Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Rudi Garcia - Tous les chemins mènent à Rome
 
Agrandissez cette image
 

Rudi Garcia - Tous les chemins mènent à Rome [Format Kindle]

Rudi Garcia , Denis Chaumier
4.7 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (3 commentaires client)

Prix éditeur - format imprimé : EUR 16,50
Prix Kindle : EUR 11,99 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 4,51 (27%)
Le prix Kindle a été fixé par l'éditeur

App de lecture Kindle gratuite Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'avant-propos

Mettre le pied sur le ballon. Dans le jargon du football, le terme a une signification bien particulière. Le joueur qui «met le pied sur le ballon» cherche à ralentir le jeu et à introduire une pause. Il permet à son équipe de reprendre son souffle, parfois même ses esprits, de se réorganiser, de se replacer, de réfléchir, de jauger, d'évaluer. Et de gagner du temps, aussi. Ah, le temps, comme il défile ! J'aimerais tant qu'il suspende son vol. Stop, on arrête tout ! Halte, on ne bouge plus ! Qu'il cesse sa marche en avant forcée et la cadence infernale qu'il nous impose. Mais, pas plus pour moi que pour tout autre, il ne ralentira un jour son cours effréné. Il faut faire avec. Alors, composons... Je vais avoir 50 ans en ce début d'année 2014. Un demi-siècle, déjà. Je ne l'ai pas vu passer. Mais le cap symbolique sera bientôt franchi et, comme le dirait Monsieur de La Palice, ça ne va pas s'arranger. Ne suis-je pas arrivé à un moment crucial de ma vie pour mettre, à mon tour, le pied sur le ballon ? Pour faire comme ce joueur de football qui l'immobilise et, avant d'entrer en action, porte un regard panoramique autour de lui, le bras bien replié, la main calée au-dessus des sourcils ? Mon âge mûr ne m'offre-t-il pas l'occasion rêvée d'opérer un retour en arrière, sur cinq décennies avalées à très grande vitesse ? Pour mieux aborder les échéances futures, un coup d'oeil dans le rétroviseur ne fait-il pas partie d'un acte indispensable ? Peut-être. Sans doute. Sûrement. Je suis à un peu plus de la moitié de ma vie d'homme et ma vie professionnelle, si elle vient tout juste de s'engager dans une voie originale, n'en est pas à ses balbutiements. La fenêtre de tir est idéale. D'où viens-je ? Où vais-je ? Telles sont les interrogations qui, à 50 ans, doivent interpeller chaque être humain. Des questions qui se posent à tous, sans exception, même si certains rechignent à les aborder. Guy Béart, lui, en guise de réponse, préférait chanter : «... Et moi où vais-je, où vais-je / dans le sable et la neige / dans le temps disparu / dans la nuit je m'enfonce / j'attends une réponse / elle ne viendra plus...» Il n'avait manifestement pas toutes les clés de compréhension. Qui peut prétendre les posséder à coup sûr ? Jamais je n'aurais pensé en arriver là. Jamais je n'aurais envisagé me poser un jour cette question : «Qu'ai-je fait de ma vie ? Et dans quelle direction dois-je me diriger ?» Le retour sur soi est une idée mystérieuse, qui n'a pas les faveurs de tout le monde, j'en conviens. Elle n'a pas d'autre prétention, pour moi, que celle de prendre la pleine mesure du temps écoulé. J'ai décidé d'y consacrer un livre, qui raconte le chemin parcouru et la façon dont il l'a été.

Présentation de l'éditeur

Un événement : il devient le premier technicien français à diriger une équipe italienne engagée dans l'un des championnats les plus réputés au monde, la Serie A. Le pays du football-roi, qui adula Michel Platini et consacra Zinedine Zidane, confie les rênes d'un de ses clubs mythiques à un modeste ancien joueur de Ligue 1, qui ne fréquenta jamais l'équipe de France. Du jamais vu. Mais qui est donc ce Rudi Garcia, que James Pallotta, milliardaire américain propriétaire de la Roma, a fait venir à New York en plein été pour s'entretenir avec lui et lui offrir dans la foulée un contrat de deux ans ?

Une autre date symbolique s'inscrit comme un marqueur dans sa carrière. Samedi 21 mai 2011, Parc des Princes. Ce jour-là, dans le temple du football parisien, Rudi Garcia entre dans le cercle restreint des conquérants. Avec son équipe de Lille, il devient le 13
e entraîneur de l'histoire du football national à réussir le doublé Coupe de France-Championnat, rejoignant des personnalités aussi illustres qu'Albert Batteux, Robert Herbin, Aimé Jacquet ou Guy Roux. Mieux : au palmarès de la Ligue 1, il succède à Laurent Blanc et à Didier Deschamps, vainqueurs avec Bordeaux (2009) et Marseille (2010).





Mais qui est donc ce Rudi Garcia, qui n'a pas la prestance du premier ni la science du second, qui ne fait pas partie de la coterie des champions du monde, mais qui possède pourtant des atouts dont aucun ne jouit ?

Rudi Garcia est un pur produit du football de la région parisienne, un entraîneur qui s'est façonné tout seul, à force de travail et de ténacité, mis au service d'une certaine idée du jeu.

Partout où il passe (Saint-Étienne, Dijon, Le Mans, Lille et donc Rome), les convictions qu'il affiche sont plus fortes que sa notoriété. Il aime le football simple, limpide, technique, mobile, orienté vers sa joie naturelle, celle du but marqué. Il croit en la pérennité d'un style au sein duquel tous les joueurs, avec leurs qualités propres, peuvent s'exprimer.





À bientôt 50 ans, Rudi Garcia choisit de raconter lui-même cet itinéraire original. Il nous entraîne dans les coulisses d'une vie où chaque étape franchie compte. Car elle prépare la suivante.





L'homme public Rudi Garcia absorbe les radiations comme le noir qui l'habille, tout en maquillant ses sentiments profonds. Aucune faille apparente, sûr de lui, ambitieux et tourné vers l'avenir. Mais il est un Alcazar dont la façade ne renvoie que partiellement la réalité de l'intérieur. Et qui, autant par pudeur que par conviction, se veut mystérieux.




Biographie de l'auteur

Observateur du monde du football national et international depuis plus de trente ans, Denis Chaumier a notamment assumé les responsabilités de rédacteur en chef de L'Équipe et de directeur de la rédaction de France Football. Il a également été président du jury du Ballon d'Or de 2008 à 2011. Auteur de plusieurs ouvrages sur le football, dont Le Guide du Football (en collaboration avec Dominique Rocheteau) aux éditions La Lucarne, Chronique des Bleus aux éditions Chroniques et Les Bleus chez Larousse, il a été le coordinateur de 50 ans de Ballon d'Or et de Verts 76, l'épopée de l'AS Saint-Étienne aux éditions Prolongations. Il est aujourd'hui journaliste indépendant.
‹  Retourner à l'aperçu du produit