Richard Hell


Richard Hell : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-2 of 2
Titre Album  
30
30

Image de Richard Hell

Biographie

Beautiful punk

Richard Meyers naît le 2 octobre 1949 à Lexington dans le Kentucky où il grandit jusqu'à la mort de son père lorsqu'il a sept ans. Il est entre ensuite en pension à Wilmington, dans le Delaware, où il se lie d'amitié avec Tom Miller. A l'image de Patti Smith, qu'ils vont bientôt côtoyer, les deux garçons sont autant fascinés par le rock 'n' roll que par la poésie beat. Ils débarquent à New York à la fin des sixties et se rebaptisent Hell et Verlaine. Dès 1971, avec Billy Ficca, ils fondent les Neon Boys, puis Television en 1974. Hell quitte le groupe l'année suivante, avant ... Lire la suite

Beautiful punk

Richard Meyers naît le 2 octobre 1949 à Lexington dans le Kentucky où il grandit jusqu'à la mort de son père lorsqu'il a sept ans. Il est entre ensuite en pension à Wilmington, dans le Delaware, où il se lie d'amitié avec Tom Miller. A l'image de Patti Smith, qu'ils vont bientôt côtoyer, les deux garçons sont autant fascinés par le rock 'n' roll que par la poésie beat. Ils débarquent à New York à la fin des sixties et se rebaptisent Hell et Verlaine. Dès 1971, avec Billy Ficca, ils fondent les Neon Boys, puis Television en 1974. Hell quitte le groupe l'année suivante, avant même son premier enregistrement. Il forme immédiatement les Heartbreakers avec deux ex-New York Dolls, Johnny Thunders et Jerry Nolan, qu'il quitte eux aussi un an plus tard après avoir co-écrit le classique « Chinese Rocks ».
Archétype du « Beautiful Loser » chanté par Leonard Cohen, Hell, fondateur de deux des groupes les plus importants du punk, n'a toujours pas sorti de disque alors qu'en cette fin d'année 1976 le mouvement, qui lui doit beaucoup, est en pleine explosion ! Il a pourtant écrit et chanté avec ces deux formations l'hymne punk par excellence, « Blank Generation » (la génération vide, absente), qui sort enfin à l'automne 1977 sur l'album du même nom où il est accompagné par The Voidoids, groupe dont il est cette fois le leader incontesté.

Miné par des problèmes de drogue et finalement peu désireux de faire carrière dans la musique, Hell ne publiera qu'un seul autre album, Destiny Street, en 1982, avant de se consacrer à l'écriture de poèmes, d'essais et de romans (son premier, Go Now, a été traduit en français sous le titre L'œil du lézard).
A noter les apparitions de Richard Hell dans les deux films de Susan Seidelman : Smithereens (1982) et Recherche Susan désespérement (1986) où il campe le petit ami de Madonna.

Après la publication de disques live de la grande époque, R.I.P. en 84 (réédité sur le double CD Time) et Funhunt 1978-79 en 91 sur le label ROIR, Richard Hell est de la brève aventure Dim Stars en supergroupe avec Thurston Moore et Steve Shelley (Sonic Youth), ainsi que Don Fleming (Gumball), pour un unique album paru au printemps 1992.

Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta

Beautiful punk

Richard Meyers naît le 2 octobre 1949 à Lexington dans le Kentucky où il grandit jusqu'à la mort de son père lorsqu'il a sept ans. Il est entre ensuite en pension à Wilmington, dans le Delaware, où il se lie d'amitié avec Tom Miller. A l'image de Patti Smith, qu'ils vont bientôt côtoyer, les deux garçons sont autant fascinés par le rock 'n' roll que par la poésie beat. Ils débarquent à New York à la fin des sixties et se rebaptisent Hell et Verlaine. Dès 1971, avec Billy Ficca, ils fondent les Neon Boys, puis Television en 1974. Hell quitte le groupe l'année suivante, avant même son premier enregistrement. Il forme immédiatement les Heartbreakers avec deux ex-New York Dolls, Johnny Thunders et Jerry Nolan, qu'il quitte eux aussi un an plus tard après avoir co-écrit le classique « Chinese Rocks ».
Archétype du « Beautiful Loser » chanté par Leonard Cohen, Hell, fondateur de deux des groupes les plus importants du punk, n'a toujours pas sorti de disque alors qu'en cette fin d'année 1976 le mouvement, qui lui doit beaucoup, est en pleine explosion ! Il a pourtant écrit et chanté avec ces deux formations l'hymne punk par excellence, « Blank Generation » (la génération vide, absente), qui sort enfin à l'automne 1977 sur l'album du même nom où il est accompagné par The Voidoids, groupe dont il est cette fois le leader incontesté.

Miné par des problèmes de drogue et finalement peu désireux de faire carrière dans la musique, Hell ne publiera qu'un seul autre album, Destiny Street, en 1982, avant de se consacrer à l'écriture de poèmes, d'essais et de romans (son premier, Go Now, a été traduit en français sous le titre L'œil du lézard).
A noter les apparitions de Richard Hell dans les deux films de Susan Seidelman : Smithereens (1982) et Recherche Susan désespérement (1986) où il campe le petit ami de Madonna.

Après la publication de disques live de la grande époque, R.I.P. en 84 (réédité sur le double CD Time) et Funhunt 1978-79 en 91 sur le label ROIR, Richard Hell est de la brève aventure Dim Stars en supergroupe avec Thurston Moore et Steve Shelley (Sonic Youth), ainsi que Don Fleming (Gumball), pour un unique album paru au printemps 1992.

Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta

Beautiful punk

Richard Meyers naît le 2 octobre 1949 à Lexington dans le Kentucky où il grandit jusqu'à la mort de son père lorsqu'il a sept ans. Il est entre ensuite en pension à Wilmington, dans le Delaware, où il se lie d'amitié avec Tom Miller. A l'image de Patti Smith, qu'ils vont bientôt côtoyer, les deux garçons sont autant fascinés par le rock 'n' roll que par la poésie beat. Ils débarquent à New York à la fin des sixties et se rebaptisent Hell et Verlaine. Dès 1971, avec Billy Ficca, ils fondent les Neon Boys, puis Television en 1974. Hell quitte le groupe l'année suivante, avant même son premier enregistrement. Il forme immédiatement les Heartbreakers avec deux ex-New York Dolls, Johnny Thunders et Jerry Nolan, qu'il quitte eux aussi un an plus tard après avoir co-écrit le classique « Chinese Rocks ».
Archétype du « Beautiful Loser » chanté par Leonard Cohen, Hell, fondateur de deux des groupes les plus importants du punk, n'a toujours pas sorti de disque alors qu'en cette fin d'année 1976 le mouvement, qui lui doit beaucoup, est en pleine explosion ! Il a pourtant écrit et chanté avec ces deux formations l'hymne punk par excellence, « Blank Generation » (la génération vide, absente), qui sort enfin à l'automne 1977 sur l'album du même nom où il est accompagné par The Voidoids, groupe dont il est cette fois le leader incontesté.

Miné par des problèmes de drogue et finalement peu désireux de faire carrière dans la musique, Hell ne publiera qu'un seul autre album, Destiny Street, en 1982, avant de se consacrer à l'écriture de poèmes, d'essais et de romans (son premier, Go Now, a été traduit en français sous le titre L'œil du lézard).
A noter les apparitions de Richard Hell dans les deux films de Susan Seidelman : Smithereens (1982) et Recherche Susan désespérement (1986) où il campe le petit ami de Madonna.

Après la publication de disques live de la grande époque, R.I.P. en 84 (réédité sur le double CD Time) et Funhunt 1978-79 en 91 sur le label ROIR, Richard Hell est de la brève aventure Dim Stars en supergroupe avec Thurston Moore et Steve Shelley (Sonic Youth), ainsi que Don Fleming (Gumball), pour un unique album paru au printemps 1992.

Copyright 2014 Music Story Stan Cuesta


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page