undrgrnd Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles4
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Plan : 1/ qu'est-ce-qu'écrire ?
2/ pourquoi écrire ?
3/ pour qui écrit-on ?

La plus intéressante des parties est selon moi la première (la deuxième qui traite de la question de l'auteur est moins fouillée, on pourra facilement la remplacer par une autre lecture).

Dans cette première partie il évoque les différence entre la littérature et les autres arts. Le peintre, se sert des couleurs, le musicien des sons ; l'auteur des mots. Or, si le jaune ou un fa bémol ne signifient rien en eux-mêmes (c'est nous qui lui donnons un sens) les mots ne renvoient qu'à des significations (c'est ce qu'il appelle « l'empire des signes ».

Mais au sein de la littérature, Sartre concède une bipartition, entre la prose et la poésie. « La poésie ne se sert pas des mots, elle les sert » : fameuse formule, largement galvaudée... Selon Sartre, les mots, en poésies sont vidés de leur signification, ils ne sont plus que des images sur la page, des sons à l'oral. C'est donc en cela que le poète ressemble au peintre ou au musicien : pour lui, les mots sont des objets (même s'ils gardent un minimum de sens, sinon, le poète devient un peintre ou un musicien, et cesse d'être un poète !). Le mot est une image qu'il remotive (cf. Saussure) tout entier par ses sonorités, son volume, son rythme, etc.

La prose quant à elle, est utilitaire par essence, on se sert des mots (qui renvoient à l'empire des signes). Elle sert à révéler le monde : il donne l'exemple suivant. Si je dis à quelqu'un son comportement, celui-ci se voit agissant. On se voyant, il se rend compte de ce qu'il fait (on est pas toujours conscient de ce qu'on fait pas vrai ?) : il peut donc choisir de changer ou non. Mais le simple fait de lui avoir dit quelque chose influencera son comportement (libre à lui d'en faire ce qu'il veut...). Donc, parler, c'est agir ou faire réagir. D'où pour Sartre l'idée que la prose ne peut qu'être engagée (comme par hasard...) : l'auteur doit être responsable de ses écrits.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2015
Quelques bonnes idée et sans doute un bon éclairage sur la pensée de Sartre et ses opinions.
Mais quelques passages difficiles à suive, quelques références obscures.
Sans doute pas le premier Sartre à lire
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2014
Réflexion de Sartre en tant qu'écrivain engagé sur la vocation de la littérature. Très intéressant.
Je ne me lasse pas de relire certains passages.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mai 2013
Beaucoup beaucoup de mot pour dire place au lecteur en littérature. Barthes fut plus intéressant sur ce sujet. À y penser.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

17,00 €
7,00 €