Rage Against The Machine


Rage Against The Machine : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 100
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Rage Against The Machine

Biographie

L'histoire d'un groupe qui a changé la vision d'un genre musical pour toute une génération n'est pas forcément teintée de mystère et de mythes. La constitution du groupe le plus emblématique de la fusion rap/metal a été des plus banales.  Devant le parcours escarpé et contestataire du groupe, on aurait imaginé la genèse de Rage Against The Machine comme atypique et intrigante. Mais c'est, comme pour beaucoup, sur les bancs de l'école, alors terrain de jeu de Zack de la Rocha et Tim Commerford, respectivement futurs chanteur et bassiste, que le groupe se forme. Tom Morello, guitariste depuis ... Lire la suite

L'histoire d'un groupe qui a changé la vision d'un genre musical pour toute une génération n'est pas forcément teintée de mystère et de mythes. La constitution du groupe le plus emblématique de la fusion rap/metal a été des plus banales.  Devant le parcours escarpé et contestataire du groupe, on aurait imaginé la genèse de Rage Against The Machine comme atypique et intrigante. Mais c'est, comme pour beaucoup, sur les bancs de l'école, alors terrain de jeu de Zack de la Rocha et Tim Commerford, respectivement futurs chanteur et bassiste, que le groupe se forme. Tom Morello, guitariste depuis ses plus jeunes années, jouait dans de petits groupes de l'Illinois avant d'émigrer à Los Angeles qu'il considérait comme propice à la constitution d'un groupe de rock. Là, il rencontre Zack de la Rocha qui déversait ses flows dans un club de la ville. Tout de suite touché par les textes du chanteur, il l'aborde et ensemble prennent la décision de monter un groupe.  L'arrivée de Brad Wilk se fit tout simplement par réponse à une annonce que Tom Morello avait déposée mentionnant la recherche d'un batteur. Le groupe était constitué.

Véritable essence du groupe, le live est déjà dans la tête des quatre jeunes musiciens. Ils commencent à jouer avant même d'avoir enregistré leur première maquette. Devant le succès rencontré, ils décident de sortir une première démo enregistrée par leurs soins. Cette galette leur ouvre la voie de scènes plus importantes mais également l'opportunité de signer un contrat avec Epic Records (filiale de Sony BMG) pour la sortie de leur premier album éponyme. Déjà engagé politiquement le groupe jouera pour de nobles causes (soutien à Mumia Abu-Jamal, Leonard Peltier, participation au Rock for Choice...). L'engagement politique du groupe s'est parfois retrouvé au centre d'une médiatisation importante. Ils ont notamment été censurés lors de l'émission US Saturday Night Live pour « non respect du drapeau américain ». Le tournage de leur clip « Sleep Now in the Fire » en 2000 devant Wall Street a quant à lui obligé la place boursière à fermer ses portes, ce qui n'était plus arrivé depuis le Jeudi Noir de 1929. Loin de se dire que l'engagement politique puisse être un frein à leur développement, les Rage Against The Machine (RATM) se servent du groupe comme vecteur de leurs idéaux. C'est ce qui fait le succès du groupe mais aussi ce qui est à l'origine de ses controverses.

La sortie de leur premier album en 1992 est un véritable succès. Le groupe campe au Billboard (classement des 200 disques les plus vendus) durant plus de 89 semaines. Cette première véritable production compte dans sa tracklist le titre « Freedom » qui assoira la notoriété du groupe grâce notamment à l'esprit militant de son clip. En soutien à Leonard Peltier, militant amérindien, la vidéo retrace l'histoire de celui qui a été arrêté pour le meurtre de deux agents du FBI et qui est considéré par beaucoup comme victime d'une manipulation judiciaire. En Europe, c'est le titre « Killing in the Name » qui révèle le groupe au grand public. Le succès est phénoménal pour une formation détonante qui officie dans un genre plutôt méconnu sur le vieux continent, le mariage de l'instrumentation metal et de la scansion rap.

En 1995, le groupe fait une première pause. Continuellement en tournée depuis près de 3 ans, chacun ressent le besoin de souffler avant de se lancer dans l'enregistrement du deuxième album. Après quelques mois, ils se remettent au travail et enregistrent Evil Empire qui achèvera de consacrer le groupe comme un incontournable d'une scène metal en pleine explosion. Le nouvel album leur ouvre les portes des plus grands festivals mondiaux à l'image du Big Day Out en Australie en 1996 qui resta gravés dans leur mémoire tant l'accueil du public les a impressionné. Se plaçant en tête du Billboard, Evil Empire démontre qu'un groupe résolument engagé peut parvenir à faire entendre sa voix et à séduire un large auditoire et ce, malgré toutes les mises en garde.

Avant une deuxième pause en 1997, les RATM ont créé la sensation en partageant l'affiche d'une tournée commune avec le Wu-Tang Clan dans les grands festivals itinérant américains. C'est à la suite de cette série de concert que sort le premier témoignage vidéo du groupe (réédité plus tard en DVD) où sont retracées les premières années de carrière du groupe grâce à des extraits live et à la diffusion de leurs clips souvent censurés. Pendant quelques années, les divers membres de RATM vont se tourner vers des collaborations personnelles avec des artistes de renoms (Snoop Dog, Prodigy, Cypress Hill...) et apparaîtront sur des bandes originales de films à succès tels que Godzilla, The Crow ou encore Higher Learning et Matrix.

En 1999, alors que le groupe est en train d'enregistrer son nouvel album The Battle of Los Angeles, Zack de la Rocha annonce comme un coup de tonnerre qu'il quitte le groupe, « en fin de course » selon lui, pour se consacrer à une carrière solo. Cela n'entache pas le succès de leur troisième album qui se classe toujours au sommet des ventes et dont les titres seront utilisés pour des projets aussi divers que des bandes originales de films ou de jeux vidéos. Mais avant leur séparation définitive, les RATM font un dernier coup d'éclat en sortant un album de reprises intitulé Renegades où ils revoient à la sauce metal des titres des Rolling Stones, de Bob Dylan, des Stooges ou encore de Bruce Springsteen.

Deux concerts événements seront organisés à Los Angeles pour marquer la fin d'un groupe qui a bercé toute une génération de contestataires et d'amateurs de « musiques métalliques ». Ces deux concerts intitulés Live at the Grand Olympic Auditorium se verront édités en CD et en DVD quelques années plus tard pour le plus grand bonheur des fans.

La fin de RATM ne marque pas l'arrêt de la carrière de ses activistes musicaux. On retrouve Tom Morello, Brad Wilk et Tim Commerford aux côtés de Chris Cornell (ex-Soundgarden) pour la création du groupe Audioslave. Morello crée ensuite son avatar protest-folk The Nightwatchman pour deux albums, One Man Revolution en 2007, et The Fabled City en 2008.
De son côté Zack de la Rocha travaille depuis plusieurs années sur la sortie de son album solo.

Sans n'avoir rien perdu de sa détermination, Rage Against the Machine refait surface le 29 avril 2007 à l'occasion d'un concert unique du festival itinérant Coachella, suivi d'une tournée sur les continents américain, asiatique et européen à l'été 2008. Lors du concert au festival Rock en Seine à St. Cloud le 20/08/2007, le groupe apparaît encagoulé et vêtu de pyjamas orange, symbolisant la tenue des prisonniers du camp Guantanamo, des détenus soupçonnés d'activtés terroristes selon le gouvernement américain de George W. Bush - ennemi juré de Tom Morello.

Copyright 2014 Music Story Guillaume Mougel

L'histoire d'un groupe qui a changé la vision d'un genre musical pour toute une génération n'est pas forcément teintée de mystère et de mythes. La constitution du groupe le plus emblématique de la fusion rap/metal a été des plus banales.  Devant le parcours escarpé et contestataire du groupe, on aurait imaginé la genèse de Rage Against The Machine comme atypique et intrigante. Mais c'est, comme pour beaucoup, sur les bancs de l'école, alors terrain de jeu de Zack de la Rocha et Tim Commerford, respectivement futurs chanteur et bassiste, que le groupe se forme. Tom Morello, guitariste depuis ses plus jeunes années, jouait dans de petits groupes de l'Illinois avant d'émigrer à Los Angeles qu'il considérait comme propice à la constitution d'un groupe de rock. Là, il rencontre Zack de la Rocha qui déversait ses flows dans un club de la ville. Tout de suite touché par les textes du chanteur, il l'aborde et ensemble prennent la décision de monter un groupe.  L'arrivée de Brad Wilk se fit tout simplement par réponse à une annonce que Tom Morello avait déposée mentionnant la recherche d'un batteur. Le groupe était constitué.

Véritable essence du groupe, le live est déjà dans la tête des quatre jeunes musiciens. Ils commencent à jouer avant même d'avoir enregistré leur première maquette. Devant le succès rencontré, ils décident de sortir une première démo enregistrée par leurs soins. Cette galette leur ouvre la voie de scènes plus importantes mais également l'opportunité de signer un contrat avec Epic Records (filiale de Sony BMG) pour la sortie de leur premier album éponyme. Déjà engagé politiquement le groupe jouera pour de nobles causes (soutien à Mumia Abu-Jamal, Leonard Peltier, participation au Rock for Choice...). L'engagement politique du groupe s'est parfois retrouvé au centre d'une médiatisation importante. Ils ont notamment été censurés lors de l'émission US Saturday Night Live pour « non respect du drapeau américain ». Le tournage de leur clip « Sleep Now in the Fire » en 2000 devant Wall Street a quant à lui obligé la place boursière à fermer ses portes, ce qui n'était plus arrivé depuis le Jeudi Noir de 1929. Loin de se dire que l'engagement politique puisse être un frein à leur développement, les Rage Against The Machine (RATM) se servent du groupe comme vecteur de leurs idéaux. C'est ce qui fait le succès du groupe mais aussi ce qui est à l'origine de ses controverses.

La sortie de leur premier album en 1992 est un véritable succès. Le groupe campe au Billboard (classement des 200 disques les plus vendus) durant plus de 89 semaines. Cette première véritable production compte dans sa tracklist le titre « Freedom » qui assoira la notoriété du groupe grâce notamment à l'esprit militant de son clip. En soutien à Leonard Peltier, militant amérindien, la vidéo retrace l'histoire de celui qui a été arrêté pour le meurtre de deux agents du FBI et qui est considéré par beaucoup comme victime d'une manipulation judiciaire. En Europe, c'est le titre « Killing in the Name » qui révèle le groupe au grand public. Le succès est phénoménal pour une formation détonante qui officie dans un genre plutôt méconnu sur le vieux continent, le mariage de l'instrumentation metal et de la scansion rap.

En 1995, le groupe fait une première pause. Continuellement en tournée depuis près de 3 ans, chacun ressent le besoin de souffler avant de se lancer dans l'enregistrement du deuxième album. Après quelques mois, ils se remettent au travail et enregistrent Evil Empire qui achèvera de consacrer le groupe comme un incontournable d'une scène metal en pleine explosion. Le nouvel album leur ouvre les portes des plus grands festivals mondiaux à l'image du Big Day Out en Australie en 1996 qui resta gravés dans leur mémoire tant l'accueil du public les a impressionné. Se plaçant en tête du Billboard, Evil Empire démontre qu'un groupe résolument engagé peut parvenir à faire entendre sa voix et à séduire un large auditoire et ce, malgré toutes les mises en garde.

Avant une deuxième pause en 1997, les RATM ont créé la sensation en partageant l'affiche d'une tournée commune avec le Wu-Tang Clan dans les grands festivals itinérant américains. C'est à la suite de cette série de concert que sort le premier témoignage vidéo du groupe (réédité plus tard en DVD) où sont retracées les premières années de carrière du groupe grâce à des extraits live et à la diffusion de leurs clips souvent censurés. Pendant quelques années, les divers membres de RATM vont se tourner vers des collaborations personnelles avec des artistes de renoms (Snoop Dog, Prodigy, Cypress Hill...) et apparaîtront sur des bandes originales de films à succès tels que Godzilla, The Crow ou encore Higher Learning et Matrix.

En 1999, alors que le groupe est en train d'enregistrer son nouvel album The Battle of Los Angeles, Zack de la Rocha annonce comme un coup de tonnerre qu'il quitte le groupe, « en fin de course » selon lui, pour se consacrer à une carrière solo. Cela n'entache pas le succès de leur troisième album qui se classe toujours au sommet des ventes et dont les titres seront utilisés pour des projets aussi divers que des bandes originales de films ou de jeux vidéos. Mais avant leur séparation définitive, les RATM font un dernier coup d'éclat en sortant un album de reprises intitulé Renegades où ils revoient à la sauce metal des titres des Rolling Stones, de Bob Dylan, des Stooges ou encore de Bruce Springsteen.

Deux concerts événements seront organisés à Los Angeles pour marquer la fin d'un groupe qui a bercé toute une génération de contestataires et d'amateurs de « musiques métalliques ». Ces deux concerts intitulés Live at the Grand Olympic Auditorium se verront édités en CD et en DVD quelques années plus tard pour le plus grand bonheur des fans.

La fin de RATM ne marque pas l'arrêt de la carrière de ses activistes musicaux. On retrouve Tom Morello, Brad Wilk et Tim Commerford aux côtés de Chris Cornell (ex-Soundgarden) pour la création du groupe Audioslave. Morello crée ensuite son avatar protest-folk The Nightwatchman pour deux albums, One Man Revolution en 2007, et The Fabled City en 2008.
De son côté Zack de la Rocha travaille depuis plusieurs années sur la sortie de son album solo.

Sans n'avoir rien perdu de sa détermination, Rage Against the Machine refait surface le 29 avril 2007 à l'occasion d'un concert unique du festival itinérant Coachella, suivi d'une tournée sur les continents américain, asiatique et européen à l'été 2008. Lors du concert au festival Rock en Seine à St. Cloud le 20/08/2007, le groupe apparaît encagoulé et vêtu de pyjamas orange, symbolisant la tenue des prisonniers du camp Guantanamo, des détenus soupçonnés d'activtés terroristes selon le gouvernement américain de George W. Bush - ennemi juré de Tom Morello.

Copyright 2014 Music Story Guillaume Mougel

L'histoire d'un groupe qui a changé la vision d'un genre musical pour toute une génération n'est pas forcément teintée de mystère et de mythes. La constitution du groupe le plus emblématique de la fusion rap/metal a été des plus banales.  Devant le parcours escarpé et contestataire du groupe, on aurait imaginé la genèse de Rage Against The Machine comme atypique et intrigante. Mais c'est, comme pour beaucoup, sur les bancs de l'école, alors terrain de jeu de Zack de la Rocha et Tim Commerford, respectivement futurs chanteur et bassiste, que le groupe se forme. Tom Morello, guitariste depuis ses plus jeunes années, jouait dans de petits groupes de l'Illinois avant d'émigrer à Los Angeles qu'il considérait comme propice à la constitution d'un groupe de rock. Là, il rencontre Zack de la Rocha qui déversait ses flows dans un club de la ville. Tout de suite touché par les textes du chanteur, il l'aborde et ensemble prennent la décision de monter un groupe.  L'arrivée de Brad Wilk se fit tout simplement par réponse à une annonce que Tom Morello avait déposée mentionnant la recherche d'un batteur. Le groupe était constitué.

Véritable essence du groupe, le live est déjà dans la tête des quatre jeunes musiciens. Ils commencent à jouer avant même d'avoir enregistré leur première maquette. Devant le succès rencontré, ils décident de sortir une première démo enregistrée par leurs soins. Cette galette leur ouvre la voie de scènes plus importantes mais également l'opportunité de signer un contrat avec Epic Records (filiale de Sony BMG) pour la sortie de leur premier album éponyme. Déjà engagé politiquement le groupe jouera pour de nobles causes (soutien à Mumia Abu-Jamal, Leonard Peltier, participation au Rock for Choice...). L'engagement politique du groupe s'est parfois retrouvé au centre d'une médiatisation importante. Ils ont notamment été censurés lors de l'émission US Saturday Night Live pour « non respect du drapeau américain ». Le tournage de leur clip « Sleep Now in the Fire » en 2000 devant Wall Street a quant à lui obligé la place boursière à fermer ses portes, ce qui n'était plus arrivé depuis le Jeudi Noir de 1929. Loin de se dire que l'engagement politique puisse être un frein à leur développement, les Rage Against The Machine (RATM) se servent du groupe comme vecteur de leurs idéaux. C'est ce qui fait le succès du groupe mais aussi ce qui est à l'origine de ses controverses.

La sortie de leur premier album en 1992 est un véritable succès. Le groupe campe au Billboard (classement des 200 disques les plus vendus) durant plus de 89 semaines. Cette première véritable production compte dans sa tracklist le titre « Freedom » qui assoira la notoriété du groupe grâce notamment à l'esprit militant de son clip. En soutien à Leonard Peltier, militant amérindien, la vidéo retrace l'histoire de celui qui a été arrêté pour le meurtre de deux agents du FBI et qui est considéré par beaucoup comme victime d'une manipulation judiciaire. En Europe, c'est le titre « Killing in the Name » qui révèle le groupe au grand public. Le succès est phénoménal pour une formation détonante qui officie dans un genre plutôt méconnu sur le vieux continent, le mariage de l'instrumentation metal et de la scansion rap.

En 1995, le groupe fait une première pause. Continuellement en tournée depuis près de 3 ans, chacun ressent le besoin de souffler avant de se lancer dans l'enregistrement du deuxième album. Après quelques mois, ils se remettent au travail et enregistrent Evil Empire qui achèvera de consacrer le groupe comme un incontournable d'une scène metal en pleine explosion. Le nouvel album leur ouvre les portes des plus grands festivals mondiaux à l'image du Big Day Out en Australie en 1996 qui resta gravés dans leur mémoire tant l'accueil du public les a impressionné. Se plaçant en tête du Billboard, Evil Empire démontre qu'un groupe résolument engagé peut parvenir à faire entendre sa voix et à séduire un large auditoire et ce, malgré toutes les mises en garde.

Avant une deuxième pause en 1997, les RATM ont créé la sensation en partageant l'affiche d'une tournée commune avec le Wu-Tang Clan dans les grands festivals itinérant américains. C'est à la suite de cette série de concert que sort le premier témoignage vidéo du groupe (réédité plus tard en DVD) où sont retracées les premières années de carrière du groupe grâce à des extraits live et à la diffusion de leurs clips souvent censurés. Pendant quelques années, les divers membres de RATM vont se tourner vers des collaborations personnelles avec des artistes de renoms (Snoop Dog, Prodigy, Cypress Hill...) et apparaîtront sur des bandes originales de films à succès tels que Godzilla, The Crow ou encore Higher Learning et Matrix.

En 1999, alors que le groupe est en train d'enregistrer son nouvel album The Battle of Los Angeles, Zack de la Rocha annonce comme un coup de tonnerre qu'il quitte le groupe, « en fin de course » selon lui, pour se consacrer à une carrière solo. Cela n'entache pas le succès de leur troisième album qui se classe toujours au sommet des ventes et dont les titres seront utilisés pour des projets aussi divers que des bandes originales de films ou de jeux vidéos. Mais avant leur séparation définitive, les RATM font un dernier coup d'éclat en sortant un album de reprises intitulé Renegades où ils revoient à la sauce metal des titres des Rolling Stones, de Bob Dylan, des Stooges ou encore de Bruce Springsteen.

Deux concerts événements seront organisés à Los Angeles pour marquer la fin d'un groupe qui a bercé toute une génération de contestataires et d'amateurs de « musiques métalliques ». Ces deux concerts intitulés Live at the Grand Olympic Auditorium se verront édités en CD et en DVD quelques années plus tard pour le plus grand bonheur des fans.

La fin de RATM ne marque pas l'arrêt de la carrière de ses activistes musicaux. On retrouve Tom Morello, Brad Wilk et Tim Commerford aux côtés de Chris Cornell (ex-Soundgarden) pour la création du groupe Audioslave. Morello crée ensuite son avatar protest-folk The Nightwatchman pour deux albums, One Man Revolution en 2007, et The Fabled City en 2008.
De son côté Zack de la Rocha travaille depuis plusieurs années sur la sortie de son album solo.

Sans n'avoir rien perdu de sa détermination, Rage Against the Machine refait surface le 29 avril 2007 à l'occasion d'un concert unique du festival itinérant Coachella, suivi d'une tournée sur les continents américain, asiatique et européen à l'été 2008. Lors du concert au festival Rock en Seine à St. Cloud le 20/08/2007, le groupe apparaît encagoulé et vêtu de pyjamas orange, symbolisant la tenue des prisonniers du camp Guantanamo, des détenus soupçonnés d'activtés terroristes selon le gouvernement américain de George W. Bush - ennemi juré de Tom Morello.

Copyright 2014 Music Story Guillaume Mougel


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page