undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles47
4,0 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 12 avril 2014
Quelle modernité, et quel style..., j'en suis bluffée !

Cette pièce de théâtre classique, qui s'inscrit dans le courant littéraire de l'absurde, est fluide et extrêmement facile à lire. Rhinocéros se divise en trois actes, ayant chacun des décors différents, et comporte pas mal de personnages, qui sont très faciles à mémoriser.

Tout débute lorsque, sur la place du village, un barrissement et deux rhinocéros déboulent et passent simultanément devant le regards des villageois, ébahis. D'où viennent-ils ? où vont-ils ? qui sont-ils ? Des questions qui font polémiques, et qui vont déclencher un énorme débat. Eugène Ionesco va prendre pour cible Hitler et sa façon de gouverner, pour en faire l'allégorie des rhinocéros.

Les personnages sont très variés, et horriblement attachants. Sur les questions énoncées précédemment, chacun avaient sa propre façon de penser et son avis. Ils ne se laissaient pas influencer, avaient un bon sens critique, mais étaient très butés.

Rhinocéros est également une pièce comique, où l'humour est au centre de toutes les discussions. Les dialogues semblent tellement paradoxales, distants, et étranges que ça en devient comique. De plus, les situations dans lesquelles les personnages se retrouvent ne peuvent qu'amplifier cette comédie.

Mais Eugène Ionesco sait faire la part des choses, et c'est avec une grande maîtrise qu'il arrive à combiner la comédie et le registre didactique.

Les rhinocéros n'ont pas été choisis par hasard. L'auteur a choisi des animaux fort, féroces et se déplaçant en troupe... une parfois allégorie des troupes nazis. Cette épidémie de rhinocérite qui augmente est en fait la dictature Hitlérienne grandissante. Un fort message est camouflé derrière ce style comique.

Loufoque, décalé mais néanmoins bien pensé et intelligemment écrit, j'ai pris un grand plaisir à lire Rhinocéros.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2012
Bonjour.

Ce livre a été lu par une ado dans le cadre scolaire.
Classe : Humanités ( 5ème - Belgique / 15 à 16 ans )

Ce livre a été nettement mieux apprécié que "Le tartuffe", également lu.
La lecture était assez aisée.
La compréhension était présente.
Ce n'est pas forcément le genre de lecture que ma fille et ses copains de classe auraient choisi, mais dans l'ensemble, le livre a été bien accueilli.

Pour preuve, de bons résultats à l'interro.

Très bonne lecture à vous :-)
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2012
Lu et interprété en 1ère (il y a bien longtemps!), les commentaires me donnent envie de le relire!

Il s'agit d'une pièce absurde, d'abord légère puis profondément angoissante avant un final désespérant.

A l'époque, il avait fallu m'expliquer que les rhinocéros étaient une métaphore des dictatures du 20ème siècle. Il est sans aucun doute possible de relire ce chef d'oeuvre du théâtre en le plaçant dans notre contexte actuel. Quelle est notre attitude face à la tyrannie de la consommation à tout-va et de la dictature du "paraître"? Certains medias populaires ne véhiculent-ils pas un certain mode de pensée unique? Les dictatures tombées récemment ne laisseront-elles pas la place à d'autres dictatures?

Bref, un moment de lecture très très riche en perspective! Si nous réapprenions à penser par nous-même?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ça y est ! J'ai enfin reçu l'inspiration !
J'ai lu ce livre durant mes vacances mais en choisissant un moment de semi-autisme(avant le dodo-time) pour m'immerger dans ce climat particulier duquel je ne voulais pas être distraite par la légèreté de la réalité des plages etc.
Aujourd'hui je dis que c'est splendide !
Tous les étages de la société sont décrits, la ménagère, la vendeuse, le logicien, le vieux monsieur, bref ... et tous acceptent l'inacceptable !
J'avais bien compris la parabole de la résistance et le désir de ne pas vouloir suivre la multitude mais pourquoi le choix du rhinocéros ?
A présent j'ai tout compris et je dis c'est surtout pas autre chose ( la force, la difficulté d'y résister,la peur, la couleur des uniformes ...)
Le thème de la solitude de l homme lucide, la difficulté d'avoir raison seul. Le groupe protège mais est ce que la majorité fait obligatoirement la vérité ?
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Rhinocéros raconte l'histoire d'un homme du commun, qui se fait malmener par ses amis, qui le trouve mou, peu dynamique, sans envie. Puis survient l'impensable: Un, puis plusieurs rhinocéros débarquent en ville....a partir de cet évenement presque anodins va se dérouler une histoire a couper le souffle, ou le protagoniste revelera des qualités méconnues.
Ionesco maitre de l'absurde nous livre ici un très bon livre dont le message est simple: ne cédez pas a la rhinopharingite!
D'origine roumaine, il a connu le totalitarisme stalinien et se bat donc contre tous les totalitarismes. Les rhinocéros sont les gens qui y ont céder et ont été infectés.
Ce livre est donc une métphore filée d'une grande qualité, prenant, a condition d'aimer l'absurde bien sur.
Un grand classique
0Commentaire|31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ionesco publie en 1959 cette pièce de théâtre que d'aucuns rattachent au style "absurde" développé par l'auteur. Confondre le style et le fond qu'il révèle serait une grossière erreur.

Quel être humain peut décemment, raisonnablement, volontairement souhaiter devenir plus bête qu'il ne l'est ? Quel homme voudrait, sainement, devenir hideux ? Quel homme voudrait ne plus penser ? Réagir à l'instinct seulement, grégairement ? Comment l'absurde peut-il devenir idéal ? Un idéal racoleur, embrigadant des légions de citoyens ?

Pourtant, ce 20° siècle fut celui de la régression intellectuelle, de la barbarie, des totalitarismes, de la galvanisation et instrumentalisation des foules. Terrible réalité. Comment un homme sain, raisonnable, pensant, peut-il vouloir opter pour la bestialité, le refus du raisonnement, le confort de la foule, du groupe, la perte de son individualité, de sa personnalité ?

Ionesco parvient avec un rare talent à rendre compte de ce que l'homme, par l'exercice ou non de son droit de penser, droit inaliénable, pourtant car dicté par l'idéal de la Liberté, peut se bestialiser.

Béranger, dans cette pièce, le marginal, prend conscience progressivement que le refus de devenir une bête (le rhinocéros, qu'il soit unicornu ou bicornu, d'Afrique ou d'Asie : faux choix) participe de l'esprit de la Résistance :

"Contre tout le monde, je me défendrai ! Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu'au bout ! Je ne capitule pas !"
33 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2015
Selon Michel Vial, 1 l'évaluation est le rapport que l'on entretient avec la valeur. L'homme est porteurs de valeurs qu'il a reçu plus ou moins consciemment, qu'il convoque pour mesurer la valeur d'objets ou de produits, pour contrôler les procédures ( vérifier leur conformité) ou encore interroger (rendre intelligible) le sens de ses pratiques : s'interroger sur la valeur, rendre intelligible les pratiques au moyen de l'évaluation située.

Plus généralement, l'évaluation est un processus mental de l'agir humain. l'action est adossée à des processus d'évaluation qui sont tantôt des vérifications de la conformité de nos actes, tantôt de l'auto questionnement ( quand on s'interroge sur une décision, qu'on a besoin d'y penser pour rendre intelligible ce qui ne va pas de soi).

On trouve aussi des outils d'évaluation qui sont rattachés à des grandes classes de modèles d'évaluation

Si la démarche d'évaluation peut viser à mesurer, quantifier (usage de méthodes statistiques) et caractériser une situation, une entité, un résultat ou une performance, de nature complexe et donc a priori difficilement mesurable. Selon l'objet ciblé, la démarche d'évaluation fait appel à des méthodes ou outils très variés en fonction de leurs présupposés théoriques - et politiques - de leurs buts, de leurs techniques.
La notation, la valorisation et la certification sont des variantes de l'évaluation.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2013
Une pièce qui amène habilement réflexion sur l'histoire du XXème siècle, un apologue qui s'interroge sur le totalitarisme nazis. Ionesco décrit d'une manière grinçante et efficace la diffusion et l'expansion du régime. Une perle du théâtre de l'Absurde à lire absolument
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2013
"Rhinocéros" est une des pièces les plus sérieuses de Ionesco même si elle est toujours parsemée d'une étonnante fantaisie surréaliste et d'une explosive loufoquerie langagière.

Bérenger, le héros de "Tueur sans gages", est un employé un peu fade, un peu aboulique, un peu buveur, un peu angoissé, un peu marginal. Il se fâche avec son ami Jean puis assiste à un évènement extraordinaire qui rappelle l'univers kafkaïen: la transformation progressive mais inexorable des habitants de sa bourgade en rhinocéros. Seul Bérenger résiste à cette épidémie et tente, en vain, d'empêcher ses proches de perdre leur humanité.

Le nazisme n'est jamais évoqué dans le livre. On ne peut s'empêcher pourtant d'y voir l'oeuvre du totalitarisme.On assiste à une contamination des consciences, à une "animalisation" de masse. Rien n'arrête ce raz-de-marée, pas même la culture représentée par Mr Dudard, la logique que Ionesco tourne en dérision sous les traits du Logicien, ni même l'amour que Daisy porte à Bérenger. Chaque individu y succombe, entraîné par le tourbillon du conformisme et du mimétisme. Bérenger, terriblement angoissé à l'idée de perdre sa singularité, sa personnalité, demeurera donc le dernier homme.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2015
Après ce produit reçu dans un bon emballage et en parfait état la lecture a commencé.
J'ai été agréablement surpris dés le départ car ce livre ma vraiment étonné, qui aurait cru qu'une histoire avec une maladie qui transforme en rhinocéros pourrait être aussi attrayante !
Je dirais que la particularité de ce livre est son type d'écriture, la manière de procédé de Ionesco est différente des autres auteurs, il va semer la confusion par moment pour nous faire réfléchir...

Ce livre est aussi assez rapide, en effet : principalement pour les jeunes le nombre de pages du livre est un point majeur dans la lecture surtout si c'est pour leur école. Dans ce livre, les personnes ne font que parler avec des mots très court principalement ( ex: le patron : Pourquoi ?) oui aussi court ! D'où son thème de "théâtre".
Je ne raconterais pas l'histoire ici pour ne pas décevoir les amateurs de lecture qui n'aiment pas ça pour la plupart.
Je recommande ce livre qui est instructif dans le système de rédaction et qui est assez rapide à lire.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus