• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Quatrains d'Omar Khayyam a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Quatrains d'Omar Khayyam Broché – 20 août 2004


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 20 août 2004
"Veuillez réessayer"
EUR 11,00
EUR 11,00 EUR 3,51

Fête des Mères Fête des Mères

--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Quatrains d'Omar Khayyam + Les Quatrains d'Omar Khayyam + L'Amour, le Désir et le Vin
Prix pour les trois: EUR 27,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Les rubaiyat d'Omar Khayyâm constituent un trésor universel où, depuis le XIe siècle, poètes, philosophes, commentateurs et lecteurs, en Orient comme en Occident, n'ont cessé de puiser. Objets de culte tour à tour pillés ou enrichis, continuels sujets à controverses, énigmatiques à force de contradictions. Seul Shakespeare peut-être aura soulevé autant de questions et rayonné avec une telle portée par-delà les frontières, culturelles et temporelles. Car c'est bien le temps, et la mort, que le poète persan, grand mathématicien et disciple d'Avicenne, aura d'abord transgressés, par la force d'un art visionnaire. Ce temps, qu'il assimile au vin, au sang de la vigne jour après jour transmué dans celui de son corps. Ce vin, qu'il invoque avec une insistance obsessionnelle (on pense à la Laure de Pétrarque ou au Christ de saint Jean de la Croix) dans un questionnement frénétique, une confrontation permanente avec un Dieu muet. Athée, Omar Khayyâm ? Homme libre plutôt, farouchement libre, indifférent au paradis comme à l'enfer, fuyant l'hypocrisie et le mensonge. Épicurien ? Mais Khayyâm sait aussi trouver les images les plus audacieuses pour dire la peine et l'angoisse d'une condition trop humaine. Soupirs d'extase et cris de rage ont ainsi traversé les siècles et défié le temps, portés par une inaltérable modernité. --Scarbo

Présentation de l'éditeur

"Chevelures, longs yeux, coupes, lèvres joyeuses... Jouets que dégrade le temps ! Austérité, prière, études scrupuleuses... Cendres que disperse le vent ! "Les quatrains ou robaïyat d'Omar Khayyâm ont une renommée universelle. Ils ont fait l'objet de maintes transcriptions plus ou moins libres au fil des siècles. Celle que nous propose ici Jean Rullier a voulu répondre au quatrain persan – quatre vers de treize pieds – par son équivalent le plus naturel, le quatrain français, mais avec des vers de douze pieds, c'est-à-dire des alexandrins. Quelques exceptions, ici et là, confirment la règle. Par ailleurs, Jean Rullier s'est attaché à suivre d'aussi près que possible les traductions littérales des orientalistes, en n'introduisant aucune idée nouvelle étrangère au quatrain d'origine. Enfin, il a considéré comme essentiel de présenter ces 180 quatrains dans un ordre aussi logique que possible, correspondant, dans les grandes lignes, aux différentes époques de la vie de l'auteur. Les éditions précédentes les donnaient à lire plutôt dans le désordre ou regroupés par thèmes. Ces trois exigences font que cette nouvelle édition est sûrement la plus poétique, la plus rigoureuse et la plus agréable jamais publiée. Rappelons qu'Omar Khayyâm, né en Perse en 1048, fut un des plus grands savants du Moyen Âge. Mathématicien, géomètre et astronome célèbre dans tout l'Orient, il fut aussi philosophe dans la lignée d'Avicenne. L'interdiction qui frappait ses écrits en Iran depuis 1979 vient d'être levée. "Homme, puisque la vie en ce monde est un leurre, Pourquoi plaindre ton sort, pourquoi te torturer ? Abandonne ton âme au caprice de l'heure : Le livre du destin n'est jamais raturé." --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Détails sur le produit

  • Broché: 132 pages
  • Editeur : Ivrea (20 août 2004)
  • Collection : Champ Libre
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2851840916
  • ISBN-13: 978-2851840912
  • Dimensions du produit: 21,5 x 12,5 x 1,1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (4 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 312.933 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stephane Pavlovic le 3 mars 2011
Format: Broché Achat vérifié
Sans rien enlever à la qualité et l'importance de ces quatrains, l'éditeur a choisi une ancienne traduction du début du XX° siècle qui ne me semble pas la meilleure.

En effet, la traduction a été semble-t-il effectuée d'après une traduction anglaise. Je crains que des subtilités aient été perdues dans le processus.

Ceci dit, cette collection petit prix petit format est bien sympathique.

Je conseille le magnifique CD "Ivresses - le sacre de Khayyam" par Alireza Ghorbani en fond sonore et le beau roman "Samarcande" d'Amin Maalouf en complément de cette lecture.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Annouck le 8 septembre 2011
Format: Broché
C'est grâce à "Sarmacande", de Amin Maalouf, que j'ai découvert Omar Khayam, ce mathématicien, astronome, et libre penseur de la perse du XIe siècle. Il nous a légué ces "rubayat" (quatrains) empreints d'humour, de questionnements, sur un ton parfois désabusé. Petits extraits pris au hasard, pour donner envie... :

"Ne cherche aucun ami dans cette foire que tu traverses. Ne cherche pas, non plus, un abri sûr. D'une âme ferme, accueille la douleur, et ne songe pas à te procurer un remède que tu ne trouveras pas. Dans l'infortune, souris. Ne demande à personne de te sourire. Tu perdrais ton temps."

"Oublie que tu devais être récompensé hier et que tu ne l'as pas été. Sois heureux. Ne regrette rien. N'attends rien. Ce qui doit t'arriver est écrit dans le Livre que feuillette, au hasard, le vent de l'Éternité."

Écoute ce que la Sagesse te répète toute la journée: "La vie est brève. Tu n'as rien de commun avec les plantes qui repoussent après avoir été coupées."

J'entends dire que les amants du vin seront damnés. Il n'y a pas de vérités, mais il y a des mensonges évidents. Si les amants du vin et de l'amour vont en Enfer, le Paradis doit être vide.

A consommer sans modération, tout comme notre personnage qui ne cache pas sa passion pour les femmes et le vin.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 14 décembre 2003
Absolument sublime !! En plus d'être astronome, Kayyam est avant tout l'un des plus grands poètes de la poèsie persane de son temps (XIème siècle). L'ivresse de la vie et de la religion (soufisme) y sont racontés de façon enchanteresse, nous plongeant dès lors dans un univers presque palpable...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Cavalcanti TOP 1000 COMMENTATEURS le 21 janvier 2014
Traduits du persan et présentés par Charles Grolleau (Éditions Ivrea).

Le quatrain ou rubâi se compose de quatre vers dont le premier, le second et le quatrième riment ensemble ; le troisième est blanc. Le quatrain est tout un poème qui a son unité de forme et d'idée ; c'est le genre le plus puissant de la poésie persane. La répercussion des rimes produit des harmonies et des contrastes de sons qui donnent un relief étrange aux harmonies et aux contrastes de l'idée.

Les quatrains d'Omar Khayyam étonnent par leur liberté d'esprit. La plupart des poésies qui nous restent de lui sont en l'honneur du vin. L'homme qui boit est pour le poète le symbole de l'homme émancipé ; pour le mystique, le vin est plus encore, c'est le symbole de l'ivresse divine. Mais ses poésies traduisent aussi la pensée de l'inanité de la vie, la fuite rapide du temps et la tolérance.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?