undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles3
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:9,35 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 10 janvier 2011
CHRONIQUE DE JIMI FARES MAGAZINE ROCK EN STOCK MARS 1978 N° 11 Page 60
1° Album 1972 33T Réf : Polydor 2391 042 ou Polydor 5033 us
Pochette noire, super sobre, Buchanan est éclairé tout juste assez pour deviner que c'est lui qui tripote la guitare (toujours la même vieille Fender; je me demande qu'elle est la plus la plus vieille : la sienne ou celle de Rory Gallagher !!) Ce premier album, comme tous les premiers albums, est un peu la carte de visite : « voilà, je fais çi et çà, et si cela vous plaît, il y aura une autre fois » , c'est un peu çà : Roy a concentré tous les styles de musique et les différentes techniques du jeu de guitare s'y afférant comme une palette de peintre qui regorgerait de coloris et de nuances. Mais que ce soit sur un blues torride, une mélopée country western, une évocation du folklore cajun, ou sur un thème fortement teinté de gospel, la guitare de Roy est parfaitement identifiable, comme pour les albums à venir : le son y est déjà, et encore un fois c'est la preuve que les musiciens américains, à la très grande différence des musiciens français, ont un son qui les suit même s'ils changent de studio , d'ingénieur du son ou soit qu'ils jouent en public car le son est leur aeuvre et non pas celui d'un savant traficage, auquel d'ailleurs ne s'est livré Shelly Yakus, ingénieur du son que l'on retrouve à la console de gens comme Winter et autres merveilles du Sud. Si Buchanan se révèle à l'aise sur tous les styles, il n'en reste pas moins que très peu de guitariste peuvent lui en apprendre pour ce qui est du blues, qu' il joue vraiment comme si ....il est vraiment habité par lui, d'ailleurs c'est pas comme si.... Il est vraiment habité par lui....il transpire le blues à chaque note, à chaque soupir. L'ambiance est chaude sur des titres comme
« John's blues » et un titre comme « Sweet Dreams », super slow a du aidé plus d'un à emballer une demoiselle le samedi soir avec son orgue à la « White Shade of pale » sur lequel la guitare glisse mollement et tout d'un coup, sûrement au moment de plus forte tension , où les bras serrent un peu plus, les deux corps ne font qu'un, comme à hoqueter - c'est le truc de Roy- petite provocation supplémentaire, comme pour dire au mec « alors t'y vas ou t'y vas pas ? » Buchanan en steel guitar sur « I am a lonsesome Fugitive », un titre qui ne laisse aucune équivoque quant au style country and western du morceau, c'est pas triste non plus, quelques notes de la guitare seule, notes qui s'étirent paresseusement et quand tombe la dernière, reprise sèche de la batterie, la basse décolle et le piano souligne... « accroches toi baby y'a du roulis » aoouuuuuuhh !!! C'est vous dire s'il se passe quelque chose, que ce soit Buch ou l'albinos, j'ai les poils qui se dressent et des frissons dans le dos....véridique Qu'Est-ce que vous voulez, le blues est quelque chose de viscéral, il est normal que je réagisse de façon épidermique !! Le blues à haute dose, ça vous scie un individu, c'est bien connu, et pourtant j'suis pas du genre gringalet ! Quant au « Pete's Blues », un riff repris par l'orgue et la basse un peu comme celui du titre des Stones « I,m King be », vous achève aussi sûr qu'une bouteille de Southern Confort avalée cul-sec. Buch délire comme dingue ! Triture le son, les cordes, on se demande où il va chercher tout ça !! Bref tous les trucs y sont, tous ceux qui, j'en jurerai, ne s'apprennent qu'au long de nombreux concerts dans les clubs enfumés ou le musicien réagit suivant l'ambiance de la salle et module au gré des désirs, d'où l'idée que ce premier album est vraiment le reflet de ce que peut être le schéma d'une soirée dans ces clubs du samedi du côté de Tulsa ou ailleurs, d'où que les compositions de Roy soient au nombre de trois en tout, le reste étant des classiques du genre qui passent d'ailleurs fort bien. Les talents de compositeur du père de Buch nous seront révélés un peu plus sur l'album suivant, tout bonnement.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2015
je ne peu que me répété.un artiste parti trop tot.tres bon guitariste.vraiment un cd que tout les amateurs de blues devraient possédés.je conseille.vendeur.ok.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 octobre 2015
Très bien. Qu'est-ce que vous-voulez que je dise de plus ... de plus, de plus, de plus, de plus ? .J'ai le nombre de mots ? J'ai gagné quoi ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

12,10 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)