undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Ritournelle de la faim a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Ritournelle de la faim Poche – 9 avril 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,00
EUR 4,20 EUR 0,06

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Ritournelle de la faim + L'Africain + Désert
Prix pour les trois: EUR 21,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

«J'ai écrit cette histoire en mémoire d'une jeune fille qui fut malgré elle une héroïne à vingt ans.» J. M. G. Le Clézio.

Présentation de l'éditeur

" Ma mère, quand elle m'a raconté la première du Boléro, a dit son émotion, les cris, les bravos et les sifflets, le tumulte. Dans la même salle, quelque part, se trouvait un jeune homme qu'elle n'a jamais rencontré, Claude Lévi-Strauss. Comme lui, longtemps après, ma mère m'a confié que cette musique avait changé sa vie. Maintenant, je comprends pourquoi. Je sais ce que signifiait pour sa génération cette phrase répétée, serinée, imposée par le rythme et le crescendo. Le Boléro n'est pas une pièce musicale comme les autres. Il est une prophétie. Il raconte l'histoire d'une colère, d'une faim. Quand il s'achève dans la violence, le silence qui s'ensuit est terrible pour les survivants étourdis. J'ai écrit cette histoire en mémoire d'une jeune fille qui fut malgré elle une héroïne à vingt ans ".



Détails sur le produit

  • Poche: 224 pages
  • Editeur : Folio (9 avril 2010)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070417018
  • ISBN-13: 978-2070417018
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,9 x 1,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 48.386 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

J. M. G. Le Clézio est né à Nice le 13 avril 1940. Il est originaire d'une famille de Bretagne émigrée à l'île Maurice au XVIIe siècle. Il a poursuivi des études au collège littéraire universitaire de Nice et est docteur ès lettres. Malgré de nombreux voyages, J. M. G. Le Clézio n'a jamais cessé d'écrire depuis l'âge de sept ou huit ans : poèmes, contes, récits, nouvelles, dont aucun n'avait été publié avant "Le Procès-verbal", son premier roman paru en septembre 1963 et qui obtint le prix Renaudot. Influencée par ses origines familiales mêlées, par ses voyages et par son goût marqué pour les cultures amérindiennes, son œuvre compte une cinquantaine d'ouvrages. En 1980, il a reçu le grand prix Paul-Morand décerné par l'Académie française pour son roman "Désert". En 2008, l'Académie suédoise a attribué à J. M. G. Le Clézio le prix Nobel de littérature, célébrant "l'écrivain de la rupture, de l'aventure poétique et de l'extase sensuelle, l'explorateur d'une humanité au-delà et en dessous de la civilisation régnante".

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par CB VAR le 4 janvier 2009
Format: Broché
Livre offert à Noël à cause du bandeau "Prix Nobel". Mon 1er JMG Le Clézio et probablement mon dernier tant je me suis senti peu impliqué dans cette histoire de petite fille un peu perdue dans la "grande histoire".
Je me suis bien retrouvé dans les commentaires précédents et ne rajouterai pas grand-chose. L'auteur met en scène de nombreux personnages qui au final ne sont qu'évoqués (Xénia par exemple). Et puis le glissement progressif vers la déportation des juifs durant la seconde guerre : Le Clézio donne dans la facilité. A-t-il quelque chose de neuf à dire ?
Bref ce roman, pas long (200 pages) ne m'a pas procuré d'émotion et ne présente, à mon avis, aucun intérêt littéraire.
Le prochain livre prévu est le dernier "Gaudé". Un futur commentaire ?
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Barbier le 28 novembre 2008
Format: Broché
Je n'avais plus lu Le Clézio depuis Le chercheur d'or et mes quatorze ans. J'avais gardé l'image d'un écrivain à la plume cristalline, à la verve absolue, mais qui avait un facheux penchant pour la tranquillité. C'est à nouveau mon sentiment à la lecture de cette ritournelle. La plume est belle, certainement l'une des plus belles que j'aie pu lire. Mais l'histoire ne touche pas, n'émeut pas un instant. Le Clézio, pour moi, est avant tout un contemplatif. Il constate, il décrit avec minutie. Mais je n'ai pas ressenti véritablement la faim d'Ethel, je n'ai jamais compati.
Ne retirons pas tout intérêt à l'histoire toutefois, j'ai beaucoup aimé cette description de la France dont on ne parle pas, la France bourgeoise qui n'était ni véritablement d'un bord, ni de l'autre, qui a subi la guerre sans véritablement s'impliquer. J'ai aimé la description de cette fin de guerre et d'après-guerre. Et j'ai beaucoup aimé le chassé-croisé d'Ethel et de Xénia. Ethel, petite fille bourgeoise admirative de Xénia la princesse déchue, qui se mue en femme libre car ayant tout perdue, que jalouse la néo-duchesse Xenia.
Bilan: oui, mais bon...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
49 internautes sur 55 ont trouvé ce commentaire utile  Par JFE Fontainebleau le 3 novembre 2008
Format: Broché
Le prix Nobel à un écrivain français, cela me motivait à lire ce roman jusqu'à la dernière page. L'action se résume à peu prés cette phrase: « Et puis, tout d'un coup, elles sont devenues les meilleures amies du monde ». Ce « tout d'un coup » détonne au milieu de l'ambiance léthargique générale dans laquelle je me sentais m'enfoncer à mesure que je tournais les pages. Une histoire sans histoire, on vibre peu, ni rire, ni pleur, ni peur, un brin de nostalgie, et un sentiment d'ennui.
Il y a certes de jolis mots recherchés que l'on ne lit pas souvent. « ..ces adresses croisées, rue Vaugirard, pour elle, villa Solferino, pour lui. Elle mignardisait. » Mot absent du dictionnaire, se pourrait-il que l'académie de la langue française ait oublié le verbe « mignardiser » ?
Il y a aussi quelques belles phrases : « les grandes cocottes étaient des indigentes et les cocos-bel-œil de vieux cacochymes ». Ça sonne bien, la poésie des iles. Mais cela n'a pas suffit à me faire oublier l'ennui.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Christelle TOP 500 COMMENTATEURS le 6 août 2009
Format: Broché
J'ai été assez déçue par l'intrigue. L'auteur ressasse les thèmes de la guerre, des difficultés quotidiennes, sans construire de véritable histoire.
Je ne suis pas parvenue à être émue et me suis ennuyée. J'attendais mieux du prix nobel!
Certes et heureusement, le style est beau, poétique. Mais cela suffit-il à un écrivain pour être apprécié?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Galadriel VOIX VINE le 3 avril 2011
Format: Broché
Une lecture agréable, un style tout en douceur.
JMG Le Clézio nous conte l'histoire d'une petite fille puis d'une jeune-fille qui a le courage de survivre pendant la seconde guerre mondiale. Ni résistante, ni collabo... une figure assez peu rencontrée dans les roman qui traitent de cette époque.
Le coup de force de cette "ritournelle de la faim", qui à coup sûr devait torturer l'héroïne de ce roman, c'est de n'être quasiment pas évoquée, car au moment où elle devait le plus en souffrir elle est tournée vers les autres.
Cette petite jeune fille est entourée de quelques belles figures: l'oncle Soliman, le père (Alexandre) et Laurent, l'être aimé. Xénia, aussi, même si sa beauté et son charme existent surtout dans les yeux de son amie.
Et puis, avant la guerre et la ruine, la "maison mauve", paradis de l'enfance ou de l'adolescence.....
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michelle RIVALLAND TOP 1000 COMMENTATEURS le 16 février 2009
Format: Broché
C'est l'évocation du Boléro de RAVEL, dans les phrases de la quatrième de couverture - qui sont en fait les phrases de la conclusion du livre - qui a attiré mon attention et m'a donné l'envie de lire cette histoire. Quand j'étais enfant, l'écoute de cette musique à la radio, un jour que j'étais toute seule chez moi, m'avait fait vivre un moment angoissant. Cet air répétitif et lancinant qui se déroulait crescendo d'une façon interminable, avait fait peser sur mon esprit comme une menace. Et ce final explosif! Pourquoi n'avais-je pas eu l'idée d'appuyer sur le bouton d'arrêt du poste? Je l'ignore. Depuis ce temps, j'ai appris à aimer ce morceau extraordinaire.

C'est donc ce Boléro qui a hanté l'esprit de J.M. LE CLÉZIO lorsqu'il a écrit cette "Ritournelle de la faim". Choix très subtil, ce rapprochement! J'ai beaucoup adhéré à ce parallèle. En plus j'ai retrouvé dans ce récit de nombreuses images de mon enfance: la guerre, l'arrivée des camions américains...le pain blanc, le corned-beef... Eh oui, je suis une contemporaine de J.M. LE CLÉZIO, nous avons des souvenirs semblables!

J'ai savouré cette "ritournelle douloureuse", truffée de documents historiques, d'anecdotes sans doute authentiques. Les conversations de salon, par exemple, soigneusement notées, où les membres d'une grande famille et le cercle de leurs amis commentent la politique et les événements de l'époque, m'ont épatées. J.M. LE CLÉZIO était tout petit au temps dont il parle, il s'est donc merveilleusement bien renseigné. On s'y croirait!
Lire la suite ›
4 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?