undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Commencez à lire Retour à Reims : Une théorie du sujet sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible
 

Retour à Reims : Une théorie du sujet (Histoire de la Pensée) [Format Kindle]

Didier Eribon
4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)

Prix Kindle : EUR 8,49 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Le prix Kindle a été fixé par l'éditeur

App de lecture Kindle gratuite Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle EUR 8,49  
Broché EUR 18,30  
Poche EUR 8,20  
Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !





Les clients ayant acheté cet article ont également acheté

Cette fonction d'achat continuera à charger les articles. Pour naviguer hors de ce carrousel, veuillez utiliser votre touche de raccourci d'en-tête pour naviguer vers l'en-tête précédente ou suivante.

Descriptions du produit

Extrait

Longtemps, ce ne fut pour moi qu'un nom. Mes parents s'étaient installés dans ce village à une époque où je n'allais plus les voir. De temps à autre, au cours de mes voyages à l'étranger, je leur envoyais une carte postale, ultime effort pour maintenir un lien que je souhaitais le plus ténu possible. En écrivant l'adresse, je me demandais à quoi ressemblait l'endroit où ils habitaient. Je ne poussais jamais plus loin la curiosité. Lorsque je lui parlais au téléphone, une fois ou deux par trimestre, souvent moins, ma mère me demandait : «Quand viens-tu nous voir ?» J'éludais, prétextant que j'étais très occupé, et lui promettais de venir bientôt. Mais je n'en avais pas l'intention. J'avais fui ma famille et n'éprouvais aucune envie de la retrouver.
Je n'ai donc connu Muizon que tout récemment. C'était conforme à l'idée que j'en avais conçu : un exemple caricatural de «rurbanisation», un de ces espaces semi-urbains en plein milieu des champs, dont on ne sait plus très bien s'ils appartiennent encore à la campagne ou s'ils sont devenus, au fil des ans, ce qu'il convient d'appeler une banlieue. Au début des années 1950, ai-je appris depuis lors, le nombre d'habitants ne dépassait pas la cinquantaine, regroupés autour d'une église dont certains éléments subsistent du XIIe siècle, malgré les guerres qui dévastèrent, par vagues toujours recommencées, le nord-est de la France, cette région au «statut particulier», selon les mots de Claude Simon, où les noms de villes et de villages semblent synonymes de «batailles» et de «camps retranchés», de «sourdes canonnades» et de «vastes cimetières». Aujourd'hui, ils sont plus de deux mille à y vivre, entre, d'un côté, la Route du Champagne qui commence à sinuer non loin de là dans un paysage de coteaux couverts de vignes et, de l'autre, une zone industrielle plutôt sinistre, dans les faubourgs de Reims, que l'on rejoint après 15 ou 20 minutes de voiture. Des rues ont été créées, le long desquelles s'alignent des maisons semblables les unes aux autres et accolées deux par deux. Ce sont, pour la plupart, des logements sociaux : leurs locataires ne sont pas des gens riches, loin s'en faut. Pendant près de vingt ans, mes parents vécurent là sans que je me décide à faire le déplacement. Je ne vins dans cette bourgade - comment désigner un tel endroit ? - et dans leur maisonnette qu'après que mon père l'eut quittée pour être installé par ma mère dans une clinique accueillant des personnes frappées par la maladie d'Alzheimer, d'où il n'allait plus sortir. Elle avait retardé ce moment le plus longtemps possible, mais, épuisée et effrayée par ses soudains accès de violence - un jour, il avait pris un couteau de cuisine et s'était précipité sur elle -, elle avait fini par se rendre à l'évidence : il n'y avait pas d'autre solution.

Revue de presse

Retour à Reims aurait pu être un récit. Il en a souvent l'allure, et l'attrait. Fils d'ouvrier, ayant rompu avec sa famille, sa ville natale et son milieu, pour devenir un intellectuel renommé, Didier Eribon peut se rendre à nouveau chez ses parents - il n'a même jamais vu leur maison - dès l'instant où son père, atteint de la maladie d'Alzheimer, doit être placé dans une clinique...*
C'est que «l'émotion inattendue» suscitée en lui par la disparition d'un père longtemps détesté a enclenché un travail de mémoire et de réflexion tout aussi imprévu. «Il m'avait engendré, je portais son nom et, pour le reste, il ne comptait pas pour moi», dit-il de cet homme à qui sa mère vouait «un mélange de dégoût et de haine» depuis leur mariage en 1950, sans pour autant le quitter ni l'abandonner dans ses derniers instants. N'était-il pas «violent et stupide», ne s'était-il pas comporté en «tyran domestique» ? Raciste, homophobe, il fut le «contre-repère» parfait dans l'apprentissage de son fils. Ils ne se sont jamais parlé. Didier Eribon aurait eu bien des questions à lui poser, mais il ajoute : «Ne serait-ce que pour écrire le présent livre». Nulle introspection psychologique dans cette entreprise, aucun attendrissement, pas de tentation autofictive...
Et, à défaut d'aimer le défunt, il va tenter de lui rendre justice, en montrant comment «la violence sociale» aura été à l'oeuvre jusque dans leur relation manquée. (Claire Devarrieux - Libération du 15 octobre 2009 )

Fresque sociale et familiale, «Retour à Reims» est une autoanalyse poussée à l'extrême, qui décrit et objective la trajectoire du bon élève d'origine populaire, forcé à une «rééducation quasi complète» de lui-même pour entrer dans un autre monde, fasciné par la découverte de la littérature et du marxisme, qui donc en veut à ses parents à la fois de ne pas être cultivés et de ne pas correspondre au prolétaire idéal. Celle aussi du jeune gay tenu de cacher ses désirs dans un milieu aux valeurs traditionnellement viriles et dans une ville de province où l'insulte à l'égard des homos est la règle : «Je suis un fils de l'injure. Un fils de la honte.»...
Difficile de rendre compte de toute la réflexion et de toute l'émotion que suscite la lecture du livre, parcouru par les vibrations de révolte d'une mémoire humiliée, par une sorte particulière de mélancolie, analysée dans une très belle page, celle de l'être arraché à son premier monde. Intellectuel critique dans la lignée de Bourdieu, Eribon offre ici un exemple magnifique de la vie éclaircie - affranchie du même coup - par des outils théoriques, dans une démarche d'écriture qui lie étroitement l'intime, le social et le politique... (Annie Ernaux - Le Nouvel Observateur du 22 octobre 2009 )

Il avait déjà revendiqué son homosexualité. Mais il cachait un autre secret bien moins avouable : il est né pauvre ! Avec ses livres pointus sur Foucault ou Lévi-Strauss, son séminaire so chic de littérature à Berkeley et sa coiffure d'étudiant sage, on aurait pourtant juré que Didier Eribon sortait de l'une de ces familles bourgeoises qui réservent une place pour leur rejeton à Henri-IV dès leur naissance...
Nul misérabilisme dans le récit d'Eribon, qui, sociologue de sa propre autobiographie, penche plus du côté de Bourdieu que de Dickens...
Car c'est à la gauche que ce roman familial des origines réserve ses coups les plus rudes. Au prix de quelle trahison, tempête Eribon, les socialistes ont-ils pu laisser ses parents et ses frères passer directement des bras de Staline aux régiments de Le Pen ? En pensant trop aux bobos et pas assez aux prolos, analyse-t-il. En oubliant que les classes sociales, ce bon vieux truc marxiste, existent toujours. En ce sens, ce Retour à Reims sonne comme une cinglante réponse au Congrès de Reims. (Jérôme Dupuis - L'Express du 29 octobre 2009 )

Retour à Reims raconte l'histoire de vies qui se sont croisées sans vraiment s'être rencontrées. D'un côté, l'ascension sociale du fils d'ouvrier devenu journaliste, son amitié avec Bourdieu et Foucault, et le passage à l'écriture, d'abord sous forme d'entretiens avec le philologue Georges Dumézil ou l'anthropologue Claude Lévi-Strauss, puis d'essais où il analyse la subjectivité homosexuelle. De l'autre, le parcours de ses parents : autrefois communistes convaincus, ceux-ci ont peu à peu été gagnés par le vote Front national, que sa mère lui avoue avec réticence ; se sentant abandonnés par la gauche, montre-t-il, ces "gens d'en bas" ont dès lors mené une "guerre de classes" non plus pour défendre une identité de groupe, mais simplement pour adresser un coup de semonce à ceux "d'en haut". Je pensais, constate Didier Eribon, "qu'on pouvait vivre sa vie à l'écart de sa famille et s'inventer soi-même en tournant le dos à son passé et à ceux qui l'avait peuplé" : ce très beau récit, où l'auteur liquide un temps révolu tout en rendant un discret hommage à ceux dont il avait voulu se détourner, montre qu'un tel choix n'est jamais tout à fait définitif. Peut-être n'y a-t-il pas de véritable retour possible, mais du moins s'attache-t-on "à se réconcilier avec soi-même et avec le monde que l'on a quitté". (Jean-Louis Jeannelle - Le Monde du 30 octobre 2009 )

Ce beau récit tendu mêle la réflexion intellectuelle sur l'identité et l'histoire singulière et intime. On sent, derrière chaque anecdote, le poids de la résistance, le besoin de dire enfin qu'«on éprouve dans sa chair l'appartenance de classe lorsqu'on est enfant d'ouvrier», mais également l'envie d'échapper à son destin pour se griser de liberté. A l'autobiographie, le philosophe Didier Eribon a préféré une autre forme littéraire - qui rappelle celle d'Annie Ernaux, souvent citée. (Christine Ferniot - Télérama du 11 novembre 2009 )

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 454 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 247 pages
  • Editeur : Fayard (30 septembre 2009)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Français
  • ASIN: B005OPAV00
  • Word Wise: Non activé
  • Composition améliorée: Activé
  • Moyenne des commentaires client : 4.6 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (19 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°17.394 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles
20 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 bouleversant 6 février 2010
Par Loiseau
Format:Broché
Un livre écrit par un intellectuel, avec quelques références savantes que je n'ai pas toujours bien suivies. Surtout un livre plein d'émotions, de sincérité et de lucidité d'un auteur qui s'est arraché seul d'un milieu ouvrier qu'il a longtemps renié (trahi selon ses mots) et qu'il regarde maintenant en face après la mort de son père. Une auto-analyse doublée d'une analyse sociale vraiment touchante.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 "la violence du monde social" (dernière page) 2 juillet 2011
Par fawnes
Format:Poche
Comme plusieurs autres lecteurs, je me sens personnellement concerné et presque impliqué dans le récit de Didier Eribon: mêmes origines, parcours similaire, contradiction vécue au plus intime entre un fort sentiment d'appartenance de classe et volonté d'échapper à un destin déjà tracé. Avec aussi des différences importantes et des divergences politiques: la classe ouvrière que j'ai connue, en région parisienne, était plus diversifiée, plus politisée, et le racisme y était marginal. L'ouverture aux questions sociétales y était réelle, quoique limitée. Pourtant, je ne vois pas dans ce livre une quelconque caricature, mais le compte-rendu, sobre et précis, sur la base d'un exemple typique, des cadres sociaux dans lesquels une classe sociale se perçoit et perçoit le monde quand il n'est pas question pour elle de "rôle dirigeant" ou de valeur, mais simplement de se reconnaître et de se perpétuer en maintenant ferme la conscience d'une division majeure entre "nous" et "eux". L'auteur montre avec pertinence en quoi la conscience de ce clivage n'est pas en soi porteur de valeurs progressistes et peut au contraire exposer à toutes les dérives populistes. Il nous laisse à penser l'articulation entre sa "conscience de classe" et l'éveil de sa "conscience homosexuelle". Les pages sur "l'injure" appellent réflexion, tout comme celles sur l'avenir de la gauche et sur l'importance fondamentale du langage dans la constitution du champ perceptif, même s'il y manque, me semble-t-il, une analyse du désir. Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un miraculé dyspeptique 10 avril 2014
Par Claude Lorrain TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche|Achat vérifié
Avec Retour à Reims, Didier Éribon, professeur de philosophie et de sociologie à l’université d’Amiens, et l'auteur d'une biographie de Michel Foucault fort appréciée, livre une autoanalyse aux premières pages absolument remarquables.

Se donnant pour un miraculé, le disciple de Pierre Bourdieu veut dire comment il est devenu ce qu’il était (un homosexuel) en rejetant ce qu’il aurait dû être (un prolétaire) :

« Je maudissais ma famille d’être ce qu’elle était. »

Entre mélancolie et jubilation, il y a du Annie Ernaux chez D. Éribon, qui évoque toutes ces années comme autant de Je me souviens. La cabane à lapins au fond du jardin, le club d’aviron, le Solex, l’urinoir près du théâtre…

Mais de longues considérations sur les raisons de la montée du Front national s’avèrent modérément convaincantes, et c’est un peu à regret que l’on découvre chez cet universitaire atypique une part d’exécration. En font les frais deux publications auxquelles il apporta longtemps son concours, Libération (« l’un des principaux vecteurs de la révolution conservatrice »), et Le Nouvel Obs, coupable de « dérive vers la pensée réactionnaire ».
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
27 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour tous les enfants d'ouvriers 2 mars 2010
L'évaluation d'un enfant
Format:Broché
J'ai fait connaissance avec Didier Eribon dans l'excellente émission "les Mots de minuit". J'ai tout de suite adoré, le mot n'est pas trop fort, sa tolérance, sa qualité d'écoute, son intelligence et son humilité. Ah, si tous les philosophes étaient comme lui, cette discipline n'aurait surement pas été la grande déception de ma scolarité.
Mon parcours a été semblable au sien : fille d'ouvrier dont au moins l'un des parents s'est "saigné" pour que sa progéniture ait accès à une vie meilleure. J'ai pleuré quand il évoque la cabane à lapins au fond du jardin pour améliorer l'ordinaire des menus du dimanche.
Le sentiment de honte est très prégnant chez Didier Eribon. Contrairement à lui, je me suis drapée dans la fierté de mes origines, immigrée et pauvre. Malheureusement, c'est lui qui bien involontairement je pense, a eu raison. Il a réussi son intégration dans un milieu intellectuel, peut-être grâce au réseau homosexuel. J'espère qu'une foule d'intellectuels issus de milieux très populaires entendront sa voix.
Il faut absolument lire Didier Eribon, pour retrouver un peu d'espoir.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 Magnifique
C'est certes parfois un peu savant. Mais c'est aussi beau, intelligent, instructif et émouvant. A mettre en toutes les mains.
Publié il y a 1 mois par PIERRE M B
5.0 étoiles sur 5 Parfait
je n'ai ni l'envie ni le temps de commenter chaque achat. Sans commentaires, tout va bien !
Bien cordialement
S.V
Publié il y a 3 mois par Vérité Stéphane
4.0 étoiles sur 5 Un auteur généreux
La sincérité et la minutie de sa "confession" m'ont frappé au plus haut point, même si ayant avec lui en commun le fait d'être homosexuel -mais... Lire la suite
Publié il y a 11 mois par Miguel Labarca
5.0 étoiles sur 5 Remarquable
En apparence simple, ce livre fait sentir ce qu'est l'exclusion ... qui ne dit bien souvent pas son nom. Et qui ne se repère pas à moins d'en être la cible. Lire la suite
Publié il y a 12 mois par Bob
1.0 étoiles sur 5 Pas bon Eribon
Tous ces sociologues d'état qui font leur coming out pour se faire de l'argent et une situation (ce dernier qui soutient Edouard Louis pour le boycottage de Gauchet) et en... Lire la suite
Publié il y a 12 mois par Laetitia Déranger
5.0 étoiles sur 5 Quel coup de poing!!!!
Une étude parfaite sur la difficulté d'être des classes sociales populaires et la tentation FN,de la trahison des gauches vers le néo-conservatisme . Lire la suite
Publié il y a 14 mois par BB Le Canard
5.0 étoiles sur 5 Un livre indispensable
La force du livre d'Eribon réside moins dans les passages "explicatifs" (celui sur le vote FN des ouvriers), que dans la réflexion sur le "retour impossible". Lire la suite
Publié il y a 21 mois par RickGrimes
5.0 étoiles sur 5 Livre que je recommande
Reçu rapidement comme d'habitude.
Livre que je recommande car l'auteur explique de façon magistrale les déterminismes sociaux ainsi que le mécanisme qui... Lire la suite
Publié le 29 juin 2013 par Nadine
5.0 étoiles sur 5 passionnant
je n'ai pas pu lâcher ce livre et pourtant il n'est pas toujours facile à lire.
L'analyse de l'auteur sur la difficile accession à une autre classe sociale m'a... Lire la suite
Publié le 18 mars 2013 par odgigi
5.0 étoiles sur 5 incontournable
Ouvrage alliant récit autobiographique d'initiation inversé et analyse sociologique de l'opportunité de l'ascension sociale. Lire la suite
Publié le 8 mai 2012 par ububulle
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique