undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles29
4,8 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:8,66 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pourquoi celui-ci ? Je ne sais pas. Ronnie James Dio a une telle carrière. Elf, Butterfly's Ball, Rainbow, Black Sabbath, Dio, Heaven and Hell... Trop dur de choisir. Alors puisqu'il en faut un.

Toutefois, ce "Rising" est l'album que je préfère des trois albums studios de Rainbow avec Dio au chant. L'album le plus puissant du groupe, sans aucun doute. Ritchie Blackmore se lâche et se fâche ("A light in the black", "Run with the wolf") et la voix de Dio nous éblouit par sa puissance (le sublime "Stargazer", "Tarot woman"). "A light in the black", morceau monstrueux, a été à n'en point douter source d'inspiration pour nombre de groupes avec ses solos croisés guitares/synthés. Un album un peu court, certes, mais indispensable.
Les textes, tous signés par Dio, sont déjà tournés vers un monde onirique où magiciens et dragons cohabitent. Cet album est un grand classique du Hard Rock, reconnu comme tel aujourd'hui mais cela n'a pas toujours été le cas.
En France, le Hard Rock (le Metal maintenant) a depuis toujours été considéré comme un genre musical mineur. "Un style qui n'intéresse que les ados". "Ca braille tout le temps". Voilà ce qu'on entend généralement. Les musiciens qui pratiquent ce style n'étant forcément pas dignes d'intérêt. Avez-vous entendu parler du décès de R.J. Dio dans les médias français ? Moi, pas. Si l'on compare avec les plusieurs mois passés sur la mort de M. Jackson, ça énerve un peu... On n'en demandait pas des tonnes. Juste autre chose que de l'indifférence (pour ne pas dire "du mépris"...)

Quoiqu'il en soit, Ronnie James Dio restera pour toujours un des meilleurs chanteurs de la sphère Metal, maintes fois copié, jamais égalé. En ayant gravé sa voix sur des albums fabuleux qui ont fait l'histoire du Metal, il laisse un héritage énorme. Si tant de groupes aujourd'hui lui rendent hommage, toutes générations confondues, ce n'est pas un hasard.
Le monde du Metal pleure un de ses plus grands représentants.
RIP, Ronald. Your voice will live forever.
55 commentaires|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après un premier essai, et une formation fort remaniée, Rainbow (ce groupe né des cendres d'un Deep Purple, qui ne le convainc plus), va réalisé avec ce "Rising", la pierre angulaire de sa première trilogie.
Après la publication de leur premier album, Ritchie Blackmore le leader du groupe a évincé manu-militari les membres qui l'avaient réalisé, n'en conservant que son immense chanteur lyrique, Ronnie James Dio. Blackmore va alors constituer un nouveau line up en recrutant trois nouveaux membres, dont deux relativement inconnus, le bassiste Jimmy Bain (futur Dio), et Tony Carey aux keyboards, (qui ne figureront ensuite que sur le live "On Stage" publié l'année suivante), ainsi que Cozy Powell (ex Jeff Beck Group) à la batterie. Publié en Mai '76, "Rising" est une extension du "Ritchie Blackmore's Rainbow", mais le groupe y déploie encore plus de puissance et de grandeur. Toujours produit avec Martin Birch, composé par Blackmore et conté par ce narrateur exceptionnel qu'est Dio, "Rising" s'impose avec des compositions de la trempe de la redoutable "Tarot Woman", de la jouissive (Lady) "Starstruck" ou de l'épique et éblouissant "Stargazer", un des moments culminant de l'album, où le groupe est accompagné par l'orchestre philharmonique de Munich. Les puissants "Run With The Wolf" et "Do You Close Your Eyes", complétant la liste d'un album solide, qui prend fin avec la captivante "A Light In The Black", avec là encore un Blackmore brillant, et un Cozy Powell qui semble booster tout le monde à fond.
"Rising", c'est trente-trois minutes de furies dévastatrices, avec six morceaux plus épiques et plus puissants que jamais.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2008
je suis fan de hard depuis longtemps et la trilogie deep puple / rainbow /whitesnake j' en ai écouté des tonnes mais.... je sais pas pourquoi j' ai zappé cet album depuis 30 ans... ( je sais c est un peu la honte) en fait je connaissais l' album studio précedent et l' album studio suivant qui sont des bons album mais sans plus ... mais "rising " c' est autre chose , la son est comment dire? comment un diamant que l' on découvre tout les jours ! un mélange de puissance de subtilité et de classe , on connait tous blackmore mais : dans cet album son génie musical saute aux oreilles ( compos solos) ... il a beaucoup plus que du talent ce guitariste . Ronnie james dio est un chanteur hors norme; ( une voix puissant et riche) contre lesquel beaucoup de chanteurs ne peuvent pas lutter , les claviers sont envoutants, la basse et les drums ne sont pas en reste et maintiennent la cadence avec force, feeling, et précision .
ps :je voudrais remercier les personnes sur ce site qui avaient parlé avec eloge de cet album car sans vous je n' écouterai pas cet album ...
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ritchie Blackmore atteint son zénith dans ce trop court album traversé par le génie du ténébreux guitariste, secondé de main de maître par le fantastique chanteur Ronnie James Dio, véritable ténor du rock....
La paire composera des titres magnifiques, aux nuances épiques et avec moultes influences issues de la musique classique. Ici, on ne parle effectivement pas seulement de hard rock ou de heavy metal, les 2 suites de près de 9 minutes sur ce qui fut un jour "la face B" sont fantastiques... les ancêtres du metal prgressif, sans aucun doute.... Orchestre symphonique sur l'anthémique et orientalisant "Stargazer", claviers virtuoses de Tony Carey (qui fera plus tard des albums pop/rock très sympathiques en tant que chanteur et multi-instrumentsite) en duel avec Blackmore sur le dantesque "A Light In The Black" (jamais joué en live...) ainsi que sur le superbe et mystérieux "Tarot Woman" en ouverture sur plus de 6 minutes... plus les deux morceaux plus rock mais tout aussi imparables, mélodiquement parlant : "Starstruck" et "Run With The Wolf".
Cet album contient peut-être les meilleurs solos de guitare de Ritchie Blackmore mais l'inspiration mélodique exceptionnelle des titres et le savoir-faire incroyable des musiciens sont les vraies clés de sa réussite. Et Ronnie James Dio n'a jamais mieux chanté... Sa puissance lyrique est inégalée à ce jour !
Le remaster possède un excellent son, nettement meilleur que la première version et force est de constater que cet album n'a que très peu vieilli.
Une évolution incroyable par rapport au premier album de Rainbow... Indispensable !
11 commentaire|28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 4 octobre 2000
Considérant que la musique du groupe prenait une tournure trop "groovy", Ritchie Blackmore, guitariste de Deep Purple, quitta le groupe en 1975. Recherchant un style plus proche du classique qui lui permettrait de s'évader dans des solos dantesques dignes du meilleur rock progressif, Blackmore fonda le groupe Rainbow. Après un bon premier album, Rainbow sort en 1976 "Rainbow Rising", reconnu par la critique comme un des albums majeurs du hard des années 70. Mais limiter cet album à du simple hard rock serait beaucoup trop réducteur. Rainbow est hard, rock n'roll, progressif, ou classique comme en témoigne le magnifique "Stargazer", morceau épique à ambiance enregistré avec l'orchestre philarmonique de Munich. Ronnie James Dio se révèle être un chanteur exceptionnel, ce qui ne se démentira pas à l'avenir, témoins son étape avec Black Sabbath et quasiment tous les disques enregistrés avec son propre groupe, Dio, dans les années 80. Mention spéciale à Blackmore et Dio donc, mais aussi au claviériste Tony Carey qui nous gratifie d'une superbe intro dans "Tarot Woman". Rainbow aura par la suite beaucoup de mal à rééditer un album d'une telle intensité.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mars 2008
Si je devais emporter un CD sur une île déserte, ce serait sans conteste celui-là, à condition d'être en compagnie de la fée électricité bien entendu...
Cet album est franchement grandiose, ni plus ni moins !
Le meilleur du meilleur !
Les cinq artistes du groupe sont tout simplement époustouflants !
Ils étaient visiblement tous au mieux de leur forme lors de l'enregistrement de cette suite de morceaux inoubliables.
Jimmy Bain à la basse est tout simplement fantastique !
Cozy Powell à la batterie demeure excellent dans le rythme et la profondeur !
Sans parler de Tony Carey qui réussit à nous refiler des frissons au clavier lors de certaines intro !
Venons-en maintenant à la partie vocale de la formation, Ronnie James Dio est certainement la plus formidable voix du hard, et ce depuis ses débuts. Il chante, inutile pour lui de hurler car son organe s'élève avec une telle clarté que cela en devient quasiment incroyable !
Limpide mais puissante, claire et précise, voilà les qualificatifs qui me viennent à l'esprit lorsque j'entends ses vocalises assurément fantastiques...
Terminons enfin par le cas Blackmore, que dire sinon qu'il est sans nul doute le plus grand de tous ?
Les rifts obsédants du Dieu Ritchie vous donnent en effet la chair de poule. Je passe et repasse son solo hallucinogène de Stargazer sans jamais me lasser depuis plus de trente ans, c'est dire...
Lui seul sait jouer ce type d'accords lancinants à la limite du possible afin de nous faire défaillir de plaisir, bouleversant !
Pourquoi donc a t-il soudainement décidé de nous laisser tomber pour filer en charmante compagnie jouer de la musique médiévale ?
L'amour est aveugle dit-on, je dirais qu'il est sourd dans ce cas précis...
Mais revenons à l'album en question, les trop peu nombreux morceaux sont tous d'une grande qualité même si certains sont tout bonnement exceptionnels.
Une touche discrète mais néanmoins présente d'instrumentation classique distillée par un orchestre philharmonique réussit même à sublimer certains titres qui deviennent alors géniaux pour ne pas dire littéralement envoûtants, le contact de John Lord au sein de Deep purple a laissé son empreinte lorsqu'il s'agit de marier des genres musicaux que l'on a tendance à croire incompatibles...
"Rising " est à mon avis le meilleur album de Rainbow, dommage qu'il soit tellement court, bon nombre d'enregistrements de l'époque flirtaient malheureusement avec la demi-heure ce qui peut à présent paraître peu...
Bref, j'ai beau chercher depuis des lustres un groupe capable de les remplacer, cela se révèle malheureusement impossible, dommage que de semblables formations musicalement parfaites décident un jour de se séparer car la nostalgie m'envahi à chaque fois que je fais tourner inlassablement leurs chefs d'aeuvres sur ma platine...

Fg0-10
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 décembre 2013
CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1976 N° 114 Page 109
2° Album 1976 33T Réf : Oyster 0Y 1-1601 us ou Polydor 2391224
Portrait du super soliste en grand inquisiteur : conscient d'avoir particulièrement raté son premier album-solo à cause du manque d'énergie du groupe qui l'accompagnait alors, Ritchie Blackmore procède à une épuration. Il ne garde auprès de lui que Ronnie James Dio, le chanteur/parolier. Il engage de bons musiciens, dont une super-star de la batterie, ce Cozy Powell que Jeff Beck loue à cor et à cri dans toutes ses interviews.
Résultat : un bon disque réussi. Pour la batterie seule, il mériterait qu'on lui prête oreille. Dans l'ensemble, les morceaux sont plus que proches de ce format qui fit la gloire de Deep Purple, ce qui n'est pas une insulte, loin de là. Il y a du moog à gogo, et le groupe est hypnotique comme une horde de bulldozers qui descendrait les Champs Élysées en broyant les milliers de touristes japonais qui font du lèche-vitrine sous leurs chenilles.
Super-cool, en fait, sans compter que Ritchie gratte toujours aussi bien. Il s'impose en stéréo-color, allant jusqu'à réfuter lui-même tous ces gags de vieux pro qu'il avait fini par servir aux audiences des Deep en un brouet saumâtre. le premier morceau est un boogie, le second aussi, le troisième est un boogie et le quatrième également. Ce qui signifie qu'à la fin de la première face vous êtes tout là-haut, sur l'Arc de Triomphe, avec votre thermos, vos sandwiches emballés dans du papier aluminium et votre petite amie et que tout les bulldozers vous passent entre les jambes.
La face deux est beaucoup plus ambitieuse. Ils ont construit un long hard-rock "Stargazer" que sous-tendent des milliers de violons à travers lesquels on reconnaîtra non pas un synthétiseur, mais bel et bien le Munich Philarmonic Orchestra. C'est fou ce qu'on peut faire avec un grand orchestre ! Mais le grave, c'est que l'ambitieuse oeuvre est réussie ! Ça sonne super ! Le solo de Blackmore, soutenu par Powell et les Walkyries, va rester dans les annales ! Ne vous refusez pas cet album, surtout si vous aimez les guitares héroïques et trop rapides pour relever des possibilités humaines. Et puis il y a ce grand orchestre ! Tenez, Jon Lord va en faire une jaunisse, ou un concerto (fasse le ciel que ce soit une jaunisse).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2004
la premiere fois que j'ai entendu cette album j'ai pris une sacre claque et j'ai du le reecouter plus de 1000 fois ! j'en venais meme a me demander si il y avait pas un message subliminale qui me forcait a le reecouter sans cesse au point d'en etre drogué ! tous les titres sont enormes et dio ,ritchie ect ... sont pour moi des genies de ce style de musique ! tous les fans de hard rock et les autres ne passez pas a cote d'un tel plaisir pour les oreilles !
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2012
Beaucoup a été dit sur cet album . . considéré comme l'un des meilleurs du Hard-Rock, de "tous les temps" (soit depuis 45 ans), cet album en ayant, quant à lui, pas loin de 35.
Tout y est parfait, depuis la pochette (combien de fans de hard portaient ce tee-shirt au début des années 80 ?) à l'intro aux claviers -puis au riff purple-ien- de "Tarot Woman"(doit-on rappeler que Richie Blackmore, le guitariste de Rainbow, officiait auparavant dans Depp Purple, et que le chanteur n'est autre que RJ Dio (snif), sans compter Cozy Powell à la batterie ?) aux solos mélodico-blackmorien, dont le bougre avait le secret, de "A Light In The Black", en passant par le magnifique, et très Kashmir-Like "Stargazer", au super péchu, et devenu un classique de Rainbow en concert, "Lady Starstruck".
Lorsque tout cela s'arrête, on est heureux d'une telle qualité, d'un tel feeling (les deux sont liés, ce qui différencie les groupes de Blackmore à Malmsteen, par exemple), mais en même temps presqu'un peu déçu que cela se termine si vite . . . 34 mn c'est rapide, d'autant que tout cela s'enchaine avec une telle fluidité, sans aucun temps mort.
On en voudrait plus. C'est un signe qui ne trompe pas, c'est le signe des meilleurs.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 avril 2009
D'accord avec les commentaires précédents.
Il s'agit incontestablement d'un classique du rock à avoir dans sa discothèque.
Ce qui est drôle c'est que je l'ai acheté à sa sortie et qu'à l'époque, dans le magazine "Best", ils écrivaient (je cite de mémoire) : "des albums comme ça, Messieurs les hard rockers, 1976 en a vu passer beaucoup, alors un de plus un de moins..."
Eh oui Rainbow ne faisait pas du tout l'unanimité, au contraire, on trouvait ça pompeux, lourd !
Etonnant non ? A moins que la personnalité pour le moins hum "difficile" de Blackmore y ait été pour quelque chose ?
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)