Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Acheter d'occasion
D'occasion - Très bon Voir les détails
Prix : EUR 0,01

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Récit d'un branleur [Poche]

Samuel BENCHETRIT
3.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
Prix : EUR 5,80 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 17 septembre ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché EUR 18,50  
Poche EUR 5,80  

Description de l'ouvrage

1 novembre 2004 Litterature (Livre 11212)
Roman Stern aime les joies simples : la cigarette du matin, les faits divers et l'onglet échalotes. Pour le reste, il voyage plutôt léger : pas de femme, pas de boulot, pas d'amis, pas de projets. Mais la vie de Roman n'est pas si simple. Si certains attirent la chance, les femmes ou l'argent, Roman, lui, attire plutôt les dingues, les dépressifs, les plaintifs de tous horizons. Et il y en a toujours un pour l'empêcher de déguster son onglet tranquille. Alors, lorsque sa tante Julia lui confie son caniche et, pour ses menus frais, une somme bien rondelette, Roman investit. Tandis que sa richissime Tata alcoolique s'envole vers la Toscane pour se faire récurer le foie, il a, pense-t-il, une idée de génie : il va se faire payer pour écouter les malades en tous genres se plaindre. Et pendant que Tata meurt en cure de désintoxication, il crée la Société des Plaintes et met à profit ses plus sûrs talents : ne rien faire, écouter, la fermer. Dans la vie, on ne fait que passer et Roman le sait bien. Alors il ne s'attarde pas, il suit son instinct et ses lubies : le voici à la recherche de Marie, une ancienne du collège, emprisonnée pour avoir voulu prendre son café tranquille et massacré les patrons d'un bar de Champigny-sur-Marne. Lorsqu'elle met fin à ses jours en se pendant avec son tee-shirt, Roman pense qu'il est passé à côté de l'amour, déprime un peu et poursuit sa route. Quelques jours dans un hôtel minable, une visite à Olga, la grand-mère russe échouée dans une cité HLM et revoilà notre héros sur les routes, un ticket de bus en poche, destination : l'Inde. Histoire de fuir les gêneurs et de trouver un endroit où glander tranquille...et, si possible, manger un onglet bien chaud.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Récit d'un branleur + Chroniques de l'asphalte : Tome 2 + Chroniques de l'asphalte
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Un mot de l'éditeur

Les pérégrinations d'un jeune homme qui a su faire de son désœuvrement un art de vivre. Samuel Benchetrit invente un ton et donne une vision cocasse du monde d'aujourd'hui. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Quatrième de couverture

"Il paraît qu'on attire tous un certain gratin de la société. Y en a c'est l'argent. D'autres les belles femmes. Et bien moi c'est les dingues. Les hallucinés. Et tous ceux qui ont besoin de se plaindre. Et c'était à cause de ce genre d'enfoirés que chaque midi je le mangeais froid mon onglet aux échalotes. J'avais rien. Ni profession, ni femme, ni ami. Jusqu'au jour où Julia, ma tante alcoolique, m'a légué son caniche blanc, pour aller mourir dans une cure de désintoxication. C'est peut-être ce chien qui m'a changé la vie. J'ai créé mon entreprise. La société des plaintes. Les gens pouvaient venir se plaindre dans mon appartement que j'avais transformé en bureau. Ça a tout de suite marché très fort. J'ai même dû engager un employé. C'est devenu mon meilleur ami. Et puis en lisant dans le journal la rubrique des faits-divers, je suis tombé amoureux. Une fille que j'avais connue à l'école et qui était devenue tueuse d'un couple de patrons de café. Bref. Ma vie se remplissait de tout ce dont a besoin un homme. Mais quand on a passé une existence à branler, les choses ne restent pas aussi faciles." --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Poche: 174 pages
  • Editeur : Pocket (1 novembre 2004)
  • Collection : Litterature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2266108212
  • ISBN-13: 978-2266108218
  • Dimensions du produit: 16,8 x 10,8 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 114.697 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A découvrir 7 août 2007
Par tumtum
Format:Poche
Parmi les autres titres sur les étagères de la librairie, celui m'a attiré. Je n'ai pas été décue, j'ai adoré ce livre.
Un livre qui n'est pas plein d'aventures ni de suspense, mais qu'on ne lache pourtant pas avant la fin. Le héros nommé Roman, un type mou et plutôt paumé, est attachant. Il nous parle de tous ces gens qui, naturellement, viennent lui raconter leurs soucis. Ironiquement, il fait de même avec son lecteur, lui racontant sa vie, ce qui se passe dans sa tête de branleur. Avec beaucoup d'humour.

Je pense que ce livre sans prétention peut plaire aux jeunes en particulier. Car il n'est pas rare de croiser des personnages comme Roman, simplement en marchant dans la rue.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Aux plaisirs des branleurs 17 août 2012
Format:Poche
C'est par un après-midi d'été caniculaire faisant de moi la dernière des loques que j'ai entrepris la lecture de cet ouvrage, jusqu'en arriver à la dernière page le soir même.
Dans les départs rebutée par un style qui se veut très oral, j'ai vite été captivée par l'esprit du personnage. Un branleur, un vrai, au sens propre comme au figuré. Passive dans la vie, Roman Stern n'a pourtant pas son pareil quant à la vivacité de son esprit.
Ce branleur a cependant un don ou son contraire : les gens ont envie de se plaindre à lui, un inconnu dans un bar, dans les transports en commun. Ou qu'il soit, où qu'il aille, notre protagoniste se trouve pourchassé par les doléances de ses pairs c'est pourquoi il décide de monter la Société des plaintes. Ce n'est pourtant pas cet acte, bien que fil conducteur de l'intrigue, qui rend le roman si captivant, mais bien la fulgurance avec laquelle l'imagination du personnage se déploie.

Roman Stern ose, il n'hésite pas à aborder avec humour des thèmes pourtant banals voire triviaux.
"Chaque matin, après mon café et avant d'aller aux toilettes, j'exerçais le rite de la première cigarette. Celle-ci était ma préférée de toute la journée et curieusement, elle provoquait en moi une envie immanquable d'aller chier. Je n'ai jamais cherché à savoir si cette clope matinale était un déclencheur pathologique de défécation ou si ce n'était qu'une simple coïncidence ou même une question psychique. Je la trouvais magique, un point c'est tout.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Minable... 6 juillet 2009
Par One TOP 500 COMMENTATEURS
Format:Poche|Achat vérifié
C'est mon premier Benchetrit, et ça risque fort d'être le dernier !

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'auteur ne s'est pas foulé : pas vraiment d'histoire, un personnage central aussi creux qu'insignifiant.. on identifie tout juste le début et la fin du roman grâce aux numéros de pages.

Pour ne rien arranger, le tout est écrit dans un style 'écrit/parlé' d'une pauvreté extrême : n'est pas Audiard qui veut !.. ou sans aller jusqu'à cette référence, Benchetrit n'arrive pas à la cheville d'un mauvais Pennac.

La morale de l'histoire..? je pressens que l'auteur doit avoir un tonton dans l'édition, sinon, je ne vois pas quelle personne censée aurait financé l'éditon d'un aussi pathétique récit... à fuir !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Pas mal, mais... 24 septembre 2009
Par Catherine
Format:Poche
La quatrième de couverture présentait ce livre comme étant un véritable anti-dépresseur, je me dis donc que j'ai dû passer à côté. Certes, certains passages sont assez réjouissants, par leur humour noir ou leur cruauté. Mais le portrait du narrateur est plus désespéré que drôle, à mon sens. J'ai trouvé le démarrage un peu difficile, puis le livre trouve son rythme, et devient assez attachant. Cette chronique d'un garçon «détaché» se lit rapidement, sans difficulté majeure. Elle n'est cependant pas aussi forte que ce à quoi je m'attendais.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1.0 étoiles sur 5 Médiocre, plus que médiocre 22 novembre 2013
Format:Broché
Je lis plus de cent livres par an, de toutes les époques, de tous les genres, de tous les courants, de tous les formats. Chaque année, il y a un ou deux livres que je ne finis pas et, vous l'aurez compris, celui-ci fait partie de cette catégorie infâmante. Il ne m'aura fallu qu'une quarantaine de pages pour prendre cette décision, quarante pages d'une langue adolescente, ridicule, faible, insupportable. Le fond, les personnages, le sens ? Je ne développerai même pas tellement c'est bête, tellement c'est gentillet, tellement c'est prévisible, commun, creux, nul comme ça ne devrait pas être permis, ni publié.

Lecteurs frénétiques, lecteurs occasionnels, lecteurs d'un livre, n'ouvrez pas ce livre mal écrit qui ne dit rien.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?