponyme de Thomas Dutronc (Mercury Records). Il est également l'auteur de l'affiche du film "Tournée", de Mathieu Amalric (2010). En 2010, il crée l'émoi dans toute la France avec son album "Quai d'Orsay" (Dargaud). Abel Lanzac, avec lequel il cosigne le scénario, lui confie ses expériences au ministère français des Affaires étrangères lors de l'ère Villepin ; il les retranscrit avec humour dans cette oeuvre originale. En 2011, il réalise les illustrations de l'album "Je suis au paradis" (Tôt ou tard), de Thomas Fersen, et nous offre la suite de "Quai d'Orsay" (Dargaud). En 2013, Quai d'Orsay reçoit le prix du meilleur album lors du festival d'Angoulême, et un film adapté de la bande dessinée sort la même année (réalisation Bertrand Tavernier).

Abel Lanzac, alias Antonin Baudry est depuis septembre 2010 Conseiller Culturel de l'Ambassade de France aux Etats-Unis. Il a la charge de l'ensemble des relations culturelles franco-américaines et soutient conjointement les universités ainsi que les arts français auprès de leurs homologues outre-Atlantique. Il a renforcé et renouvelé, avec une équipe répartie entre New-York, Washington et huit autres villes américaines, le lien entre les Etats-Unis et la France , par le biais de la diplomatie culturelle. En qualité de Conseiller Culturel, Antonin remplit également la fonction de Représentant Permanent des Universités françaises aux Etats-Unis et il favorise les échanges universitaires franco-américains à travers la création de passerelles bilatérales entre chercheurs, mais aussi entre étudiants. De septembre 2006 à septembre 2010, Antonin était Conseiller Culturel à Madrid. Il a également occupé les positions de « plume » et de conseiller de ministre : conseiller technique et chargé des discours au Quai d'Orsay de 2002 à 2004, au Ministère de l'Intérieur de 2004 à 2005, et en charge des affaires culturelles et économiques internationales à Matignon de 2005 à 2006. En février 2013 il a reçu, sous le pseudonyme d'Abel Lanzac, avec le dessinateur Christophe Blain, le prix du meilleur album du festival d'Angoulême pour leur bande-dessinée Quai d'Orsay. L'adaptation cinématographique sortira en salle en novembre 2013. Avec Bertrand Tavernier et Christophe Blain, Antonin a reçu le prix du jury pour le meilleur scénario au festival de San Sébastian 2013. Antonin est un ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, ainsi que de l'Ecole Polytechnique.



Détails sur le produit

  • Album: 104 pages
  • Editeur : Dargaud (1 décembre 2011)
  • Collection : Quai d'Orsay
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 220506679X
  • ISBN-13: 978-2205066791
  • Dimensions du produit: 29,8 x 1,5 x 24,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (32 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 8.735 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre

(En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Extrait | Quatrième de couverture
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pickendorff TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE le 3 décembre 2011
Format: Album Achat vérifié
Je viens tout juste de refermer l'ouvrage. Un régal.

Le volume 2 des Chroniques diplomatiques, ou plus sobrement Quai d'Orsay, est un véritable bijou de la bande dessinée.

Merci à Lanzac et Blain d'avoir réitéré l'exploit du 1er volume qui était déjà une très bonne surprise (plus de 100.000 exemplaires vendus !).
Inutilement d'épiloguer sur les dessins de Blain, toujours très soignés et adaptés au récit.

L'important dans cette série, ce sont les dialogues et principalement les envolées du ministre, Alexandre Taillard de Vorms :
- cette tribune, c'est le dernier appel du minotaure !
- Qui a eu cette idée stupide !
- Le caractère de l'homme est son destin ;
- Il faut combattre le taylorisme du terrorisme ;
- il n'en restera rien dans les manuels d'histoire, pas même une note de bas de page, etc.

Pour qui connaît la réalité de l'Elysée ou de certains ministères, ils retrouveront pas mal de scènes vécues : les caprices du ministre, les chantages du directeur, les vacances annulées, les retours précipités à Paris pour rien, les remontrances injustifiées, les heures de travail en urgence finalement inutiles car le ministre a changé d'avis, les "Mais qui a eu cette idée stupide ?" ou "Qui a bien pu écrire une telle chose ?" sans pouvoir répondre que c'est précisément le grand chef à plumes...
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
35 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile  Par The Biakko le 2 décembre 2011
Format: Album
Excellent tome. Humour grinçant, graphismes décalés, un certain volume (100 pages tout de même !). C'est du tout bon, on passe une excellent moment.

Ayant moi-même fréquenté ce milieu (celui des Affaires Étrangères), je peux en parler. On y retrouve absolument tout :
- Les vieux de la vieille et leurs mimiques improbables.
- Les réunions à 50 personnes pour changer 3 mots de vocabulaire dans un discours.
- Les coups de poignards dans le dos entre collègues qui se fréquentent tous les jours, et ceux qui s'approprient le travail des autres.
- Les diplomates expérimentés (avec 30 ans de boîte dont 15 dans des pays dangereux) qui ne savent toujours pas aligner deux mots d'anglais.
- Les caprices des principaux diplomates sur les moyens de transport, la nourriture ou le confort des hôtels.
- Les relations diplomatiques bilatérales, qui en gros dépendent de si les ministres des affaires étrangères des pays concernés se connaissent d'avant ou pas.
- Les "situations d'urgence" qui vous font revenir de vacances en catastrophe pour rien, au final.
- etc...

J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver tous ces éléments dans ce tome, ça m'a rappelé pas mal de souvenirs. Quant au ministre concerné (et tous les autres qu'on reconnait aisément), les scènes ne sont jamais très éloignées de la réalité, aussi loufoques puissent-elles paraître.

Ça fait parfois peur, mais c'est toujours hilarant !

Vivement la suite !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marie-celine Marechaux le 19 novembre 2012
Format: Album Achat vérifié
BD très française, offerte à un diplomate français qui a adoré la lire et la relire ... En faisant ses propres commentaires en off ... Le spectacle était hilarant !
Les arcanes de la diplomatie y sont décrites, très franchement, mais attention à ceux qui ne connaissent pas le milieu et les acteurs de la diplomatie française ... Ils passeront peu être à côté de qques blagues ou clins d'œil !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Bolel le 9 novembre 2012
Format: Album
Tout simplement excellent. Dans la lignée du T1, ce tome met un terme à l'histoire du conseiller Vlaminck "préposé aux éléments de langage" d'un ministre des affaires étrangères que l'on reconnaît très bien, avec en point d'orgue le fameux discours de la France à New York, lors de la crise irakienne de 2003. C'est vivant, fin, subtil, écrit avec beaucoup de justesse et de rythme ; le graphisme est à l'avenant. Beaucoup d'humour. Du grand art qui donne même envie de se replonger plus sérieusement dans les épisodes réels de cette crise, et de se remémorer le rôle que la France a joué. Cela me paraît tellement loin, 10 ans à peine !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pokespagne le 18 janvier 2012
Format: Album
Le discours de Dominique de Villepin devant l'O.N.U. destiné a bloquer (?) l'entrée en Irak des Américains fut l'un des sommets de la diplomatie française, l'un des rares moments où l'on se sentit fiers de notre pays. Le second tome du brillantissime "Quai d'Orsay" réussit à la fois à démystifier l'évènement (quel chaos, combien d'incohérences... pour en arriver là, presque par miracle...!!) et à en retranscrire l'émouvante portée symbolique : la justesse de la chronique, écrite par quelqu'un qui a vécu au premier plan les événements, et l'élégance de la narration et des dessins de Blain font de "Quai d'Orsay" un chef d'oeuvre, discret et humble, mais un chef d'oeuvre quand même de la BD française. On le referme le coeur gonflé, sans que l'on sache si les larmes qu'on a au coin des yeux sont d'avoir autant ri, ou bien d'avoir pu revivre ce moment essentiel de la politique étrangère française. Remarquable !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?