EUR 4,38
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par dodax-online-fr.
Quantité :1
EUR 4,38 + EUR 2,49 Livraison
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 4,37
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : moviemars-amerique
Ajouter au panier
EUR 4,42
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : nagiry
Ajouter au panier
EUR 4,59
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : zoreno-france
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon

Remain in light

4.6 étoiles sur 5 16 commentaires client

43 neufs à partir de EUR 3,64 21 d'occasion à partir de EUR 3,03

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Talking Heads


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Remain in light
  • +
  • Fear of music
  • +
  • Talking Heads: 77
Prix total: EUR 19,38
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (5 janvier 1998)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Sire
  • ASIN : B000002KO3
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5 16 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.603 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

Liste des titres

Disque : 1

  1. Listening wind
  2. Seen and not seen
  3. Houses in motion
  4. Once in a lifetime
  5. The great curve
  6. Crosseyed and painless
  7. Born under punches

Descriptions du produit

Descriptions du produit

REMAIN IN LIGHT

Amazon.fr

Grand disque post-moderne! C'est ce qu'on dit souvent des albums qui rendent caduque la modernité d'avant. Remain In Light est avant tout le résultat des efforts conjugués du chanteur David Byrne et du producteur anglais Brian Eno. Grand expérimentateur, ce dernier utilise un peu les Talking Heads comme des cobayes. Encouragé par le succès critique du morceau africanisant "I Zimbra" sur l'album précédent, Fear Of Music, il pousse le groupe à improviser dans cette direction. L'essentiel du travail de mise en forme se fait au mixage ou avec l'aide de musiciens extérieurs : Adrian Belew en néo-Hendrix punk- funk, Nona Hendryx en choriste de luxe, l'aventureux Jon Hassell aux arrangements de cuivres. Composition, basse, claviers, voix, percussions : les attributions d'Eno dépassent de loin celles d'un producteur. Il entraîne avec lui les Talking Heads dans une nouvelle contrée musicale où se mêlent le funk, la musique modale, des éléments ethniques, la bizarrerie toute new-yorkaise du groupe. Et l'exploration est un succès. Des morceaux comme "Born Under Punches (The Heat Goes On)" et "Once In A Lifetime" sont devenus des classiques du funk blanc moderne. -- Hubert Deshouse


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Par CyrilKiri TOP 1000 COMMENTATEURS le 14 mai 2009
Format: CD
Quand l'album précédent (l'incroyable "Fear of Music" et sa pochette noire en relief imitant le sol métallique de quelque bâtiment industriel) n'avait fait qu'effleurer la carte de territoires africains, "Remain in Light" s'engage franchement dans le chaos inquiétant de la brousse du continent noir, vue à travers les lunettes déformantes à infra-rouges des quatre New-Yorkais intellos, qui défricheront alors, avec la contribution du visionnaire Brian Eno, de nouvelles voies explorées quasiment au même moment par ce dernier mais aussi Peter Gabriel ou encore David Bowie ("PG 3", "Lodger"), un patchwork étrangement monochrome, tissé par de superbes musiciens soufflant le chaud et le froid au gré de morceaux rythmés et comme en transe et d'autres plus lents ou carrément énigmatiques.
Une drôle de mixture en vérité, une musique nouvelle qui n'a pas peur du choc des civilisations et qui continue encore aujourd'hui à inspirer de nombreuses formations qu'il serait trop long d'énumérer !
Remarque sur ce commentaire 10 sur 10 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Cet album enregistré en 1980 n'a pas vieilli; il ne fait au contraire que rajeunir avec les années. Il s'agit d'un mélange entre de la new wave aux sonorités arty typiquement new-yorkaises et des influences de la musique africaine apportées par Eno. On sort cependant ici de tous les clichés que l'on peut avoir sur la world music. L'apport des musiques du monde n'a pas ici pour usage d'évoquer le voyage, la savane ou le lait de chèvre, mais tout simplement d'explorer des sonorités exotiques pour les revisiter et les intégrer à un ensemble expérimental. Pour être clair, la musique africaine est aux Talking Heads ce que l'art africain est chez Picasso: un point de repère, un tremplin propice à l'expérimentation et à l'innovation. Talking Heads et Eno inventent ici la musique du futur: élégante, ambitieuse et métissée. Enfin pou ceux qui pourraient penser que cette musique est difficile d'accès ou prétentieuse, je n'ai qu'une chose à dire: ça ferait danser un mort!
Remarque sur ce commentaire 21 sur 23 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Alexis Bidault TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 16 août 2012
Format: CD
Aussi brillant soit-il, le passé des Talking Heads ne peut guère préparer au choc esthétique de Remain in Light.

Sans round d'observation, les premières secondes exubérantes de Born Under Punches plongent l'auditeur dans la transe, l'entrainent dans la danse. Nous sommes bien loin du minimalisme post-punk sec et nerveux de leur premier album 77.

Enregistré aux Bahamas avec la complicité de Brian Eno et de nombre d'invités prestigieux, Remain in light prend aussi ses distances avec la noirceur de Fear Of Music. Les maitres mots sont désormais luxuriance, richesse, polyrythmie. Les guitares, les percussions, les arrangements de claviers, les chœurs fusent dans tous les sens, se superposent, se répondent. Cette profusion de sons et d'inventions, qu'on pourrait imaginer un peu écœurante ou brouillonne est parfaitement organisée et parle au cerveau autant qu'aux jambes.
Les chansons déboussolées perdent un peu les pédales et s'éloignent avec méfiance de la musique pop traditionnelle : beaucoup de 'couplets' sont parlés plutôt que chantés, les 'refrains' sont repris par des voix chorales, les différentes parties s'imbriquent, liées par de longs interludes instrumentaux féconds.

David Byrne et des comparses réussissent l'exploit d'incorporer à leur musique, issue à l'origine des vestiges du punk, des influences exotiques sans jamais que la démarche ne semble artificielle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par STEFAN COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 11 avril 2015
Format: CD Achat vérifié
Remain in Light, c'est le chef d'aeuvre des Talking Heads, un album où la formation new yorkaise largue les amarres, se laisse aller à expérimenter comme il le veut, à progresser au-delà de tout ce qu'on pouvait imaginer.
Bon, tout avait commencé avec le transitoire Fear of music 1 an plus tôt mais c'est bien ici que tout prend magnifiquement forme. Alors, qu'Est-ce qui fait que la chrysalide accouche d'un si beau papillon ? L'assurance grandissante d'une formation qui, à expérimenter, reprend chaque fois goût à son art ? Probablement. La reconduite d'une équipe qui, se connaissant mieux, se laisse d'autant plus facilement aller à sortir de sa supposée zone de confort ? Sûrement. La qualité du songwriting d'un David Byrne progressant à pas de géant ? Forcément.
L'assurance d'abord parce qu'en 1980 les Talking Heads sont des instrumentistes de plus en plus accomplis dont les convictions prospectives furent grandement renforcées par la série de succès consécutifs que connaît leur carrière. L'équipe ensuite, parce qu'avec la participation, pour la 3ème fois !, d'un Brian Eno qui a su amener dans sa valise quelques excellents collègues (dont le précieux Adrian Belew alors dans un King Crimson tout récemment reformé, la fois précédente, c'était Fripp qui s'y était collé). Et les chansons, bien sûr, ha ! les chansons !
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?