Rose et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Rose a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock. Expédié sous 24h
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Rose Broché – 29 février 2012


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 6,90
EUR 2,90 EUR 0,01

Notre boutique Le Livre de Poche

Notre boutique Le Livre de Poche
Découvrez tous les livres de Poche dans notre boutique dédiée.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Rose + La Mémoire des murs + Moka
Prix pour les trois: EUR 19,60

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Mon bien-aimé

Je peux les entendre remonter notre rue. Un grondement étrange, menaçant. Des chocs et des coups. Le sol qui frémit sous mes pieds. Et les cris, aussi. Des voix d'hommes, fortes, excitées. Le hennissement des chevaux, le martèlement des sabots. La rumeur d'une bataille, comme en ce terrible mois de juillet si chaud où notre fille est née, cette heure sanglante où la ville s'est hérissée de barricades. L'odeur d'une bataille. Des nuages de poussière suffocants. Une fumée acre. Terre et gravats.
Je vous écris ces mots assise dans la cuisine vide. Les meubles ont été emballés la semaine dernière et expédiés à Tours chez Violette. Ils ont laissé la table, trop encombrante, ainsi que la lourde cuisinière en émail. Ils étaient pressés, et je n'ai pu souffrir ce spectacle. J'en ai haï chaque minute. La maison dépouillée de tous ses biens en un si court instant. Votre maison, celle dont vous pensiez qu'elle serait épargnée, ô, mon amour, n'ayez crainte, je ne partirai jamais.
Le matin, le soleil se faufile dans la cuisine, cela m'a toujours plu. Mais sans Mariette pour s'activer, le visage empourpré par la chaleur du poêle, sans Germaine pour grommeler tout en arrangeant les boucles échappées de son chignon serré, cette pièce est aujourd'hui bien lugubre. Avec un peu d'effort, je sentirais presque les bouffées du ragoût de Mariette tissant lentement leur appétissante résille dans la maison. Notre cuisine autrefois pleine de joie est triste et nue sans les casseroles et les marmites scintillantes, sans les herbes et les épices dans leurs petites bouteilles de verre, les légumes frais du marché, le pain chaud sur sa planche à découper.
Je me souviens du jour où la lettre est arrivée, l'an dernier. C'était un vendredi marin. Près de la fenêtre du salon, je lisais Le Petit Journal en buvant mon thé. J'apprécie cette heure paisible avant que ne commence la journée. Ce n'était point notre postier habituel. Celui-là, je ne l'avais jamais vu. Un grand bonhomme osseux, une casquette verte et plate recouvrant ses cheveux de lin. Sa blouse de coton bleu au col rouge semblait bien trop large pour lui. Je le vis porter une main leste à son couvre-chef et tendre le courrier à Germaine. Puis il disparut, et je l'entendis siffler doucement en poursuivant son chemin dans la rue.
Après une gorgée de thé, je suis revenue à mon journal. Ces derniers mois, l'Exposition universelle était sur toutes les lèvres. Sept mille étrangers déferlaient chaque jour sur les boulevards. Un tourbillon d'hôtes prestigieux : Alexandre II de Russie, Bismarck, le vice-roi d'Égypte. Quel triomphe pour notre empereur. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Revue de presse

Les secrets, les maisons, la famille et des personnages bien campés font la force des romans de Tatiana de Rosnay. On les redécouvre désormais les uns après les autres, depuis que le succès international de Elle s'appelait Sarah, en 2007, a propulsé celle qui avait été discrètement élevée, en 1992, avec L'appartement témoin, au rang d'auteur français le plus lu en Europe. (Karine Papillaud - Le Point du 31 mars 2011 ) --Ce texte fait référence à l'édition Broché .


Détails sur le produit

  • Broché: 264 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (29 février 2012)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 225316206X
  • ISBN-13: 978-2253162063
  • Dimensions du produit: 11,3 x 1,5 x 18,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (52 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 32.394 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Née en 1961, Tatiana de Rosnay est franco-anglaise. Elle est l'auteur de dix romans. Selon Bookseller, elle a été, en 2010, l'auteur français le plus vendu en Europe. Elle est aussi l'auteur français le plus lu aux Etats-Unis, où Elle s'appelait Sarah figure depuis plus de deux ans sur la liste des meilleures ventes. Les ventes mondiales de Elle s'appelait Sarah et de Boomerang s'élèvent aujourd'hui à plus de 5 millions d'exemplaires.Son dernier roman Rose (http://www.tatianaderosnay-rose.com/) est paru le 3 mars 2011 aux éditions Héloïse d'Ormesson.
Photo : © David Ignaszewski

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

21 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile  Par Guy Jacquemelle le 7 mars 2011
Format: Broché
Paris, sous le Second Empire. A deux pas de l'Eglise Saint-Germain des Près se situe la rue Childebert.

Rose Bazelet habite seule une vieille bâtisse, haute et carrée. Depuis plus de deux siècles, cette demeure est la fierté de sa belle famille. Rose en a fait la promesse à Armand, son défunt mari : jamais elle n'abandonnera cette maison.

Un jour, elle reçoit une longue enveloppe blanche cachetée d'un épais sceau rouge sang. Une lettre d'expropriation venant de la Préfecture de Paris : le tracé du boulevard St Germain, voulu par le baron Haussmann, passe par la Rue Childebert.

Magnifique récit que ce roman épistolaire de Tatiana de Rosnay. L'auteure de Boomerang nous entraine dans les ruelles, les jardins et sur les places d'un Paris aujourd'hui disparu, une époque où les parisiens prenaient le temps de vivre, croisaient des allumeurs de réverbères, ou des conducteurs de fiacres jouant des coudes avec les charrettes surchargées. Inoubliable moment aussi cette promenade piétonne sur la Seine gelée, prise par les glaces.

C'était également un siècle où le coeur pouvait s'arrêter sans crier gare et l'eau d'une fontaine provoquer un choléra foudroyant.

On y croise des personnages pittoresques et attachants : Alexandrine, la fleuriste qui apprend à Rose l'art des bouquets , monsieur Zamaretti, le libraire qui lui fait découvrir Flaubert, Baudelaire, Zola, ou Balzac, Gilbert un chiffonnier noir de saleté et de suie, mais au cœur généreux.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Laure COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 3 mars 2011
Format: Broché
1868 à Paris. Rose prend la plume pour écrire une longue lettre à son époux Armand, décédé dix ans auparavant. Elle se terre dans leur maison tant aimée de la rue Childebert, maison vouée à la destruction du fait des travaux d'embellissement de Paris par le baron Haussmann, préfet de la ville sous Napoléon III, qui a la folie des grandeurs et des grands boulevards. Les actes d'expropriation et les dédommagements financiers n'y changeront rien : Rose ne veut pas quitter sa maison.
Mais avant que les travaux de destruction ne commencent, elle doit se confier à Armand, lui confesser ce lourd secret qu'elle n'a pas eu la force de lui révéler de son vivant. Mais sa longue lettre est aussi l'occasion de revisiter leur bonheur, leur rencontre, la naissance de leurs enfants, la difficulté que Rose a à aimer de manière égale ses deux enfants, sa belle-mère Odette qui l'aime comme sa fille, les amis qui lui sont chers et qui l'ont soutenue à la mort d'Armand : Alexandrine, la fleuriste, M. Zamaretti le libraire, la comtesse de Vresse ; et de découvrir une page méconnue de l'histoire sur l'évolution de Paris.

Si j'avais des doutes sur ma capacité à apprécier un roman historique (ce n'est pas ma tasse de thé), j'ai vite oublié mes craintes pour me laisser emporter par ce roman à l'écart de la frénésie moderne, au charme légèrement suranné, où la lenteur de la plume conduit le rythme. Tatiana de Rosnay sait à merveille raconter une histoire et vous faire vivre avec ses personnages.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par clara le 3 mars 2011
Format: Broché
Paris, 1868. Rose Bazelet reçoit une lettre du préfet qui la bouleverse. Sa maison située sur le tracé du boulevard St Germain doit être détruite. Veuve depuis 10 ans, elle confie par écrit à son défunt époux Armand son combat quotidien pour garder leur demeure rue Childebert.

Et oui, il s'agit du nouveau livre de Tatiana de Rosnay et nul doute qu'on va en parler beaucoup. Alors, je vais essayer de ne pas en dire de trop...

Avec ce livre, l'auteure nous plonge dans Paris sous le Second Empire. Le Préfet Haussmann veut une ville neuve avec de grands boulevards. Un Paris propre doté d'assainissement des égoûts. Une révolution qui s'effectue avec la destruction entière de quartiers. La maison de Rose Bazelet doit être détruite. Une maison chargée de souvenirs et qui a une âme. Dans une écriture élégante et raffinée, Rose nous décrit ce Paris d'avant, son quartier et sa vie. Alexandrine, la fleuriste avec qui elle nouera une amitié très forte, Mr Zamaretti, le libraire qui lui fera découvrir Faubert, Baudelaire ou encore Zola. Gilbert, le chiffonnier qui l'aidera à rester cachée. On ressent tout l'amour, l'attachement de Rose pour cette demeure. Au fil des pages, sa personnalité s'affirme et la femme se dévoile. Roman épistolaire où l'on découvre également des lettres reçues par Rose, d'autres thèmes son abordés : l'amour, la solitude, les relations mère-fille et les non-dits. Car malgré les apparences d'un bonheur tranquille, il y a des points qui font mal et un secret inavoué à son mari.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?