Ajoutez à votre liste d'envies
Richard Strauss: Friedenstag (Day of Peace), Op. 81
 
Agrandissez cette image
 

Richard Strauss: Friedenstag (Day of Peace), Op. 81

3 mars 2003 | Format : MP3

EUR 9,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD
Titre
Durée
Popularité  
1
3:34
2
5:31
3
3:58
4
3:35
5
1:16
6
1:11
7
1:50
8
2:36
9
2:06
10
5:07
11
2:06
12
2:47
13
2:24
14
3:10
15
2:19
16
4:53
17
3:42
18
1:35
19
2:08
20
1:22
21
2:51
22
1:29
23
3:06
24
5:35
25
2:04
26
3:39

Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 5 octobre 1999
  • Date de sortie: 3 mars 2003
  • Label: Warner Classics
  • Copyright: 1900 Unknown at Data Take-on
  • Métadonnées requises par les maisons de disque: les métadonnées des fichiers musicaux contiennent un identifiant unique d’achat. En savoir plus.
  • Durée totale: 1:15:54
  • Genres:
  • ASIN: B00258WYTA
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)

Commentaires en ligne 

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pèire Cotó TOP 50 COMMENTATEURS on 8 avril 2012
Format: CD
Friedenstag (Jour de Paix) est un opéra créé en 1938, sur un argument développé par Stefan Zweig, mais avec un livret de Josef Gregor, puisque Zweig, en tant que juif, ne pouvait collaborer ouvertement à un opéra allemand. L'intention de Zweig était d'en faire une œuvre pacifiste, ce que Gregor n'a pas trahi : le personnage du Commandant, discipliné jusqu'au fanatisme, qui veut faire sauter la forteresse dont il a la garde plutôt que de la rendre à l'ennemi qui l'assiège, le tableau des misères de la Guerre de Trente Ans, sont bien de nature à rendre l'absurdité de la guerre. Pourtant le régime nazi a encouragé d'assez nombreuses représentations de Friedenstag tout au moins jusqu'en 1939-40 : l'obstination du commandant, image de ce que le Führer demanderait quelques années après à ses généraux en situation désespérée devant l'avance des Soviétiques ou des Américains, mais surtout la volonté du régime de se poser fallacieusement en défenseur de la paix, la fin heureuse et grandiose, avec l'annonce des Traités de Westphalie, en faisaient un opéra largement récupérable par l'idéologie nazie. De toute façon, le totalitarisme ne serait pas ce qu'il est s'il n'avait pas la capacité de manipuler d'abord les sentiments humains les plus authentiques.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Les images de produits des clients

Rechercher

Rechercher des articles similaires par rubrique