Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Reconnaître et conserver les photographies anciennes [Broché]

Bertrand Lavédrine , Jean-Paul Gandolfo , Sybille Monod , Michel Frizot


Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.


Il y a une édition plus récente de cet article:
(re)Connaître et conserver les photographies anciennes (re)Connaître et conserver les photographies anciennes 4.0 étoiles sur 5 (1)
EUR 32,00
En stock.

Description de l'ouvrage

13 avril 2007 Orientations et méthodes (Livre 10)
Au cours de ces dernières décennies, l'intérêt pour la photographie ancienne n'a fait que s'accroître auprès d'un public très divers : collectionneurs, conservateurs, archivistes mais également amateurs soucieux de conserver au mieux de précieux témoignages familiaux ou régionaux aux travers de quelques images. Souci de préservation d'autant plus justifié pour la photographie qu'elle est sans doute l'un des biens culturels les plus populaires et les plus répandus dans notre société.

Connaître et reconnaître les photographies, savoir comment les manipuler, les ranger est l'objectif de ce guide, car malgré une histoire relativement courte, ces 150 dernières années ont vu naître une multitude de procédés photographiques ayant chacun leur spécificité et réclamant des soins adaptés. Cet ouvrage porte à la connaissance du public les évolutions les plus récentes dans ce domaine avec un souci de clarté, de concision et de simplicité.

Leur ouvrage "A Guide to the Preventive Conservation of Photographs Collections" publié par le Getty Trust a obtenu une mention spéciale aux Kraszna-Krauz Photography Book Awards.

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de la préface de Michel Frizot Directeur de recherche au CNRS :

Pour les distinctions du regard

Les photographies sont des objets gui avant tout se regardent. On aimerait pouvoir dire qu'on les apprécie mieux encore en les touchant, mais le conservateur s'y opposerait farouchement, et il aurait raison. Ceci dit, rien n'est plus propice à l'acuité du regard qu'une photographie. Déjà, lors de l'invention du daguerréotype en 1839, on s'ébahissait de ce que des détails, même superflus, se laissent voir à l'aide d'une loupe. Il est dans le principe même de la photographie d'enregistrer ces riens minuscules que le photographe n'aura pas remarqués, et qui traverseront les siècles à son insu, conférant ainsi à l'image une qualité documentaire inégalable. Et l'on trouve toujours intérêt à revenir sur ce que l'on n'a pas encore assez regardé, pourvu que les détériorations de l'objet n'y fassent obstacle. Les photographies sont des surfaces, et d'abord des supports à peine recouverts d'une couche ultramince, ou seulement imprégnés d'une substance photosensible. Et l'état de surface d'une image est primordial pour l'exercice du regard. La brillance, la réflexion lumineuse, la tonalité nous renseignent, avec d'autres indices, sur la technique et l'ancienneté, sur l'usure du temps. Un même procédé présente des variations infinies en raison de la chimie locale et du tour de main individuel.
Et puis, on ne le redira jamais assez, la pho­tographie c'est par-dessus tout le négatif, image première, produit direct de l'action de la lumière pour la plupart des procédures photographiques. Le matériau, le support, les composants paraissaient transitoires (un état d'attente du tirage) et n'étaient pas prévus pour durer deux siècles. Et pourtant, c'est le négatif qui contient le plus d'informations, et d'autres fois, c'est tout ce qui nous reste d'une prise de vue.

Biographie de l'auteur

Bertrand Lavédrine est professeur, spécialiste de la recherche en conversation-restauration du patrimoine photographique, directeur du Centre de recherches sur la conversation des documents graphiques (CNRS). Jean-Paul Gandolfo est professeur à l'Ecole nationale supérieure Louis Lumière. Sibylle Monod, professeur de lettres, est responsable de la valorisation de la recherche et des publications au Centre de recherches sur la conversation des documents graphiques.

Détails sur le produit


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Commentaires en ligne 

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?